Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | National
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

Les dix plus grosses chutes du top 100

Hommes :

James Blake (USA, 28 ans à la fin du mois, 4e -> 13e) :

James Blake a connu de nombreuses galères tant physiques que morales (scoliose, zona, décès de son père,…) depuis le début de sa carrière. Ce n’est qu’au printemps 2005 qu’il pourra vraiment se consacrer à temps plein au tennis. Retombé à la 210e place en avril, il brûle les étapes pour atteindre le Top 10 pour la première fois onze mois plus tard et termine même à la 4e place mondiale. Il faut dire que 2006 est de loin sa meilleure saison. Il gagne cinq titres et atteint la finale à Indian Wells et au Masters.
Compte tenu de tout ce qu’il a vécu, il n’est pas sûr que sa légère descente cette saison le préoccupe réellement. Il a même eu quelques très bons moments avec à nouveau deux titres et une finale à Cincinnati. Puis il y a eu surtout ce titre en Coupe Davis pour l’équipe des Etats-Unis dont il est l’un des piliers. Il a également eu quelques passages à vide, notamment au printemps et des résultats assez faibles dans les tournois importants. Hormis à Cincinnati, il n’a pas atteint le moindre quart de finale ni en Grand-Chelem, ni en Masters Series.

Ivan Ljubicic (CRO, 28 ans, 5e -> 18e) :

Ivan Ljubicic est également un jour arrivé parmi les meilleurs sur le tard. Entré dans le Top 50 à 22 ans mi-2001, il naviguera entre la 20 et la 50e place jusque l’automne 2005. Une fin de saison époustouflante (deux titres, finales aux Masters Series de Madrid et Paris et succès en Coupe Davis) le fera alors entrer dans le cercle des meilleurs joueurs de la planète. Un statut qu’il confirme en 2006 avec trois nouveaux succès, une finale à Miami et enfin de très bons résultats en Grand-Chelem (demi à Roland-Garros et quart à Melbourne). Au mois de mai, il atteignait la 3e place mondiale.
Il débuta 2007 sur le même rythme en remportant d’abord le tournoi de Doha puis en atteignant deux autres finales et les demi-finales à Miami. Il fut nettement moins performant au printemps et en été. Il s’imposa bien à s’Hertogenbosch mais n’attînt pas d’autre quart de finale. En Grand-Chelem, il s’arrêta au troisième tour à Roland-Garros, Wimbledon et l’US Open. Même en fin de saison, où il est d’habitude si performant, il ne disputa qu’une demi-finale (à Pékin) et deux quarts. Nul doute qu’il aura bien besoin de se ressourcer dans une des îles où il aime faire de la plongée durant la pause de Noël.

Mario Ancic (CRO, 23 ans, 9e -> 83e) :

Partenaire de Ljubicic lors de l’historique victoire croate en Coupe Davis, Mario Ancic a suivi la voie de son aîné en intégrant le Top 10 en 2006 et en atteignant même la 7e place après son quart de finale à Wimbledon. Des problèmes de genou et de dos allaient toutefois l’empêcher de prendre part au Masters. Le plus dur allait pourtant encore arriver pour le jeune Croate. Après un bon Open d’Australie (huitième et défaite en cinq sets contre Roddick), il dût abandonner à Marseille à cause d’une mononucléose qui le laissera sur le flanc jusqu’au mois d’août.
A son retour, il passe un tour à Montréal et Cincinnati mais doit à nouveau renoncer à l’US Open à cause d’une blessure à l’épaule. Il revint à nouveau en octobre et atteint les quarts de finale à Stockholm et Madrid (où il bat Blake) ce qui lui permet in extremis de se maintenir dans le Top 100.

