Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | National
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

Le Top 10 belge féminin

Sept joueuses du Top 10 féminin belge sont en progression cette saison, ce qui est très positif. Derrière, ça bouge aussi puisque 11 Belges font partie du Top 500, 17 du Top 1000 et 29 sont classées à la WTA, un record. Pour comparaison, lorsque le site du tennis belge a démarré en 2003, elles n’étaient que 12. Et l’âge moyen des nouvelles venues incite à l’optimisme pour le futur. Le côté sombre de la saison féminine, c’est la Fed Cup. Voilà deux ans que nous sommes relégués en zone européenne et, tant cette année qu’en 2014, les joueuses ne sont même pas parvenues à sortir des poules. Il est grand temps d’agir pour remédier à cela.

Yanina Wickmayer Yanina Wickmayer (A1, 26 ans, 75e -> 41e) :

Même si elle n’a décroché la première place belge qu’en toute fin de saison, retrouver Yanina au Top de notre tennis est assez logique si l’on regarde l’ensemble de son année. Elle n’a certes pas toujours été très régulière. Mais je pense qu’elle ne le sera jamais. Avec son jeu à haut risque et basé sur la confiance, elle connaitra toujours des jours où « ça ne veut pas ». Mais à certaines occasions, et en particulier en fin de saison, on a retrouvé la Yanina de la grande époque.

La tournée australienne est assez significative. Après deux défaites au premier tour, à Auckland et Sydney, face à des joueuses à sa portée, elle se hisse en huitième de finale de l’Open d’Australie en battant notamment Anastasia Pavlyuchenkova et Sara Errani. Le reste de son hiver est plus compliqué en raison de quelques tirages difficiles. Elle s’incline souvent rapidement mais contre des joueuses comme Maria Sharapova, Agnieszka Radwanska ou Timea Bacsinszky. Elle débute plutôt bien sur terre avec une demi-finale à Prague mais la suite est plus difficile. A Roland-Garros, elle passe complètement à côté de son premier tour contre Elina Svitolina. Certes l’Ukrainienne est une redoutable joueuse mais l’attitude de Yanina lors de ce match n’incite pas à la confiance pour la suite de sa saison.

Pourtant, elle débute plutôt pas mal la tournée sur gazon aussi puisqu’elle franchit deux tours à Nottingham. Elle est malheureusement obligée d’abandonner en quart en raison d’une maladie. Elle ne se remet pas vraiment de ce coup d’arrêt et perd d’entrée à Wimbledon. Son été est meilleur puisqu’elle sort des qualifications au « Premier » de Toronto, se hisse en demi du $100.000 de Vancouver et bat Francesca Schiavone au premier tour de l’US Open. Sur sa lancée, elle réussit une très belle tournée asiatique où elle atteint une demi à Guangzhou et, surtout, remporte le titre à Tokyo. Il s’agit là de son quatrième trophée sur le circuit principal mais avant tout du premier depuis janvier 2010 ! Elle ne rencontre aucune Top 50 sur son parcours mais sort tout de même de belles prestations pour s’imposer. Son retour en salle est moins bon, avec deux défaites trop rapides à Linz et à Luxembourg. Mais elle décroche un dernier titre en extérieur, au « WTA 125 » de Carlsbad.

Objectifs 2016 : C’est cette dernière victoire qui lui permet, in extremis, de dépasser Alison Van Uytvanck au classement. Comme presque chaque saison (et même parfois plusieurs fois par an), Yanina a changé de structure. Mais elle a sans doute opté pour le bon choix en retournant à l’Académie de Patrick Mouratoglou, l’entraineur qui s’occupait d’elle lorsqu’elle était au sommet. C’est Nicolas Beuque, l’un des coachs de cette académie, qui l’accompagne depuis septembre et les résultats n’ont pas tardé à arriver. L’objectif de ces six premiers mois où elle aura relativement peu de points à défendre, sera de se rapprocher du Top 30 afin d’être tête de série à Roland-Garros et à Wimbledon. A plus long terme, un retour dans le Top 20 est tout à fait envisageable.

