Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | Belgian Circuit
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

L’Année 2018 au masculin (1re partie)

L’Année 2018 touche à sa fin. Il est grand temps pour moi de procéder à une série de rétrospectives pour vous faire revivre les grands moments de la saison, vous présenter ceux qui l’ont animée et ceux qui marqueront sans doute 2019. Première étape : un compte rendu, mois par mois et en quatre parties, d’une année pleine de rebondissement. Première partie : l’année au masculin, de janvier à juin.

 

Janvier

Comme douze mois plus tôt, Roger Federer (n°2) s'impose à l'Open d'Australie après une finale en cinq sets contre Marin Cilic (n°6). Jusque-là, il connait un parcours très tranquille et domine sans perdre un set Aljaz Bedene, Jan-Lennard Struff, Richard Gasquet (n°29), Marton Fucsovics et Tomas Berdych (n°19). En demi, il bénéficie même de l'abandon de la surprise du tournoi, le Coréen Hyeon Chung après moins de deux sets.

En finale, il retrouve donc Cilic pour un remake de la finale de Wimbledon. Mais cette fois le Croate lui oppose une vraie résistance puisqu'il le pousse au cinquième set. Cilic, vainqueur dans les premiers tours de Vasek Pospisil, Joao Sousa, Ryan Harrison et Pablo Carreno Busta (n°10), bénéficie en quart de l'abandon de Rafael Nadal (n°1), touché à la jambe. Le Majorquin disputait son premier tournoi depuis son abandon au Masters.

En demi, Cilic bat en trois sets Kyle Edmund. Le Britannique avait réussi un parcours remarquable, se défaisant de Kevin Anderson (n°11) au premier tour et de Grigor Dimitrov (n°3) en quart. Chung, l'autre demi-finaliste, prend le dessus sur Alexander Zverev (n°4) au troisième tour puis sur Novak Djokovic (n°14) en huitième. En quart, il domine l'étonnant Tennys Sandgren, tombeur de Stan Wawrinka (n°9) et de Dominic Thiem (n°5). Jack Sock (n°8) est surpris d'entrée par le Japonais Yuichi Sugita.

David Goffin (n°7) déçoit aussi. Après une victoire dans la souffrance face au qualifié allemand Bachinger, il perd en quatre sets contre Julien Benneteau. Ruben Bemelmans sort du tableau préliminaire et cause l'une des surprises du premier tour en battant Lucas Pouille (n°18) en quatre sets. Il est malheureusement largement dominé par Nikoloz Basilashvili ensuite.

Février

La Belgique bat la Hongrie au premier tour du Groupe Mondial de Coupe Davis lors d'un match plus compliqué que prévu. Auteur d'un bon Open d'Australie, Marton Fucsovics accroche Ruben Bemelmans pendant quatre sets le vendredi avant de remporter le double 7/5 au dernier set avec Attila Balasz contre la paire Bemelmans-De Loore. Heureusement, David Goffin domine largement le n°2 hongrois le premier jour puis vient à bout de Fucsovics, également en quatre sets, pour sceller la victoire le dimanche.

Le choc entre les deux jeunes stars du circuit Nick Kyrgios et Alexander Zverev tourne court en faveur de l'Allemand qui qualifie ainsi son pays. Dans ce qui s'annonçait comme une de rencontres les plus intéressantes du week-end, l'Espagne bat la Grande-Bretagne 3/1. Mais le résultat est faussé car ni Rafael Nadal, ni Andy Murray, ni même Kyle Edmund ne sont présents. La Serbie, également privée de Novak Djokovic, s'incline dès le double face aux Etats-Unis. Le tenant du titre français se fait un peu peur face au Pays-Bas. Après la défaite d'entrée de son « rookie » Adrian Mannarino face à Thiemo De Bakker, les tricolores remportent les trois matchs suivants dans la douleur. L'Italie va s'imposer au Japon (sans Nishikori) alors que la Croatie (sans Cilic) bat le Canada (sans Raonic). Enfin, le Kazakhstan domine la Suisse, orpheline de Fererer et Wawrinka.

Roger Federer (n°1) décide alors de faire un crochet par Rotterdam, le premier ATP 500 de la saison. Une demi-finale dans ce tournoi lui permettant en effet de retrouver la première place mondiale et de devenir le plus vieux n°1 de l'histoire. Il remplit son contrat et même mieux puisqu'il s'impose en dominant Andreas Seppi en demi et Grigor Dimitrov (n°2) en finale. Le Bulgare avait lui profité de l'abandon de David Goffin (n°4), blessé à l'oeil par une balle perdue.

