Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | National
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

Carnet de notes (septembre)

 

a Excellent

Personne ne s’attendait à ce que le retour de Kim Clijsters soit aussi tonitruant, pas même elle sans doute. Pourtant, ce qu’elle a réalisé à New York est un exploit qui restera dans les annales du tennis. Elle est ainsi la première maman-joueuse à remporter un tournoi du Grand-Chelem depuis Evonne Goolagong à Wimbledon en 1980. Son parcours est pourtant différent de celui de l’Australienne qui n’avait observé qu’une année de « repos de maternité » et avait mis plus de trois ans avant de gagner un nouveau titre majeur.
Le plus étonnant dans le retour de Kim n’est pas qu’elle ait aussi rapidement retrouvé le niveau du Top 5 mondial. Après tout, les responsables du circuit WTA peuvent difficilement cacher que le niveau de celui-ci n’est pas très élevé. Mais il reste une chose difficile à faire pour n’importe quelle joueuse : battre une Williams en Grand-Chelem. Les deux sœurs se préparent tellement bien pour les grands rendez-vous qu’elles répondent quasiment chaque fois présentes (hormis à Roland-Garros). En battre une est donc une sacré performance, battre les deux dans le même Grand-Chelem est un exploit réalisé seulement par trois joueuses : Martina Hingis à l’Open d’Australie 2001, Justine Henin à l’US Open 2007 et donc par Kim lors de cet US Open 2009.

Cet exploit a eu tendance à masquer dans les médias celui réalisé par Yanina Wickmayer (cf photo). Pourtant, atteindre les demi-finales d’un Grand-Chelem est un événement énorme pour un joueur belge. Dans l’ère open, seuls Filip Dewulf, Xavier Malisse, Justine Hénin et Kim Clijsters y étaient parvenus avant elle. La grande forme qu’elle affichait durant les tournois de préparation s’est donc largement confirmée à New-York.
Bien sûr, elle a profité d’un tableau fortement décimé, ne devant écarter qu’une seule joueuse du Top 20 (Razzano) pour atteindre le dernier carré. Mais il faut rappeler qu’à Roland-Garros 2001, pour se qualifier pour ce qui était alors la première demi-finale de Grand-Chelem de leur carrière, Kim et Justine n’avaient pas rencontré la moindre tête de série. Ca ne les a pas empêchées de faire la carrière que l’on sait. Yanina n’en est pas encore au point de pouvoir se comparer à ses deux illustres aînées mais de nombreuses portes se sont tout de même ouvertes pour elle durant cette première quinzaine de septembre.   

a Très Bien

Steve Darcis (cf photo) a démarré le mois par une bonne demi-finale au Challenger de Genève. Sur sa lancée, il a été le véritable héros du match de Coupe Davis disputé par la Belgique face à l’Ukraine. Grâce à ses deux victoires en simple, deux prestations cinq étoiles où il a largement dominé ses adversaires, il a permis à la Belgique de se sortir d’un bien mauvais pas. Sa défaite au premier tour à Bucarest n’altère pas cette très belle performance. Dick Norman continue à prouver qu’il a sa place aux Masters de double. A l’US Open, il a disputé un nouveau quart de finale en Grand-Chelem. De quoi rendre encore plus incompréhensible sa non sélection en Coupe Davis.

David Goffin n’en finit plus d’étonner. Un mois après avoir disputé son premier quart de finale en Challenger, il jouait déjà sa première demi-finale, à Todi (après être sorti des qualifications). Il a ensuite encore franchi un tour à Palerme. Après plusieurs mois difficiles, Niels Desein renoue avec la victoire lors du prestigieux Future de Mulhouse. Il avait toutefois perdu au premier tour (et atteint la finale du double) au Challenger de Saint-Rémy la semaine précédente.

Ruben Bemelmans a réalisé le même résultat à Saint-Rémy puis a atteint les quarts de finale à Mulhouse (où il remportait le double). Il a conclu son mois en France par une victoire au Future de Plaisir. Yannick Mertens a été battu au premier tour du Challenger d’Alphen-aan-den-Rijn. De retour sur le circuit Future, il a atteint la finale en simple à Mulhouse avant de faire équipe avec Ruben pour remporter le double.

Arthur De Greef confirme son quart de finale à Eupen en août en atteignant ce même stade au Future de Kos, en Grèce. Il était passé par les qualifications. A Falun, en Suède, Julien Dubail a disputé la deuxième demi-finale en Future de sa carrière.

Kirsten Flipkens réalise la plus belle saison de sa carrière, en Grand-Chelem surtout. Après avoir déjà passé un tour à Melbourne et Paris, puis deux à Londres, elle a de nouveau atteint le troisième tour à New-York, en battant des joueuses du calibre de Dokic et Medina-Garrigues.

Marine Verbeken a atteint les premiers quarts de finale de sa carrière lors du $10.000 de Londres. Elle était issue des qualifications et a bénéficié d’un petit coup de pouce avec l’abandon au deuxième tour de la tête de série qui se trouvait dans son tableau.

a Bien

Auteur d’un bon US Open, Olivier Rochus y a franchi le premier tour avant d’offrir une bonne résistance à James Blake. Blessé lors du match de Coupe Davis, il n’a pu tenir sa place qu’en double et  n’a pas atteint son meilleur niveau. Christophe Rochus l’a remplacé au pied levé lors du premier match de simple et a remporté cette rencontre. Il a certes perdu un set contre un adversaire assez modeste mais ça reste positif quand on sait qu’il n’avait jusque là remporté qu’un seul simple à enjeu dans la compétition (contre Sanguinetti en… 2000 !). A l’US Open, il a été surpris d’entrée par le qualifié turc Ilhan.

