Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | Belgian Circuit
?????????????????????????? ATP/WTA Simple | ATP/WTA Double | ITF Simple | ITF Double | Wheelchair Simple | Wheelchair Double | Non classés et inactifs | ITF | TE16 | TE14
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours


L'année au féminin

 

Deuxième partie : l’année au féminin, de janvier à octobre.

Janvier


Pas encore de WTA Cup au programme du mois de janvier, je ne suis d’ailleurs pas sûr que la WTA ait les moyens financiers d’une telle organisation. Ce sont donc des tournois classiques qui servent de préparations à l’Open d’Australie et en particulier deux tournois “Premiers”.

A Brisbane, l’épreuve est remportée par Karolina Pliskova (n°2) qui s’impose dans la douleur. Elle remonte d’abord un handicap d’un set face à Naomi Osaka (n°3) en demi puis vient à bout de Madison Keys également en trois sets en finale. Cette dernière avait sorti Petra Kvitova (n°5) au tour précédent. Ashleigh Barty (n°1) et Elina Svitolina (n°4) sont toutes les deux battues d’entrée.

A Adélaïde, où se dispute une épreuve féminine pour la première fois depuis 2008, la victoire revient à Ashleigh Barty (n°1). La première mondiale s’en sort toutefois de justesse en demi face à Danielle Collins qui la pousse au tie-break du dernier set. Elle prend plus facilement le dessus sur la jeune Dayana Yastremska en finale. Cette dernière avait pris la mesure d’Aryna Sabalenka (n°6) dans le dernier carré. Simona Halep (n°2), s’est arrêtée en quart contre la Biélorusse.

L’Australian Open se termine sur une énorme surprise avec la victoire de la jeune Américaine Sofia Kenin (n°14). A 21 ans, l’ancienne n°2 mondiale chez les juniors n’avait pas encore atteint le moindre quart en Grand-Chelem. Elle avait tout de même bien terminé la saison 2019 avec un titre à Canton et des demi-finales aux “Premiers” de Toronto et Cincinnati, ce qui lui avait permis de faire son entrée dans le top 20. Pas de quoi pour autant la faire passer pour une favorite en Grand-Chelem. Après de faciles victoires sur les qualifiées Martina Trevisan et Ann Li, elle prend la mesure un peu plus difficilement de Shuai Zhang et de Cori Gauff avant de dominer Ons Jabeur, l’invitée surprise des quarts de finale. C’est toutefois en tant qu’outsider qu’elle aborde les demi-finales.

D’autant que face à elle, c’est la n°1 mondiale et favorite du public Ashleigh Barty (n°1) qui se dresse. Mais avec son jeu solide et une volonté constante de ne pas céder de terrain, l’Américaine vient à bout de l’Australienne par 7/6-7/5. Après la perte du premier set en finale, Kenin y domine Garbiñe Muguruza en à peine plus de deux heures. L’Espagnole, non tête de série suite à sa mauvaise saison 2019, retrouve là sa première finale en Grand-Chelem depuis son titre à Wimbledon en 2017. Elle a pourtant connu deux premiers tours compliqués face à Shelby Rogers et Ajla Tomljanovic. Mais elle a ensuite amélioré son niveau de jeu pour facilement dominer Elina Svitolina (n°5) et Kiki Bertens (n°9). Vainqueur d’Anastasia Pavlyuchenkova (n°30) en quart, elle bat Simona Halep (n°4) en demi sur un score identique à celui de l’autre demi.

Les deux premiers tours sont assez tranquilles pour les favorites puisque les dix meilleures joueuses du tableau les franchissent sans encombre, chose plutôt rare dans le tennis féminin. Mais la troisième marche est l’occasion de très nombreuses surprises. Outre Svitolina, on peut noter les défaites de Karolina Pliskova (n°2) face à Pavlyuchenkova, de la tenante du titre Naomi Osaka (n°3) contre Cori Gauff et de Belinda Bencic (n°6) contre Anett Kontaveit (n°28). Serena Williams (n°8) est également battue à ce stade, surprise par la Chinoise Qiang Wang (n°27). Ons Jabeur, 85e mondiale, est la première joueuse nord-africaine à se hisser en quart de finale d’un Grand-Chelem. Elle réalise un superbe parcours puisqu’elle domine successivement Johanna Konta (n°12), Caroline Garcia, Caroline Wozniacki (qui faisait là ses adieux) et Wang avant de ne céder que contre la future lauréate.

