Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | Belgian Circuit
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

Les dix meilleures progressions du top 100

Hommes :

David Ferrer (ESP, 49e -> 15e) :

Cet Espagnol de 23 ans a connu une progression assez linéaire depuis ses débuts sur le circuit. Spécialiste de la terre-battue bien entendu, il remporta son premier titre à Bucarest en 2002 avant de jouer les quarts de finale du Masters Serie de Hambourg l’an dernier. C’est pourtant sur dur qu’il va se révéler cette année. Après un début de saison assez catastrophique, il parvint en demi-finale à Miami grâce à des victoires sur Malisse, Ferrero, Hrbaty et surtout Nalbandian.
Il enchaîna tout de suite par une finale à Valence sur sa terre-battue puis un quart de finale à Monte-Carlo, une demi à Rome et un nouveau quart à Roland-Garros. Lors de ces deux dernières épreuves, il s’offrit à chaque fois le scalp de Gaudio avant d’être stoppé par Nadal.
Son été fut moins performant en dehors d’une demi-finale à New Haven mais il réalisa encore deux surprenants résultats en fin de saison en parvenant en quart de finale des Masters Series en salle de Madrid et Paris.

Robby Ginepri (USA, 63e -> 16e) :

Découvert en 2003 après des quarts de finale à Indian Wells, Miami et Cincinnati ainsi qu’un premier titre à Newport, Ginepri allait marquer le pas l’année suivante malgré deux huitièmes de finale à l’Open d’Australie et l’US Open. Après un début de saison 2005 également très moyen (deux quarts de finale avant l’été), il passa à la vitesse supérieure à son retour au pays en remportant le tournoi d’Indianapolis (victoire sur Roddick) et en atteignant les demi-finales à Cincinnati et à l’US Open. Lors de ces deux dernières épreuves, il accrocha à son tableau de chasse les noms de Safin, Moya, Puerta, Ferrer, Coria, Haas et Gasquet et ne s’arrêta que contre Federer (à Cincinnati) et Agassi (en cinq sets à l’US Open). En fin de saison, il se qualifia encore pour les demi-finales d’un Masters Series (Madrid) après une victoire sur Davydenko. Ce solide joueur de contre, spécialiste du dur (33 victoires pour 14 défaites sur cette surface en 2005) fut un des premiers sur le circuit à porter des T-shirts sans manches. Il fit d’ailleurs sensation en arborant une telle tenue sur les terrains de Wimbledon en 2003.

James Blake (USA, 97e -> 24e) :

James Blake se souviendra certainement de 2004 comme l’année la plus pourrie de sa vie. En plus du décès de son père, il dût faire face à de graves problèmes physiques : une fracture à une vertèbre tout d’abord, puis un zona qui lui paralysa la moitié du visage. Il chuta au classement et crut bien devoir mettre un terme à sa carrière. Mais il sait ce que se battre contre la douleur veut dire (il a déjà dû faire face à une scoliose à 13 ans) et grâce à un travail acharné, il put revenir au plus haut niveau.
C’est sur la terre-battue américaine qu’il retrouva ses sensations en remportant deux Challengers à la veille de Roland-Garros. Il réalisa ensuite un été aussi remarquable que celui de Ginepri, parvenant en finale à Washington avant de remporter le titre à New Haven. A l’US Open, il joua les deux plus beaux matchs du tournoi pour battre Nadal en quatre set avant de rendre les armes en quart de finale contre Andre Agassi (au tie-break de la dernière manche). En fin de saison, il remporta encore le tournoi de Stockhölm.

Tomas Berdych (TCH, 45e -> 25e) :

En 2004, Berdych fut l’un des rares à battre Roger Federer (c’était au J.O.). Il ne confirma pas vraiment en début de saison où, malgré une finale à Bastad et une demi à Washington, il fut plutôt irrégulier (dix défaites au premier tour et dix autres au second). Mais le Tchèque termina l’année de la plus belle des manières : en remportant un tournoi. Et pas n’importe lequel puisqu’il s’agissait ni plus ni moins que le Masters Serie de Paris. Lors de ce tournoi, il se défit successivement de Novak, Coria, Ferrero, Gaudio, Stepanek et Ljubicic. Durant la finale, il démontra ses qualités de battant en décrochant la cinquième manche alors que le Croate avait remonté un handicap de deux sets.
Solidement bâti (1m95 et 90 kg), il possède un service et un coup droit explosifs qui le placent comme l’un des plus grands espoirs du circuit.

Jarkko Nieminen (FIN, 77e -> 29e) :

A 24 ans, le Finlandais n’est plus vraiment un inconnu sur le circuit. Blessé au poignet après une chute lors du tournoi de Monte-Carlo 2004, il manqua toute la saison sur terre ce qui lui fit perdre une quarantaine de place au classement. Il eut besoin de toute l’année 2005 pour retrouver le classement qu’il avait avant sa blessure, alignant des résultats réguliers dont une victoire lors d’un gros Challenger (Prostejov) ainsi que quatre demi-finales sur le circuit (Munich, Stuttgart, Bangkok et Tokyo). Il fut également le premier Finlandais à atteindre les quarts de finale d’un tournoi du Grand-Chelem (à l’US Open).
Cette régularité, il la doit à une confiance et une stabilité retrouvées en partie grâce à son mariage le 11 juin dernier. Son épouse est également une star du sport dans son pays puisqu’elle est la n° 1 finlandaise (et ancienne treizième mondiale) de badmington.

