Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | Belgian Circuit
?????????????????????????? ATP/WTA Simple | ATP/WTA Double | ITF Simple | ITF Double | Wheelchair Simple | Wheelchair Double | Non classés et inactifs | ITF | TE16 | TE14
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

Le Top 10 belge des espoirs

Chaque année, tennis-belge.be vous propose son classement « espoirs » reprenant les dix meilleurs jeunes du pays, garçons et filles confondus de 12 à 18 ans. Ce classement est construit sur base d’une grille objective de points obtenus lors des tournois internationaux juniors (U18), scolaires (U16) et cadets (U14) et pondérés selon l’âge. Ce à quoi, nous avons ajouté depuis 2015 des points aux jeunes ayant déjà remporté des points chez les pros ainsi que des points en fonction des résultats obtenus dans les tournois belges, étoilés ou non. Cela permet de mieux évaluer des joueurs qui n’ont presque pas disputé de tournois juniors pour se consacrer déjà au circuit pro ou des joueurs qui ont trop peu joué de tournois internationaux (parfois faute de moyens financiers) mais ont cartonné sur le circuit belge.

Gauthier Onclin 1. Sofia Costoulas
(13 ans, B-15/4 (51e), TE-14 : 3e, TE-16 : 68e, ITF : 611e, 3812 points) :

Plusieurs joueurs ou, plus souvent encore, joueuses de 13 ans ont atteint notre Top 10 depuis la première année de notre site en 2003. Ce fut le cas par exemple de Hanne Vandewinkel, 3e l'an dernier, ou de Tilwith Di Girolami, 5e en 2016. Mais jamais aucun n'avait atteint la première place. C'est dire si le potentiel de Sofia Costoulas est élevé et si sa saison est réussie. Fille d'un joueur de football professionnel grec qui a fait une grande partie de sa carrière dans des clubs de D2 belges, Sofia a découvert le tennis par hasard, à l'âge de cinq ans. Alors que son papa l'emmenait dans un magasin de sport pour s'acheter des chaussures de foot, elle fut attirée par les raquettes et a demandé à en avoir une. Très tôt, elle démontre de vraies qualités et rejoint l'Académie de Kim Clijsters à 11 ans.

En 2017, elle s'installe avec toute sa famille à Cannes pour intégrer l'Elite Tennis Center de Jean-René Lisnard. Sa saison en U12 est très bonne puisqu'elle remporte trois titres (Trieste, Padoue et le Passagespoirs) et atteint deux autres finales (dont une qu'elle ne perd que sur abandon). Ces performances lui permettent de débuter la saison 2018 déjà dans le Top 50 des U14 alors qu'elle n'est que « première année » dans cette catégorie. Elle ne tarde pas à se faire remarquer dans cette catégorie puisqu'elle se hisse en huitième de finale des deux plus gros tournois de l'hiver, à Bolton et aux Petits As. Elle se rend ensuite à Stockholm où elle remporte son premier tournoi dans cette classe d'âge, en « Catégorie 3 ». En mars, elle enchaîne coup sur coup deux demi-finales en « Catégorie 1 » (les plus relevés), à Ste-Geneviève-des-Bois et à Maia. Elle dispute alors un premier tournoi chez les U18, pas très loin de chez elle, au Cap d'Ail. Bien qu'il s'agisse d'un tournoi classé « Grade 2 », elle parvient à y sortir des qualifications. Elle revient sur le circuit U14 et remporte son premier « Catégorie 1 » à Piestany.

Sofia dispute alors un tournoi de cette même catégorie en U16, à Villeneuve-Lez-Avignon, et s'y impose en simple et en double. De retour en U14, elle remporte un nouveau tournoi très relevé à Paris (là aussi en simple et en double), puis atteint les quarts de finale aux Championnats d'Europe. En août, elle mène l'équipe belge jusqu'à la sixième place des championnats du monde par équipe en battant notamment la Tchèque Noskova, championne d'Europe. Elle se consacre dès lors au circuit U18 et se rend tout d'abord en Suisse, à Kreuzlingen. Lors de ce « Grade 5 », elle sort des qualifications et remporte le tournoi sans perdre le moindre set. Elle enchaîne avec une deuxième victoire à Biot, sur les courts de la Mouratoglou Academy. Elle termine la saison par un « Grade 3 » à St Cyprien où elle sort des qualifications et se hisse en quart de finale. Malade, elle ne peut malheureusement pas défendre ses chances à 100%.

Sofia Costoulas dispose de qualités athlétiques évidentes (elle mesure déjà 1m70) et d'un jeu très complet avec un gros service. Mais c'est son mental de gagnante et son intelligence de jeu pour une joueuse si jeune qui frappent les esprits. Alors qu'elle peut encore disputer une saison complète chez les U14, elle se limitera au seul tournoi des Petits As qu'elle espère gagner. Par la suite, elle se lancera définitivement sur le circuit U18 où elle tâchera d'évoluer le plus rapidement possible afin de participer déjà aux Grand-Chelems en 2020. Un projet ambitieux mais à la hauteur du talent de la jeune Limbourgeoise.

