Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | Belgian Circuit
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

Les dix meilleurs juniors

Hommes :

Ryan Harrison (USA, né le 07 mai 92, meilleur classement ITF : 7e, ATP : 173e) :

Ryan Harrison est un joueur particulièrement précoce qui aurait déjà pu faire partie de  notre sélection les deux dernières années. A Houston en 2008, il est en effet devenu le dixième joueur à remporter un match sur le circuit ATP avant son seizième anniversaire. Les derniers à réaliser cette performance n’étaient autres que Rafael Nadal et Richard Gasquet en 2002.
Chez les juniors, Ryan n’a disputé qu’une seule saison complète, en 2007. Après deux victoires mineures au Texas, il s’est imposé au Grade A d’Osaka. En Janvier 2008, il a encore disputé les demi-finales de l’Open d’Australie ce qui lui a permis d’atteindre la 7e place mondiale. Il a alors privilégié le circuit adulte pour obtenir rapidement un classement ATP.
D’origine texane, il a donc obtenu son premier gros résultat professionnel près de chez lui, à Houston. Il a ensuite remporté ses deux premiers titres Futures en 2009. Cette année, il a pu disputer l’Open d’Australie via le tournoi organisé par l’USTA pour offrir la wild-card américaine. Il y a été battu par Tipsarevic au premier tour. Il a ensuite participé à tous les tournois américains de l’hiver, parfois via les qualifications comme à Memphis et Delray Beach. Il faut toutefois attendre le Masters Series d’Indian Wells pour le voir gagner un match dans un grand tableau. Quart de finaliste à Newport, il se qualifie pour l’US Open et y bat Ljubicic avant de céder au tie-break du dernier set face à Stakhovsky (qui a dû sauver trois balles de match). Deux mois plus tard, il a encore disputé la finale du Challenger de Tiburon.
Entrainé par son père Pat ainsi que par l’ancien pro tchèque Martin Damm au sein de la Bolletieri Academy, Ryan va probablement jouer sa première saison complète sur le grand circuit. En attendant d’y être rejoint par son jeune frère Christian âgé de 16 ans et lui aussi très prometteur.

Filip Krajinovic (SER, né le 27 février 92, ITF : 6e, ATP : 214e) :

Alors que la Serbie vient de remporter son premier saladier d’argent, qu’elle possède l’un des meilleurs joueurs de la planète et qu’elle semble disposer d’un bon vivier d’autres joueurs talentueux, la relève pointe également le bout de son nez grâce à Filip Krajinovic.
Egalement élève de la Nick Bolletieri Academy, Krajinovic a remporté quatre titres chez les juniors, dont l’Astrid Bowl en 2008. Il a également atteint les demi-finales à Wimbledon et à l’US Open cette année là, lui permettant de pointer à la 6e place mondiale.
Chez les pros, le Serbe s’est rapidement concentré sur le circuit Challenger où il a atteint sa première demi-finale en 2008 à Salinas. En 2009, il a disputé la finale du Challenger de San Sebastian et a surtout fait ses premiers pas au tournoi ATP de Belgrade, via une wild-card. C’est d’ailleurs dans ce même tournoi, un an plus tard, qu’il va frapper le premier grand coup de sa carrière. Il s’y est hissé en demi-finales en battant son chef de file Novak Djokovic (sur abandon). Il a ensuite disputé la finale du Challenger de Kosice ce qui lui a permis d’atteindre la 170e place mondiale. Une fin de saison un peu difficile lui a valu une petite chute au classement depuis lors.
Souvent comparé à Andre Agassi dans son style de jeu, Krajinovic était dans l’équipe Serbe qui a soulevé le saladier d’argent au début du mois en tant que Sparring Partner. Nul doute qu’il trouvera dans l’exploit de ses paires la motivation pour rejoindre rapidement l’élite mondiale.

