Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | National
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

Le Top 10 masculin

1. Roger Federer (SUI), n° 1 en 2005, 25 ans :

Roger Federer ne marche plus sur les traces de Pete Sampras : il court. Il est même tout près de le dépasser et d’obtenir le titre officieux de « joueur le plus talentueux de tous les temps ». Comment parler de sa saison sans parler de sa rivalité avec Rafael Nadal, le seul homme qui lui tint tête en 2006 et parut même en mesure de le faire chuter ?
Lors de leurs quatre premières rencontres de la saison, en finale de Dubaï, Monte-Carlo, Rome et Roland-Garros, Rafael Nadal s’imposa. Le sommet de ce duel eu sans doute lieu dans la capitale italienne où Federer laissa passer deux balles de match et finit par craquer après plus de cinq heures de match. Mais la rencontre la plus surprenante eu lieu à Wimbledon où l’Espagnol réussit encore à accrocher le n°1 mondial sur le gazon chéri du Suisse.
Depuis ce match, les deux hommes ne se sont plus rencontrés qu’à une reprise, en demi-finale du Masters, Federer s’imposa en deux sets. La faute à Nadal dont le niveau de jeu baissa nettement ces cinq derniers mois. La domination du Suisse ne fut alors plus jamais mise en cause, même pas lorsqu’il connut sa 5e défaite de la saison des mains du Britannique Murray à Cincinnati.
Car en dehors de ces cinq matchs perdus, Federer ne laissa que des miettes aux autres joueurs. Trois nouveaux Grands-Chelems tombèrent dans son escarcelle (Roland-Garros, on l’a vu, se refuse toujours à lui). Le Masters, quatre Masters Series (Indian Wells, Miami, Toronto et Madrid) ainsi que les tournois de Doha, Halle, Tokyo et Bâle furent avalés par l’ogre suisse.
Les records pleuvent et l’ondée n’est pas prête de s’achever. Celui de la plus longue présence à la place de n°1 (détenu par Connors avec 160 semaines) tombera, c’est certain, fin février. Federer est aussi le premier joueur depuis l’ère Open à gagner au moins 10 tournois par an, trois saisons de suite. La série de 41 matchs remportés sur herbe par Björn Borg a été effacée des tablettes (Roger en compte 48). Les 14 titres en Grand-Chelem de Pete Sampras sont encore à bonne distance mais avec neuf trophées majeurs à seulement 25 ans, le Suisse est tout à fait dans les temps pour tenter d’égaler, voire de dépasser, l’Américain.

2. Rafael Nadal (ESP), 2e, 20 ans :

On l’a vu, Nadal réussit un parcours quasiment sans faute pendant la première partie de la saison. Absent de l’Open d’Australie pour soigner une blessure au pied, il surprit tout le monde en s’imposant à Federer en finale à Dubaï (après une demi-finale à Marseille). Il atteint ensuite les demi-finales à Indian Wells mais perdit d’entrée à Miami.
Vint alors la saison sur terre-battue et on sait la présence du Mallorquin sur cette surface. Il y remporta les quatre épreuves auxquelles il participa à savoir Monte-Carlo, Barcelone, Rome et Roland-Garros (excusez du peu). Au passage, il surclassa le record de 53 succès d’affilée sur terre (détenu par Guillermo Vilas). Il en a aujourd’hui 60 !
En battant Federer trois fois, il se plaça également comme le plus dangereux prétendant au trône du Suisse. D’autant qu’il se permit, un mois plus tard, d’aller chasser sur les terres (ou plutôt dans les jardins) du seigneur du circuit en atteignant la finale de Wimbledon.
La suite fut nettement moins percutante puisque Nadal ne se qualifia plus que pour une seule demi-finale (au Masters) et trois quarts (US Open, Cincinnati et Madrid). Ses défaites contre Berdych (deux fois), Youzhny, Ferrero et Joachim Johansson jurent un peu par rapport à son début de saison tonitruant.

3. Nikolay Davydenko (RUS), 5e, 25 ans :

Après une saison 2005 qui l’a révélé au grand public (grâce, notamment, à sa demi-finale à Roland-Garros), Davydenko a eu besoin de quelques mois pour retrouver son meilleur niveau. En dehors d’un bon Open d’Australie où il ne s’inclina qu’en quart de finale (en quatre sets face à Federer), ses seuls bons résultats furent des demi-finales à Sydney et Rotterdam. Son réveil eut lieu au milieu de la saison sur terre, à Estoril plus exactement. Il y atteignit la finale puis enchaîna par un quart de finale au Masters Series d’Hambourg, une victoire à Portschach et un nouveau quart à Roland-Garros. Après un catastrophique détour sur gazon (qui prouve qu’il n’a vraiment pas la main verte), il réussit un bel été avec des victoires à Sopot et New Haven ainsi qu’une finale à Bastad (mais des défaites d’entrée à Toronto et Cincinnati).
Vint l’US Open où des victoires sur Murray et Haas lui ouvrirent la voie des demi-finales. En fin d’année, il s’imposa également à Moscou et au Masters Series de Paris et prit une part importante à la victoire de ses couleurs en Coupe Davis.
Le Russe ressemble en de nombreux points à son compatriote Kafeïnikov. Peu expressif, il possède un tennis de métronome et n’hésite pas à jouer énormément (35 tournois en 2006).