Gauthier Onclin 2. Gauthier Onclin
(17 ans, A40, ITF junior : 20e, 3381 points) :

Neuvième joueur de notre classement en 2014 et cinquième l'an dernier, Gauthier Onclin aurait sans doute terminé également dans le Top 10 en 2015 et 2016 s'il n'avait été souvent blessé, notamment aux abdominaux. Il a tout de même été classé ces années-là respectivement à la 18e et à la 12e place, preuve qu'il fait partie de nos principaux espoirs depuis cinq ans déjà. Le petit frère de Julien (un ancien série A devenu coach au centre AFT) a remporté la Coupe de Borman (championnats de Belgique des jeunes) en trois catégories avant de commencer à se faire un nom sur le circuit international. Il atteint ses deux premières finales en U14 (Amsterdam et Nivelles) alors qu'il n'avait que 13 ans.

L'année suivante, il remporte son premier titre à Rotterdam. En 2016, c'est dans la catégorie ITF junior (U18) qu'il atteint une première finale (à Maaseik) et il remporte même un premier titre en double (à Clermont-Ferrand). Gauthier emmène l'équipe belge en finale de la Winter Cup début 2017 et atteint également trois demi-finales en Grades 4. Mais une nouvelle blessure survenue à la fin de l'été l'empêche de briller à un niveau supérieur. Il y parvient début 2018 lors d'une tournée en Inde. La formidable expérience humaine que représente ce voyage est doublée d'une grande réussite tennistique puisque le Bassengeois y remporte son premier titre ITF, directement dans un Grade 2 à New Delhi. Si les deux autres épreuves de la tournée, le Grade 3 de Chandigarh et le Grade 2 de Kolkata, sont moins réussis en simple, Gauthier s'impose en double lors des trois épreuves. La fin de son hiver est moins fructueuse malgré un nouveau titre en double au Grade 2 de Tashkent. Sur terre-battue, il atteint une nouvelle finale en Grade 2 à Budapest avant de se hisser en quart de finale au Grade 1 de l'Astrid Bowl à Marcinelle.

Il reste alors en Belgique pour disputer son premier Future à Havré mais sans succès. Après avoir remporté un « 2 étoiles » du Belgian Circuit, il entame sa saison sur gazon. Battu au premier tour des qualifs à Roehampton, Gauthier franchit ce premier obstacle à Wimbledon mais doit renoncer au deuxième tour suite à une nouvelle blessure aux abdominaux. Celle-ci est un vrai coup dur car, outre le fait de l'empêcher de poursuivre son parcours dans le temple du tennis, elle le prive aussi des différentes Coupe d'Europe individuellement ou par équipe (Summer Cup). Pour son retour fin août, il s'inscrit à deux Grades 4 pour se tester et remporte les deux en ne perdant qu'un set alors qu'il ne pensait pas être déjà prêt à rejouer à son meilleur niveau. Il enchaîne avec un nouveau succès sur terre mais cette fois en Grade 2 au Caire. En octobre, il part disputer deux épreuves au Japon et notamment son premier Grade A à Osaka où il ne s'incline qu'en demi-finale. Il remporte ensuite le Grade 2 de Nagoya en simple et en double.

Il termine l'année aux Etats-Unis et atteint notamment le troisième tour de l'Orange Bowl. Il s'y impose surtout en double avec un partenaire ouzbek qu'il ne connaissait pas vraiment mais cela ne les a pas empêché d'atteindre un excellent niveau de jeu. Gauthier Onclin est désormais dans le team « post tennis étude » de l'AFT puisqu'il a terminé ses secondaires avec un an d'avance en juin. Il y est coaché par Réginald Willems et est bien sûr également suivi par son frère. Au sein de cette structure, il tâche de progresser encore mentalement et physiquement et d'améliorer son service et son jeu vers l'avant. Classé 20e junior, il sera même 11e lorsque les joueurs nés en 2000 auront été retirés. Il aura donc une belle carte à jouer sur ce circuit l'an prochain.

Arnaud Bovy 3. Arnaud Bovy
(18 ans,  A28, ITF junior : 29e, ITF World tour : 1102e, ATP : 1157e, 2961,5 points) :

Arnaud Bovy fait partie de ces joueurs qui seront retirés du classement junior lundi. Le petit frère de Margaux (860e à la WTA) a réalisé une excellente dernière saison dans cette catégorie d'âge et a déjà obtenu ses premiers points en Futures également. Il est même resté longtemps devant Gauthier Onclin au classement junior avant de se faire dépasser durant l'automne. Comme sa sœur, Arnaud n'a pas suivi le parcours fédéral et a préféré rester au sein du cocon familial. Il a donc surtout progressé sur le circuit national plutôt que de partir pour de longues tournées à l'étranger. Avec 373 matchs à son compteur de 2010 à 2017 (et 75% de victoires), on peut dire qu'il a été particulièrement prolifique sous nos latitudes.

Il a tout de même joué quelques tournois à l'étranger dans la catégorie U14. Il a atteint une finale à ce niveau à Stavanger peu après ses 13 ans et plusieurs autres quarts de finale. Arnaud se lance sur le circuit junior à partir de 2015 mais ne dispute que les tournois sur le sol belge durant ses deux premières années. Ce n'est qu'en 2017 qu'il commence à tourner à l'étranger et directement, il atteint une demi-finale au Grade 4 de Nairobi. Il atteint également une finale à Antalya et une demi à Casablanca, avant de remporter son premier titre à Maaseik. Classé 230e en janvier 2018, il remporte le double d'un Grade 1 à Prague dès la troisième semaine de compétition. Deux semaines après, l’Oneutois frappe un grand coup en remportant un Grade 2 à Tunis en battant un Top 30 au passage. Après un quart de finale au Grade 1 de Kazan, il confirme en s'imposant une nouvelle fois dans un Grade 2 à Tashkent. Il se montre ensuite très régulier durant le printemps sur terre-battue. Il atteint ainsi les quarts de finale du Grade 2 du Cap d'Ail et les huitièmes aux Grades 1 de Villena et de l'Astrid Bowl et surtout au Grade A de Milan. Il réussit en outre à remporter un troisième Grade 2 à Medias, en Roumanie.

