Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | Belgian Circuit
?????????????????????????? ATP/WTA Simple | ATP/WTA Double | ITF Simple | ITF Double | Wheelchair Simple | Wheelchair Double | Non classés et inactifs | ITF | TE16 | TE14
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours


L'année au féminin (1re partie)

 

Troisième partie de notre compte rendu mois par mois : l’année au féminin, de janvier à juin.

Janvier

Karolina Pliskova (n°5) remporte le plus gros tournoi de préparation pour l’Open d’Australie à Brisbane. Elle prend assez facilement la mesure de Donna Vekic en demi puis bat beaucoup plus difficilement Lesia Tsurenko en finale. L’Ukrainienne avait créé la surprise de cette première semaine en dominant Naomi Osaka (n°2), la gagnante du dernier US Open, en demi-finale. Elina Svitolina (n°1) tombe d’entrée face à Aliaksandra Sasnovich et Elise Mertens connait le même sort contre Kiki Bertens (n°6) après un gros combat tout de même.

Le début d’année est très tchèque puisque c’est Petra Kvitova (n°5) qui s’impose lors du deuxième tournoi de catégorie « Premier » de l’année. Elle domine Angélique Kerber (n°2) en quart, Aliaksandra Sasnovich en demi puis s’en sort, de justesse (tie-break du dernier set), face à la favorite locale Ashleigh Barty. Cette dernière réalise une semaine incroyable durant laquelle elle aligne des victoires sur Jelena Ostapenko, Simona Halep (n°2), Elise Mertens et Kiki Bertens (n°7).

La place au sommet du tennis féminin est l’enjeu principal de l’Open d’Australie puisque pas moins de dix joueuses sont mathématiquement capables d’aller chercher la première place mondiale à l’issue du tournoi. Et c’est Naomi Osaka (n°4) qui décroche le gros lot en remportant son deuxième Grand-Chelem d’affilée et en devenant ainsi la nouvelle reine du tennis à seulement 21 ans. Son parcours est toutefois loin d’être aussi dévastateur qu’à New York. Après deux premières rencontres tranquilles contre Magda Linette et Tamara Zidansek, elle a besoin de trois sets pour venir à bout de Su-Wei Hsieh (n°28) et d’Anastasija Sevastova (n°13). Après avoir dominé Elina Svitolina (n°6) plus facilement, elle doit encore s’employer pour battre Karolina Pliskova (n°7) en trois sets en demi.

Mais c’est lors de la finale qu’elle éprouve le plus de difficultés. Elle obtient pourtant trois balles de match consécutives dès le deuxième set face à Petra Kvitova (n°8) mais la Tchèque s’accroche, recolle à un set partout et ne rend les armes que par 6/4 au troisième. Au contraire d’Osaka, elle n’avait pas perdu le moindre set jusque-là. Lors des premiers tours, elle s’était facilement défait de Magdalena Rybarikova, d’Irina Begu, de Belinda Bencic et d’Amanda Anisimova. En quart, elle a ensuite mis un terme au parcours d’Ashleigh Barty (n°15) devant son public. Et en demi, c’est l’étonnante Danielle Collins qu’elle domine malgré une belle résistance lors du premier set.

Le tournoi de l’Américaine aurait pourtant pu s’arrêter dès le premier tour face à Julia Goerges (n°14) qui a servi pour le match au deuxième set. Collins domine ensuite nettement plus facilement Caroline Garcia (n°19) et surtout Angélique Kerber (n°2) à qui elle ne laisse que deux jeux. En quart, elle doit de nouveau remonter un set de retard face à Anastasia Pavlyuchenkova, la tombeuse de Kiki Bertens (n°9) et de Sloane Stephens (n°5). La tenante du titre Caroline Wozniacki (n°3) s’arrête dès le troisième tour face à la revenante Maria Sharapova (n°30), qui s’incline ensuite face à Barty. Mais le match le plus attendu du tournoi fut le huitième de finale entre Simona Halep (n°1) et Serena Williams (n°16) qui tourna à l’avantage de l’Américaine en trois sets. La septuple gagnante du tournoi est stoppée en quart par Pliskova. La jeune américaine Amanda Anisimova, tombeuse d’Aryna Sabalenka (n°11) est la première joueuse née ce millénaire à atteindre un huitième de finale en Grand-Chelem.