Alison Van Uytvanck Alison Van Uytvanck (A2, 21 ans, 106e -> 44e) :

La fin de saison 2014 d’Alison Van Uytvanck était un peu décevante. Blessée durant l’été, elle a connu pas mal de difficultés à enchainer les victoires jusqu’à la fin de l’année. Alors qu’elle avait réussi à faire son entrée dans le Top 100, elle en était ressortie en décembre. Son classement lui permettait tout de même de disputer l’Open d’Australie.

Mais c’est Serena Williams en personne qui l’attendait au premier tour à Melbourne. Contre la n°1 mondiale, elle réussit un bon deuxième set mais ne peut éviter la défaite. A Anvers, Alison passe par contre tout près de l’exploit lorsqu’elle dispose de huit balles de matchs contre Andrea Petkovic au deuxième tour. Mais elle ne parvient pas à les concrétiser. Dommage parce que l’Allemande remportera le tournoi ensuite. La Belge se console en atteignant la finale du double. Par la suite, elle franchit victorieusement quatre fois les qualifications en tournoi WTA et passe même un tour dans le tableau final à Indian Wells et à Miami. Mieux, lors du seul tournoi où elle est directement admise dans le grand tableau, à Katowice, elle parvient à se hisser en demi-finale suite à des victoires contre Magdalena Rybarikova ou Kirsten Flipkens. Mais c’est à Roland-Garros qu’elle réalise l’exploit de sa saison. En profitant pleinement d’un tableau dégagé, Alison se fraye un chemin jusqu’en quart de finale. Elle bat quelques bonnes joueuses comme Anna Karolina Schmiedlova ou Zarina Diyas et ne passe pas loin de battre Timea Bacsinszky.

Alison peine à confirmer cette belle performance durant l’été. Elle connaît les résultats les plus décevants de sa saison à Wimbledon et à l’US Open où elle s’incline contre des qualifiées. Elle se reprend en automne, notamment en Asie. Elle atteint les demi-finales à Séoul puis bat à nouveau Anna Karolina Schmiedlova lors du « Premier » de Pékin. Elle termine la saison sur une nouvelle très bonne note en battant Ana Ivanovic et Barbora Strycova à Luxembourg. Cette victoire contre la Serbe est d’ailleurs la plus belle performance de sa carrière. Malade, elle doit malheureusement jeter l’éponge après le premier set de la demi-finale. Dommage, car Alison avait vraiment les armes pour aller décrocher ce premier vrai titre WTA.

Objectifs 2016 : A l’exception de cet été très difficile, Alison a donc réalisé une saison pleine et très constante, avec deux parcours assez exceptionnels à Roland-Garros et à Luxembourg. Elle a démontré que son potentiel était très élevé et que la variété de son jeu lui permettait de voir loin. Dans un premier temps, il s’agira d’atteindre le Top 32 comme Yanina d’ici Roland-Garros. Elle manque peut-être encore un peu d’expérience pour intégrer déjà le Top 20 cette année mais elle a les armes pour y arriver à moyen terme.

Kirsten Flipkens Kirsten Flipkens (A4, 29 ans, 45e -> 85e) :

Depuis sa demi-finale à Wimbledon en 2013, Kirsten Flipkens ne parvient plus à retrouver le niveau de jeu qui avait fait d’elle une 13e mondiale cet été là. On a même craint pour la suite de sa carrière lorsqu’elle est sortie du Top 100 début juillet. Mais une meilleure deuxième partie de saison lui a permis de limiter la casse cette année. Sa chute au classement est tout de même importante.

Le début de saison de Kirsten a été très difficile. Si elle remporte (dans la douleur) son premier match contre Johanna Larsson à Auckland, il faut attendre Indian Wells pour la voir à nouveau remporter un match dans le tableau final d'un tournoi du circuit principal. Elle perd ainsi au premier tour à Hobart, à l'Open d'Australie, à Anvers, à Dubai et à Doha. A sa décharge, elle n'a pas été gâtée par les tirages qui l'ont opposée trois fois à des Top 20. Après une nouvelle défaite d'entrée à Miami, elle atteint son premier quart de la saison à Katowice mais s'y incline contre Alison Van Uytvanck. Dans les qualifications de Stuttgart, elle passe le premier tour mais s'occasionne une déchirure musculaire à la cuisse ce qui la force à l'abandon et la prive de sa saison sur terre. Elle revient tout juste pour Roland-Garros mais, hors de forme, elle est battue par Elena Vesnina au premier tour.