Ce beau début de saison lui permet d'obtenir sa place pour le tableau final de Roland-Garros. Il y connait une grosse déception en s'inclinant au tie-break du dernier set lors du premier tour. Malgré cette défaite frustrante, ce match est l'un des plus grands souvenirs de son début de carrière du fait de l'ambiance, du public et de l'enjeu. Il le booste en tout cas pour la saison sur gazon. Et c'est en effet sur l'herbe de Roehampton qu'il va réaliser le plus beau parcours de sa saison. Il se hisse en finale en dominant notamment Hugo Gaston, 4e mondial à l'époque et l'un des meilleurs juniors de la saison (cf Le Top 10 junior 2018). A Wimbledon, il se hisse ensuite au troisième tour. Durant l'été, il dispute son premier tournoi Future à Eupen. Il y crée la sensation en battant trois solides joueurs pour se hisser en demi-finale. Sur le circuit junior, Arnaud est toutefois moins actif durant la deuxième partie de saison. Il privilégie les plus gros tournois juniors pour rencontrer de meilleurs joueurs en mettant l'accent plus sur la progression personnelle qu'en termes de classement.

Ce choix lui vaut de ne plus vraiment progresser ensuite dans la hiérarchie mondiale où il termine tout de même la saison à une très belle 26e place. Il aurait pu également terminer plus haut encore dans ce Top 10 et en tout cas dépasser Gauthier, qu'il connait bien puisqu'ils sont tous les deux affiliés au RTC Liège. Il a joué de malchance également avec une entorse qui l'a empêché de défendre pleinement ses chances lors des Jeux olympiques de la jeunesse. Depuis le printemps, Arnaud Bovy s'est rapproché de l'AFT qu'il rejoint mais tout en gardant son équipe (à laquelle viendra se greffer Ananda Vandendooren). En fin de saison, il a effectué un stage de six semaines à l'Académie Mouratoglou afin de le préparer, surtout physiquement, à sa première saison complète en Futures.

Arnaud Bovy 4. Alexander Blockx
(13 ans, B-15/1, TE-14 : 12e, TE-16 : 89e, 2323 points) :

S'il n'est pas rare, on l'a dit, de voir une jeune fille de 13 ans atteindre déjà ce Top 10, c'est nettement moins fréquent chez les garçons, surtout ces dernières années. Alexander Blockx n'est que le cinquième à y parvenir en 16 ans, le dernier n'étant autre que... Gauthier Onclin en 2014. C'est également excessivement rare que deux joueurs de cet âge se retrouvent dans le Top 10, a fortiori parmi les quatre premiers ! Et le potentiel de cette génération de joueurs ne s'arrête pas là puisqu'il y a trois autres joueurs nés en 2005 dans le Top 15 (voir liste ci-dessous). Mais chez les garçons, c'est incontestablement Alexander qui est la tête de proue de cette génération.

Vainqueur de la Coupe De Borman des 12 ans et moins en 2016, il remportait également le tournoi international de Ohain cette année-là, en simple et en double. Il venait pourtant à peine de fêter ses 11 ans. L'an dernier, Alexander passait un cap supplémentaire et cartonnait dans cette catégorie, plus encore que Sofia Costoulas. Il s'est en effet imposé lors de 5 tournois, à Bressuire, Bruxelles, Münster, Aylesbury et au Passagespoirs. Il gagne également deux de ces tournois en double. Si bien qu'il était déjà 12e joueur européen chez les U14 lorsqu'il commença sa première saison dans cette catégorie d'âge en janvier 2018. Il débute au « Catégorie 1 » de Bolton où il est classé deuxième tête de série et s'y incline en quart de finale. Après un deuxième tour aux Petits As, l’Anversois participe à la campagne de Winter Cup où la Belgique se hisse dans le Tour Final et termine à la 7e place. Il poursuit sa tournée des « Catégories 1 » et atteint sa première finale à celui de Stockholm. Il est par contre battu de nouveau en quart de finale à Ste-Geneviève-des-Bois.

Au printemps, il débute la saison sur terre par un quart de finale à Maia puis perd au deuxième tour à Rakovnik. Il prend part à son premier tournoi junior au Grade 1 de l'Astrid Bowl où il reçoit une invitation mais ne remporte que trois jeux. Après un nouveau quart de finale à Kiev, Alexander mène l'équipe belge de Summer Cup jusqu'à la... 7e place également. Durant l'été, ses performances sont un rien inférieures. Alors que Sofia Costoulas s'envole chez les filles en remportant plusieurs « Catégories 1 », parfois même en U16, Alexander ne parvient plus à atteindre le moindre quart de finale. Il se hisse bien en huitième à Paris, Dueren et Hasselt mais s'incline d'entrée à Oosterbeekse et surtout lors des Championnats d'Europe individuels à Most. En automne, il prend alors part à ses premiers tournois U16. Il débute par une demi-finale dans un « Catégorie 3 » en Estonie où il n'est battu que par la première tête de série. Fin octobre, il s'envole pour trois tournois de même niveau en Israël.

