Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | National
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

Les dix meilleures entrées du top 100

Hommes :

John Isner (USA, 24 ans, 144e -> 34e) :

Après une carrière sur le circuit universitaire américain très réussie (champion national par équipe et vice-champion individuel en 2007), John Isner est monté jusqu’à la 81e place durant le printemps 2008. A l’époque, il a engrangé ses résultats essentiellement en Challenger. Lors de ses premières sorties sur le grand circuit (notamment une finale à Washington en 2007), il a surpris par la qualité de son service. Il est vrai que celui-ci tombe de haut puisque l’Américain mesure 2m06.
Redescendu quelque peu après un été 2008 plutôt médiocre, Isner est rapidement revenu dans le Top 100 grâce à un quart à Auckland, un huitième au Masters 1000 d’Indian Wells et une victoire au Challenger de Tallahassee.  Il a ensuite réalisé un très bel été durant lequel il a disputé les demi-finales à Indianapolis, les quarts à Los Angeles et une nouvelle demi à Washington (en battant Jo-Wilfried Tsonga). A l’US Open, il  crée la sensation de la première semaine en dominant Andy Roddick au troisième tour lors du tie-break du cinquième set. En fin de saison, il joue encore  un quart à Bangkok.
Les statistiques de l’ATP placent toujours Isner parmi les meilleurs serveurs. Il est ainsi le 6e de l’année en nombre d’aces (653), le 4e en pourcentage de jeux de services gagnés (89%) et le deuxième en pourcentage de balles de break sauvées (70%). Mais il a également prouvé qu’il avait d’autres cordes à son arc. Il devrait pourvoir le démontrer en 2010.

Dudi Sela  (ISR, 24 ans, 112e -> 43e) :

Après une brillante carrière chez les juniors qui l’a vu atteindre la 9e place en 2002 et disputer les demi-finales à l’US Open (sans oublier son titre en double à Roland-Garros), Dudi Sela a un petit peu traîné pour intégrer le Top 100 chez les adultes. Ce n’est que vers la fin 2007, à la faveur de trois Challengers, qu’il y parviendra.
Sa saison 2008 a été un peu moins performante mais il démarre 2009 en trombe avec un troisième tour à l’Open d’Australie (après être sorti des qualifications) et sa première demi-finale ATP à Memphis. Plus irrégulier durant le reste de la saison, il a tout de même disputé un quart à s’Hertogenbosch et un autre à Los Angeles. Il a surtout atteint son premier huitième de finale en Grand-Chelem, à Wimbledon. Mais c’est principalement la qualification d’Israël en demi-finale de la Coupe Davis pour la première fois de son histoire qui a marqué les esprits. Bien aidé par la paire Erlich / Ram et par le deuxième joueur Harel Levy, Sela a été déterminant dans cette campagne avec ses deux victoires en cinq sets face aux Suédois au premier tour et son succès face à Youzhny en quart.
La fin de saison de l’Israélien a été nettement moins bonne (une seule victoire et huit défaites après Los Angeles). Il devra se montrer plus régulier s’il veut réintégrer le Top 30 dont il a fait partie durant trois semaines au début de l’été.

Horacio Zeballos (ARG, 24 ans, 199e -> 45e) :

De la même génération que Sela et Isner, Horacio Zeballos n’a jamais fait parler de lui chez les juniors ou dans le circuit universitaire américain. Il est d’ailleurs resté entre la 200e et la 500e place pendant trois saisons et n’a finalement atteint le Top 200 qu’à la fin de 2008 grâce, surtout, à une première victoire en Challenger au mois de juin.
En comparaison avec cette lente progression, le bond effectué en 2009 est impressionnant.  Il est surtout dû à d’excellentes performances sur le Circuit Challenger. Avec cinq succès, à Bucaramanga et Bogota (Colombie), à Manta (Equateur), à Campos do Jordao (Brésil) et à Buenos Aires (Argentine), il est le joueur le plus titré de ce circuit en 2009. Il a également disputé deux autres finales.
En fin de saison, il a pu tenter ses premières incursions sur le grand circuit. A l’US Open, il est sorti des qualifications et a franchi le premier tour. A St-Petersbourg, alors qu’il ne jouait que son troisième tournoi ATP, il ne s’est arrêté qu’en finale. Cette performance, en salle, lui offre de belles opportunités pour l’année à venir. 