Kirsten ne réalise pas non plus une grande tournée sur gazon, malgré ses dispositions sur cette surface. Elle ne remporte qu'un match en trois tournois de préparation. Mais elle parvient tout de même à franchir le premier tour à Wimbledon et offre ensuite une belle résistance à Victoria Azarenka. L'été est la meilleure partie de sa saison. Elle y aligne une demi-finale à Istanbul (en battant Alizé Cornet et Francesca Schiavone), un quart à Bakou puis une finale au $100.000 de Vancouver. Malheureusement, à l'US Open, elle tombe d'entrée face à une joueuse en forme : Varvara Lepchenko. Elle termine aussi très bien sa saison lors du tournoi de Linz où elle se hisse en demi-finale. A cette occasion, elle bat Caroline Wozniacki en deux sets, ce qui constitue sa meilleure performance depuis sa victoire contre Petra Kvitova à Wimbledon en 2013. Elle atteint également les demis au « WTA 125 » de Taipei.

Objectifs 2016 : Cette bonne fin de saison lui permet de revenir dans le Top 100 qu'elle avait quitté après Wimbledon. Avec sa 85e place, elle pourra continuer à disputer des tournois sur le circuit principal, au moins pendant les 6 premiers mois de l'année où elle aura peu de points à défendre. Si elle conserve son niveau de fin de saison, elle peut même rapidement retrouver le Top 50.

An-Sophie Mestach An-Sophie Mestach (A3, 21 ans, 101e -> 156e) :

La première vraie déception du classement féminin belge est An-Sophie Mestach. Il y a un an, tout laissait penser que 2015 serait l’année de son explosion au plus haut niveau. L’ancienne n°1 mondiale junior avait souffert de quelques blessures qui avaient freiné sa progression par le passé. Mais sa saison 2014 s’était très bien passée à ce niveau-là et elle était en passe d’intégrer le Top 100.

Pourtant son début de saison est très faible. En quatre mois, elle ne remporte que quatre matchs. Dont trois en qualifications de tournoi WTA. Elle souffre un peu d’une inflammation du tibia durant cette période mais rien qui ne l’empêche de jouer. C’est plus du côté mental et de la confiance qu’il faut chercher son échec à évoluer au même niveau dans les tableaux finals de tournoi WTA qu’elle ne le faisait l’an dernier en ITF. En fait, la seule rencontre qu’elle gagne à ce niveau-là, c’est contre une invitée classée 427e, à Katowice. La plupart de ses défaites, elle les connaît contre des joueuses même pas classées dans le Top 100. Elle décide alors de faire l’impasse sur la saison sur terre et de partir disputer une tournée de 4 ITF en Asie. Des tournois qu’elle aurait dû survoler en tant que tête de série n°1 et qui auraient dû lui permettre de retrouver la confiance. Malheureusement, elle n’y atteint qu’une seule demi-finale ce qui mine encore plus son moral.

D’habitude plutôt à l’aise sur herbe, An-Sophie passe également à côté de cette partie de la saison. Lors des qualifications de Wimbledon où elle est deuxième tête de série, elle s’incline dès le deuxième tour. Heureusement, elle va réaliser un bien meilleur été. Elle se hisse tout d’abord deux fois en finale de $50.000 à Stockton et à Sacramento. Elle parvient également à sortir des qualifications du tournoi WTA de Washington puis atteint les demi-finales du $25.000 de Landisville. Cette série lui permet même de faire momentanément une petite incursion dans le Top 100. Mais elle est de nouveau sortie au deuxième tour des qualifications à l’US Open. Son début d’automne n’est pas mauvais non plus, elle y décroche son premier titre WTA, en double, à Québec. Après un quart de finale au $75.000 d’Albuquerque, elle marque un peu le pas et sa fin de saison n’est pas à la hauteur.