Alexandre Folie a disputé un seul tournoi, à Kampala, et s’est arrêté en quart de finale. Classé tête de série n°4, il aurait pu espérer plus de ce long déplacement. Marco Dierckx avait déjà atteint ce stade à Bujumbura avant d’être battu au deuxième tour à Kigali et au premier à Kampala. Yannick Vandenbulcke a lui aussi atteint un quart de finale mais au Future de Madrid qui est autrement plus relevé.

Apollonia Melzani a été battue au deuxième tour du $10.000 de Bassano del Grappa avant d’atteindre les quarts de finale à Casale puis à Porto (où elle a disputé la finale du double). Enfin, elle a été battue d’entrée à Espinho. Valérie Verhamme (cf photo) a remporté un nouveau point à Rousse. Anouk Delefortrie a franchi un tour à Londres.

Moyen

Xavier Malisse (cf photo) a débuté le mois par une bonne finale en Challenger à Saint-Rémy où il a dominé trois joueurs classés entre la 120e et la 160e place. La suite a été nettement moins bonne pour lui avec une prestation catastrophique en Coupe Davis. Lors du double, il n’a pas été meilleur qu’Olivier Rochus (pourtant diminué physiquement). Pire, lors du troisième simple, il s’est écroulé contre Stakhovsky après avoir mené deux sets à un. La semaine suivante, il était battu d’entrée au Challenger de Palerme, confirmant sa petite forme.

Yannik Reuter a disputé le seul Future de Kos et a été battu d’entrée (mais par la tête de série n°3), Mario Dierckx a été battu au premier tour à Bujumbura et à Kigali (dans la capitale Rwandaise, il sortait des qualifications). Il a ensuite été battu au deuxième tour du tableau préliminaire à Kampala. Bart Govaerts a atteint le tableau final au Future d’Almere mais a ensuite été battu au premier tour.

Les mois se ressemblent pour Tamaryn Hendler qui n’arrive toujours pas à franchir un cap. Au tournoi WTA de Québec, elle a été battue au premier tour des qualifications par une modeste joueuse américaine. Au $50.000 de Saguenay, elle a battu une joueuse locale en trois sets avant d’être dominée par Brémond. Sa dernière victoire sur une joueuse du Top 300 date du mois de février.

Davinia Lobbinger se cherche également, elle qui n’a dépassé les quarts de finale qu’une seule fois cette saison. En septembre, elle a perdu au premier tour à Almere et au deuxième à Porto. La situation est encore plus grave pour Sophie Cornerotte qui a été battue d’entrée à Almere et Espinho (elle était passée par les qualifications aux Pays-Bas). Elle n’a remporté qu’un match sur six depuis son retour de blessure.

Peut mieux faire

Frédéric de Fays (cf photo) n'a disputé qu'un match en septembre, dans les qualifications de Plaisir. Souhaitons que son récent changement de structure (il retravaille avec l'entraineur de ses débuts aux côtés, entre autre, du luxembourgeois Gilles Muller) porte rapidement ses fruits.

Comme le mois dernier, Gally De Wael et Goele Lemmens sont en bas de classement. Gally a perdu au premier tour à Londres et dans les qualifications à Madrid. Goele n'a pas remporté le moindre match en quatre épreuves : le tableau final de Londres et les qualifications d'Alphen-aan-den-Rijn, Porto et Espinho.

Jeunes

La rentrée scolaire marque également un net ralentissement des prestations de nos jeunes espoirs. Seul Julien Sterbelle a réalisé une bonne performance chez les juniors en atteignant les quarts de finale du Grade 5 de Budapest après être sorti des qualifications. Il a également disputé la finale du double.

Chez les scolaires, la performance du mois est à mettre à l'actif de Marie Benoit (cf photo) qui a remporté le tournoi de Steinfort (Catégorie 3).

Enfin, la finale nationale de la Coupe de Borman (l'officieux Championnat de Belgique des jeunes) se dispute désormais en septembre. Chez les scolaires, Jonas Merckx s'est imposé en battant Jeroen Vanneste en finale garçons tandis que Steffi Distelmans disposait d'Elke Lemmens chez les filles. Omar Salman a pris la mesure de Sam De Paepe chez les cadets pendant que Marie Benoit poursuivait sur sa lancée en s'imposant chez les cadettes face à Michelle Werbrouck.

Un incident a émaillé le tournoi. Le futur vainqueur scolaire, Jonas Merckx, s'est retrouvé mené 6/1-4/1 (double break) en demi-finale face à Julien Cagnina lorsque le jeune sociétaire du centre AFT a commencé à souffrir de crampes (il avait disputé son quart de finale quelques heures plus tôt). Un massage lui aurait peut-être permis de conclure le match mais la fédération n'a semble-t-il pas cru important d'attribuer un kiné au tournoi. Julien fut obligé de jeter l'éponge deux jeux plus tard. Outre que cet incident à peut-être influé sur le résultat final du tournoi, il est particulièrement dommage que la fédération ne prenne pas un petit peu plus soin de ses jeunes talents. Les obliger à assumer un programme lourd (quatre matchs en trois jours) sans un minimum de précaution est signe d'un flagrant manque de professionnalisme.