Taylor Dent (USA, 28 ans, 865e -> 76e) :

Taylor Dent a réalisé le come-back auquel plus personne ne s’attendait. L’Américain a en effet subit une double opération au dos et ne pouvait, a priori, plus jamais rejouer professionnellement. Deux ans et demi plus tard, il a repris ses raquettes et, en quinze mois, est revenu dans le Top 100.
En 2009, il a repris ses premiers points à la faveur d’un classement protégé qui lui a permis de participer à l’Open d’Australie (défaite en cinq sets contre un qualifié américain) et de passer un tour à Brisbane et San Jose. A Miami, il a dû s’extirper des qualifications avant de battre Almagro et Robredo dans le tableau final. Sorti du tableau préliminaire à Wimbledon, il a ensuite franchi deux tours à l’US Open. En fin de saison, il est repassé par le circuit Challenger et a signé deux succès et une finale.
Taylor Dent est issu d’une famille de joueurs. Son père est l’Australien Phil Dent, finaliste de l’Open d’Australie en 1974. Sa mère est l’Américaine Betty-Ann Stuart, finaliste de l’US Open en double en 1977. Il est également marié à Jennifer Hopkins, ancienne 51e mondiale. Son jeu de service-volée basé sur une excellente mise en jeu peu paraître obsolète mais il continue, apparemment, à être efficace.

Lukas Lacko (SLQ, 22 ans, 325e -> 82e) :

Arrivé dans le Top 200 peu après son 19e anniversaire, Lukas Lacko a mis presque 3 ans à franchir les dernières marches qui devaient le mener vers le Top 100. Une bien médiocre saison 2008 ponctuée de plusieurs blessures l’a même vu redescendre au-delà de la trois centième place.
En 2009, il a retrouvé le chemin de la victoire en rejouant le circuit Future. Mi-avril, il en avait déjà remporté quatre et atteint une autre demi-finale. Un mois plus tard, il passait à la vitesse supérieure en s’imposant au Challenger de Fergana. En deuxième partie de saison, il soulève encore le trophée du Challenger de Séoul et dispute quatre autres demi-finales. Sur le grand circuit, il a démontré de belles facultés sur gazon en franchissant un tour à Halle et en sortant des qualifications à Wimbledon.
Lacko fait partie, depuis ses 18 ans, de l’équipe slovaque de Coupe Davis pour laquelle il a déjà disputé 14 matchs. De quoi se forger une belle expérience.  Aujourd’hui solidement installé dans le Top 100, il va pouvoir montrer au plus haut niveau ce que ses bons résultats chez les juniors (il fut demi-finaliste à Roland-Garros à 16 ans) avaient laissé entrevoir.

Femmes :

Melinda Czink(HNG, 27 ans, 103e -> 38e) :

Melinda a débuté le tennis relativement tardivement (à 10 ans) et a ensuite intégré le circuit universitaire américain. Ce n’est donc qu’en 2003, à 21 ans qu’elle intègre le Top 100. Plutôt irrégulière au début, elle oscille entre la 80e et la 130e place pendant six ans. Elle se montre très efficace dans les tournois ITF (18 victoires) mais peine à confirmer sur le grand circuit.
Les trois premiers mois de 2009 le confirment puisque, en dehors d’un quart de finale à Hobart, elle ne fait pas grand-chose. C’est à Charleston où elle atteint les quarts de finale en battant Nadia Petrova, qu’elle se fait enfin remarquer. Suivent alors une demi-finale à Fes, un troisième tour à Roland-Garros et un nouveau quart à Birmingham. En fin d’année, elle remporte le premier titre de sa carrière à Québec City et atteint encore un quart à Osaka. Coachée par l’ancien professionnel australien Phil Dent (le père de Taylor), cette grande (1m78) gauchère possède les armes pour passer encore un cap en 2010.

Mélanie Oudin (USA, 18 ans, 177e -> 49e) :

Le tennis américain se cherche une relève depuis de nombreuses années. Lorsque les sœurs Williams (qui approchent des trente ans) auront raccroché leurs raquettes, ce sera peut-être Mélanie Oudin qui prendra la suite. La jeune Géorgienne a, en tout cas, largement confirmé ses belles prestations juniors (une finale à l’Orange Bowl 2007 et une deuxième place mondiale en 2008, entre autres) lors de sa première année complète parmi l’élite.
Après deux victoires dans des ITF de $50.000 au mois de mai, elle a créé la surprise à Wimbledon en sortant des qualifications avant d’atteindre les huitièmes de finale après une victoire sur Jelena Jankovic. Elle réalise un parcours encore plus étonnant à l’US Open où elle se qualifie pour les quarts de finale en battant successivement Elena Dementieva, Maria Sharapova et Nadia Petrova. Elle montre, à cette occasion, de belles qualités de battante puisque les trois Russes avaient remporté la première manche.
Egalement membre de l’équipe de Fed Cup, elle a activement participé à l’accession de son pays pour la finale.

