Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | Belgian Circuit
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

Le Top 10 belge féminin

Si le tennis belge masculin a connu quelques difficultés cette saison, notre tennis féminin est en plein boom. Derrière Kirsten Flipkens qui a enchaîné les exploits durant la première moitié de l'année, toute une génération de jeunes joueuses, de 16 à 19 ans, montre le bout du nez. Vingt-trois Belges sont classées à la WTA alors qu'on en trouvait rarement plus d'une douzaine les années précédentes. Et sur ces 23, seulement 3 ont régressé au classement, dont Elyne Boeykens qui avait gagné plus de cent places en cinq mois mais s'est gravement blessée lors des qualifs du Brussels Open et n'a plus rejoué depuis. Petite revue de notre Top 10.

Kirsten Flipkens Kirsten Flipkens (A1, 27 ans, 54e -> 20e) :

Enfin ! Après onze années passées sur le circuit, marquées par douze titres ITF, mais aussi de très nombreux pépins physiques, Kirsten Flipkens a enfin réalisé une saison référence, jalonnée de grands résultats et récompensée d'un titre de sportive belge de l'année. Lors de sa fin de saison 2012, elle avait déjà montré des signes de progrès. Elle avait remporté son premier titre WTA à Québec et disputé une autre demi-finale à Linz. Elle abordait donc 2013 avec énormément d'ambitions.

Dès la tournée australe, elle démontre que sa forme de l'automne n'était pas un feu de paille. Elle aligne un quart à Auckland, une demi à Hobart et, surtout, un premier huitième en Grand-Chelem à l'Open d'Australie. A cette occasion, elle domine Klara Zakopalova, 22e. Une légère blessure au quadriceps la force à renoncer à son deuxième simple de Fed Cup contre la Suisse (ce qui précipite la défaite belge). Mais elle reprend sa course en avant pour disputer les quarts à Memphis et surtout à Miami où elle prend la mesure de Petra Kvitova, 8e mondiale. Elle connaît une saison sur terre un peu plus compliquée et s'incline au deuxième tour de Roland-Garros.

Toujours à l'aise sur gazon, elle se hisse en finale à s'Hertogenbosch avant l'incroyable parcours de Wimbledon. A Londres, elle profite de l'hécatombe des têtes de série pour se hisser en quart de finale et retrouver Petra Kvitova. Et comme à Miami, elle prend la mesure de la Tchèque pour atteindre la première demi-finale de sa carrière en Grand-Chelem. Dommage qu'elle n'ait pas vraiment pu jouer sa chance face à Bartoli. Sans une blessure au genou qui l'a handicapée durant la demi-finale, qui sait jusqu'où elle aurait pu aller ? Cette douleur va d'ailleurs ruiner la deuxième partie de saison. Treizième mondiale en juillet, elle glisse tout doucement vers la 20e place en raison de résultats vraiment plus faibles que de janvier à juin. A deux reprises seulement, elle aligne deux victoires d'affilée : à Toronto (où elle domine Venus Williams) et à Linz (où elle se hisse en quart). A l'US Open, elle est largement dominée par cette même Venus au premier tour.

Objectifs 2014 : En plus de sa blessure au genou, une fatigue générale, tant physique que mentale, est à l'origine de cette baisse de niveau. Il faudra que Kirsten retrouve tous ses moyens pour reprendre sa marche en avant. Ce sera d'autant plus compliqué qu'elle aura beaucoup de points à défendre en début de saison. Elle devra aussi se passer de Maxime Braeckman, le coach qui l'a menée au sommet, qui a décidé de prendre un peu de recul et de ne plus la suivre toute l'année. Dans ces conditions, un maintien dans le Top 20 serait une belle réussite pour Kirsten.

Yanina Wickmayer Yanina Wickmayer (A2, 24 ans, 23e -> 51e) :

Depuis sa superbe saison 2009, ponctuée par sa demi-finale à l'US Open, Yanina Wickmayer s'était installée confortablement dans le Top 30. Si son dernier titre WTA remonte à début 2010 et son dernier huitième en Grand-Chelem à Wimbledon 2011, elle a encore disputé trois finales en 2012 et faisait régulièrement de bons matchs face aux meilleures.

