Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | National
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

Les dix meilleures progressions du top 100

Hommes :

Carlos Moya (ESP, 31 ans, 43e -> 17e) :

A 31 ans, Carlos Moya a connu une deuxième jeunesse en 2007. Premier joueur mondial en mars 1999, dix mois après avoir remporté Roland-Garros, l’Espagnol avait connu une première traversée du désert, redescendant au-delà de la 50e place avant de revenir dans le Top 10 jusqu’en mai 2005. La suite n’a été qu’une lente dégringolade jusqu’au printemps dernier durant lequel il a atteint les demi-finales à Hambourg et les quarts de finale à Roland-Garros (ses premiers en Grand-Chelems depuis trois ans). L’été fut également réussi avec une victoire à Umag (un tournoi qui lui réussit bien puisqu’il l’avait déjà remporté quatre fois), un quart de finale à Cincinnati et un nouveau quart en Grand-Chelem à l’US Open.
Cette belle série a permis au joueur de Palma de Majorque de retrouver le Top 20. Il en est d’ailleurs l’ainé et termine parmi les cinquante premiers du classement pour la douzième année consécutive. Bien que sa fin de saison fut plutôt moyenne (quatre échecs au premier tour des quatre épreuves auxquelles il a participé), il est peut-être reparti pour quelques années parmi les meilleurs.

Ivo Karlovic (CRO, 28 ans, 98e -> 22e) :

Le deuxième joueur de notre sélection n’est pas non plus un jeune premier. Il faut dire qu’Ivo Karlovic est arrivé sur le tard dans le Top 100 (à l’automne 2003, alors âgé de 24 ans et après avoir écumé les Futures et Challengers pendant cinq ans). Depuis sa progression a été lente mais constante et il se situait aux portes du Top 50 en août 2006 avant qu’une blessure au genou ne lui gâche la fin de sa saison. Début 2007, il réalisait déjà de bonnes performances en atteignant la finale à San José et en remportant le premier titre ATP de sa carrière, sur la terre-battue de Houston. S’en suivront deux autres sur le gazon de Nottingham et à Stockholm, en salle, ainsi que cinq autres demi-finales.
Plus grand joueur du circuit avec ses 2m08, son arme principale est évidemment le service. Il a d’ailleurs délivré 1318 aces cette année soit le deuxième meilleur total de l’histoire (le record est détenu par son compatriote Ivanisevic). Cette arme ne lui permet par contre pas encore de briller en Grand-Chelem où il n’a gagné qu’un seul match sur cinq cette saison. Le Croate a donc encore beaucoup à prouver dans les grands rendez-vous puisque son meilleur résultat à ce niveau reste son huitième de finale à Wimbledon en 2004.

Juan Monaco (ARG, 23 ans, 69e -> 23e) :

Ancien bon junior, Juan Monaco est devenu pro à 18 ans et a intégré le Top 100 avant 20 ans. A l’époque du grand boom argentin, lors que les Gaudio et les Coria s’affrontaient en finale de Roland-Garros, il apparaissait comme leur probable successeur. Mais il a ensuite marqué le pas, oscillant entre la 50e et la 130e place pendant 3 ans. En 2007, il a enfin remporté son premier titre (à Buenos Aires en début d’année) ce qui a semblé être le déclic car deux autres titres ont suivi (à Portscharch et Kitzbühel) ainsi que six quarts de finale et des huitièmes à Roland-Garros et l’US Open.
Juan Monaco est originaire de Tandil, une ville de la Pampa dont sont issus de nombreux bons joueurs tels Guillermo Perez-Roldan, Mariano Zabaleta (également le jeune espoir Juan-Martin Del Potro, voir plus bas). Il rêve de rejoindre ces glorieux ainés en atteignant, comme eux, un quart de finale en Grand-Chelem.