Alexandra Dulgheru (ROU, 20 ans, 385e -> 51e) :

Sixième mondiale chez les juniors en 2005, Alexandra Dulgheru a longtemps stagné dans les tréfonds du classement avant de prendre son envol. En avril, elle réalise ses premiers bons résultats en tournoi ITF en atteignant la finale à Monzon avant de s’emparer du titre à Bali.
C’est à Varsovie que son destin a basculé. D’abord, elle a réussi à se qualifier pour le grand tableau, chose qu’elle n’avait encore jamais réalisé dans un tournoi WTA jusque là.  L’appétit venant en mangeant, elle a poursuivi sa route et a remporté le tournoi en battant, entre autres Daniela Hantuchova. Entrée d’un coup dans le Top 100, elle a pu participer à plus de tournoi WTA durant l’été mais sans succès. Au début de l’automne, elle est retournée sur le circuit ITF et a enchaîné une victoire à Sofia, une finale à Saint Malo et une nouvelle victoire à Jounieh. Avec Sorana Cirstea (46e) et Raluca Olaru (73e), le tennis roumain retrouve des couleurs.

Polona Hercog (SLN, 18 ans, 243e -> 70e) :

Polona Hercog a atteint la huitième place chez les juniors en juillet 2008 après des succès en double à Roland-Garros et Wimbledon. En parallèle, elle soignait déjà son classement WTA grâce à de premiers bons résultats sur le circuit ITF (deux victoires en $10.000, une finale en $25.000).
Cette année, elle a franchi un cap en remportant son premier $25.000 en avril à Civitavecchia. Cette victoire était rapidement suivie de deux succès en $50.000 à Zagreb et Zlin puis, fin juin, au $100.000 de Cuneo. Ses premiers succès dans les grands tournois n’ont pas tardé à tomber. Via les qualifications, elle  franchit un tour à Marbella puis  se glisse en quart de finale à Fes. Un mois plus tard, elle atteint le tableau final de Roland-Garros et y bat pour la première fois une Top 30 (Alisa Kleybanova). En fin de saison, elle passe encore un tour à Luxembourg.
Du fait de sa rapide progression (et des nombreuses blessures de Katarina Srebotnik), Polona est déjà devenue la première joueuse de son pays.

Kimiko Date-Krumm (JAP, 39 ans, 198e -> 71e) :

On a beaucoup parlé, cette saison, du retour de Kim Clijsters. Il y en a pourtant un autre qui est resté plus confidentiel mais n’en est pas moins étonnant et sympathique : celui de Kimiko Date.
Si ce nom ne dit rien aux plus jeunes fans de tennis, les « moins jeunes » se souviendront que la souriante Japonaise fut n°4 mondiale en 1995. Vainqueur de sept tournois et trois fois demi-finaliste en Grand-Chelem, elle a marqué les esprits par ses frappes à plat et a surpris tout le monde en annonçant la fin de sa carrière à 26 ans en septembre 1996. Elle était alors 8e mondiale.
Son retour, annoncé douze ans plus tard en avril 2008 étonne encore plus. L’an dernier, elle s’est contentée de disputer les ITF au Japon, en remportant trois au passage. Elle joue également les deux tournois WTA de Tokyo mais sans succès. Elle termine tout de même parmi les deux cents premières. Cette année, après une victoire au $75.000 de Monzon (en Espagne), elle se lance à temps plein sur le grand circuit. Dès Wimbledon, elle prouve qu’elle peut encore rivaliser avec les meilleures en poussant Caroline Wozniacki au troisième set. C’est à Séoul qu’elle crée le plus gros exploit depuis son retour en remportant son huitième titre WTA. Au passage, elle bat des joueuses comme Hantuchova ou Medina-Garrigues. A tout juste 39 ans, elle est la deuxième joueuse la plus âgée à inscrire un tournoi à son palmarès. Si elle reconduit son titre l’an prochain, elle battra le record détenu par Billie-Jean King.

Les dix meilleures entrées du top 100 en 2008
Les dix meilleures entrées du top 100 en 2007
Les dix meilleures entrées du top 100 en 2006
Les dix meilleures entrées du top 100 en 2005
Les dix meilleures entrées du top 100 en 2004
Les dix meilleures entrées du top 100 en 2003