S'il perd en quart du premier, à Raanana, il remporte les autres épreuves ce qui lui permet de faire son entrée dans le Top 100 des U16. En double, il gagne également un des tournois et atteint la finale des deux autres. Sur le circuit belge, Alexander Blockx s'est montré plutôt discret (comme Sofia Costoulas mais elle habite désormais en France). Il a tout de même remporté la « Feest van de Jeugd » (les championnats flamands) en U15 mais n'a pas participé à la De Borman car il était en Estonie la même semaine. En 2019, Alexander se produira probablement dans trois catégories d'âge. Il devrait encore disputer des U14 en tout début d'année, en tout cas les Petits As, avant de se tourner vers les U16. A partir de l'automne, on devrait déjà le voir faire ses premières tournées chez les U18.

Louis Herman 5. Louis Herman
(17 ans, A49, ITF juniors : 71e, ITF World Tour : 1561e, 2224 points) :

Au contraire de son partenaire de promotion Gauthier Onclin, Louis Herman s'est montré assez discret sur le circuit tenniseurope. D'abord passionné de foot, il rêvait plus de ballon rond quand il était petit. Il s'est également essayé à l'équitation mais le choix de s'orienter définitivement vers le tennis s'est fait naturellement au vu des qualités qu'il y démontrait. Repris pour les entraînements fédéraux, à Mons ou à Huy depuis ses 7 ans, il a intégré le centre AFT en internat vers 13-14 ans. Il y a retrouvé Gauthier qui dominait déjà sa catégorie à l'époque. Louis ne lui avait d'ailleurs pas pris un jeu lors de la seule finale internationale en U12 qu'il a disputée au Luxembourg en 2013.

En U14, il a tout de même atteint les demi-finales du tournoi « Catégorie 1 » de Ste-Geneviève-des-Bois en 2015 alors qu'il sortait des qualifications. Louis a également atteint un quart de finale au Stade Français et une demi au « Catégorie 2 » de Maribor. A la fin de cette année-là, il disputait déjà ses premiers ITF juniors (U18). Il doit pourtant attendre un an de plus pour atteindre son premier quart de finale non loin de chez lui à Esch-sur-Alzette (Grade 5). En 2017, après avoir remporté la médaille d'argent avec Gauthier en Winter Cup U16, le Virtonais a disputé sa première demi-finale dans un Grade 5 des moins de 18 ans à Paola, sur l'île de Malte. Il a également remporté ce titre en double. Durant l'été, il atteint une autre finale lors d'un Grade 4 disputé au TC Justine Henin puis remporte, dès la semaine suivante, son premier titre à Mönchengladbach. En Summer Cup européenne, il obtient encore une 4e place. Ces performances lui permettent tout de même de débuter la saison 2018 dans le Top 200 juniors et même en tant que n°1 belge de la catégorie.

Et dès la tournée en Inde, il remporte son premier titre en Grade 2 à Kolkata. Il y dispose, en finale, de la tête de série n°1. Lors des deux autres tournois, à Chandigarh (Grade 3) et New Delhi (Grade 2), il s'arrête en quart de finale. Mais il remporte les trois titres en double aux côtés de Gauthier. Après un bon quart de finale au « Grade » 2e de Tashkent, Louis bat son premier Top 50 au premier tour au Cap d'Ail. Il bat le 59e mondial au premier tour du Grade 2 d’Istres et poursuit sa route jusqu'en finale. Malheureusement, il se blesse lors de son premier tour à Beaulieu-sur-Mer et doit observer une pause d'un mois. Cette blessure lui coûte également sa place dans le tableau final de Roland-Garros et de Wimbledon. A Londres, il parvient toutefois à sortir des qualifications et à franchir un tour dans le tableau final. Aux Championnats d'Europe il se hisse en huitième de finale, puis prend part à deux Grades 2 au Caire où il ne s'arrête qu'en demi-finale. Comme Gauthier, il se rend au Japon mais sa tournée au Pays du Soleil Levant est moins fructueuse, même s'ils remportent le double au Grade 2 de Nagoya, côte-à-côte.

Il termine toutefois la saison sur une note plus douloureuse. Il se blesse au genou et doit s'arrêter durant cinq semaines. Il ne peut donc accompagner Gauthier à l'Orange Bowl et son classement s'en ressent bien entendu. Louis Herman sera toutefois 45e lundi prochain ce qui lui permettra de prendre part à l'Open d'Australie. Il espère d'ailleurs, pour sa dernière saison en junior, briller lors des quatre Grand-Chelems, avant de disputer des Futures (il a déjà atteint un premier quart à ce niveau à Huy, au mois d'août). Pour atteindre ces objectifs, il comptera sur son très bon coup droit et sur son service également efficace quoiqu'encore irrégulier. Il devra par contre progresser au niveau mental pour ne rien lâcher à l'image de ses deux modèles Rafael Nadal et Steve Darcis.

Hanne Vandewinkel 6. Hanne Vandewinkel
(14 ans, B-15/4 (66e), TE-14 : 76e, TE-16 : 125e, ITF juniors : 508e, 1808,5 points) :

Hanne Vandewinkel était la première joueuse belge en U14 en début de saison avec sa place aux portes du Top 50 européen. Bien sûr, elle n'a pas résisté au phénomène Sofia Costoulas (Limbourgeoise comme elle) mais sa deuxième saison chez les cadettes reste très correcte. Hanne s'était déjà fait remarquer chez les U12 il y a deux ans en atteignant plusieurs demi-finales et même une finale (Open Super 12 d'Auray) dans cette catégorie. Elle avait également réussi ses premières armes chez les U14 avec, entre autre, une première demi au « Catégorie 3 » de Uccle.