Dominik Hrbaty (SLQ, 29 ans, 21e -> 136e) :

Dominik Hrbaty a échoué face à Mario Ancic au troisième tour de l’Open d’Australie. Il ne le savait pas encore mais ce sera l’un des meilleurs résultats (avec un quart à Casablanca et un troisième tour à Montréal) de sa saison. Des problèmes au coude l’ont embêté toute la saison et les défaites se sont succédées (15 au premier tour sur 24 (tournois disputés). Il décida début septembre de mettre un terme à sa saison pour se faire opérer.
Très bon skieur, Hrbaty n’est sûrement pas effrayé par la descente effectuée depuis qu’il avait atteint la 12e place en 2004 et qui s’est accentuée après la finale perdue en Coupe Davis fin 2005. Il termine l’année hors du Top 100 pour la première fois depuis 1996.

Tim Henman (GBR, 33 ans, 39e -> 292e) :

C’est un an avant le Slovaque que Tim Henman avait intégré ce cercle et il y sera resté plus de 12 années. Déjà en net recul en 2006, les résultats de cette saison l’ont poussé à prendre la seule décision qui convenait : mettre un terme à sa carrière. C’est ce qu’il fit après un dernier match en Coupe Davis quelques jours après que son épouse eut donné naissance à leur troisième fille.
Le joueur d’Oxford, qui fut 4e mondial à son meilleur niveau, restera comme le meilleur joueur britannique de l’ère Open avec 11 titres et une longue histoire d’amour avec le tournoi de Wimbledon où il disputa quatre demi-finales (stade qu’il atteindra aussi à Roland-Garros et à l’US Open) et quatre quarts de finale. Il n’est pas le seul joueur à prendre sa retraite cette saison. C’est le cas de deux autres habitués du Top 100 : Kenneth Carlsen (41e en 1993 et vainqueur de trois titres ATP) et Justin Gimelstob (63e en 1999).

Femmes :

Amélie Mauresmo (FRA, 28 ans, 3e -> 18e) :

Amélie Mauresmo a sans nul doute réalisé la plus belle année de sa carrière en 2006. Elle a remporté ses deux premiers titres du Grand-Chelem à Melbourne et Wimbledon et a également détenu la première place mondiale neuf mois durant. Certes elle en est arrivée là en partie grâce aux nombreuses blessures de ses principales adversaires mais c’était tout de même la consécration d’une déjà longue carrière. Elle ne s’attendait sans doute pas à déchanter si vite. En fait, c’est elle qui, cette fois, allait pâtir de plusieurs blessures alors que jusqu’ici, sa condition physique irréprochable était son principal point fort.
Tout a commencé par sa préparation, en décembre, perturbée par une blessure. Elle n’était alors pas prête à défendre son titre australien et s’est inclinée en huitième de finale. Si elle a ensuite mieux joué, remportant pour la troisième fois le tournoi d’Anvers et atteignant la finale à Dubaï, c’est une appendicite qui l’a clouée à l’hôpital au début du printemps. Revenue trop vite sur le circuit, elle a tout de même atteint les finales à Strasbourg et Eastbourne mais n’était que l’ombre d’elle-même à Roland-Garros et Wimbledon. Elle a alors décidé de faire un break pour se reposer et se ressourcer. Elle n’a plus joué pendant deux mois et a fait l’impasse sur l’US Open. Son retour, en fin de saison, a été plutôt laborieux. Elle a perdu ses quatre tournois face à des joueuses classées en dehors du Top 10.

Nadia Petrova (RUS, 25 ans, 6e -> 14e) :

Classée 3e mondiale en mai 2006, Nadia Petrova s'affirmait alors comme la seule joueuse capable d'inquiéter Justine Hénin sur terre-battue. En moins de douze mois, elle avait remporté ses cinq premiers tournois et atteint au moins les quarts de finale des quatre derniers Grands-Chelems (et même les demis à Paris). Une blessure à la hanche est alors venue ruiner cette progression. Elle allait la priver de son rêve (remporter Roland-Garros) puis la gêner tout le reste de la saison. La dégringolade au classement ne s'est jamais arrêtée depuis (même si elle terminait encore 2006 à la 6e place).
Les pépins physiques au dos et aux pectoraux se sont ensuite enchaînés. En 2007, Nadia a continué à jouer son meilleur tennis (victoire à Paris, finale à Amelia Island et Los Angeles, quarts au Tiers I de Miami, Berlin et Toronto) mais seulement par à coup. Elle a également dû abandonner à cinq reprises et a même mis un terme à sa saison dès le début du mois d'octobre, renonçant à disputer les tournois de Zurich et Linz. En Fed Cup, elle a participé à la qualification de la Russie pour la finale mais est restée sur le banc durant la finale.