Femmes :

Nicole Vaidisova (TCH, 75e -> 15e) :

Très précoce, Nicole Vaïdisova est entrée dans le livre des statistiques cette année. Elle a en effet rejoint Tracy Austin, Andrea Jeager, Monica Seles, Jennifer Capriati et Martina Hingis dans le cercle très fermé des joueuses ayant remporté cinq titres avant leur 17e anniversaire. En 2004, elle s’était déjà imposée à Vancouver et à Tashkent. Cette saison, elle a réussi le petit exploit de remporter trois tournois en autant de semaine (Séoul, Tokyo, Bangkok). Elle a également joué la finale à Istanbul, les quarts de finale aux Tiers I de Charleston et Toronto et son premier huitième de finale en Grand-Chelem à l’US Open.
Sa grande taille (1m83) lui a permis de développer un excellent service qui fait surtout merveille sur les surfaces dures. Vainqueur de l’Orange Bowl et finaliste de l’Open d’Australie junior alors qu’elle n’avait pas encore quinze ans, Vaidisova a grimper quatre à quatre les marches du classements mondial. Deux années plus tard, elle s’affiche comme l’une des grandes attractions de l’année à venir.

Dinara Safina (RUS, 44e -> 20e) :

Arrivée sur le circuit en même temps que ses compatriotes Kuznetsova et Zvonareva, Dinara Safina s’est un peu perdue en chemin. Ces trois années d’errements sont dues avant tout à un mental fragile. Le fait d’être constamment comparée à son grand frère Marat Safin n’a sans doute pas arrangé les choses. Elle semble avoir franchi un cap en 2005 avec d’abord son premier Tier II acquis de haute lutte contre Mauresmo à Paris. Elle remporta un autre titre à Prague mais c’est surtout en fin de saison qu’elle réalisa ses meilleurs résultats. Le déclic eut lieu lors de la finale de la Fed Cup où elle joua un rôle important en épaulant solidement Elena Dementieva lors du double décisif. Elle joua ensuite trois demi-finales à Luxembourg, Moscou (victoire sur Sharapova) et Hasselt. Si la confiance ne lui fait plus faux-bond, elle devrait pouvoir se mêler aux meilleures joueuses russes en 2006.

Ana-Lena Groenefeld (ALL, 68e -> 21e) :

Vainqueur de Roland-Garros junior en 2003 l’Allemande a connu une progression régulière depuis lors. Cette saison, elle a atteint le troisième tour de l’Open d’Australie, de Roland-Garros et de l’US Open. Elle s’est également qualifiée pour trois finales dont deux dans des Tiers II en fin de saison (Pékin et Luxembourg). Sur sa lancée, elle fut à deux doigts d’éliminer Maria Sharapova à Moscou mais elle se foula la cheville et fut contrainte à abandonner alors qu’elle menait 6/1 et 4/2. Cette blessure la força également à mettre un terme à sa saison.

Anna Tchakvetadze (RUS, 83e -> 32e) :

Encore une Russe aux portes du Top 30. A l’opposé de ses compatriotes, Anna Tchakvetadze est le plus à l’aise sur gazon. Son jeu de contre très efficace lui avait d’ailleurs permis d’atteindre la finale de Wimbledon en junior il y a deux ans (face à Kirsten Flipens). Cette saison, elle fut surtout efficace de mai à août avec une demi-finale (à New Haven) et trois quarts. A cette même époque, elle passa tout près de battre les deux actuelles meilleures Russes que sont Sharapova (7/5 au dernier set au 3e tour à Los Angeles) et Dementieva (au tie-break final au même stade de l’US Open). Malheureusement, ses résultats de fin de saison furent nettement moins probants puisqu’elle s’inclina au premier tour de ses quatre derniers tournois.

Peng Shuaï (CHN, 80e -> 36e) :

Longtemps absente de la scène tennistique internationale, la Chine est en train de se réveiller avec trois joueuses installées dans le Top 100 et deux autres qui frappent à sa porte. La meilleure d’entre elles est Peng Shuaï (Peng est son nom de famille), 36e mondiale alors qu’elle n’a pas encore vingt ans. Sa meilleure performance de la saison, elle l’a connue au Tier I de San Diego où elle a battu Dementieva, Safina et Clijsters avant de céder face à Mary Pierce. Déjà demi-finaliste à Sydney en début de saison (après des victoires sur Myskina et Petrova), elle a également atteint trois quarts de finale. Dotée d’un solide jeu de fond « à la Seles » (à deux mains des deux côtés), la Chinoise risque bien de jouer les premiers rôles en 2006.