Après les défaites au deuxième tour de Marin Cilic (n°1) et Dominic Thiem (n°2), le tournoi de Rio de Janeiro s'offre à Diego Schwartzman (n°6). Il domine en demi-finale le jeune Chilien Nicolas Jarry avant de prendre la mesure de Fernando Verdasco (n°8) en finale. L'Espagnol s'était défait de Fabio Fognini (n°5) dans l'autre demi.

Le deuxième ATP 500 d'Amérique latine revient également à un Argentin, Juan Martin Del Potro (n°6), tombeur de Dominic Thiem (n°3), d'Alexander Zverev (n°2) et de Kevin Anderson (n°5) dans les trois derniers matchs. Le Sud-Africain avait eu besoin de trois sets pour se défaire de Jared Donaldson en demi-finale.

Avec un seul Top 10 (Grigor Dimitrov, battu d'entrée), le tableau de Dubai est un des plus faibles de l'histoire de ce tournoi. C'est finalement Roberto Bautista-Agut (n°3) qui s'impose en finale face à Lucas Pouille (n°2). Dans le dernier carré, l'Espagnol s'était débarrassé de Malek Jaziri, le tombeur de Dimitrov, alors que le Français venait difficilement à bout de Filip Krajinovic (n°7).

Mars

A 29 ans et à sa 52e tentative, Juan Martin Del Potro (n°6) remporte son tout premier Masters 1000 à Indian Wells. L'Argentin ne rencontre pas de Top 30 avant la finale mais doit tout de même remonter un handicap d'un set en huitième contre son compatriote Leonardo Mayer et en quart contre Philipp Kohlschreiber (n°31). Après une victoire plus facile sur Milos Raonic (n°32) en demi, il crée la surprise en finale en battant Roger Federer (n°1) au tie-break du dernier set.

Le Suisse s'était baladé jusqu'en demi-finale, notamment en quart contre Hyeon Chung (n°23), la révélation de l'Open d'Australie. Dans le dernier carré, il est toutefois sérieusement accroché par Borna Coric qui parvient à lui prendre le premier set et n'est battu que 6/4 dans les deux suivants.

Le Croate confirme dans ce tournoi les promesses qu'il laissait entrevoir depuis plusieurs années. Il bat notamment Roberto Bautista Agut (n°13) et surtout Kevin Anderson (n°7) en quart. En l’absence de nombreux leaders du circuit comme Rafael Nadal, Andy Murray, Dominic Thiem ou Stanislas Wawrinka, c'est Marin Cilic (n°2) qui se présentait comme principal outsider à Federer. Il est pourtant surpris dès le troisième tour par Kohlschreiber. Grigor Dimitrov (n°3) et Alexander Zverev (n°4) s'inclinent dès leur entrée, respectivement contre Fernando Verdasco et Joao Sousa.

Pas encore remis de sa blessure à l'oeil, David Goffin fait partie des absents. Battu au dernier tour des qualifications, Ruben Bemelmans prend la place de Kei Nishikori dans le tableau et est donc exempté de premier tour. Il est largement dominé au second par Mayer.

Les absents sont également très nombreux à Miami et c'est cette fois John Isner (n°14) qui en profite pour lui aussi remporter son premier Masters 1000. Il élimine Marin Cilic (n°2) en huitième puis met un terme à la série de quinze succès consécutif de Juan Martin Del Potro (n°5) en demi. En finale, il remonte un handicap d'un set pour venir à bout d'Alexander Zverev (n°4).

Après deux premiers matchs compliqués contre Daniil Medvedev et David Ferrer (n°28), l'Allemand domine plus facilement Nick Kyrgios (n°17), Borna Coric (n°29) et Pablo Carreño Busta (n°16).

L'énorme surprise du tournoi vient de la défaite dès son entrée en lice de Roger Federer (n°1), battu au tie-break du dernier set par Thanasi Kokkinakis. Souvent blessé depuis deux ans, l'Australien est retombé au 175e rang et avait dû passer par les qualifications. Cette défaite coûte la première place mondiale au Suisse qui la redonne à Rafael Nadal, pourtant absent. Dans la foulée, il annonce qu'il fait l'impasse sur la saison sur terre comme en 2017. Grigor Dimitrov (n°3) est lui battu au troisième tour par Jeremy Chardy.

Enfin de retour, David Goffin (n°7) fait son entrée en lice au deuxième tour mais est laminé par Joao Sousa à qui il ne prend qu'un jeu. Visiblement, il n'a pas encore récupéré toutes les facultés visuelles qui ont fait de lui un champion.