En 2017, elle a largement dominé sa catégorie d'âge en Belgique avec cinq titres dont les Championnats de Belgique et de Flandre. Sur le circuit européen, Hanne a atteint deux demi-finales en « Catégorie 3 » durant l'hiver puis une autre en « Catégorie 2 » à Maribor, début mai. Elle enchaînait en Slovénie avec une première finale à ce niveau. Durant l'été, elle tente déjà sa chance sur des tournois U16. Lors du premier, à Bruxelles, une semaine seulement après son treizième anniversaire, elle se hisse déjà en demi-finale. Elle atteint encore deux finales (Argayon Cup et Paola) et remporte même son premier titre en double en Belgique aux côtés de Juliette Bovy, la petite sœur d'Arnaud. En fin d'année, la Genkoise dispute même son premier ITF junior au TC Heiveld mais sans franchir le premier tour. En 2018, elle se concentre sur les gros tournois U14 en début de saison avant de passer plus de temps sur le circuit junior.

Et dès le « Catégorie 1 » de Bolton, elle se hisse en quart de finale. Battue au deuxième tour aux Petits As, elle ne peut empêcher la défaite de la Belgique lors des poules en Winter Cup. Hanne atteint un nouveau quart de finale en simple à Ste-Geneviève-des-Bois où elle se hisse également en finale du double. Fin avril, elle dispute son premier tournoi junior de l'année au Grade 4 de Nottingham et elle atteint le deuxième tour après être sortie des qualifs. Quart de finaliste du « Catégorie 1 » de Piestany, elle dispute ensuite la Summer Cup. L'équipe belge, renforcée par Sofia Costoulas, termine à la cinquième place, qualificative pour la World Junior Cup où nos cadettes finiront également cinquièmes. Entre les deux, elle se hisse en quart de finale des Championnats d'Europe individuels en U14 et dispute sa première finale en U18 au Grade 4 de Schifflange. En septembre, elle remporte son tout premier titre dans cette catégorie lors d'un Grade 5 à Liepaja, en Lettonie.

Sa fin de saison est un peu moins fructueuse même si elle parvient encore en demi-finale d'un Grade 5 au Luxembourg et qu'elle remporte un deuxième titre mais en double, au Grade 4 de Liverpool. Hanne Vandewinkel a fait le choix de ne pas s'entraîner au centre de TennisVlaanderen à Wilrijk car elle préférait garder ses bases à Genk. Un choix qui a des conséquences financières bien sûr. Hormis lors des sélections nationales, elle s'éloigne rarement de la Belgique et des pays limitrophes.


Hanne Vandewinkel 7. Romain Faucon
(16 ans, B-15/2 (166e), TE-16 : 153e, ITF juniors : 281e, 1382,5 points) :

Sans faire beaucoup de bruit et en restant en dehors de la structure fédérale, Romain Faucon réussit une bien beau parcours chez les jeunes. Originaire de Flénu, un hameau situé à portée de lob du centre AFT de Mons, il fait ses débuts à 4 ans et demi lors d'un stage de baby tennis au TC La Volée. Remarqué rapidement par la Fédération, il la quitte de son propre chef en 2013 pour s'entraîner dans le privé. Dans un premier temps, il travaille à l'Argayon avec Jacques Leriche, avant de s'entraîner avec David Leveaux depuis 2015.

Cette année-là, Romain commence à parcourir l'Europe pour gagner ses premiers points sur le circuit U14. Il part aux Pays-Bas, en Allemagne et même en Croatie et en Pologne. C'est finalement au Danemark, lors du « Catégorie 3 » de Birkerod, qu'il atteint son premier quart de finale en simple. Il y dispute également la finale en double. Durant l'été, il participe à ses premiers « Catégories 1 » mais sans succès avant d'atteindre sa première demi à Luxembourg. En 2016, il brille surtout en double, discipline où il remporte quatre titres U14. En simple, ses résultats sont plutôt bons aussi puisqu'il dispute sa première finale lors du « Catégorie 2 » d'Opalenica. Le Flénusien se hisse également en demi-finale lors des « Catégories 3 » de Stockholm et d'Athènes. Mais sa meilleure performance de la saison reste sa place dans le dernier carré du « Catégorie 1 » d'Hasselt. Malheureusement, il est contraint d'y abandonner au deuxième set. En fin d'année, il dispute son premier tournoi U18 au TC Heiveld et il y passe deux tours.

Il va d'ailleurs complétement sauter le circuit U16 pour se concentrer déjà, avant son quinzième anniversaire, aux tournois juniors. Il atteint son premier quart de finale lors d'un Grade 5 en Bosnie après avoir battu la première tête de série. Il faut attendre la fin de la saison 2017 pour le voir à nouveau atteindre ce niveau en Israël. Dès janvier, Romain retourne en Bosnie pour disputer deux épreuves dans la ville de Siroki Brijeg. Il s'y hisse en demi-finale lors de la première semaine puis remporte le titre, en simple et en double, lors de la deuxième. Il est alors sélectionné pour représenter la Belgique en Winter Cup U16, aux côtés des deux joueurs suivants dans notre classement. Ils terminent à la cinquième place de leur groupe qualificatif. C'est d'ailleurs la même place qu'il atteindra avec Raphaël Collignon lors de la Summer Cup. Entre les deux, il remporte un Grade 4 en double (Corfu) et dispute deux demis en simple. Durant l'automne, il remporte un deuxième titre en simple au Grade 4 de Nonthaburi. Il y domine trois des quatre premières têtes de série.