Objectifs 2016 : D’abord inscrite dans les « WTA 125 » de fin de saison en Asie, An-Sophie préfère y renoncer pour effectuer une plus longue préparation pour 2016. Cette décision lui coûte pas mal de places au classement car elle avait beaucoup de points à défendre durant cette période. Elle n’est même pas loin de quitter le Top 5 belge, Elise Mertens et Ysaline Bonaventure la talonnant au classement. On espère évidemment que ce choix s’avèrera payant. Elle n’a de toute façon que très peu de points à défendre durant les 6 premiers mois de l’année donc elle devrait remonter rapidement. L’objectif étant de se placer plus confortablement dans le Top 100 et de disputer les tableaux finals des Grand-Chelems.

Elise Mertens Elise Mertens (A6, 20 ans, 240e -> 164e) :

Pour sa troisième saison professionnelle, Elise Mertens frappe un grand coup. Toujours en progression depuis ses débuts, elle se classe parmi les cinq meilleures Belges alors qu’elle vient seulement de fêter ses 20 ans (il y a un mois). Au classement WTA, elle termine d’ailleurs pas loin du Top 150. En cours de saison, elle prend six fois la mesure de joueuses classées parmi les 200 premières mondiales.

Sa saison commence sur les chapeaux de roues. Elle dispute trois $25.000 aux Etats-Unis et y atteint une demi (à Plantation) puis une finale (à Daytona Beach). Dans cette deuxième épreuve, elle sort la 120e joueuse mondiale, la Portugaise Michelle Larcher de Brito, ce qui constitue à l’époque la deuxième plus belle victoire de sa carrière. Malheureusement, lors du troisième tournoi de sa tournée, elle se blesse. Cette blessure ruine le reste de son hiver dont le meilleur résultat sera une demi en $10.000. Totalement remise au printemps, elle franchit un tour dans les qualifications du tournoi WTA de Bogota puis remporte son premier titre de la saison et le deuxième $25.000 de sa carrière à Santa Margherita du Pula fin avril. Elle franchit aussi un tour au $50.000 de Tunis mais loupe de peu sa place dans les qualifications de Roland-Garros.

Elise connait l’un des meilleurs moments de sa saison à Wimbledon où elle atteint le troisième tour des qualifications en battant l’ex-Top 30 Kateryna Bondarenko. Durant l’été, elle dispute une demi au $25.000 de Denain et un quart à celui de Coxyde. Elle remporte surtout les deux en double. Malheureusement, une blessure aux abdominaux l’empêche de défendre totalement ses chances au premier tour des qualifs de l’US Open où elle perd contre la 425e mondiale. En automne, sa tournée mexicaine est particulièrement réussie. Elle y remporte son premier titre en $50.000 à Victoria en battant les expérimentées Pauline Parmentier et Amandine Hesse. Elle s’impose également en double, tout comme au $50.00 de Monterrey. En fin de saison, elle dispute les quarts de finale du $75.000 de Dubai et passe un tour au “WTA 125” de Taipei. Un quart de finale lors de son dernier tournoi, au $75.000 de Toyota, aurait suffi à Elise pour finir l’année à la quatrième place belge, devant An-Sophie Mestach. Mais elle y perd au premier tour.

Objectifs 2016 : Ses progrès rapides ne doivent pas faire oublier son jeune âge et le fait qu’elle a encore pas mal d’expérience à emmagasiner avant d’éclore sur le grand circuit. Il est donc fort probable qu’elle connaisse, en 2016, une année de transition. Son objectif en terme de classement sera donc surtout de ne pas régresser et même de se rapprocher le plus possible du Top 100. Elle tentera également de se qualifier pour un Grand-Chelem.

Ysaline Bonaventure Ysaline Bonaventure (A5, 21 ans, 196e -> 170e) :

La progression d’Ysaline Bonaventure au classement WTA cette saison est assez modeste. Au classement belge, elle est même dépassée par Elise Mertens. Mais elle a tout de même franchi certains paliers importants. Et la différence fondamentale entre les environs de la 200e place et de la 170e, c’est qu’elle ne doit pas se battre pour sa place dans le tableau qualificatif de Grand-Chelem. Sa place est assurée à Melbourne et ça devrait aussi être le cas pour Roland-Garros et Wimbledon, sauf catastrophe durant les quatre premiers mois de l’année.