Agustin Velotti (ARG, né le 24 mai 92, ITF : 2e, ATP : 560e) :

En s’imposant à Roland-Garros au mois de juin dernier, Agustin Velotti est devenu le premier Argentin à remporter un titre du Grand-Chelem depuis Guillermo Coria onze ans plus tôt (également à Paris). Ce succès, il l’a obtenu face à son ami Andrea Collarini, Argentin d’origine mais né aux Etats-Unis et qui a choisi cette année de jouer pour l’oncle Sam. Les deux avaient disputé côte à côte la finale de la Junior Davis Cup (Coupe du monde par équipe des 16 ans et moins) en 2008.
Velotti n’a disputé que cinq tournois juniors en 2010. Outre son succès parisien, il a également atteint les demi-finales de l’US Open. En 2009, il a remporté l’Astrid Bowl et a disputé la finale de la Casablanca Cup (Grade A) et de deux autres Grades 1. Sur le grand circuit, il a essentiellement disputé des tournois Futures en Amérique du Sud et en a même remporté un à Asunción fin octobre. Il a pu se faire une idée du niveau du grand circuit à Gstaad où il a obtenu une invitation.
S’il dit préférer David Nalbandian, Velotti fait forcément penser à Guillermo Coria. Très véloce et doté d’un excellent passing, il brille pour l’instant surtout sur terre-battue. Il aura un obstacle de taille pour atteindre le Top niveau puisqu’il ne mesure que 1m64, soit quatre centimètres de moins qu’Olivier Rochus.

Juan Sebastian Gomez (COL, né le 05 mars 92, ITF : 1e, ATP : 825e) :

Le Champion du monde junior cette année est le Colombien Juan Sebastian Gomez. Il doit sa première place mondiale à un succès lors des premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse, une épreuve peut-être un peu surévaluée en termes de points par l’ITF en regard des Grand-Chelems. Il est en effet toujours dommage, à l’image de ce qui s’est passé sur le circuit WTA cette année, de voir un numéro un sans titre du Grand-Chelem. Ses sorties dans les tournois principaux ont d’ailleurs été assez catastrophiques puisqu’il ne compte qu’un seul match gagné en quatre tournois (Roland-Garros, Wimbledon, l’US Open et l’Orange Bowl).
Cette médaille d’or olympique n’est toutefois pas le seul succès du Colombien cette année puisqu’il s’est également imposé au Grade 1 de la Banana Bowl en mars. Il a aussi atteint la finale de la Casablanca Cup (Grade A) et les demi-finales de l’Astrid Bowl. Il compte en outre trois succès en double.
Sur le grand circuit, il n’a encore prouvé que très peu de chose. Il est vrai qu’il n’est pas encore beaucoup sorti de Colombie et qu’il y a joué essentiellement des Challengers, un niveau encore un peu trop élevé pour lui.

Marton Fucsovics (HNG, né le 08 février 92, ITF : 1er, ATP : 1425e) :

Le titre de champion du monde aurait pu échoir à Marton Fucsovics. Le Hongrois s’est retrouvé en tête du classement mondial début juillet mais a été dépassé par Juan Sebastian Gomez un mois plus tard, après la médaille d’or olympique de celui-ci. Il a finalement terminé la saison à la deuxième place.
Vainqueur de l’US Open de double et finaliste des Championnats d’Europe et du Eddie Herr en 2009, le Hongrois a été le plus régulier en Grand-Chelem cette saison. Il a disputé les demi-finales à l’Open d’Australie et à l’US Open et a surtout remporté le titre à Wimbledon. Il a également mené son pays à sa première victoire en Summer Cup (la Coupe d’Europe d’été des 18 ans et moins). Mais une défaite d’entrée aux Jeux Olympiques de la jeunesse lui a coûté sa première place.
Chez les pros, Marton n’a pas encore énormément joué. Il doit son classement à un point remporté dans un Future bosniaque au mois de mai. Après cela, il a surtout tenté sa chance dans les qualifications des tournois ATP tels que Halle, s’Hertogenbosch, Metz ou Montpellier mais sans succès. Le Hongrois a également fait ses débuts en Coupe Davis durant l’hiver. Il a disputé le double contre l’Estonie et s’y est incliné 10/8 au dernier set.