Côté belge, notre meilleure joueuse est bien sûr Elise Mertens qui se hisse à nouveau en huitièmes de finale. Mais elle s’incline face à Simona Halep contre laquelle elle éprouve toujours beaucoup de difficultés. Greet Minnen sort des qualifications pour la première fois en Grand-Chelem et elle franchit même le premier tour au détriment d’Aliaksandra Sasnovich. Elle est ensuite éliminée par Elena Rybakina (n°29). Kirsten Flipkens passe à côté d’une très belle performance puisqu’elle n’est battue que 9/7 au tie-break du dernier set par Karolina Muchova (n°30). Par contre, Alison Van Uytvanck est largement dominée par Fiona Ferro à qui elle ne prend que trois jeux.


Février


Le mois de février débute en salle avec le “Premier” de St Petersbourg. Il est remporté par Kiki Bertens (n°2) qui signe là son dixième titre WTA. Victorieuse de la Russe Ekaterina Alexandrova en trois sets le samedi, elle prend facilement la mesure d’Elena Rybakina (n°8) en finale. La Kazakhe s’était sortie d’une situation bien compliquée en demi face à la Grecque Maria Sakkari (n°6).

Le circuit se poursuit à Dubaï où Simona Halep remporte son premier titre depuis Wimbledon sept mois plus tôt. En demi-finale, elle ne laisse que deux jeux à la surprenante Jennifer Brady, issue des qualifications et tombeuse d’Elina Svitolina (n°3) et de Garbiñe Muguruza (n°9). La finale face à Elena Rybakina (n°8) est autrement plus compliquée puisqu’elle ne parvient à s’imposer qu’au tie-break du dernier set. La Kazakhe atteint donc sa deuxième finale consécutive. Cette fois son parcours est éloquant puisqu’elle domine Sofia Kenin (n°5) au premier tour, Karolina Pliskova (n°2) en quart et Petra Martic (n°8) en demi. 

A Doha, c’est Aryna Sabalenka (n°9) qui remporte le premier “Premier 5” de la saison. Dans un tableau relevé mais rapidement décimé, elle s’en sort de justesse au premier tour contre Anett Kontaveit ainsi qu’en quart face à Saisai Zheng. Elle remporte plus facilement sa demi contre l’increvable Svetlana Kuznetsova, tombeuse de Belinda Bencic (n°4) en quart et sa finale face à Petra Kvitova (n°8). La Tchèque avait perdu beaucoup d’influx la veille pour venir à bout d'Ashleigh Barty (n°1). 

Ons Jabeur se glisse à nouveau en quart de finale après un très beau succès sur Karolina Pliskova (n°3). Elle ne s’incline qu’en deux tie-breaks face à Kvitova. Zheng atteint le même stade grâce à des succès convaincants contre Marketa Vondrousova (n°12) et Kiki Bertens (n°7). Simona Halep (n°2) se retire du tournoi peu après le tirage au sort alors que Sofia Kenin (n°6) digère difficilement sa victoire australienne. L’Américaine s’incline d’entrée face à Dayana Yastremska, bourreau de Kirsten Flipkens au premier tour. Elise Mertens (n°16) est surprise au deuxième tour par Yulia Putintseva. De son côté, Alison Van Uyvanck ne s’incline au même stade que 10/8 au tie-break final face à Elena Rybakina (n°14).


Août


Comme sur le circuit masculin, les joueuses professionnelles sont à l’arrêt depuis début mars et reprennent à New York pour le “Premier 5” habituellement disputé à Cincinnati. Victoria Azarenka y effectue un retour tonitruant en remportant son premier titre depuis 2016. La Biélorusse y domine notamment Caroline Garcia puis Ons Jabeur, à nouveau en quart de finale suite à sa victoire sur Madison Keys (n°7). En demi, Azarenka perd son seul set de la semaine mais l’emporte tout de même face à Johanna Konta (n°8). En finale, elle bénéficie du forfait de Naomi Osaka (n°4). La Japonaise est à l’origine d’un geste fort deux jours plus tôt. Suite à l’affaire Jacob Blake qui secoue le pays cette semaine-là, elle décide de déclarer forfait pour la demi-finale qui devait l’opposer à Elise Mertens. 

Les organisateurs décident alors de reporter toutes les rencontres du jour pour soutenir son geste. Naomi est réintégrée dans le tableau, domine Elise en deux sets mais se blesse en fin de partie et ne peut assurer sa place en finale. Le tournoi avait perdu d’entrée ses deux premières têtes de série que sont Karolina Pliskova (n°1) et Sofia Kenin (n°2) respectivement contre Veronika Kudermetova et Alizé Cornet. Serena Williams s’incline, elle, au troisième tour, non sans avoir servi pour le match face à Maria Sakkari. Dans ce contexte, Elise Mertens se hisse en demi sans rencontrer de joueuse du Top 30. Elle souffre tout de même beaucoup au deuxième tour pour venir à bout de Kristina Mladenovic. Kirsten Flipkens sort des qualifs et passe le premier tour avant de chuter lourdement contre Johanna Konta (n°8). Alison Van Uytvanck est surprise d’entrée par Arantxa Rus.