Car elle a relativement peu de points à défendre durant cette période. Elle manque de chance en début d’année puisqu’elle était à peine en dessous du « cut » pour les qualifications à Auckland et à Hobart. Elle ne peut donc disputer que le tableau préliminaire de l’Open d’Australie et… tombe d’entrée sur la première tête de série. Le reste de son hiver, elle atteint deux quarts en $25.000 et le dernier tour des qualifs au tournoi WTA d’Anvers (en battant sa première Top 100). Mais son meilleur résultat, elle le réalise en double en remportant son premier titre WTA à Rio de Janeiro. Son parcours y est plus que coquasse puisqu’elle bénéficie du forfait de la paire adverse en demi et de l’abandon de celle qu’elle affronte en finale. Au printemps, elle réédite toutefois cette performance en s’imposant à Katowice et cette fois sur son seul mérite (et celui de sa partenaire Demi Schuurs bien sûr). A Roland-Garros, elle manque à nouveau de chance puisqu’elle doit affronter une ancienne gagnante du tournoi junior au premier tour des qualifs.

A Wimbledon, elle s’incline également d’entrée contre une ancienne très bonne junior mais, cette fois, 12/10 au dernier set. Sur sa lancée, elle se qualifie pour le tournoi WTA de Bastad ce qui lui donne droit d’affronter… Serena Williams en personne. Devant un stade plein, ça reste sa plus belle expérience de 2015. Par la suite, elle remporte le $25.000 de Darmstadt et atteint les quarts au $75.000 de Prague. Elle se hisse surtout au dernier tour des qualifs de l’US Open où elle ne s’incline qu’en trois sets. Comme Elise Mertens, elle part disputer des $50.000 au Mexique au début de l’automne. Elle remporte le premier en simple et soulève deux trophées en double avec Elise. Sa victoire en simple à Monterrey est, à ce jour, son plus gros titre.

Objectifs 2016 : Sa première victoire dans un $50.000, sa rencontre face à Serena, son accession au dernier tour des qualifications de l’US Open et ses superbes résultats en double (qui font d’elle la n°1 belge de la discipline), sont autant d’expériences importantes qui l’ont fait grandir cette année. En 2016, qu’elle débutera à Brisbane, elle sera toujours accompagnée de sa coach de longue date Noëlle Van Lottum. Mais Dominique Monami est venue s’ajouter à son staff et la suivra plus en tournoi également. Son ambition est d’arriver le plus vite possible dans le Top 130 afin d’être tête de série en qualifications des Grand-Chelems. Elle aimerait également pouvoir y atteindre au moins un tableau final pour franchir un nouveau cap dans sa carrière.

Marie Benoit Marie Benoit (A7, 20 ans, 474e → 287e) :

Sans faire beaucoup de bruits, Marie Benoit a réalisé une des plus belles progressions de la saison. Peu de joueuses peuvent en effet s’enorgueillir d’un bond de presque 200 places à un si haut niveau. Elle était pourtant restée sur une saison 2014 assez mitigée mais elle a franchi un énorme cap en 2015 en réussissant une très belle transition entre les $10.000 et les $25.000.

A peine classée dans le Top 500 en début d’année, elle débute forcément par des $10.000. C‘était en Tunisie, à El Kantaoui, et elle se montre tout de suite performante puisqu’elle atteint la finale du premier et remporte le second. Elle enchaine sur deux $25.000 en Inde où elle sort des qualifications lors du premier. La deuxième semaine, à Aurangabad, elle décroche in extremis son accession directe au tableau final et se hisse en demi-finale. Elle passe même tout près de la finale puisqu’elle ne s’incline qu’au tie-break du dernier set. Elle rejoue ensuite deux $10.000 à El Kantaoui où elle aligne un quart et une demi. Le reste de son printemps est un ton moins bon.

Marie réalise par contre un très beau début d’été lors de deux $25.000 en suède où elle aligne un quart à Ystad et une demi à Helsingborg. A cette occasion, elle bat trois joueuses du Top 300 ce qui constitue, à ce moment-là, ses trois plus belles perfs. Sa tournée en Belgique au mois d’août est moins bonne et elle n’atteint pas un seul quart de finale en trois épreuves. Elle termine par contre son été de la plus belle des manières en remportant son premier $25.000 à Alphen aan den Rijn. Au deuxième tour, elle obtient son premier succès sur une Top 200, Alberta Brianti. Sa fin de saison est un petit peu moins bonne mais elle remporte tout de même un premier match en $50.000 à Toronto.