Femmes :

Laura Robson (GBR, née le 21 janvier 94, ITF : 1e, WTA : 219e) :

A un mois de son dix-septième anniversaire, Laura Robson n’est déjà plus vraiment une junior depuis bien longtemps. En 2010, elle n’a disputé que trois tournois, atteignant tout de même la finale à l’Open d’Australie et les demi-finales à Wimbledon.
C’est en 2008 qu’elle a réussi son plus bel exploit sur le circuit des 18 ans et moins. A peine âgée de 14 ans, elle dispute son premier tournoi du Grand-Chelem à Wimbledon et s’y impose alors qu’elle n’était pas tête de série (en chemin, elle se débarrasse entre autre de Mélanie Oudin). La presse britannique s’est alors enflammée pour la première gagnante britannique de leur tournoi depuis 1984. Elle a encore atteint la finale de l’Open d’Australie et les demi-finales de l’US Open en 2009 et a également atteint la première place mondiale en mars de cette année-là.
Chez les pros, Laura Robson a remporté un $10.000 à Sunderland fin 2008. Sa victoire en junior à Wimbledon lui a offert une invitation pour le tableau final de l’épreuve senior un an plus tard. Elle s’y est inclinée au premier tour contre Hantuchova mais en trois sets. En 2010, elle a franchi un tour dans le tableau final du tournoi de Birmingham est s’est surtout montrée assez régulière en ITF.
Née à Melbourne de parents australien, Robson a vécu quatre ans à Singapour avant que sa famille ne s’installe définitivement à Londres alors qu’elle n’avait que 6 ans. Elle a ensuite rapidement été prise en charge par la fédération britannique.

Karolina et Kristyna Pliskova (TCH, nées le 21 mars 92, ITF : 7e et 4e, WTA : 212e et 223e) :

Il est particulièrement difficile de séparer les deux jumelles Pliskova lorsqu’il s’agit de les présenter. Sur le terrain, c’est encore possible puisque Kristyna est gauchère et a les cheveux teints en blond alors que Karolina est brune et droitière. Mais au niveau du palmarès, les deux sœurs semblent évoluer au même rythme.
Les deux ont débuté leur carrière junior en 2006 au même tournoi letton où Karolina s’est hissée en finale. Après une pause de deux ans durant laquelle elles se sont concentrées sur le circuit pro, on les retrouve à l’Open d’Australie cette saison où Karolina s’impose face à Laura Robson qui avait battu Kristyna en demi-finale. Cette dernière va démontrer de meilleures aptitudes sur gazon en remportant le tournoi de Roehampton puis en remportant également un Grand-Chelem à Wimbledon. Karolina s’impose encore à Repentigny durant l’été.
Elles décident de jouer uniquement le circuit ITF adulte à partir du printemps 2007 mais il faut attendre mi-2008 pour les voir réaliser leurs premières très bonnes performances. Karolina remporte son premier $10.000 à la fin du printemps alors que Krystina aligne deux demi-finales durant l’été. Karolina remporte deux $25.000 l’année suivante puis un $50.000 et un $25.000 cette année. Kristyna gagne son premier $50.000 une semaine après sa sœur.

Lauren Davis (USA, née le 09 octobre 93, ITF : 3e, WTA : 444e) :