Demi-finaliste en 2018, Elise Mertens (n°12) est très attendue lors de ce tournoi mais elle s’arrête dès le troisième tour face à Madison Keys (n°17). Elle est toutefois la seule Belge à franchir un tour. Alison Van Uytvanck a la malchance de tomber d’entrée sur Wozniacki. Kirsten Flipkens n’est pas mieux lotie face à une joueuse en forme durant cette tournée australienne en la personne d’Aliaksandra Sasnovich. Enfin Ysaline Bonaventure, sortie des qualifications pour la première fois de sa carrière en Grand-Chelem, passe pas loin de franchir le premier tour mais doit d’avouer vaincue face à Sachia Vickery.

Février

Le « Premier » de Saint-Petersbourg est remporté par Kiki Bertens (n°2). Tombeuse d’Ysaline Bonaventure lors de son premier tour, la Néerlandaise poursuit sa route en dominant Aryna Sablanka (n°4) en demi et Donna Vekic (n°8) en finale. Cette dernière avait réussi la performance de la semaine en battant Petra Kvitova (n°1) en deux sets en quart. Elle bat ensuite largement la revenante Vera Zvonareva qui n’avait plus disputé une demi-finale dans un tournoi aussi relevé depuis le Masters 2011.

Le premier tour du Groupe Mondial de Fed Cup (dont c’est la dernière année sous ce format) se dispute début février et voit la défaite de la Belgique, sur ses terres, face à la France. Tout partait pourtant plutôt bien pour nos couleurs avec la bonne prestation d’Alison Van Uytvanck qui tient la dragée haute à Caroline Garcia pendant deux sets avant de s’effondrer dans le troisième. Mais Elise Mertens, qui portait le poids de ramener la Belgique dans le coup, subit alors une double contre-performance face à Alize Cornet le samedi, puis face à Garcia le dimanche. Le double, disputé sans enjeu, voit Ysaline Bonaventure et Kirsten Flipkens battre les remplaçantes françaises.

Les deux finalistes de 2018 sont également éliminées d’entrée. Les tenantes du titre tchèques s’inclinent chez elles face à la Roumanie en raison d’une super Simona Halep qui bat Katerina Siniakova et Karolina Pliskova. Les deux joueuses du pays hôte battent facilement la deuxième joueuse Roumaine Mihaela Buzarnescu mais Siniakova et Barbora Krejcikova perdent le double final en trois sets face à Irina Begu et Monica Niculescu. Dans le bas du tableau, Ashleigh Barty confirme sa grande forme en battant les Etats-Unis (finaliste 2018) presque à elle toute seule. Elle domine en effet Sofia Kenin et Madison Keys en deux sets avant de remporter le double avec Priscillia Hon face à la paire formée par Danielle Collins et Nicole Melichar. Dans le dernier match, la Biélorussie dispose facilement (4/0) d’une équipe allemande privée d’Angélique Kerber et Julia Goerges.

Le circuit prend alors la route du Moyen Orient pour voir Elise Mertens remporter le plus gros titre de sa carrière à Doha. Non tête de série, elle élimine d’abord assez logiquement Katerina Siniakova et Kristyna Pliskova (la sœur de Karolina). Les choses se corsent en quart avec une belle victoire sur Kiki Bertens (n°5), puis en demi où Elise vient à bout d’Angélique Kerber (n°3) en trois manches. En finale, elle réussit à battre Simona Halep (n°1) en personne. La Roumaine, qui avait pourtant remporté le premier set, s’était débarrassée d’Elina Svitolina (n°4) en demi.

Le « Premier 5 » de Dubaï accouche également d’une surprise avec la victoire de Belinda Bencic. La Suissesse, retombée à la 45e place suite à une blessure qui a gâché ses deux dernières saisons réalise elle aussi un joli tir groupé. Elle prend la mesure d’Aryna Sabalnka (n°8), de Simona Halep (n°3), d’Elina Svitolina (n°6) et de Petra Kvitova (n°2) en finale. Ces quatre matchs se jouent en trois sets et elle s’en sort même au tie-break du dernier face à Sabalenka, qui a galvaudé 6 balles de match, et face à Svitolina. De son côté, Kvitova n’a pas dû rencontrer la moindre tête de série pour atteindre la finale. Elle domine Viktoria Kuzmova en quart et la surprenante Su-Wei Hsieh en demi.