Objectifs 2016 : Marie s’entraine toujours au Centre AFT et a effectué une longue préparation foncière afin de se renforcer encore pour les échéances de 2016. Elle ne devrait en principe pas commencer sa saison avant mi-janvier et jouera essentiellement des $25.000, avec sans doute quelques incursions dans des tournois plus importants si tout s’enchaine bien. Son objectif de fin d’année est de faire son entrée dans le top 200 afin de pouvoir disputer les qualifications des Grand-Chelems en 2017.

Elyne Boeykens Elyne Boeykens (A8, 24 ans, 879e -> 355e) :

La belle histoire de ce Top 10 belge est celle d'Elyne Boeykens. En 2013, alors qu'elle était en pleine progression et venait de faire son entrée dans le Top 500, l'Anversoise s'occasionnait une très grave blessure à la jambe lors des qualifications du tournoi WTA de Bruxelles. Une blessure qui va l'empêcher de jouer pendant plus d'un an, à l'exception d'une tentative de retour manquée début 2014. Il faut attendre la fin de la saison passée pour qu'elle réalise de nouveau de bons résultats, à savoir deux demis en $10.000.

Début 2015, après une nouvelle blessure qui la prive de nouveau de tennis pendant deux mois et demi, elle atteint un premier quart de finale en $10.000 au Havre. Mais il faut attendre la mi-juin pour la voir de nouveau au top. En cinq semaines, elle parvient à remporter deux titres en simple à Alkmaar (où elle était sortie des qualifications) et à Ganshoren et deux autres en double à Madrid et à Knokke. A Ganshoren, elle bat trois des quatre premières têtes de série dont les deux premières qui sont classées dans le Top 500.

En août, Elyne sort des qualifications au $25.000 de Coxyde et poursuit sa route jusqu'en quart de finale, ce qu'elle n'avait réussi qu'une seule fois à ce niveau depuis le début de sa carrière. Dès la semaine suivante, elle répète cette performance à Westende. Elle termine sa tournée d'ITF belges en remportant son plus beau titre au $15.000 de Wanfercée-Baulet. Un titre empoché sans perdre un set, notamment contre la 264e mondiale, Chloé Paquet, en finale. En septembre, elle atteint encore les demi-finales du $15.000 de Pétange puis se concentre sur les tournois plus relevés durant l'automne. Elle termine sa saison en battant Marie Benoit au $25.000 de Shrewsbury.

Objectifs 2016 : Malgré toutes ces superbes performances, Elyne avoue que le moment inoubliable de cette année a été pour elle la demi-finale de la Coupe Davis. Présente dans la salle de Forest National le dimanche, elle a eu la chair de poule durant toute la journée. On lui souhaite évidemment de connaître ce genre de sensation sur le court en 2016. L'opposition sera autrement plus relevée dans les tournois mieux dotés que son nouveau classement lui permettra de disputer. Mais plus que le classement, son objectif sera de disputer une saison complète sans blessure.

Greetje Minnen Greetje Minnen (A11, 18 ans, Ncl → 396e) :

La surprise du Top 10 est incontestablement Greetje Minnen. Bien sûr, ses très bons résultats chez les juniors depuis trois ans ne sont pas passés inaperçus. Et elle avait déjà intégré le classement WTA en 2013 lorsque, avant même de fêter son 16e anniversaire, elle avait atteint la finale de son tout premier tournoi professionnel à Maaseik. Mais elle avait alors décidé de rester sur le circuit junior avec l’espoir d’en atteindre le Top 10 et de réussir un gros coup en Grand-Chelem.

C’était en tout cas son objectif pour 2015. Je détaillerai sa saison junior ainsi que son parcours dans les catégories de jeunes les années précédentes dans la rétrospective « Top 10 espoirs belge » que je publierai dans quelques jours. Car bien sûr, sa superbe première vraie saison chez les pros la place aussi en bonne position parmi les grands espoirs de notre tennis. Chez les adultes, en début de saison, elle ne prend part qu’à deux $10.000 à Sharm El Sheikh. Battue d’entrée lors du premier, elle est contrainte de déclarer forfait pour le second suite à une déchirure aux ischio-jambiers. Elle est donc sortie du classement lorsqu’elle revient sur le circuit ITF en juillet, après la fin de sa « carrière » chez les juniors. Elle ne perd pas de temps lors de ce retour et se hisse directement en finale d’un $10.000 à Nieuport.