La deuxième partie de la saison passée de Yanina montrait déjà une grosse perte de confiance. Entre les Jeux Olympiques de Londres et la fin de l'année, elle n'avait plus remporté que trois matchs et en avait perdu dix. Elle semble un moment avoir retrouvé son niveau début 2013 puisqu'elle débute la saison par une finale à Auckland et un troisième tour à l'Open d'Australie. Mais elle sombre lors de la rencontre de Fed Cup contre la Suisse, une compétition qui, d'habitude, a plutôt tendance à la galvaniser. Après une blessure au dos qui la force à abandonner à Doha, elle passe complètement à côté de sa saison sur terre et subit des défaites totalement inattendues, notamment face à Jamie Hampton à Bruxelles ou la qualifiée slovaque Anna Karolina Schmiedlova à Roland-Garros.

Elle dispute ensuite un très bon tournoi d'Eastbourne où elle se hisse en demi-finale en battant deux Top 10 : Petra Kvitova et Maria Kirilenko. Mais elle retombe dans ses travers et s'incline d'entrée à Wimbledon face à la modeste Serbe Vesna Dolonc. La suite de la saison est à l'image de sa fin d'année 2012. Jusqu'à la fin des tournois WTA, Yanina ne remporte que deux matchs en tableau final (à Toronto et Luxembourg) et deux autres dans les qualifs de New Haven. Mais elle perd également huit rencontres. Elle remporte toutefois son premier titre en double à Luxembourg, aux côtés de Stefanie Vogt. En fin de saison, elle décide de prendre part à deux épreuves $125.000 en Asie. Elle atteint une demi-finale à Nanjing et la finale à Taipei.

Objectifs 2014 : Ces tournois lui ont permis de retrouver le goût de la victoire. Dans une longue interview à sport/foot magazine, Yanina explique que son dos la fait souffrir de manière chronique depuis plus de deux ans. Pour atténuer la douleur, elle a changé son mouvement au service, se privant ainsi d'une de ses armes maîtresses. Les défaites se sont enchainées et la confiance s'est envolée. Elle pense néanmoins qu'avec son nouveau staff (Stefan Wauters est son coach depuis le début de l'été) et un suivi psychologique auquel elle s'astreint depuis quelques mois, elle reviendra dans le Top 30, voire le Top 20 an 2014.

Alison Van Uytvanck Alison Van Uytvanck (A3, 19 ans, 199e -> 112e) :

En l'absence de Kim Clijsters et de Justine Henin, que ce soit depuis la saison 2012 ou lors de leurs premières retraites en 2008-2009, Kirsten Flipkens et Yanina Wickmayer ont tenu notre tennis féminin à bout de bras, notamment en Fed Cup. Elles devraient être rejointes l'année prochaine par deux jeunes joueuses qui ont énormément progressé en 2013 : Alison Van Uytvanck et An-Sophie Mestach.

Alison était déjà dans le Top 200 il y a un an et avait déjà une petite expérience du circuit WTA, notamment un quart de finale au Brussels Open. En 2013, elle poursuit sa progression jusqu'à atteindre le Top 100 le temps d'une semaine en novembre. Elle démarre très bien la saison en remportant le $25.000 d'Andrézieux-Bouthéon. Elle ne perd pas un set durant la semaine alors que le tableau est assez costaud pour un tournoi de ce niveau. En mars, elle échoue en finale du $15.000 de Sunderland puis s'impose au $25.000 de Choissy un mois plus tard. Elle sort ensuite des qualifs du $50.000 de Saint-Gaudens et passe le premier tour. Elle est, par contre, largement dominée d'entrée de jeu au Brusseles Open, un tournoi qui lui avait pourtant beaucoup réussi jusque-là.

Sur le gazon de Birmingham, Alison parvient à se hisser dans le tableau final et à y dominer Ayumi Morita, 44e mondiale. Son été est par contre moins bon. Son seul résultat valable est un quart de finale du $100.000 d'Olomouc. Après l'US Open, où elle s'incline au dernier tour des qualifications, elle remporte un nouveau $25.000 à Shrewsbury et atteint la finale de celui de Loughborough. Elle part pour Taipei en fin d'année et y aligne une demi-finale dans un $50.000 et, surtout, une victoire en $125.000. Dans ce tournoi, considéré comme un vrai tournoi WTA, elle bat deux Top 100 dont Yanina Wickmayer en finale.

Objectifs 2014 : Cette victoire lui permet d'atteindre la 100e place mondiale mais elle perd ensuite une douzaine de place après avoir perdu les points d'une victoire en $25.000 fin 2012. Elle devrait donc vraisemblablement encore passer par les qualifications de l'Open d'Australie mais elle en sera une des principales favorites. Un bon résultat à Melbourne lancerait sans doute une saison qui doit la voir s'installer très nettement dans le Top 100.