C’est cette dernière qui se charge de se débarrasser de plusieurs des favorites : Anastasija Sevastova (n°10), Angelique Kerber (n°5) et Karolina Pliskova (n°4). La nouvelle numéro 1 mondiale Naomi Osaka (n°1), en petite forme, est balayée dès son entrée par Kristina Mladenovic. Kiki Bertens (n°7) perd au même stade face à Kuzmova. Sans doute fatiguée par son parcours au Qatar, Elise Mertens (n°16) est surprise d’entrée par la qualifiée chinoise Lin Zhu. Elle était notre seule représentante dans le tournoi.

Mars

Le vent de renouveau qui a soufflé sur le circuit au Moyen Orient (avec deux vainqueurs non têtes de série) atteint ensuite Indian Wells où se dispute le premier « Premier Mandatory » de la saison. C’est même grâce à une wild-card que Bianca Andreescu, la gagnante surprise, doit sa place dans le tableau final. La jeune Canadienne de 18 ans perd un set au premier tour face à Irina Begu. Elle domine ensuite notamment Dominika Cibulkova (n°32) et Garbiñe Muguruza (n°20) à qui elle ne laisse qu’un jeu. Sa demi-finale contre Elina Svitolina (n°6) est nettement plus tendue, tout comme sa finale face à Angleique Kerber (n°8). La tenante du titre de Wimbledon a même un break d’avance lors du dernier set mais ne parvient pas à conclure. Tombeuse d’Aryna Sabalenka (n°9) et de Venus Williams, l’Allemande prend la mesure en demi de Belinda Bencic (n°23).

La Suissesse confirme son retour au premier plan en ce début d’année puisqu’elle bat Naomi Osaka (n°1) et Karolina Pliskova (n°5) sur son parcours. La Tchèque Marketa Vondrousova fait pas mal de dégâts dans le bas du tableau puisqu’elle y prend la mesure de Daria Kasatkina (n°14), Jelena Ostapenko (n°22) et surtout de Simona Halep (n°2) avant de s’arrêter en quart contre Svitolina. Sloane Stephens (n°4) et Petra Kvitova (n°3) s’arrêtent dès leur premier match, respectivement face à Stefanie Vogele et Venus Williams alors que Serena Williams (n°10) doit abandonner en seizième face à Muguruza. Elise Mertens (n°16) ne confirme pas sa performance à Doha et perd contre Qiang Wang (n°18) lors de son deuxième tour. Ysaline Bonaventure, sortie des qualifications, passe deux tours et bat notamment Donna Vekic (n°28) avant de perdre contre Kvitova. Kirsten Flipkens et Alison Van Uytvanck gagnent tout de même un match avant d’être battues respectivement par Danielle Collins (n°25) et la future demi-finaliste Bencic.

C’est également une joueuse classée hors du top 10 qui s’impose à Miami puisqu’il s’agit d’Ashleigh Barty (n°12), déjà fort remarquée depuis le début de la saison. Elle y remporte le quatrième titre de sa carrière, de loin son plus important. Son succès ne doit rien au hasard puisqu’elle domine entre autres Kiki Bertens (n°7) en huitième et Petra Kvitova (n°3) en quart lors de deux rencontres âprement disputées. En finale, elle domine en deux sets une Karolina Pliskova (n°5) également en grande forme depuis le début de la saison. La Tchèque pensait peut-être avoir fait le plus dur en venant à bout de Simona Halep (n°2) en demi. Le reste de son parcours était nettement plus simple puisqu’elle n’a pas rencontré la moindre tête de série, dominant Marketa Vondrousova en quart.

Anett Kontaveit (n°21) se hisse en demi sans rencontrer de joueuse du Top 20. Elle bénéficie de l’abandon de Bianca Andreescu, vainqueur surprise à Indian Wells et encore tombeuse d’Angélique Kerber (n°8) en Floride. Et en quart, l’Estonienne met fin au parcours de Su-Wei Hsieh qui avait éliminé Naomi Osaka (n°1) et Caroline Wozniacki (n°13). Serena Williams (n°10) déclare forfait avant son deuxième tour qui devait l’opposé à la Chinoise Qiang Wang (n°18) qui poursuivra sa route jusqu’en quart. Côté belge, Elise Mertens (n°16) ne fait pas mieux qu’à Indian Wells puisqu’elle passe un tour avant de perdre contre Vondrousova. Yanina Wickmayer sort des qualifications et franchit un tour avant de prendre un set à Osaka. Enfin Kirsten Flipkens est battue d’entrée par Yulia Putintseva.

