Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | Belgian Circuit
?????????????????????????? ATP/WTA Simple | ATP/WTA Double | ITF Simple | ITF Double | Wheelchair Simple | Wheelchair Double | Non classés et inactifs | ITF | TE16 | TE14
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours


L'année au masculin (2e partie)

 

Deuxième partie de  notre compte rendu mois par mois : l’année au masculin, de juillet à novembre.

Juillet

La finale de Wimbledon oppose les deux meilleurs joueurs de gazon du moment (et peut-être de l’histoire) et se termine par la victoire de Novak Djokovic (n°1) sur Roger Federer (n°2) au bout d’un tie-break final, une première en Grand-Chelem. L’organisation a en effet instauré cette année la nouvelle règle d’un tie-break à 12-12 au cinquième set. Le Serbe s’était montré très solide durant les 10 premiers jours du tournoi, seulement inquiété par le Polonais Hubert Hurkacz au troisième tour. Ses autres adversaires, dans l’ordre Philipp Kohlschreiber, Denis Kudla, Ugo Humbert et David Goffin (n°21), n’ont jamais réussi à le perturber. Roberto Bautista Agut (n°23), étonnant demi-finaliste, parvient tout de même à lui prendre un set également mais pas à l’empêcher de disputer sa 25e finale majeure, ni à remporter son 16e titre.

De son côté, Federer disputait sa douzième finale en 17 ans à Londres et est donc passé tout près d’être sacré pour la neuvième fois. Pour arriver là, il a d’abord cédé son premier set du tournoi face à Lloyd Harris avant de largement dominer Jay Clarke, Lucas Pouille (n°27) et Matteo Berrettini (n°17). En quart, il perd à nouveau le premier set face à Kei Nishikori (n°8) avant de retrouver Rafael Nadal (n°3) en demi. Si l’Espagnol prend quasi systématiquement le dessus dans leurs duels sur terre-battue (il mène 14/2), il en est tout autre sur gazon où le Suisse s’impose pour la troisième fois en quatre confrontations.

Kevin Anderson (n°4), le finaliste 2018 qui n’a disputé que quatre tournois depuis le début de la saison en raison d’une blessure au coude, est en manque de rythme et s’incline au troisième tour face à Guido Pella (n°26). Les trois autres joueurs du Top 8 sont surpris d’entrée. Dominic Thiem (n°5) subit la loi du demi-finaliste 2017 Sam Querrey. Alexander Zverev (n°6) poursuit son début de saison catastrophique et s’incline face au qualifié tchèque Jiri Vesely. Enfin, Stefanos Tsitsipas (n°7) est battu en cinq manches par l’Italien Thomas Fabbiano.

La défaite du Grec ouvre la voie vers les quarts de finale à David Goffin. Encore fallait-il que le Belge terrasse Daniil Medvedev (n°11), ce qu’il fait au troisième tour au terme d’un gros match en cinq manches. Il domine encore Fernando Verdasco en quatre sets mais, malgré sa grande forme, il est largement dépassé par le futur vainqueur en quart. Ruben Bemelmans parvient à sortir des qualifications mais il est battu en trois sets par Stan Wawrinka. Enfin, Steve Darcis, qui bénéficie d’un classement protégé, bat facilement Mischa Zverev au premier tour mais doit abandonner ensuite contre Bautista Agut.

Le circuit fait ensuite un bref retour sur terre-battue avec notamment un ATP 500 à Hambourg. Et Nikoloz Basilashvili (n°4) parvient à y défendre son titre victorieusement. Il bat la star locale Alexander Zverev (n°2) au tie-break du dernier set en demi-finale, puis a encore besoin de trois manches pour venir à bout d’Andrey Rublev. Le Russe s’était précédemment débarrassé de Dominic Thiem (n°1) en quart et de Pablo Carreno Busta en demi.

Août

Le premier tournoi de l’été américain se dispute à Washington, pour un ATP 500. Nick Kyrgios y fait une nouvelle fois le show. Il vient à bout de Stefanos Tsitsipas (n°1) 9/7 au tie-break du dernier set en demi-finale, puis bat en deux jeux décisifs un autre joueur en forme : Daniil Medvedev (n°3). Le Russe prend la mesure de Marin Cilic (n°6) en quart, puis met un terme au surprenant parcours du lucky loser Peter Gojowczyk.