An-Sophie Mestach An-Sophie Mestach (A4, 19 ans, 360e -> 143e) :

Le cas d'An-Sophie Mestach est un peu différent. Première mondiale chez les juniors fin janvier 2011, au lendemain de sa victoire à l'Open d'Australie dans cette catégorie, la Gantoise a ensuite enchainé blessures sur blessures. Sa progression au classement WTA s'est donc trouvé freinée ces deux dernières saisons.

Cette année, elle l'a d'ailleurs débutée par... un abandon lors des qualifications du $25.000 d'Innisbrook suite à une blessure au tibia. Elle n'a pu reprendre la compétition que mi-mars et, même si elle a tout de suite atteint la finale du $15.000 de Bath, elle a eu besoin de quelques semaines pour retrouver son meilleur tennis. C'est une tournée de trois $50.000 au Japon qui va lui redonner confiance. Elle commence à Gifu où elle sort des qualifications avant d'aller au bout du tournoi. Lors des deux épreuves suivantes, à Fukuoka et à Kurume (disputées sur gazon), elle n'est battue qu'en finale.

Sur sa lancée, elle réalise une belle mini-saison sur herbe. Elle sort des qualifications du $75.000 de Nottingham puis du WTA de s'Hertogenbosch. A Wimbledon, elle est battue aux portes du tableau final (8/6 au dernier set du dernier tour des qualifs). Une blessure la gène ensuite durant l'été mais elle réussit deux bons résultats dans des $50.000 à Trabzon en septembre (demi et quart). Elle se hisse encore en finale d'un tournoi de même valeur à Joué-Les-Tours un mois plus tard. Comme Alison, elle fait le voyage vers Taipei mais avec nettement moins de réussite puisqu'elle se blesse au coude lors de son premier match et doit rentrer prématurément en Belgique pour se faire opérer.

Objectifs 2014 : une fois sa revalidation terminée, An-Sophie s'est engagée à Ankara, quelques jours avant Noël, afin de parfaire sa préparation pour 2014. Mais là aussi, elle a dû jeter l'éponge lors de son deuxième tour. Son talent ne fait aucun doute et devrait rapidement la mener au Top 100 et à une présence dans les tournois du Grand-Chelems. Il faudra pour ça que son physique suive le rythme ce qui semble être très compliqué pour l'instant.

Ysaline Bonaventure Ysaline Bonaventure (A5, 19 ans, 414e -> 323e) :

La troisième joueuse belge née en 1994 est Ysaline Bonaventure. Si elle a un peu de retard sur ses deux consœurs, elle garde un bon rythme de progression et a connu une saison pleine d'enseignements.

La Stavelotaine connaît un assez bon début de saison au niveau des $10.000. Elle dispute une demi-finale à Bron et des demis à Antalya et à Macon. A Amiens, elle s'occasionne une légère fracture au pied qui va la handicaper durant deux mois. Elle retrouve son meilleur niveau pour remporter, à la fin du printemps, les $10.000 de Bastad et d'Amstelveen. Ce deuxième tournoi marque un tournant dans sa saison car elle avait fait le déplacement sans coach et prouve donc qu'elle a franchi un cap mentalement.

Son année est dès lors lancée. Elle dispute plus de tournois plus relevés comme le $25.000 de Ystad où elle se hisse en quart. Elle prend également part à quelques qualifications de tournoi WTA et franchit même un tour dans celles de Bakou. En septembre, elle dispute une nouvelle finale au $15.000 de Berlin (qu'elle remporte en double). Elle part alors pour une longue tournée en Australie dont elle revient avec un quart de finale au $25.000 de Margaret River et deux deuxièmes tours dans deux $50.000 à Bendigo. C'est toutefois une petite déception car elle avait les moyens de faire mieux, notamment lors du premier tournoi de Bendigo où elle s' incline 6/4 au dernier set.

Objectifs 2014 : Ce qui manque à Ysaline pour rattraper Alison et An-Sophie, c'est justement d'enchaîner les bons matchs. Il lui arrive souvent d'obtenir de bonnes victoires mais d'ensuite perdre contre une joueuse nettement à sa portée. Un gros effort doit être fourni pour qu'elle se renforce, tant physiquement que mentalement. Si elle gagne en régularité, une place dans le Top 250 fin 2014 est tout à fait à sa portée.