Avril

David décide donc de faire l'impasse sur le quart de finale de Coupe Davis qui oppose la Belgique aux Etats-Unis. Privée de son leader, mais aussi de Steve Darcis (absent pour toute l'année) ou de Julien Cagnina (obligé de se faire opéré au poignet), notre équipe est battue dès le double. Nos joueurs offrent pourtant une résistance assez intéressante, notamment de la part de Joris De Loore qui fait jeu égal avec John Isner durant deux sets et pousse le récent vainqueur de Miami aux quatre manches. En double, Johan Van Herck sélectionne pour la première fois Sander Gillé et Joran Vliegen. Notre duo ne se laisse pas impressionné par l'enjeu et livre une magnifique rencontre face à Ryan Harrison et Jack Sock, tous deux membres du Top 30 de double. Ils s'inclinent finalement eux aussi en quatre sets.

Rafael Nadal fait son retour lors du quart de finale entre l'Espagne et l'Allemagne. Ses deux succès très faciles face à Philipp Kohlschreiber et surtout Alexander Zverev, sur la terre-battue de Valence, permettent à son pays de se maintenir à 2/2 avant le dernier match. Et c'est l'inusable David Ferrer qui donne le point de la victoire aux Ibères 7/5 au dernier set contre Kohlschreiber. La France domine l'Italie même si nos voisins se sont fait peur le premier jour. En effet, Lucas Pouille est poussé aux cinq sets par Andreas Seppi avant que Jeremy Chardy ne soit battu par Fabio Fognini. Une victoire rapide du double et un succès de Pouille sur Fognini en quatre sets mettent les Français à l'abri. Dans la dernière rencontre, c'est un Marin Cilic des grands jours qui domine très facilement les Kazhakes Dmitry Popko et Mikhail Kukushkin et qualifie la Croatie pour les demi-finales.

Le premier Masters 1000 sur terre-battue, disputé à Monte-Carlo, apporte la confirmation du retour de Rafael Nadal (n°1). Il s'impose en effet sans jamais laisser plus de cinq jeux à ses adversaires. Il écœure notamment Dominic Thiem (n°5) en quart puis domine Grigor Dimitrov (n°4) et Kei Nishikori.

Le Japonais, lui aussi souvent blessé depuis un an, retrouve avec plaisir la terre-battue du rocher. Il y domine entre autres Marin Cilic (n°2) en quart et Alexander Zverev (n°3) en demi. David Goffin (n°6) se rassure durant ce tournoi. Il remporte deux bons succès sur le jeune espoir grec Stefanos Tsitsipas et Roberto Bautista-Agut (n°11) avant de céder contre sa bête noire Dimitrov en quart.

Après son onzième titre à Monte-Carlo, Rafael Nadal (n°1) remporte également un onzième trophée à Barcelone. Il ne perd pas non plus le moindre set et domine David Goffin (n°4) en demi et Stefanos Tsitsipas en finale. Le Grec atteint sa première finale sur le circuit en dominant des pointures telles que Dominic Thiem (n°3) en quart et Pablo Carreño Busta (n°5) en demi.

Mai

Rafael Nadal (n°1) peut être battu sur terre-battue et c'est Dominique Thiem (n°5) qui le prouve en quart de finale du Masters 1000 de Madrid. L'Autrichien vainqueur de justesse de Borna Coric au tour précédent, domine le Majorquin 7/5-6/3. Il bat ensuite Kevin Anderson (n°6) pour se hisser en finale comme en 2017.

S'il avait alors échoué face à Nadal, c'est cette fois Alexander Zverev (n°2) qui le domine sur un double 6/4. L'Allemand remporte là son troisième titre en Masters 1000 sans perdre le moindre set. Il bat d'abord le qualifié russe Evgeny Donskoy puis l'Argentin Leonardo Mayer avant de dominer John Isner (n°7) en quart.

En demi, il prend la mesure du jeune Denis Shapovalov, à nouveau auteur d'un très beau parcours. Le Canadien a notamment battu Milos Raonic (tombeur du n°3 Grigor Dimitrov) et Kyle Edmund qui, lui, s'était débarrassé de Novak Djokovic (n°10). Juan Martin Del Potro (n°4) est battu en huitième par le qualifié Serbe Dusan Lajovic au tie-break du dernier set.

Le seul belge du tableau, David Goffin (n°8) ne poursuit pas sur la lancée de son bon mois d'avril. Il bat difficilement Robin Haase avant de s'incliner face à Edmund.