Avril

A Charleston, deux anciennes Top 10 disputent leur première finale d’une saison assez faible jusque-là. Et c’est Madison Keys (n°8) qui s’impose en deux sets face à Caroline Wozniacki (n°5). L’Américaine était venue à bout en quart de finale de sa compatriote Sloane Stephens (n°1) lors du meilleur match de la semaine. Elle domine ensuite plus facilement Monica Puig. De son côté, la Danoise n’a également besoin que de deux sets pour prendre la mesure de Petra Martic (n°16) en demi-finale.

En demi-finale de la Fed Cup, Simona Halep remporte à nouveau ses deux simples mais cette fois ce n’est pas suffisant pour faire gagner son équipe. Caroline Garcia et Kristina Mladenovic mettent en effet de côté leurs différents des dernières années pour remporter le double final en trois sets contre la paire formée par Halep et Monica Niculescu. Auparavant, Pauline Parmentier avait ramené les deux équipes à égalité au détriment d’Irina Begu, également en trois sets. L’autre demi confirme la grande forme d’Ashleigh Barty qui domine successivement Victoria Azarenka et Aryna Sabalenka avant de faire équipe avec Sam Stosur face aux deux Biélorusses pour apporter le point final. L’Australie se qualifie ainsi pour la finale pour la première fois depuis 1993. Dans les Play-Offs qui se disputent pour du beurre étant donné la refonte du format du Groupe Mondial en 2020, la Belgique est battue 3/2 par l’Espagne emmenée par une Carla Suarez-Navarro de retour à sa meilleure forme.

Le tournoi sur terre-battue indoor de Stuttgart est remporté par Petra Kvitova (n°3) qui gagne ainsi son deuxième titre de la saison. Elle débute son tournoi en battant Greetje Minnen, issue des qualifications puis prend la mesure d’Anastasija Sevastova (n°7), de Kiki Bertens (n°2) et d’Anett Kontaveit (n°8). L’Estonienne profite de l’abandon de Victoria Azarenka au troisième set de leur quart de finale, puis du forfait de Naomi Osaka (n°1) en demi-finale.

Mai

Les joueuses du top du classement sont toujours à la peine à Madrid pour le troisième « Premier Mandatory » de la saison puisque c’est Kiki Bertens (n°7) qui s’y impose. Malgré sa place dans le Top 10, la Néerlandaise est une des rares joueuses de ce cercle qui n’avait pas encore remporté un titre de cette importance (ou plus) malgré une finale disputée douze mois plus tôt dans la capitale espagnole. Elle y domine les Lettones Jelena Ostapenko et Anastasija Sevastova puis Petra Kvitova (n°2) et Sloane Stephens (n°8). En finale, elle conclut ce parcours sans faute (pas un set perdu) en prenant la mesure de Simona Halep (n°3). La Roumaine qui disputait sa quatrième finale à Madrid (victoires en 2016 et 2017) avait battu deux joueuses en forme en ce début de saison : Ashleigh Barty (n°9) en quart et Belinda Bencic en finale.

La Suissesse avait sorti en quart une Naomi Osaka (n°1) de plus en plus à la peine depuis son titre à l’Open d’Australie. Angélique Kerber (N°4), également en panne de résultats est contrainte au forfait avant son deuxième tour face à Petra Martic (future quart de finaliste). Karolina Pliskova (n°5) est battue au même stade par la qualifiée ukrainienne Kateryna Kozlova alors qu’Elina Svitolina (n°6) est surprise d’entrée par Pauline Parmentier. Les trois Belges du tableau sont éliminées au premier tour. Alison Van Uytvanck et Kirsten Flipkens tombent sur plus fortes qu’elles avec respectivement Bencic et Sevastova, malgré un premier set gagné 6/0 par Kirsten. Elise Mertens subit par contre une nouvelle contre-performance face à Anna Karolina Schmiedlova, ancienne Top 30 retombée hors des cent premières suite à une blessure.

A Rome, Karolina Pliskova (n°4) démontre ses progrès sur terre pour remporter un premier grand titre sur cette surface. Elle se trouve pourtant fortement malmenée par Sofia Kenin en huitième, puis par Victoria Azarenka en quart. Elle conclut toutefois plus facilement face à la surprenante Grecque Maria Sakkari en demi et face à Johanna Konta en finale. L’ancienne Top 10 britannique retrouve de sa superbe pour dominer Sloane Stephens (n°7) et Venus Williams en début de tournoi. En demi-finale, elle met un terme à la série de huit victoires consécutives de Kiki Bertens (n°6) en trois sets.

