Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | Belgian Circuit
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

Les dix meilleures progressions du top 100

Hommes

Nicolas Massu (CHL, 56e > 12e)

Le moins que l’on puisse dire de Massu, c’est que son début de saison ne fut pas brillant. Privé d’Open d’Australie pour cause de blessure, il débuta en février mais s’inclina 4 fois au premier tour. C’est durant l’été que sa progression fut éclatante avec une victoire à Amersfoort, la deuxième de sa carrière, avant d’atteindre la finale à Kitzbühel. Son automne fut pas mal non plus puisqu’il enchaîna une finale à Bucarest, une victoire au gros challenger de Szczecin et une autre au tournoi ATP de Palerme avant son plus gros fait d’arme, une finale au Masters Series de Madrid. Ce résultat, avec des victoires sur Kuerten, El Aynaoui et surtout Roddick, le tout en salle fut vraiment une grosse surprise. Jusque là catalogué joueur de terre-battue, il a prouvé qu’il avait les armes pour réussir aussi sur les autres surfaces.

Martin Verkerk (PBS, 86e > 19e)

Ce Hollandais s’était déjà fait remarquer en février en remportant, à Milan, le premier titre de sa carrière. Mais c’est évidemment son parcours à Roland-Garros qui l’aura fait connaître du grand public. Vainqueur de Moya et Coria, il se retrouva en finale à la surprise générale. Joueur fantasque, au caractère bien trempé et au jeu explosif, il sait mettre le feu à un public. Mais il sait aussi totalement « pêter les plombs » comme le prouve sa fin de saison catastrophique (outre une victoire dans un modeste challenger, il n’a gagné que 5 matchs après son parcours parisien).

Mardy Fish (USA, 84e > 20e)

Ce grand copain d’Andy Roddick aura mis plus de temps à se révéler que le n° 1 mondial. A 22 ans, il réalise de loin sa meilleure saison. Après deux victoires sur Moya en Australie, il a atteint sa première finale à Delray Beach puis une autre à Nottingham avant une troisième au Masters Series de Cincinnati (où il s’inclina 7/6 au dernier set face à… Roddick !). Sa persévérance fut récompensée en fin d’année puisqu’il remporta son premier titre à Stockholm. Joueur de fond mais plus à l’aise sur surface rapide (outre sa finale à Nottingham, il fut le seul à prendre un set à Federer à Wimbledon), il sera assurément l’un des hommes à suivre en 2004.

Feliciano Lopez (ESP, 62e > 28e)

Lopez est un joueur atypique, ça ne fait aucun doute. Espagnol mais grand attaquant à la présence au filet exceptionnelle, il a atteint cette saison, comme l'année dernière d'ailleurs, les huitièmes de finale à Wimbledon. Egalement à l’aise sur terre, il fut demi-finaliste à Kitzbühel et Stuttgart. Il se qualifia encore pour les quarts de finale aux Masters Series de Montréal et Madrid. Lopez a un jeu particulièrement spectaculaire mais aussi très irrégulier puisqu’il fut défait au premier tour à treize reprises.

Robbie Ginepri (USA, 100e > 32e)

Encore un Américain et encore un spécialiste des surfaces rapides comme le prouve sa première victoire, au tournoi de Newport. Dans les autres tournois, il ne dépassa pas le stade des quarts de finale mais il atteignit ce stade tout de même à sept reprises dont trois fois en Masters Series (Indian Wells, Miami et Cincinnati).


Femmes

Vera Zvonareva (RUS, 45e > 13e)

La progression de cette jeune Russe est tout bonnement phénoménale depuis deux ans. Elle fut une des meilleures juniores en 2001 (elle a remporté deux fois l’Orange Bowl) avant de progresser, en 24 mois de la 372è à la 13è place mondiale. La terre-battue semble être, pour l’instant, son terrain de prédilection puisqu’elle remporta son premier titre à Bol avant d’être quart de finaliste à Berlin et à Roland-Garros (où elle s’offrit le scalp de Venus Williams).
Très régulière dans les gros tournois (outre Berlin, elle était aussi en quart à Indian Wells, Charleston, Toronto et Moscou, cinq Tiers I !), elle a plus de mal à s’exprimer en salle. A seulement 19 ans, elle a cependant tous l’avenir devant elle.

Mary Pierce (FRA, 52e > 33e)

Après sa victoire à Roland-Garros en 2000, la carrière de Mary Pierce a connu un sérieux coup d'arrêt avec plusieurs blessures et un certain manque de motivation. Après une grosse désillusion à Roland-Garros, elle avait repris le chemin des salles de gym pour perdre les kilos superflus et le résultat ne se fit pas attendre puisqu’elle atteignit les huitième de finale à Wimbledon, puis à l’US Open, ainsi qu’une demi-finale à Filderstadt (victoire sur Capriati), avant de prendre une part importante à la victoire de la France en Fed Cup. Le grand retour aura-t-il lieu en 2004 ?

Alicia Molik (AUS, 94e > 35e)

Après plusieurs pépins physiques, Alicia Molik semblait enfin sur le bon chemin en ce début de saison 2003. Finaliste de la Hopman Cup (avec des victoires sur Hantuchova et Farina), elle poursuivait en remportant son premier titre à Hobart avant de… se blesser à l’Open d’Australie. De retour deux mois plus tard, elle atteindra encore les finales à Sarassota (où elle sortait des qualifs) et Budapest et le 3è tour à Wimbledon puis connaîtra une fin de saison plus difficile. Pourra-t-elle être enfin à 100% en 2004 ?

Fabiola Zuluaga (COL, 75e > 38e)

Gagnante de deux titres en 99 à tout juste 20 ans, Zuluaga avait vu sa progression stoppée nette par une blessure qui la fit chuter au-delà de la 200è place fin 2001. En deux saisons, la voilà revenue à son meilleur niveau et, à seulement 24 ans, elle peut encore faire une très belle carrière.

Petra Mandula (HON, 90e> 40e)

Parcours étonnant que celui de Petra Mandula, arrivée sur le circuit à 15 ans mais qui mit huit saisons avant de faire son entrée dans le top100. En 2001, elle explosa en devenant la première Hongroise de l’ère Open à atteindre un quart de finale en Grand Chelem (c’était à Roland-Garros). Après une saison 2002 en demi-teinte, elle remonte à nouveau et se qualifie cette fois pour les huitièmes de finale à Paris. Elle a aussi atteint la demi-finale à Sopot (en battant Myskina) et trois autres quarts.