Le sixième Masters 1000 de la saison se tient à Montréal et voit la victoire de Rafael Nadal (n°1). L’Espagnol y remporte son deuxième titre à ce niveau en 2019 et le 35e de sa carrière, un record. Il ne perd qu’un set de la semaine, en quart contre Fabio Fognini (n°7). En demi, il bénéficie de l’abandon de Gaël Monfils (n°16) puis ne laisse que trois jeux à Daniil Medvedev (n°8). Le Russe, finaliste pour la deuxième semaine consécutive, s’était pourtant montrer très impressionnant jusque-là. Il domine facilement tous ses adversaires, dont Dominic Thiem (n°2) en quart, puis Karen Khachanov (n°6) en demi.

Stefanos Tsitsipas (n°4) et Kei Nishiori (n°5) sont tous les deux battus d’entrée et en trois sets, respectivement par Hubert Hukacz et Richard Gasquet. C’est Monfils qui profite de ce tableau dégagé et qui se hisse en quart au terme d’un match très serré contre Roberto Bautista Agut (n°10). Alexander Zverev (n°3) atteint péniblement les quarts avant de perdre en deux sets face à Khachanov. David Goffin (n°15) rate une occasion importante de prendre des points. Il est battu d’entrée par Guido Pella.

Daniil Medvedev (n°9) confirme sa grande forme en remportant son premier Masters 1000 à Cincinnati. Il bat entre autre son compatriote Andrey Rublev en quart et, surtout, Novak Djokovic (n°1), qui s’incline après avoir pourtant remporté le premier set. En finale, Medvedev affronte David Goffin (n°16) et la rencontre est très disputée durant le premier set qui se termine par une victoire du Russe 7 points à 3 au tie-break. Il domine un peu plus facilement la deuxième manche.

Cette présence en finale d’un Masters 1000 est une première pour David. Il faut reconnaitre qu’il a profité d’un tableau assez dégagé même s’il est accroché au premier tour par Taylor Fritz. En quart, il bénéficie du forfait du qualifié japonais Yoshihito Nishioka, avant de prendre facilement la mesure de Richard Gasquet en demi. Stefanos Tsitsipas (n°5) et Kei Nishikori (n°6) sont à nouveau battus d’entrée respectivement par Jan-Lennard Struff et Nishoka. Alexander Zverev (n°7) connait le même sort face au jeune Serbe Miomir Kecmanovic. Roger Federer (n°3), en petite forme, passe tout de même un tour mais est ensuite dominé par Rublev.

Septembre

Les deux meilleurs joueurs de l’été Rafael Nadal (n°2) et Daniil Medvedev (n°5) se retrouvent en finale de l’US Open et c’est l’Espagnol qui s’impose mais dans un match nettement plus disputé qu’à Montréal. Rafa remporte les deux premiers sets mais le Russe se réveille ensuite et gagne les deux manches suivantes avant de ne craquer que 6/4 au cinquième set. Le Majorquin connait un parcours plutôt tranquille jusque-là. Il bat John Millman puis bénéficie de l’abandon de Thanasi Kokkinakis. Il n’est pas beaucoup plus inquiété par Hyeon Chung mais perd tout de même un set face à Marin Cilic (n°22). Il bat encore Diego Schwartzman (n°20) en quart et le surprenant italien Matteo Berrettini (n°24) en demi.

Le parcours de Medvedev est un peu plus chaotique. Il bat facilement Prajnesh Gunneswaran au premier tour mais perd un set contre le Bolivien Hugo Dellien, Feliciano Lopez et le qualifié allemand Dominik Koepfer en huitième. Il retrouve Stan Wawrinka (n°23) en quart dans un des meilleurs matchs du tournoi qu’il gagne en trois sets. En demi-finale, il domine le revenant Grigor Dimitrov en trois manches également. Medvedev est le premier joueur russe à disputer une finale en Grand-Chelem depuis la victoire de Marat Safin à l’Open d’Australie 2005.