Igor Andreev (RUS, 24 ans, 91e -> 33e) :

En avril 2006, alors qu’il jouait son meilleurs tennis et occupait la 24e place mondiale, Igor Andreev a dû subir une opération au genou gauche et s’arrêter pendant six mois. Un an plus tard, il pointait à la 235e place mondiale. Mais le retour du circuit sur la terre-battue, sa surface préférée (il était jusque là célèbre pour avoir été le dernier vainqueur de Nadal sur terre), lui a redonné des ailes. Il a ainsi atteint le troisième tour à Monte-Carlo et Hambourg puis les quarts à Roland-Garros en battant Roddick, Mathieu et Baghdatis.
La suite de la saison fut aussi bonne avec une demi-finale à Gstaad et plusieurs autres quarts de finale (six sur toute l’année). Mais c’est en Coupe Davis que le moscovite (qui s’entraîne en Espagne) a marqué les esprits. Il a été un pion très important dans la qualification de la Russie pour la finale grâce à sa victoire sur Gonzalez au premier tour ou Tommy Haas en demi-finale.

Juan-Martin Del Potro (ARG, 19 ans, 92e -> 44e) :

Agé de 19 ans, Juan-Martin Del Potro est le plus jeune joueur du Top 50. Il a démarré l’année en fanfare en atteignant la première demi-finale de sa carrière, à Adélaïde, avant de mener la vie dure pendant cinq sets à Fernando Gonzalez à l’Open d’Australie (le Chilien poursuivra sa route jusqu’en finale). Ces résultats valurent à l’Argentin une première sélection en Coupe Davis où il apporta le point de la victoire face à l’Autriche au premier tour. Le reste de sa saison fut moins remarquable mais assez régulier tout de même puisqu’il a atteint trois huitièmes de finale en Masters Series (Miami, Cincinnati et Madrid) et le troisième tour à l’US Open.
Argentin atypique, « Delpo », comme il est surnommé, dit préférer les surfaces en dur à la terre-battue. Il n’a d’ailleurs disputé que deux épreuves sur la surface ocre cette année (en raison d’une blessure essentiellement) s’est montré plutôt à l’aise sur des revêtements rapides, notamment sur gazon puisqu’il a atteint les quarts de finale à Nottingham et a passé un tour au Queen’s et à Wimbledon.

Femmes :

Tatiana Golovin (FRA, 21 ans, 22e -> 13e) :

En 2004, Tatiana Golovin réalisait un bond de la 345e à la 27e place ce qui la plaçait, à 16 ans seulement, parmi les plus sûrs espoirs du tennis mondial. Lors des deux saisons suivantes, elle n’a pourtant pas vraiment confirmé son potentiel puisqu’elle a seulement réussit à se stabiliser dans le Top 30. L’année 2007 a été bien meilleure dès le début avec une demi à Anvers, un quart à Indian Wells et une victoire à Amelia Island, son premier titre officiel. Une blessure au poignet droit occasionnée en quart de finale à Charleston allait mettre un frein à sa progression et ruiner sa saison sur terre.
Son retour durant l’été ne fut pas tonitruant avec comme seul fait marquant, une demi-finale à Toronto. Ses éliminations au premier tour à l’US Open et au troisième à Wimbledon ainsi qu’un nouvel abandon à Los Angeles offraient nettement moins de raisons de se réjouir. Mais la Française (née en Russie et vivant en Floride) allait se ressaisir en automne, remportant un deuxième titre à Portoroz avant d’atteindre coup sur coup les finales de Stuttgart et Zurich où elle s’offrit les scalps de Kuznetsova, Ivanovic, Chakvetadze ou Bartoli avant, à chaque fois, d’être battue non sans démériter face à la n°1 Justine Hénin.

Sybille Bammer (AUT, 27 ans, 51e -> 20e) :

L’Autrichienne Sybille Bammer est une joueuse particulièrement atypique sur le circuit féminin. Elle n’a en effet pris ses premiers cours de tennis que vers 11 ans. Plutôt douée, elle a rapidement disputé ses premiers tournois ITF avant de faire une pause d’une saison (2001), à 20 ans, pour donner naissance à une petite Tina. Dès son retour, elle remporte ses trois premiers titres ITF et progresse petit à petit pour atteindre enfin le Top 100 en 2005.
L’année 2007 est de loin sa meilleure. Elle y remporte son premier titre WTA, à Pattaya City et dispute quatre autres demi-finales (dont Indian Wells) ainsi que les huitièmes de finale à Roland-Garros et à l’US Open. Elle accroche également à son tableau de chasse les noms de Serena Williams (deux semaines avant son triomphe à Melbourne), Ana Ivanovic ou Daniela Hantuchova. A 27 ans, la gauchère n’a peut-être pas encore fini de progresser.