Septembre


En l’absence de la numéro 1 mondial Ashleigh Barty (qui décidera peu de temps après de renoncer à l’ensemble de la saison) et de Simona Halep, ce sont Naomi Osaka (n°4) et Victoria Azarenka qui sont les deux favorites de l’US Open et elles se retrouvent effectivement en finale. Cette fois la Japonaise tient sa place et elle s’impose même malgré un départ très timoré. Pour remporter son troisième titre du Grand-Chelem, Osaka s’était frayé un chemin dans un tableau dégagé et n’avait pas du affronter de joueuse du Top 20. Elle perd tout de même un set contre Misaki Doi au premier tour et contre Marta Kostyuk au troisième mais domine plus facilement Camila Giorgi, Anett Kontaveit (n°14) et Shelby Rogers en quart. En demi-finale, elle est également malmenée par la surprenante américaine Jennifer Brady (n°28).

Le parcours d’Azarenka est nettement plus relevé. Après une victoire facile face à Barbara Haas, elle domine sa compatriote Aryna Sabalenka (n°5) en deux petits sets. Au troisième tour, elle se montre également expéditive face à la jeune polonaise Iga Swiatek. La Biélorusse perd tout de même un set en huitièmes contre Karolina Muchova (n°20), puis elle met un terme très abrupt au joli parcours d’Elise Mertens (n°16) à qui elle ne laisse qu’un seul jeu. En demi, Azarenka retrouve sa vieille rivale Serena Williams (n°3). Et c’est l’Américaine qui démarre pied au plancher et s’adjuge le premier set 6/1. Mais, petit à petit, Azarenka renverse la vapeur pour s’imposer sur un double 6/3.

Jennifer Brady est l’invitée surprise de ces demis. Elle s’extirpe d’un haut de tableau vite débarrassé de ses favorites Karolina Pliskova (n°1), surprise par Caroline Garcia au deuxième tour et Petra Martic (n°8) battue par Yulia Putintseva (n°23) en huitièmes. Brady se charge elle-même de battre la Française et la Kazakhe et domine également Angelique Kerber (n°17). Une autre Américaine, Shelby Rogers, crée la sensation en se hissant en quart. Elle domine Elena Rybakina (n°11) au deuxième tour et vient à bout de Petra Kvitova (n°6) en huitièmes. La Bulgare Tsvetana Pironkova, ancienne demi-finaliste de Wimbledon mais absente du circuit depuis plus de trois ans, notamment pour donner naissance à son fils, fait un retour remarqué. Elle se hisse en quart de finale en dominant notamment Garbiñe Muguruza (n°10) au deuxième tour. 

Elise Mertens se hisse pour la deuxième année consécutive en quart de finale. Elle remporte ses trois premiers matchs avec autorité puis sort une très belle prestation pour battre la gagnante de l’Open d’Australie Sofia Kenin (n°2) en deux fois 6/3. Son parcours a beau s’être arrêté très sèchement, il reste vraiment excellent. Ysaline Bonaventure directement qualifiée pour le tableau final d’un Grand-Chelem pour la première fois, y gagne même un match face à Shuai Zhang (n°25). Elle s’incline ensuite contre Alize Cornet. Kirsten Flipkens bat aussi une tête de série, Rebecca Peterson (n°32) et s’incline contre Jessica Pegula dans un match très serré. Les autres Belges sont battues d’entrée. Greet Minnen ne peut rien contre Marketa Vondrousova (n°12), Alison Van Uytvanck est battue en trois sets contre Camila Giorgi et Yanina Wickmayer ne parvient à prendre que quatre jeux à Kenin. Et enfin Kim Clijsters effectue son retour en Grand-Chelem huit ans après son dernier match à ce niveau. Elle parvient à prendre le premier set à Ekaterina Alexandrova (n°21) mais elle baisse progressivement de niveau et perd 6/1 au troisième.

Comme chez les hommes, le circuit féminin passe ensuite à la terre-battue et Simona Halep (n°1) s’impose au “Premier 5” de Rome. Elle bénéficie de deux abandons sur son parcours, notamment en finale contre Karolina Pliskova (n°2). En demi-finale, elle avait par contre dû s’employer pour venir à bout de Garbiñe Muguruza (n°9). Avant son abandon, Pliskova avait mis fin au parcours d’Elise Mertens (n°11) en quart. En demi, elle domine sa compatriote Marketa Vondrousova (n°12). 