Dimitrov atteint sa troisième demi-finale en Grand-Chelem, la première depuis deux ans et demi. Il domine Alex de Minaur en huitième et surtout Roger Federer (n°3) qui menait pourtant deux sets à un. Dominic Thiem (n°4), loin de son meilleur niveau tout l’été, est battu par Thomas Fabbiano dès le premier tour. Stefanos Tsitsipas (n°8) est également surpris d’entrée par le Russe Andrey Rublev dont le parcours ne s’arrêtera qu’en huitième face à Berrettini. L’Italien bat ensuite Gaël Monfils au tie-break du dernier set pour se hisser en demi-finale pour la première fois de sa carrière en Grand-Chelem.

David Goffin remporte deux bons matchs, face aux Français Corentin Moutet et Grégoire Barrère. Il bat ensuite Pablo Carreno Busta en trois sets très serrés mais il est largement dominé par Federer en huitième. Comme à Wimbledon, il s’incline donc très largement face à un joueur du Top. Absent de toute la tournée américaine, Steve Darcis participe tout de même au tableau final grâce à un classement protégé mais, à court de matchs, il s’incline en trois sets contre Dusan Lajovic (n°27).

Octobre

A Tokyo, Novak Djokovic (n°1) remporte son quatrième titre de la saison, le 76e de sa carrière. Il ne perd pas un set de la semaine et vient facilement à bout de David Goffin (n°3) en demi et de l’inattendu John Millman en finale. Ce dernier n’a pas dû rencontrer de tête de série sur son parcours et s’est défait de Reilly Opelka dans le dernier carré. Pour Goffin, cette demi le replace en bonne position pour une qualifications au Masters.

Dominic Thiem (n°1) est nettement plus accroché lors de l’ATP 500 de Pékin mais y remporte tout de même son quinzième titre, le quatrième dans un tournoi de cette catégorie. Il vient à bout successivement d’Andy Murray, de Karen Khachanov (n°4) 7/5 au dernier set puis de Stefanos Tsitsipas (n°3). Le Grec, tombeur en demi d’Alexander Zverev (n°2), avait pourtant pris le premier set avant que l’Autrichien ne prenne le dessus.

A Shanghai, Daniil Medvedev (n°3) prouve que ses résultats de l’été ne sont pas un hasard en remportant sans perdre un set son deuxième Masters 1000 en trois mois. Il vient à bout entre autres de Fabio Fognini (n°10), de Stefanos Tsitsipas (n°6) puis d’Alexander Zverev (n°5) dans une finale à sens unique. L’Allemand est tout de même l’auteur d’un très bon tournoi puisqu’il bat Roger Federer (n°2) en quart et Matteo Berretini (n°11) en demi. L’Italien et lui font la meilleure opération en vue du Masters.

Novak Djokovic, quadruple vainqueur de l’épreuve, est surpris en quart et en trois sets serrés par Tsitsipas. Dominic Thiem (n°4), sur sa lancée de Pékin, atteint un bon quart de finale mais doit céder face à Berrettini, l’homme en forme du moment qui a également battu Roberto Bautista Agut (n°8) au tour précédent. Stoppé en deux sets serrés par Federer en huitième, David Goffin (n°13) peut encore rêver de Masters.

Décidemment très en verve en cette fin de saison, Dominic Thiem (n°1) s’impose devant son public lors du « ATP 500 » de Vienne. Il a toutefois besoin de trois sets pour venir à bout de Matteo Berrettini (n°3) en demi, puis de Diego Schwartzman (n°5) en finale. L’Argentin, qui disputait sa deuxième finale dans un tournoi de cette catégorie, avait surpris Karen Khachanov (n°2) en quart avant de dominer Gaël Monfils (n°4) en finale.

A Bâle, c’est également un joueur local qui s’impose et ce n’est pas une surprise puisque Roger Federer (n°1) signe à cette occasion son dixième titre dans sa ville. Il dispute d’abord le 1500e match de sa carrière au premier tour puis domine facilement Stefanos Tsitsipas (n°3) en demi et l’invité Alex De Minaur en finale. Ce dernier n’a pas dû affronter de tête de série durant le tournoi et bat en demi Reilly Opelka, le tombeur de David Goffin (n°6) au deuxième tour.