Klaartje Liebens Klaartje Liebens (A10, 18 ans, Ncl -> 464e) :

Derrière ce Top 5 débarque la fameuse génération 95. Pas moins de sept joueuses, nées cette année-là ont marqué le circuit junior ces dernières années et commencent à débarquer sur le circuit pro. Quatre d'entre-elle sont déjà dans le Top 10 des Belges classées à la WTA et même celles qui n'y sont pas ont réussi de très bonnes performances en 2013 (on pense nottament à Deborah Kerfs qui a remporté son premier titre pro à Huy).

La surprise de cette génération vient de Klaartje Liebens. Elle n'était pas forcément la meilleure de cette génération chez les juniors mais son passage à l'académie de Kim Clijsters lui a fait faire énormément de progrès, notamment au niveau du jeu de jambes. A 18 ans, elle fait son entrée dans le Top 500 mondial après une très belle saison. Dès son premier $10.000 de l'année, début mai à Sharm El Sheikh, elle se hisse en finale. Une demi-finale deux semaines plus tard lui permet d'obtenir son premier classement WTA.

Moins à l'aise sur terre-battue, elle passe un peu à côté de la tournée d'été des ITF belges. Mais dès le retour des tournois sur dur, en septembre, elle retrouve son niveau de début d'année pour remporter son premier titre pro à Mytilini, en Grèce. Commence alors une impressionnante série de performances qui la fait voyager d'Egypte en Angleterre avant de repartir en Egypte. Elle dispute deux nouvelles finales à Sharm El Sheikh. Puis une autre à Loughborough. Elle signe ensuite son deuxième succès à Manchester avant de repartir pour Sharm El Sheikh et d'y atteindre une dernière finale.

Objectifs 2014 : Sept finales disputées dont deux remportées, voilà un bilan que de nombreuses jeunes joueuses envieraient pour leur première saison professionnelle. Bien sûr, les tournois disputés en Egypte ne sont pas aussi relevés que les $10.000 européens. Et ses résultats sur terre-battue sont très inférieurs à ce qu'elle peut faire. Mais le classement atteint par Klaartje va déjà lui permettre de disputer des $25.000 en 2014. C'est là qu'on pourra juger de son réel potentiel.

Marie Benoit Marie Benoit (A6, 18 ans, 687e -> 529e) :

La première joueuse de cette génération 95 à s'être distinguée sur le circuit pro, et ce dès 2012, est Marie Benoit. La joueuse d'Eupen remportait, il y a un peu plus d'un an, son premier titre professionnel à Antalya. Cette année, elle réalise une saison plus complète, avec des hauts et des bas, et poursuit sa progression au classement.

Marie débute sa saison dès le mois de janvier à Sharm El Sheikh où elle atteint deux quarts de finale. En mars, à Amiens, elle se hisse à nouveau en quart et y offre une belle résistance à Virginie Razzano, ancienne Top 20 mondiale. Moins régulière au printemps, elle ne parvient plus à remporter deux matchs de suite même si elle rencontre une autre ancienne Top 20, Anne Kremer, et parvient à lui prendre un set.

Son été est bien meilleur. Elle se hisse d'abord en quart à Ganshoren (en dominant facilement Klaartje au premier tour) puis remporte son second titre à Iasi, en Roumanie. En août, elle atteint la finale du double au $25.000 de Coxyde. De retour à Antalya durant l'automne, elle y remporte un troisième titre et dispute une demi et deux autres quarts.

Objectifs 2014 : classée à la 445e place début novembre, Marie a légèrement reculé ensuite en ne défendant pas les points de son titre à Antalya en 2012. Sa progression annuelle au classement n'est, de ce fait, pas très impressionnante. Sa saison reste toutefois satisfaisante, notamment grâce à ces deux nouveaux titres. Sans quelques tirages au sort assez défavorables, elle aurait pu faire bien mieux. Au vu de son potentiel, une place dans le Top 400 dans un an est envisageable.

Elise Mertens Elise Mertens (A9, 18 ans, Ncl -> 597e) :

De toutes les filles nées en 1995, Elise Mertens est la seule à avoir encore disputé une vraie saison complète chez les juniors cette année. Avec d'excellents résultats à la clef qui seront analysés dans l'article consacré aux juniors. Mais Elise a également réalisé une très bonne première saison chez les pros.

Dès son premier tournoi, en mars en Israël, elle sort des qualifications et se hisse en quart de finale. Au premier tour, elle ne laisse qu'un jeu à Keren Shlomo, pourtant Top 500. Elle part ensuite disputer trois $10.000 à Sharm El Sheikh où elle obtient son premier classement dès la première étape en franchissant le premier tour (elle remporte également le titre en double). Elle enchaine avec une demi-finale lors de la deuxième étape et, surtout, son premier titre professionnel lors de la troisième.