Naomi Osaka (n°1) renonce à disputer son quart de finale face à la Néerlandaise alors que l’autre tête d’affiche qu’est Serena Williams (n°10) déclare également forfait avant de rencontrer sa sœur au deuxième tour. Petra Kvitova (n°2) doit quant à elle abandonner lors du dernier set du troisième tour face à Sakkari. Enfin Simona Halep (n°3) est surprise dès son entrée en lice par Marketa Vondrousova. Côté belge, Elise Mertens est la seule présente dans la ville éternelle. Elle est malheureusement à nouveau battue d’entrée mais au tie-break du dernier set face à Venus Williams.

Juin

Roland-Garros est le théâtre de pas mal de surprises et seules neuf des 32 têtes de série se hissent en deuxième semaine. Une seule joueuse du Top 20 est par ailleurs présente en demi-finale et c’est elle, Ashleigh Barty (n°8) qui s’impose pour remporter son tout premier titre du Grand-Chelem. L’Australienne se balade lors de ses trois premiers tours face à Jessica Pegula, Danielle Collins et Andrea Petkovic. Elle perd par contre ensuite le deuxième set face à Sofia Kenin mais se reprend rapidement pour s’imposer 6/0 au troisième. Après avoir pris la mesure de la demi-finaliste 2018 Madison Keys (n°14) en quart, elle est à nouveau poussée dans ses derniers retranchements en demi mais s’en sort après presque deux heures de jeu face à la toute jeune Amanda Anisimova.

En finale, elle domine une Marketa Vondrousova tétanisée par l’enjeu. La Tchèque qui fêtera ses 20 ans un peu plus tard dans le mois s’était frayé un chemin jusque-là sans rencontrer de Top 10. Facile vainqueur de Yafan Wang, Anastasia Potapova, Carla Suarez Navarro (n°28) et Anastasija Sevastova (n°12), elle est nettement plus accrochée en quart de finale par Petra Martic (n°31) mais s’en sort en deux heures de jeu. En demi-finale, elle vient à bout de Johanna Konta (n°26), également en deux sets très serrés.

A 17 ans, Amanda Anisimova est la révélation de ce tournoi. Elle prend la mesure d’Aryna Sabalenka (n°11) au deuxième tour et surtout de la tenante du titre Simona Halep (n°3) en quart, avant de passer tout près de battre Barty. Le tournoi perd ses deux premières têtes de série dès le troisième tour. Naomi Osaka (n°1), très loin de son meilleur niveau, s’incline face à Katerina Siniakova et Karolina Pliskova (n°2) doit s’avouer vaincue face à Martic. Kiki Bertens (n°4), citée parmi les favorites suite à son titre à Madrid mais malade, doit abandonner au deuxième tour contre Viktoria Kuzmova. Serena Williams (n°10) est surprise par sa jeune compatriote Sofia Kenin au troisième tour.

La n°1 belge Elise Mertens (n°20) franchit deux tours : l’un dans la douleur face à Tamara Zidansek et l’autre beaucoup plus facilement contre l’invitée française Diane Parry. Au troisième tour, elle s’incline malheureusement 11/9 dans la troisième manche face à Sevastova. Alison Van Uytvanck est battue en trois sets face à Sara Sorribes Tormo, qui paraissait pourtant à sa portée. Enfin Kirsten Flipkens est également battue d’entrée par Monica Puig.

Sur sa lancée, Ashleigh Barty (n°2) s’impose encore à Birmingham et y remporte son troisième titre de la saison, le sixième de sa carrière et le premier sur gazon. Celui-ci revêt une importance toute particulière puisqu’il lui permet d’accéder à la première place mondiale. Elle n’affronte pas de tête de série avant la finale, dominant successivement Venus Williams en quart et Barbora Strycova en demi. En finale, c’est Julia Goerges (n°8) qu’elle domine en deux sets. L’Allemande avait pris la mesure de Yulia Putintseva, tombeuse de Naomi Osaka (n°1), en quart avant de dominer Petra Martic en demi.

Epuisée, Barty déclare alors forfait pour Eastbourne. C’est donc sa dauphine Karolina Pliskova (n°2) qui remporte le tournoi comme en 2017. Elle se balade tout au long de la semaine et bat notamment Elise Mertens, Kiki Bertens (n°3) en demi et Angelique Kerber (n°4). L’Allemande, qui atteignait sa première finale depuis Indian Wells réussit sa meilleur performance en quart où elle bat Simona Halep (n°3). En demi, elle profite de l’abandon de la Tunisienne Ons Jabeur, surprenante demi-finaliste.