Novembre

Le dernier Masters 1000 de la saison à Paris permet à Novak Djokovic (n°1) de remporter son 34e trophée dans cette catégorie et de revenir à seulement un titre du leader Rafael Nadal (n°2). Sur sa route, il ne perd pas un set et se venge de Stefanos Tsitsipas (n°7), qui l’avait sorti à Shanghai, avant de dominer Grigor Dimitrov et Denis Shapovalov, deux joueurs non tête de série, en demi et en finale. Le Canadien a bénéficié du forfait de Rafael Nadal avant leur demi-finale, mais il a également battu Alexander Zverev (n°6) et Gael Monfils (n°13). Ce dernier devait remporter leur match pour aller au Masters.

La grosse surprise de la semaine est venue de la chute de Daniil Medvedev (n°4), battu en trois sets dès son entrée en lice par le qualifié Jeremy Chardy, alors qu’il restait sur une victoire à Shanghai. Son compatriote Karen Khachanov (n°8), le tenant du titre, n’a pas fait mieux face à Jan-Lennard Struff. Grigor Dimitrov, qui n’avait plus atteint ce niveau dans un Masters 1000 depuis Monte-Carlo 2018, a dominé Dominic Thiem (n°5) en huitième. Il est aussi celui qui a définitivement mis fin aux espoirs de Masters de David Goffin (n°12) au deuxième tour. Si le Belge avait pris la place du Bulgare en demi-finale, il aurait été à Londres.

Le Masters « Next Gen » connait sa troisième édition à Milan. Ce tournoi regroupant normalement les huit meilleurs joueurs de 21 ans maximum doit se passer de ses trois têtes d’affiche Stefanos Tsitsipas (qualifié pour le Masters « des grands »), Felix Auger-Aliassime et Denis Shapovalov blessés. Mais il s’offre tout de même un magnifique vainqueur en la personne de Jannik Sinner. Devant un public tout acquis à sa cause, l’Italien d’à peine 18 ans, invité par les organisateurs, fait preuve d’un gros mental et de belles velléités offensives. En poule, il a pris la mesure de Frances Tiafoe (n°2) et de Mikael Ymer avant de s’incliner contre le Français Ugo Humbert (n°3, dans un match sans enjeu). Il bat ensuite le Serbe Miomir Kecmanovic en demi puis écœure le favori Alex De Minaur (n°1) en finale. Ce dernier avait assez facilement dominé sa poule face à Alejandro Davidovitch Fokina, Kecmanovic et Caspet Ruud (n°4) avant de se débarrasser de Tiafoe en demi.

Au Masters principal, à Londres, la « Next Gen » des débuts prend définitivement le pouvoir. Après le succès de Zverev l’an dernier, c’est au tour de Stefanos Tsitsipas de s’imposer dans le plus gros tournoi de la saison hors Grand-Chelem. Le Grec bat facilement Daniil Medvedev (n°4) et le tenant du titre lors de ses deux premiers matchs en poule. Il ne s’incline ensuite que 7/5 au dernier set par Rafael Nadal (n°1) ce qui ne l’ empêche pas de finir en tête. En demi, Tsitsipas domine Roger Federer (n°3) pour la deuxième fois cette saison. La finale, qui dure plus de deux heures et demies, le voit émerger au tie-break du dernier set face à Dominic Thiem.

L’Autrichien avait frappé un grand coup en poule en dominant successivement Roger Federer (n°3) et Novak Djokovic (n°1), pour terminer en tête d’un groupe qui semblait promis à l’un des deux monstres. Sa dernière défaite face à Matteo Berrettini n’a pas de conséquence. Djokovic, dominé par Federer dans le dernier match, ne pouvait dès lors plus terminer l’année à la première place mondiale. C’est Rafael Nadal qui est donc couronné, malgré sa défaite face à Zverev qui l’empêche de sortir de sa poule. L’Allemand sauve donc les meubles mais s’incline tout de même contre Thiem en demi.

Rafa s’investit énormément dans la nouvelle Coupe du Monde par équipe (appelons-la comme ça) disputée à Madrid. Il remporte ses cinq simples en deux sets (mais sans affronter de Top 10) et donne même un coup de main en double pour mener son pays à la victoire. Mais Roberto Bautista Agut apporte également un point crucial en finale contre le Canada. Le bilan de cette nouvelle compétition est plutôt mitigé. En fait, la victoire du pays hôte sauve même les organisateurs du fiasco.