Romain Faucon termine la saison à New Delhi où il commence par une très belle finale la première semaine. Il n'y est battu que 7/5 au troisième set par un Top 200 junior. Malheureusement, la confiance gagnée ne l'empêche pas de passer à côté de son premier tour la semaine suivante. Même s'il a déjà beaucoup évolué sur le plan mental, c'est justement sur ce point, sur la constance dans les résultats qu'il doit encore progresser pour se diriger vers une carrière pro. Il s'y attèle en tout cas aux côtés de ses deux coachs David Leveaux et Kristof Vliegen qui est venu s'ajouter à sa structure cet été.

Raphael Collignon 8. Raphaël Collignon
(16 ans, B-15/2 (167e), TE-16 : 100e, ITF juniors : 255e, 1282,25 points) :

Raphaël Collignon domine le circuit dans sa classe d'âge (les joueurs nés en 2002) du côté francophone depuis des années. Il a d'ailleurs remporté la phase AFT de la Coupe de Borman dans toutes les catégories (en phase finale nationale, il n'a remporté que les U12). Mais cette domination, il ne l'a pas vraiment répercutée au niveau européen, en tout cas chez les U12 et les U14. Dans cette dernière catégorie, il a atteint quatre quart de finale (Rotterdam, Heraklion, Maribor et Farum) mais n'a jamais été plus loin.

Au niveau des « Catégories 1 », son meilleur résultat est un huitième de finale à Hasselt. Raphaël est toutefois sélectionné pour disputer la Winter Cup des U16 l'an dernier, aux côtés de Gauthier Onclin et de Louis Herman. Ils termineront la compétition avec la médaille d'argent. Plus jeune que ses deux compères du Centre AFT, il joue peu de rencontres mais l'expérience semble lui être profitable. En tout cas, il réalise de très bonnes performances sur le circuit Tennis Europe U16 et gagne notamment deux titres à Bruxelles (Kristof Vliegen Cup) et à Ohain. Il enchaîne avec la Summer Cup où cette fois la Belgique termine quatrième. Cette belle place leur permet en outre de disputer la Junior Davis Cup en septembre. Là aussi, l'expérience est marquante même si, vu la blessure de Gauthier Onclin, le résultat n'est pas à la hauteur de leurs attentes. Raphaël dispute également ses premiers tournois ITF juniors l'an dernier.

Durant l'été, le Liégeois perd d'entrée à Limelette et à Maaseik mais il réalise une superbe tournée de deux Grades 5 au Koweit en octobre. Alors qu'il doit passer par les qualifications la première semaine, il ne s'arrête pas avant la finale. Ce parcours lui permet d'éviter le tableau préliminaire la semaine suivante et il se hisse à nouveau en demi. Raphaël enchaîne malheureusement ensuite les blessures (orteil, doigt, muscle fessier) ce qui gâche la première partie de sa saison 2018. Il parvient tout de même dans cette période à remporter son premier titre junior en double au Grade 4 de Doorn. Une fois guéri, il se hisse au quatrième tour des Championnats d'Europe individuels puis remporte son premier titre en simple au Grade 5 de Bree (qu'il gagne aussi en double). Il termine la saison très fort en retournant au Koweit où, cette fois, il remporte les deux titres.

Il ne s'arrête pas là puisque, en indoor, il remporte encore le tournoi du TC Heiveld (Grade 4) et se hisse en finale de celui de Esch-sur-Alzette. Cette superbe fin de saison lui fait faire un bond énorme au classement ITF junior puisqu'il passe de la 780e place en septembre à la 255e deux mois plus tard. Une fois que ce classement sera « nettoyé » des joueurs nés en 2000, Raphaël Collignon fera même son apparition dans le Top 200. Il partira en Inde en janvier, là même où Gauthier Onclin et Louis Herman ont cartonné cette année avant de finir dans le Top mondial. On lui souhaite évidemment à de suivre la même voie.

Hanne Vandewinkel 9. Martin Katz
(15 ans, B-15/2 (184e), TE-16 : 187e, ITF juniors : 1031e, 1280 points) :

Martin Katz est le quatrième joueur du Centre AFT à terminer dans notre Top 10, un joli tir groupé donc pour la structure montoise. Dommage que les filles ne soient pas, pour l'instant, au même niveau (la première, Evra Yildirim, est tout de même 16e de ce classement). Pour revenir à Martin, il a débuté à cinq ans au TC Bercuit de Grez-Doiceau. C'est à onze ans, lors de sa première secondaire, qu'il intègre le Centre.

Vainqueur de la Coupe de Borman U10 en 2013, il remporte son premier titre TennisEurope au TC Odrimont (en simple et en double) deux ans plus tard. Sa première saison complète chez les U14, en 2016, n'est pas totalement satisfaisante. Son seul quart de finale de la saison, Martin le dispute à Nivelles où il ne s'incline que face au n°1 du tableau. En 2017, il est sélectionné pour la Winter Cup et la Summer Cup mais, en tant que troisième joueur, il ne dispute que des rencontres de consolation (il en remporte tout de même trois sur quatre). Sur le circuit, il faut attendre le mois de mai pour voir le Brabançon à nouveau en quart de finale (« Catégorie 2 » de Maribor). Il atteint à nouveau ce stade à Nivelles, Uccle, Haifa et se hisse même en demi-finale à Hillerod. Dans ce Catégorie 3 danois, il atteint également la finale du double, comme à Nivelles.