En août, Greetje obtient des invitations pour les $25.000 de Coxyde et de Westende et franchit chaque fois un tour. Elle remporte son tout premier titre lors d’un $15.000 à Pétange où elle bat une Top 300 (Manon Arcangioli) et prend la mesure d’Elyne Boeykens en demi. Un mois plus tard, elle double déjà la mise en s’imposant dans un $10.000 à Antalya, cette fois sans rencontrer de joueuse du Top 300. La semaine suivante, elle atteignait encore une finale dans la cité balnéaire turque. Elle termine la saison en apothéose en se hissant pour la première fois en demi-finale d’un $25.000 à Shrewsbury (où elle était passée par les qualifications). Au passage, elle signe ses deux plus belles victoires contre Chloé Paquet (251e) et Ana Vrljic (237e).

Objectifs 2016 : Cet exceptionnel enchainement de victoires lui permet déjà d’intégrer le Top 400, trois mois à peine après avoir fait son retour au classement WTA. Elle n’a, en outre, pas le moindre point à défendre durant la première moitié de 2016 et ne peut donc que progresser. Elle va évidemment disputer beaucoup plus de $25.000 dons devra affronter une opposition plus coriace. Mais elle a les armes pour atteindre le Top 250 d’ici à la fin de l’été.

Klaartje Liebens Klaartje Liebens (A9, 20 ans, 339e -> 456e) :

Dernière joueuse de notre Top 10 féminin, Klaartje Liebens est aussi une des rares (avec An-Sophie Mestach) à avoir réalisé une mauvaise saison. Née la même année qu’Elise Mertens et Marie Benoit, Klaartje Liebens était la révélation de la saison 2014. Elle avait remporté trois titres en $10.000 et atteint trois quarts de finale en $25.000 ce qui lui avait permis d’intégrer le Top 350.

Cette année, elle a eu bien du mal à gérer cette progression peut-être un peu trop rapide. Pourtant, tout avait très bien commencé avec deux quarts de finale, au $10.000 de Sunderland et au $25.000 de Grenoble. Elle réalise même un petit exploit en sortant des qualifications du tournoi WTA d’Anvers. Elle y obtient, tout simplement, les trois plus belles performances de sa carrière (en termes de classement) en dominant successivement Barbora Krejcikova (158e), Gioia Barbieri (203e) et Ysaline Bonaventure (200e).

Et ce sera tout, ou à peu près. Sa défaite contre Mona Barthel dans le tableau finale d’Anvers est la première d’une série bien noire. Du 10 février au 10 septembre, elle ne remporte que deux matchs et subit la bagatelle de 17 défaites ! Elle se reprend un tout petit peu au début de l’automne en se hissant en quart de finale du $25.000 de Redding. Elle subit encore cinq autres défaites avant de rejouer des $10.000 où elle va sauver les meubles en atteignant une demi et un quart.

Objectifs 2016 : De son propre aveu, Klaartje n’était pas prête à affronter presque chaque semaine des joueuses du top 200-250. Or, c’est essentiellement face à des joueuses de ce niveau-là qu’elle a perdu. En fin de saison, la confiance étant envolée, elle a également subi des revers face à des joueuses moins bien classées. Klaartje, qui a fait toutes ses classes à la VTV, s’est tournée vers l’AFT pour demander de l’aide. Elle s’entraine donc désormais à Mons et espère remonter rapidement au classement pour pouvoir rejouer les tournois de $25.000 avec cette fois, l’expérience aidant, un peu plus d’efficacité.

 

Le Top 10 belge féminin en 2014
Le Top 10 belge féminin en 2013

Le Top 10 belge féminin en 2012
Le Top 10 belge féminin en 2011
Le Top 10 belge féminin en 2010
Le Top 10 belge féminin en 2009
Le Top 10 belge féminin en 2008
Le Top 10 belge féminin en 2007
Le Top 10 belge féminin en 2006
Le Top 10 belge féminin en 2005
Le Top 10 belge féminin en 2004
Le Top 10 belge féminin en 2003