Concentrée sur le circuit junior au printemps et en été, elle retourne en Egypte fin octobre. Elle ajoute deux nouvelles lignes à son palmarès en battant deux fois Klaartje Liebens en finale. Lors de la deuxième étape, elle domine également l'expérimentée Sandra Zaniewska (ex-Top 150) en demi-finale avant de remporter l'épreuve de double avec la Polonaise.

Objectifs 2014 : Contrairement aux années précédentes, Elise va enfin pouvoir se concentrer à temps plein sur le circuit pro. Avec le potentiel qui est le sien, elle peut rapidement y faire des dégâts. Elle aussi doit viser au minimum le Top 400 en 2014.

Michaëla Boev Michaëla Boev (A7, 22 ans, 979e -> 62e) :

A 22 ans, Michaëla ne peut plus vraiment être considérée comme un espoir. La jeune femme a longtemps hésité entre donner la priorité au tennis ou à ses études supérieures. Cette saison, elle a réellement accordé la primeur à son sport et les résultats ont suivi.

Elle débute la saison par une série de $25.000 aux Etats-Unis. Elle ne parvient pas à sortir des qualifications mais elle domine plusieurs joueuses bien mieux classées qu'elle. De retour en $10.000, elle rejoint le tableau final à Gainesville puis à Orlando. Dans la métropole floridienne, elle poursuit son parcours et ne s'arrête qu'en finale, la première de sa carrière. En chemin, elle bat la Slovène Rampre, 280e mondiale, ainsi que trois autres Top 500.

Un peu plus discrète au printemps, elle atteint une autre demi-finale au début de l'été à Bucarest. Puis un quart à Bals. Début juillet, elle se hisse dans le tableau final du $100.000 de Biarritz. En fin d'année, lors d'une longue tournée en Bulgarie, elle atteint encore deux quarts de finale.

Objectifs 2014 : en double aussi, Michaëla a beaucoup progressé. Elle a atteint deux finales et terminé la saison aux portes du Top 400. L'année prochaine, elle continuera à donner la priorité au tennis afin d'atteindre son rêve : disputer les tournois WTA.

Kimberley Zimmermann Kimberley Zimmermann (A15, 18 ans, 955e -> 771e) :

La quatrième joueuse de la génération 95 à terminer parmi les dix meilleures Belges est Kimberley Zimmermann. Pourtant, retrouver la joueuse de Wemmel à cette position tient presque du miracle au vu de ce qu'elle a vécu cette saison.

Dès le premier tournoi de sa saison, à Antalya, Kim ressent une forte douleur dans le dos et est contrainte à passer des examens. Le verdict est dur : elle souffre d'un tassement vertébral et a, en plus, deux vertèbres fracturées. Un repos de cinq mois lui est imposé et c'est donc la moitié de sa saison qui est complètement gâchée. Son retour en juin est assez compliqué et il lui faut presque deux mois pour retrouver confiance en son jeu.

C'est sa victoire aux Championnats AFT ainsi que quelques bons résultats en double (notamment une finale au $25.000 de Coxyde avec Marie Benoit) qui la remettent en selle. Elle termine l'été par un quart de finale au $10.000 de Baulet avant d'aider le club du Vautour à remporter les interclubs nationaux. Durant l'automne, elle dispute trois autres quarts de finale, un à Santa Margherita di Pula et deux à Antalya. Elle obtient également quelques très bons résultats en double.

Objectifs 2014 : après cette année très difficile, tant mentalement que physiquement, Kimberley ne peut voir arriver 2014 que d'un bon œil. Ce qu'elle a vécu pourrait d'ailleurs lui servir dans le futur car, plus qu'une autre, elle sait combien le tennis est important dans sa vie. Si elle parvient à disputer une saison sans blessure, elle peut viser le Top 500 et commencer à jouer plus de $25.000.

 

Le Top 10 belge féminin en 2012
Le Top 10 belge féminin en 2011
Le Top 10 belge féminin en 2010
Le Top 10 belge féminin en 2009
Le Top 10 belge féminin en 2008
Le Top 10 belge féminin en 2007
Le Top 10 belge féminin en 2006
Le Top 10 belge féminin en 2005
Le Top 10 belge féminin en 2004
Le Top 10 belge féminin en 2003