S'il n'est que 201e à la fin de son passage chez les U14, il monte plus haut chez les U16 cette saison alors qu'il n'est que « première année ». Il débute par la Winter Cup aux côtés de Romain Faucon et de Raphaël Collignon. Martin enchaîne avec un quart à Zoetermeer et, surtout, une finale à Rotterdam (où il est obligé d'abandonner). Durant l'été, il remporte son premier tournoi international dans cette catégorie d'âge lors de la Kristof Vliegen Cup. Il se concentre alors sur le circuit ITF junior. Ses premiers résultats durant l'été sont plutôt moyens. Mais une tournée au Koweit va lui permettre de déjà s'affirmer à ce niveau. Issu des qualifications lors du Grade 5 d'Hawalli, il poursuit sa route jusqu'en finale et ne s'incline qu'en trois sets contre Raphaël. Il dispute également la finale en double et se hisse encore en quart du simple la semaine suivante à Mishref.

Il termine la saison sur une dernière finale en double à Esch-sur-Alzette. Au niveau belge également Martin Katz réalise une très bonne saison. Il remporte le tournoi du Wimbledon début janvier puis s'impose à la De Borman AFT en juillet et à la De Borman nationale en septembre. Sa seule déception de l'année est finalement son échec en demi-finale à l'Argayon ce qui l'empêche de réaliser un « Grand-Chelem belge ». Ce fan de Rafael Nadal au solide jeu défensif et au revers croisé très efficace va beaucoup jouer en ITF en 2019 et vise le Top 350 en fin d'année.

Hanne Vandewinkel 10. Noah Merre
(14 ans, B-15, TE-14 : 37e, TE-16 : 180e, 1201 points) :

Le Gantois Noah Merre est resté très longtemps discret. Encore classé C30/1 il y a trois ans, il a connu une progression fulgurante suite à son transfert du TC Eeklo jusqu'au Centre de TennisVlaanderen à Wilrijk. Cette année-là, il remporte tout de même deux titres en double chez les U12 au niveau européen. Mais c'est vraiment à partir de l'an dernier qu'il perce. Il dispute surtout de nombreux tournois sur le sol belge.

Dans sa catégorie (U13), il atteint la finale au Forest Hills et s'incline contre son partenaire d'entraînement à Wilrijk Idriss Haddouch. Lors de la Feest van de Jeugd (Championnats flamands), Noah se hisse en finale mais est également battu par Alessio Basile. Il enchaîne avec le tour final national où il rate également le titre de peu puisqu'il s'incline en finale contre Mats Herremans malgré le gain du premier set. En demi, il avait pris sa revanche sur Alessio. Il s'essaie à quelques tournois européens également, quasi essentiellement en Belgique et aux Pays-Bas. Il n'atteint toutefois pas le moindre quart de finale mais il passe un tour à Zoetemeer, Amsterdam, Nivelles et Uccle. En fin de saison, le Flandrien crée la surprise au tournoi de Noël de l'Argayon. Il bat Martin Katz en demi alors que celui-ci a un an et surtout quatre classements de plus. Et en finale il vient à bout de Lucas Perrang, également un an plus âgé.

Cette victoire lui vaut d'être repris dans l'équipe de Winter Cup avec Alexander Blockx et Alessio Basile. Ils y atteignent la phase finale qu'ils terminent à la 7e place. Sur sa lancée, il se qualifie pour le tableau final du tournoi de Rotterdam et se hisse en demi-finale. La semaine suivante, au « Catégorie 1 » de Ste-Geneviève-des-Bois, Noah sort également des qualifs et atteint le troisième tour en battant le Chypriote Koshis, 3e joueur européen. Au printemps, il remporte coup sur coup ses deux premiers titres : le « Catégorie 3 » de Nottingham puis le « Catégorie 2 » de Maribor. Toujours en Slovénie, il remporte un deuxième tournoi en double. C'est également dans cette discipline qu'il se hisse en demi-finale du « Catégorie 1 » de Messina. En Summer Cup, la même équipe qu'en février est reconduite et ils obtiennent le même résultat mais cette fois, il en est le deuxième joueur.

Son été est exceptionnel également. Il se hisse en quart du tournoi de Paris, puis lors des Championnats d'Europe où il bat à nouveau un Top 10. Après un nouveau huitième à Hasselt, il se blesse et doit mettre un terme à sa saison internationale. A ce moment-là de l'année, Noah Merre atteint le Top 30 européen et se retrouve même en tête du classement belge U14. Vainqueur de deux autres tournois nationaux importants au Brughia et à Heiveld, il ne peut malheureusement pas prendre part à la Feest van de Jeugd en raison de sa blessure.


Hors Catégorie

Gauthier Onclin Jef Vandorpe
(17 ans, ITF junior Wheelchair : 1e, ITF Wheelchair : 17e) :

Comme il est impensable d'évoquer le Top niveau belge sans parler de Joachim Gerard, il nous était impossible de ne pas évoquer Jef Vandorpe dans nos pages sur les meilleurs juniors. Petit enfant très remuant et pratiquant beaucoup de sports comme le volley ou le Jiu-Jitsu, Jef a huit ans lorsque les médecins lui diagnostiquent une maladie nécrosante du fémur. Il ne peut dès lors plus se déplacer qu'en fauteuil ou sur des béquilles. Il ne baisse pourtant pas les bras et s'essaie d'abord au tennis de table en fauteuil avant de s'orienter définitivement vers le tennis. Malgré la double difficulté d'apprendre à la fois à jouer au tennis et à manier son fauteuil, Jef progresse rapidement.

