Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | Belgian Circuit
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

L’Année 2017 au masculin (1re partie)

L’Année 2017 touche à sa fin. Il est grand temps pour moi de procéder à une série de rétrospectives pour vous faire revivre les grands moments de la saison, vous présenter ceux qui l’ont animée et ceux qui marqueront sans doute 2018. Première étape : un compte rendu, mois par mois et en quatre parties, d’une année pleine de rebondissement. Première partie : l’année au masculin, de janvier à mai.

Janvier

La question qui est sur toutes les lèvres en ce tout début de saison est : est-ce que Roger Federer et Rafael Nadal vont pouvoir rejouer à leur meilleur niveau ? Tous les deux ont en effet dû s’arrêter un long moment en 2016 pour soigner leurs blessures et ont chuté au classement. La réponse ne tarde pas puisque, dès l’Open d’Australie, le Suisse (n°17) affronte l’Espagnol (n°9) en finale. Federer bat les qualifiés Jurgen Melzer et Noah Rubin avant de donner une leçon à Tomas Berdych (n°10) au troisième tour. En huitième, il est solidement accroché pendant cinq sets par Kei Nishikori (n°5) mais il se débarrasse ensuite plus facilement de l’étonnant Mischa Zverev. C’est à nouveau en cinq manches qu’il prend la mesure de son compatriote Stan Wawrinka (n°4), puis de Rafael Nadal en finale pour remporter son 18e titre du Grand-Chelem.

L’Espagnol a eu un break d’avance lors du cinquième set de cette finale mais c’est pourtant lui qui semblait le plus mal à l’aise face au tennis plus agressif que jamais de Federer. Peut-être avait-il laissé des plumes dans un parcours très compliqué. Lui aussi, a deux reprises, a eu besoin d’une manche ultime pour se qualifier. Au troisième tour contre le jeune Alexander Zverev (n°24) et en demi contre le revenant Grigor Dimitrov (n°15). Il a également perdu un set en huitième contre Gael Monfils (n°6) mais a battu plus facilement Florian Mayer et Marcos Baghdatis aux deux premiers tours ainsi que Milos Raonic (n°3) en quart.

La belle aventure du tournoi vient donc de Mischa Zverev, grand frère d’Alexander, qui a atteint son premier quart en Grand-Chelem en dominant Andy Murray (n°1) en huitième. Tout au long du tournoi, l’Ecossais a semblé nettement moins fringuant que lors de sa fantastique fin de saison 2016. Au deuxième tour, Zverev était aussi venu à bout de John Isner (n°19) dans un match marathon (9/7 au 5e). L’autre énorme surprise du tournoi fut l’élimination de Novak Djokovic (n°2) dès le deuxième tour et en cinq sets, des mains de l’Ouzbek Denis Istomin. Ce dernier poursuivra sa route jusqu’en huitième avant de céder contre Dimitrov. Marin Cilic (n°7) n’a, lui non plus, pas franchi le deuxième tour, éliminé par Daniel Evans. Le Britannique est lui aussi battu en huitième par Jo-Wilfried Tsonga (n°12).

Côté Belge, David Goffin (n°11) atteint le deuxième quart de finale de sa carrière en Grand-Chelem. Après un premier match très compliqué contre le qualifié Reilly Opelka, il domine Radek Stepanek, Ivo Karlovic (n°20) et surtout Dominic Thiem (n°8). Même s’il passe un petit peu à côté de son quart, il s’agit d’un nouveau cap franchi dans sa carrière. Steve Darcis réalise aussi un très beau parcours en dominant Sam Groth et Diego Schwartzmann avant de ne céder qu’en quatre sets très serrés contre Andreas Seppi.