Martina Hingis (SUI, 27 ans, 7e -> Ncl) :

Lorsqu'un ancien champion au palmarès aussi prestigieux que Martina Hingis tente un retour à la compétition, il y a deux caps à franchir : celui des six premiers mois où il pourra faire un bilan et estimer que son retour est satisfaisant et celui des deux ans où il devra s'être réinstallé parmi les meilleurs du monde. Martina a franchi le premier mais a trébuché sur le second.
Elle a pourtant bien démarré la saison avec une finale à Gold Coast, un quart à l'Open d'Australie et un nouveau titre, le cinquième, à Tokyo. Puis plus rien ou presque. Une blessure à la hanche l'a privée de Roland-Garros alors que remporter le seul Grand-Chelem qui lui manquait était un des grands objectifs de son retour. Cette blessure qui l'a poursuivie toute la saison puis une certaine lassitude ont transformé la deuxième partie de sa saison en calvaire. La décision attendue tomba début novembre sous une forme plutôt surprenante. Contrôlée positive à la cocaïne lors du tournoi de Wimbledon, Martina décide de jeter l'éponge pour ne pas devoir se battre contre le comité anti-dopage de la WTA. C'est en tout cas une bien triste fin pour une immense championne. D'autres joueuses telles Paola Suarez (demi-finaliste à Roland-Garros et 9e mondiale en 2004) ou Corina Morariu (29e en 1998 et surtout n°1 mondiale de double en 2000) ont aussi pris leur retraite en 2007.

Anastasia Myskina (RUS, 26 ans, 16e -> 1038e) :

Les problèmes physiques d'Anastasia Myskina sont encore bien plus graves que ceux de sa compatriote Nadia Petrova. Blessée depuis l'automne 2006, "Nastya" n'a joué que trois matchs depuis lors, tous perdus assez sèchement face à des joueuses classées au-delà de la cinquantième place mondiale. Elle a touché le fond à Roland-Garros, là même où elle avait été sacrée trois ans plus tôt, en ne prenant qu'un seul jeu à Meghann Shaughnessy (pourtant pas une bête sur terre).
Deuxième mondiale en septembre 2004, l'année de son sacre à Paris, Myskina était déjà ressortie du Top 10 l'année suivante en raison de problèmes personnels essentiellement. Avec cette grave blessure au pied gauche, c'est la suite de sa carrière qui est maintenant compromise.

Ana-Lena Groenefeld (ALL, 22 ans, 19e -> 204e) :

Considérée comme une grande espoir début 2006 lorsqu'elle intégra le Top 20 (elle était 14e en avril), Ana-Lena Groenefeld a sombré depuis dans les profondeurs du classement. Cette année, elle s'est inclinée au premier tour de douze tournois dont six d'affilée entre Berlin et Wimbledon. Elle a réussi à franchir le premier tour à l'Open d'Australie, Varsovie, Bad Gastein et Stockholm mais n'a jamais remporté deux matchs d'affilée.
La raison de cette déconvenue ? Des blessures également bien entendu mais surtout une énorme prise de poids due à une dépression. De gros problèmes lors de sa séparation avec son précédent coach lui ont miné le moral et elle s'est jetée sur la nourriture pour oublier ses soucis. Elle a fait un long break à partir du mois d'août afin de retrouver le plaisir de jouer et compte bien revenir encore plus forte en 2008.

Les dix plus grosses chutes du top 100 en 2006
Les dix plus grosses chutes du top 100 en 2005
Les dix plus grosses chutes du top 100 en 2004