Lucie Safarova (TCH, 20 ans, 42e -> 23e) :

Lucie Safarova a connu un début de saison tonitruant en battant Amélie Mauresmo, la tenante du titre, à l'Open d'Australie avant de poursuivre sa route jusqu'en quart de finale. Deux semaines plus tard, elle confirmait ce bon résultat en atteignant la finale à Paris, battant au passage Vaidisova, Kuznetsova et surtout Justine Hénin (pour son tournoi de retour). La saison sur terre lui réussit également assez bien. Elle se qualifia pour les demi-finales à Estoril, le troisième tour à Berlin et le quatrième à Roland-Garros où elle sortit une nouvelle fois Amélie Mauresmo. La deuxième partie de sa saison fut plus médiocre malgré deux tours passées encore à Wimbledon et l'US Open. Elle dut ensuite mettre un terme à sa saison prématurément pour cause de maladie.
Connue aussi pour être la petite amie de Tomas Berdych, elle n'aura en fait manqué que d'une chose en 2007 : un titre. Elle en a déjà trois à son palmarès (deux en 2005 et un en 2006).

Agnieska Radwanska (POL, 18 ans, 61e -> 25e) :

Après une très belle carrière junior et une rapide accession au Top 100, Agnieska Radwanska n'a pas tardé à confirmer son potentiel en 2007. Elle a d'abord disputé quelques qualifications avant d'atteindre les huitièmes de finale à Miami et les quarts à Istanbul. Mais c'est sa durant l'été qu'elle passa la vitesse supérieure, remportant d'abord un gros tournoi ITF (à Biella) avant de soulever son premier trophée WTA à Stockholm. Elle termina l'été par un huitième de finale à l'US Open où elle créa la sensation en dominant Maria Sharapova au troisième tour.
Outre la Russe, Radwanska a également réussi à battre des joueuses du calibre de Hingis, Hantuchova ou Bartoli. Ce titre à Stockholm est également le premier remporté par une Polonaise en simple. Elle s'était déjà imposé un mois plus tôt en double à Istanbul aux côté de sa petite soeur Urszula, également une grande espoir du tennis. Avec ces deux-là, la Pologne gagnera certainement encore beaucoup de titres et des bien plus prestigieux.

Viktoria Azarenka (BLR, 18 ans, 92e -> 29e) :

A 18 ans, Azarenka poursuit sa progression fulgurante vers les sommets. Championne du monde junior en 2005, elle a atteint le Top 100 WTA dès l’année suivante pour se retrouver déjà parmi les 30 meilleures du monde aujourd’hui. Après un début de saison marqué par des accessions aux troisièmes tours à l’Open d’Australie, Indian Wells et Miami, les choses se sont accélérées avec sa première finale à Estoril suivie directement par une demi-finale à Prague.
En fin de saison, « Vika » s’est montrée plus régulière dans des tournois plus relevés, alignant des quarts de finale à Los Angeles, Luxembourg ou Moscou non sans garder un excellent niveau dans les tournois plus faibles (une nouvelle finale à Taschkent). Mais c’est surtout son huitième de finale à l’US Open après une victoire en trois sets sur Martina Hingis qui a marqué les esprits. Elle compte également des victoires sur Maria Sharapova (en petite forme il est vrai à ce moment de la saison) et Nadia Petrova. Nul doute qu’elle ne tardera pas à remporter son premier titre WTA.

Les dix meilleures progressions du top 100 en 2006
Les dix meilleures progressions du top 100 en 2005
Les dix meilleures progressions du top 100 en 2004
Les dix meilleures progressions du top 100 en 2003