Deux ans plus tard, il dispute déjà son premier tournoi international junior à Malines. Il atteint sa première finale chez les jeunes à Deurne deux ans plus tard et dispute en parallèle ses premiers tournois Futures. Fin 2014, il a 13 ans lorsqu'il atteint sa première finale en Future chez les adultes, au tournoi de Montfermeil. L'année suivante, il remporte le tournoi junior de Knokke sans perdre un set puis atteint la finale du tableau junior lors de l'ITF 1 de la Baie de Somme. Début 2016, il atteint les demi-finales du Masters junior puis remporte son premier Future à Middelburg au début de l'été. Le joueur de Saint-Nicolas remporte encore plusieurs tournois juniors dont l’ITF 1 des Hauts de Seine. C'est en mars 2017 qu'il signe son premier succès ITF 3 chez les adultes à Bienne. Durant le printemps, il gagne encore les Futures de Padoue et de Middelburg. Surtout, il prend une part importante de l'accession de la Belgique aux demi-finales de la World Team Cup. Son été est vraiment bon puisqu'il enchaîne une victoire à l’ITF 3 de Louvain puis une autre au Future d'Anvers.

Désormais classé dans le Top 30 mondial, Jef débute cette saison en s'imposant au Masters junior, à Tarbes, puis à l’ITF 3 de Preston. Après une demi-finale à l’ITF 2 de Bolton, il signe un nouveau titre à Bienne. Il remporte ses trois matchs de poule en World Team Cup ce qui permet à nouveau à la Belgique de se hisser en demi-finale. Il réalise son premier très beau parcours en ITF 1 à Genève où il se hisse en demi-finale en battant le 11e mondial Tom Egberink. Le Flandrien s'incline dans le dernier carré face à Joachim Gérard. Il prend ensuite part à son premier « Super Serie » à Nottingham où il réussit à tenir tête le temps d'un set à Stéphane Houdet, 4e mondial. En août, il enchaîne deux nouveaux succès en ITF 3 à Louvain et à Madrid. Dans le Brabant flamand, il domine pour la première fois un Top 10 en la personne de Maikel Scheffers. Il termine sa saison à l'ITF 2 de Prague où il atteint une nouvelle demi en simple et où il remporte le titre en double.

Jef a également l'occasion de disputer son tout premier Masters chez les adultes mais seulement en double. Avec son copain Ruben Spaargaren, il tient tête aux solides paires que sont Egberink-Scheffers et Kunieda-Sanada avant de prendre la mesure de la deuxième paire mondiale Fernandez-Reid. Certes ces derniers étaient déjà assurés de terminer en tête de leur groupe mais ça reste une solide performance. Classé aujourd'hui à la 17e place mondiale chez les adultes et au sommet du ranking junior, il peut encore disputer des tournois de jeunes l'an prochain mais son regard est désormais tourné vers le Top 10. La route est encore longue pour l'atteindre, et plus encore pour atteindre le Top 7 qualificatif pour les Grand-Chelems. Il doit notamment encore se renforcer physiquement. Mais il a clairement assez de talent dans la raquette pour suivre les traces de Joachim Gérard.


Suivent dans notre classement :
11e Amelia Waligora (13 ans, 1153 points)
12e Sara Pantelic (13 ans, 1041 points)
13e Gilles-Arnaud Bailly (13 ans, 888 points)
14e Juliette Bovy (14 ans, 877,25 points)
15e Tilwith Di Girolami (15 ans, 854,25 points)
16e Evra Yildirim (14 ans, 835,5 points)
17e Alessio Basile (14 ans, 777 points)
18e Noah Martens (16 ans, 768,5 points)
19e Idriss Haddouch (14 ans, 762 points)
20e Alexander Hoogmartens (13 ans, 712,25 po points)
21e Pierre-Yves Bailly (16ans, 688,25 points)
22e Justine Pysson (18 ans, 680 points)
23e Coralie Debruyne (14 ans, 669,5 points)
24e Victoria Kalaitzis (18 ans, 662,75 points)
25e Mats Herremans (14 ans, 642 points)
26e Emeline De Witte (16 ans, 622,5 points)
27e Olivier Rojas (17 ans, 620,25 points)
28e Amelie Van Impe (14 ans, 606,75 points)
29e Diego Digraci (16 ans, 597 points)
30e Tom Pisane (18 ans, 590 points)


Ce classement est établi sur la base des résultats internationaux en catégories cadets. scolaires et juniors, des classements ATP et WTA et des victoires en tournois belges.


Le Top 10 belge junior en 2017
Le Top 10 belge junior en 2016
Le Top 10 belge junior en 2015
Le Top 10 belge junior en 2014
Le Top 10 belge junior en 2013

Le Top 10 belge junior en 2012
Le Top 10 belge junior en 2011
Le Top 10 belge junior en 2010
Le Top 10 belge junior en 2009
Le Top 10 belge junior en 2008
Le Top 10 belge junior en 2007
Le Top 10 belge junior en 2006
Le Top 10 belge junior en 2005
Le Top 10 belge junior en 2004
Le Top 10 belge junior en 2003