A Rome, Rafael Nadal (n°1) reprend sa marche victorieuse même s'il ne semble plus aussi tranchant qu'à Monte-Carlo et Barcelone. Il bat facilement Damir Dzumhur et Denis Shapovalov mais cède le premier set en quart à Fabio Fognini. En demi-finale, il est accroché le temps du premier set par Novak Djokovic (n°11) qui montre des signes de renouveau.

En finale, Nadal doit encore se battre trois sets pour venir à bout d'Alexander Zverev (n°2). Sur la lancée de son titre à Madrid, l'Allemand aligne encore quatre autres victoires, parfois un peu plus compliquées que dans la capitale espagnole. Il bat notamment Kyle Edmund en huitième et Marin Cilic (n°4) en demi.

En quart, il vient à bout d'un David Goffin (n°9) nettement plus affuté qu'à Madrid. Le Belge est accroché par l'invité Marco Cecchinato au deuxième tour et profite ensuite de l'abandon de Juan Martin Del Potro (n°5). Grigor Dimitrov (n°3) n'est pas gâté par le tirage. Il tombe d'entrée sur Kei Nishikori, le finaliste de Monte-Carlo. Dominic Thiem (n°6) s'incline lui aussi dès son premier tour face à Fognini.

Juin

Roi de la terre-battue sans prétendant sérieux, Rafael Nadal (n°1) s'impose pour la onzième fois à Roland-Garros. Il écœure totalement ses adversaires Simone Bolelli, Guido Pella, Richard Gasquet (n°27) et Maximilian Marterer en première semaine. En demi, il ne laisse que sept jeux à Juan Martin Del Potro (n°5) et n'est guère plus inquiété par Dominic Thiem (n°7) en finale. C'est finalement Diego Schwartzman (n°11) qui lui donne le plus de fil à retordre en quart puisque l'Argentin mène un set et un break avant que la pluie ne renvoie les deux joueurs aux vestiaires. A son retour, Nadal est de nouveau en mode rouleau-compresseur.

Après deux demis en 2016 et 2017, Thiem atteint enfin la finale, sa première en Grand-Chelem. D'abord dominateur face au qualifié Ilya Ivashka, il cède un set à Stefanos Tsitsipas, Matteo Berretini et Kei Nishikori (n°19). En quart, il démoli totalement Alexander Zverev (n°2) qui faisait pourtant figure d'outsider n°1 pour Nadal. En demi, l'Autrichien est encore accroché durant les deux premiers sets par l'Italien Marco Cecchinato.

Ce dernier est la révélation du tournoi. Mené deux sets à zéro par Marius Copil au premier tour, il retourne la situation puis sort des grands matchs pour dominer entre autres Pablo Carreno Busta (n°10), David Goffin (n°8) et Novak Djokovic (n°20) en quart. Grigor Dimitrov (n°4) est encore battu prématurément, au troisième tour par Fernando Verdasco (n°30).

Le parcours de David Goffin est plutôt chaotique. Il doit remonter deux sets de retard face à Robin Haase au premier tour avant de battre plus facilement le jeune Français Corentin Moutet. Au troisième tour, il est sérieusement accroché par Gael Monfils (n°32) qui le pousse également aux cinq sets. Epuisé, il ne tient la distance que les deux premiers sets en huitième avant de s'écrouler contre Cecchinato. Battu en qualifs, Ruben Bemelmans est repêché et bat l'Indien Yuki Bhambri, peu à l'aise sur terre-battue. Malheureusement, il ne profite pas de deux sets d'avance face à l'Estonien Jurgen Zopp, lui aussi repêché.

La saison sur gazon reprend ensuite et permet à Roger Federer de faire son retour à la compétition. D'abord vainqueur à Stuttgart, il est la première tête de série du « ATP 500 » de Halle. Il domine le qualifié Denis Kudla en demi mais s'incline en finale et en trois sets face à Borna Coric. Le Croate, vainqueur également d'Alexander Zverev (n°2) au premier tour, prouve ainsi qu'il est aussi à l'aise sur cette surface. En demi, il bénéficie de l'abandon de Roberto Bautista Agut (n°4).

Une partie du circuit a déjà traversé la Manche et Marin Cilic (n°1) en profite pour remporter pour la deuxième fois le prestigieux tournoi du Queen's. En demi-finale, il s'en sort en deux tie-breaks face à un Nick Kyrgios retrouvé. En finale, le Croate vient à bout en trois sets de Novak Djokovic, lui aussi à nouveau en forme. Le Serbe a notamment dominé Grigor Dimitrov (n°2) au deuxième tour et le Français Jeremy Chardy en demi.