4. James Blake (USA), 24e, 27 ans :

Sur la lancée de son impeccable fin d’année 2005, James Blake s’imposa dès janvier à Sydney puis, un mois plus tard, à Las Vegas. Il se qualifia ensuite pour la finale à Indian Wells et les quarts à Miami. La tournée européenne qui suivit ne lui apporta que peu de satisfaction (en dehors d’une finale au Queen’s) et c’est avec plaisir qu’il retrouva le ciment américain durant l’été. Avec succès également puisqu’il décrocha un troisième titre, à Indianapolis, et fit jeu égal avec Federer pendant quatre sets en quarts de finale de l’US Open.
Des victoires à Bangkok et Stockholm lui assurèrent sa place au Masters où il creva l’écran en battant Nadal, Davydenko et Nalbandian avant de craquer en finale contre Federer.

5. Ivan Ljubicic (CRO), 9e, 27 ans :

Plus encore que pour Blake, la fin de saison 2005 de Ljubicic fut remarquable avec quatre finales d’affilée (dont deux gagnées) et la victoire en Coupe Davis. Les six premiers mois de 2006 furent joués sur le même ton puisque le Croate s’imposa à Chennai et Zagreb et atteignit la finale à Miami, les demi-finales à Roland-Garros et les quarts à l’Open d’Australie, Indian Wells et Monte-Carlo. La suite fut nettement moins bonne puisqu’une troisième victoire (à Vienne) et une finale (à Bangkok) sont les seuls résultats probants d’une deuxième partie de saison un peu terne.

6. Andy Roddick (USA), 3e, 24 ans :

Dans le Top 3 ces trois dernières années, Roddick a marqué le pas en 2006. Jusqu’en juin, ses résultats furent même assez catastrophiques avec deux demi-finales (San Jose, Queen’s) et deux quarts de finale en Masters Series (Miami et Rome) mais surtout des résultats très décevants en Grand-Chelem. Il demanda alors de l’aide à Jimmy Connors et leur association ne tarda pas à porter ses fruits puisque, durant l’été, il s’imposa à Cincinnati et atteignit la finale à Indianapolis et, surtout, à l’US Open. Sa fin de saison fut à nouveau moins performante.

7. Tommy Robredo (ESP), 20e, 24 ans :

Sa place dans le Top 10, Robredo la doit surtout à sa victoire au Masters Series d’Hambourg dans un tableau déforcé par les forfaits de Federer et Nadal. Il fut toutefois assez régulier tout au long de l’année puisqu’il se qualifia pour trois huitièmes de finale en Grand-Chelem (à Melbourne, Paris et New York) ainsi que pour deux autres demi-finales en Masters Series à Cincinnati et Bercy. Il a également remporté le tournoi de Bastad et a disputé la finale à Barcelone.

8. David Nalbandian (ARG), 6e, 24 ans :

La victoire de Nalbandian au Masters 2005 lui avait permis d’espérer se joindre à la lutte pour la première place cette année. Malheureusement, plusieurs petits problèmes physiques le forcèrent à revoir ses ambitions à la baisse. Il dut, notamment, abandonner en demi-finale à Roland-Garros alors qu’il menait face à Roger Federer. Il connut d’ailleurs pas mal de difficultés à franchir ce cap des demi-finales, stade qu’il atteignit tout de même à l’Open d’Australie, à Miami, à Rome, à Madrid et au Masters. Il remporta tout de même un titre (à Estoril) et fut le principal artisan du beau parcours de l’Argentine en Coupe Davis (cinq victoires pour une défaite en simple).

9. Mario Ancic (CRO), 22e, 22 ans :

En grand progrès cette année, Mario Ancic aurait pu terminer 2006 bien plus haut si une blessure ne l’avait pas stoppé pendant presque tout l’été. Victorieux à S’Hertogenbosch et Saint-Pétersourg, il atteignit également trois finales (Auckland, Marseille et Pékin). Il se montra en outre très régulier lors des plus grosses épreuves comme le montrent sa demi-finale à Hambourg ainsi que ses quarts de finale à Roland-Garros, Wimbledon, Miami, Rome et Bercy.

10. Fernando Gonzalez (CHL), 11e, 26 ans :

Contrairement à beaucoup d’autres joueurs sud-américains, Fernando Gonzalez ne prend pas la grande majorité de ses points sur terre-battue. Il a tout de même disputé les demi-finales à Monte-Carlo et les quarts à Rome mais c’est en fin de saison qu’il a « cassé la baraque ». Finaliste au Masters Series de Madrid (ainsi qu’à Bâle et Vienne), il se glissa également en demi-finale à Toronto et Cincinnati. Seules ses apparitions en Grand-Chelem (où il s’inclina les quatre fois en cinq sets) furent moins convaincantes.

Le Top 10 masculin 2005
Le Top 10 masculin 2004
Le Top 10 masculin 2003