Cette dernière avait dominé Elina Svitolina (n°4) en quart. Sofia Kenin (n°3), toujours en perdition depuis son titre à Melbourne, ne prend pas un jeu lors de son entrée en lice face à Victoria Azarenka. La Bielorusse poursuit sa route jusqu’en quart mais s’incline en trois sets contre Muguruza. Elise Mertens, décidément très en forme, remporte très facilement trois matchs avant de pousser Pliskova aux trois sets. 


Octobre


Le ciel est plombé toute la quinzaine au-dessus de Paris mais une éclaircie illumine  Roland-Garros. La jeune Iga Swiatek, sortie de nulle part ou presque, s’y impose en pratiquant un tennis brillant. Elle ne laisse pas un set en route et ne laisse même jamais plus de cinq jeux à aucune de ses adversaires. Elle commence son parcours en donnant la leçon à la finaliste 2019 Marketa Vondrousova (n°15). Après des victoires aussi aisées sur Su-Wei Hsieh et Eugénie Bouchard, elle retrouve la grande favorite Simona Halep (n°1) en huitièmes de finale. La Roumaine, gagnante de l’épreuve en 2018, sort écoeurée avec seulement trois jeux dans son escarcelle. Swiatek se défait ensuite sans plus de difficultés des surprenantes Martina Trevisan en quart et Nadia Podoroska en demi. En finale, elle ne semble pas subir la pression de l’événement et balade totalement Sofia Kenin (n°4). 

L’Américaine pouvait pourtant retrouver le sourire, elle qui avait éprouvé tant de mal à confirmer son titre à l’Open d’Australie. Certes son parcours n’a pas été brillant mais elle a eu le mérite de s’accrocher sur une surface qu’elle ne maîtrise pas totalement. Elle a ainsi remporté quatre de ses six victoires en trois sets face à des joueuses qui n’étaient pas tête de série. Ce fut le cas face à Liudmila Samsonova et Ana Bogdan lors des deux premiers tours, puis face à Fiona Ferro en huitièmes et Danielle Collins en quart. Elle négocie mieux son troisième tour contre la qualifiée Irina Bara et réalise un solide match en demi pour terrasser Petra Kvitova (n°7).

Karolina Pliskova (n°2) est balayée dès le deuxième tour par une Jelena Ostapenko qui semble un moment retrouver le niveau qui l’avait mené à la victoire en 2017… mais retombe dans ses travers dès le match suivant. Serena Williams (n°6) déclare forfait avant son deuxième tour contre Tsvetana Pironkova alors que dans la même partie de tableau, Victoria Azarenka (n°10) n’est que l’ombre d'elle-même au même stade face à Anna Karolina Schmiedlova. Ce double échec permet à la qualifiée Nadia Podorosaka d’émerger et même de se frayer un chemin jusqu’en demi en dominant Elina Svitolina (n°3) en quart. Martina Trevisan, également issue des qualifications, sort des gros matchs face à Cori Gauff, Maria Sakkari (n°20) et Kiki Bertens (n°5) pour se hisser en quarts. La dernière invitée surprise à ce stade est Danielle Collins qui surprend Garbiñe Muguruza (n°11) et Ons Jabeur (n°30).

Côté Belge, Elise Mertens est très attendue après son solide mois de septembre. Elle se hisse bien au troisième tour mais, malgré une entame de match tonitruante, elle s’incline face à Caroline Garcia. Alison Van Uytvanck franchit le premier tour mais, malade, elle doit ensuite abandonner contre Bara. Greet Minnen et Kirsten Flipkens, qui auraient pu se rencontrer au second tour, ne prennent que trois jeux à leurs adversaires successives, Nadia Podoroska et Yulia Putintseva (n°23).

La saison asiatique est également supprimée ce qui signifie qu’il n’y a pas de Masters puisque celui-ci aurait dû se disputer à Shenzhen. Il n’y a donc plus qu’un seul tournoi important en cette fin de saison, c’est le “Premier” d’Ostrava. C’est Aryna Sabalenka (n°3) qui s’y impose en prenant largement le dessus sur sa compatriote Victoria Azarenka (n°4) en finale. En demi, les deux Biélorusse ont pris le mesure respectivement de Jennifer Brady et de Maria Sakkari. Les deux premières têtes de série, Elina Svitolina (n°1) et Karolina Pliskova (n°2) ratent leur dernières sorties en s’inclinant d’entrée contre Sakkari et Veronika Kudermetova.