Encore peu connue il y a trois mois, Lauren Davis a effectué une fin de saison tonitruante qui lui a permis de terminer l’année dans le Top 3 mondial et de faire figure de nouvelle star montante du tennis US.
En octobre, elle a ainsi remporté ses deux premiers titres ITF un $10.000 à Williamsburg et un $25.000 à Bayamon). Elle a ensuite repris le chemin du circuit junior où elle a réussi un « hat trick » assez incroyable. En trois semaines, elle s’est imposée à la Yucatan Cup et au Eddie Herr (deux Grades 1) ainsi qu’à l’Orange Bowl, officieux championnat du monde junior. Si l’on compte sa demi-finale aux championnats panaméricains juniors, disputés entre ses deux titres ITF, Lauren a remporté trente-trois de ses trente-quatre derniers matchs.
Le tournant de sa jeune carrière, l’Américaine l’a connu en début de saison, lorsqu’elle a décidé de quitter la maison de sa maman à Cleveland pour venir s’entraîner à temps plein à la Evert Academy. Prise en main par l’ancienne championne Chris Evert et son frère John, elle n’a donc pas tardé à faire parler d’elle au plus haut niveau. Son entraineur ne tarit pas d’éloges sur son « fighting spirit » qui compense sa petite taille (1m57). Lauren n’a pas eu le temps de fêter sa fabuleuse série de victoires. Le week-end dernier, elle participait et remportait sans perdre un set (contre Coco Vandeweghe en finale) le tournoi organisé par la fédération américaine pour l’obtention d’une invitation au tableau final de l’Open d’Australie. Peut-être le premier pas d’une saison 2011 pleine de succès.

Elina Svitolina (UKR, née le 12 septembre 94, ITF : 1e, WTA : 501e) :

Bonne joueuse chez les cadettes, Elina Svitolina a notamment permis à l’Ukraine de remporter la Summer Cup en 2008. En 2009, elle réussit une bonne année chez les juniors avec deux titres (un grade 4 et un grade 2) ainsi qu’une finale en Grade 1. Rien ne pouvait pourtant prédire son succès inattendu cette année à Roland-Garros. Sur sa lancée, elle a également remporté un Grade 2 sur herbe et a atteint la finale du double à Wimbledon. Cette série de résultats lui a permis d’occuper la première place mondiale pendant quelques semaines durant l’été. En fin d’année, elle a disputé les demi-finales de la Yucatan Cup et du Eddie Herr.
Chez les pros, elle n’a pas encore disputé de tournoi en dehors de Kharkiv, la ville où elle s’entraine en ce moment (elle est originaire d’Odessa). Elle y a toutefois atteint une finale et deux quarts en $25.000 cette année. Même si elle peut encore jouer sur le circuit junior durant deux ans, elle espère disputer plus de tournois pros où son gros coup droit devrait rapidement faire des dégâts.

Daria Gavrilova (RUS, née le 5 mars 94, ITF : 1e, WTA : 538e) :

Difficile d’élaborer un top 5 des espoirs féminins sans y retrouver une Russe. Toutefois, Daria Gavrilova est la première championne du monde junior de son pays depuis Anastasia Pavlyuchenkova en 2006.
Daria a été une des meilleures cadettes de sa génération. Elle a notamment remporté la Winter Cup en 2007 et 2008 et atteint la finale de la Summer Cup ces deux années-là. Chez les scolaires, elle a remporté la « Junior Fed Cup » (championnat du monde par équipe des 16 ans et moins) en 2009 et cette année. Active chez les juniors dès 2007 avec un premier titre Grade 3 en Russie en mars 2008, elle n’a vraiment explosé qu’à partir du printemps 2009. Après une victoire au Grade 1 de Beaulieu sur Mer, elle a atteint la finale à Roland-Garros et les demis à l’US Open avant de s’imposer au Eddie Herr. Cette année, elle a remporté les Jeux Olympiques de la Jeunesse au mois d’août avant d’enchainer avec un premier titre du Grand-Chelem à l’US Open.
Elève de la Mouratoglou Tennis Academy, Daria a fait quelques apparitions sur le circuit adulte, essentiellement en France et en Russie pour l’instant. Nul doute qu’elle se lancera plus activement sur ce circuit en 2011.


Les dix meilleurs juniors en 2009
Les dix meilleurs juniors en 2008
Les dix meilleurs juniors en 2007
Les dix meilleurs juniors en 2006
Les dix meilleurs juniors en 2005
Les dix meilleurs juniors en 2004
Les dix meilleurs juniors en 2003