Février

David Goffin préfère alors s’abstenir de disputer le premier tour de la Coupe Davis afin de se reposer. L’exploit de la Belgique qui s’impose en terres allemandes 4/1 n’en est que plus somptueux. Steve Darcis est à nouveau le grand monsieur de la rencontre puisqu’il remporte ses deux simples. Le premier contre Philipp Kohlschreiber au tie-break du dernier set. Le second en quatre sets face à un Alexander Zverev peut-être un peu trop sûr de lui ce week-end là (il avait largement dominé le néophyte Arthur De Greef le vendredi). Le double est également une belle surprise puisque Ruben Bemelmans et Joris De Loore confirment leur belle prestation contre les Brésiliens en septembre et battent les frères Zverev en cinq sets.

Les autres rencontres sont marquées par l’absence de nombreux ténors. Les tenants du titre argentins, sans Juan-Martin Del Potro, s’inclinent au cinquième match contre l’Italie, prochaine adversaire des Belges. L’autre finaliste 2016, la Croatie, doit se passer de Marin Cilic et s’incline aussi 2/3 contre une équipe espagnole sans Rafael Nadal et David Ferrer. La Grande-Bretagne (sans Andy Murray bien sûr) s’en sort de justesse contre le Canada (sans Milos Raonic). C’est Vasek Pospisil qui remporte ses deux simples mais son jeune compatriote Denis Shapovalov craque complètement lors du dernier match et balance malencontreusement une balle vers l’arbitre, ce qui disqualifie de fait son équipe. L’Australie domine facilement une République tchèque (sans Tomas Berdych), les Etats-Unis font de même contre la Suisse (sans Roger Federer et Stan Wawrinka) et la France gagne également tranquillement au Japon (privé de Kei Nishikori). Le seul ténor qui répond présent est Novak Djokovic. Il aide la Serbie à se sortir d’un piège tendu par la jeune équipe russe.

Deux semaines plus tard, David Goffin marque tout de même l’histoire du sport belge en devenant le premier joueur du plat pays à faire son entrée dans le Top 10 du classement ATP. Il n’y reste qu’une semaine (mais il y reviendra plus tard) et doit cette intronisation à deux finales successives au ATP 250 de Sofia (où il cède à nouveau contre Dimitrov) et surtout au ATP 500 de Rotterdam. Troisième tête de série, il prend enfin sa revanche sur le Bulgare (n°5) en quart puis domine Pierre-Hughes Herbert et ne s’incline que contre Jo-Wilfried Tsonga (n°6). Le Français s’était payé le scalp de Marin Cilic (n°1) et de Tomas Berdych (n°4) en quart et en demi.

Il y a eu trois autres ATP 500 durant le mois. A Rio de Janeiro, Dominic Thiem (n°2) s’impose sans perdre un set et en disposant d’Albert Ramos-Vinolas (n°5) en demi et de Pablo Carreno Busta (n°4) en finale. Ce dernier avait mis fin au très beau parcours du tout jeune Norvégien Casper Ruud, demi-finaliste pour la première fois sur le circuit A Dubaï, Andy Murray (n°1) se rattrape un peu après son élimination prématurée à Melbourne et s’impose en battant Lucas Pouille (n°7) en demi et Fernando Verdasco en finale. Ce dernier a connu beaucoup de difficultés pour se débarrasser de Robin Haase au tour précédent. Enfin, à Mexico, sur dur, Sam Querrey crée la surprise et remporte le tournoi en battant notamment David Goffin (n°5), Dominic Thiem (n°4), Nick Kyrgios (n°6) et surtout Rafael Nadal (n°2) en finale. Ce dernier avait facilement battu Marin Cilic (n°3) en demi.

Mars

La forme retrouvée par Roger Federer (n°9) lors de l’Open d’Australie se confirme à Indian Wells où il s’impose pour la cinquième fois. Il retrouve son éternel rival Rafael Nadal (n°5) dès les huitièmes de finale et remporte ce match en deux sets assez faciles. Il profite ensuite du forfait de Nick Kyrgios (n°15) et bat, toujours en deux sets, Jack Sock (n°17) en demi et Stan Wawrinka (n°3) en finale. Stan The Man ne s’en était sorti qu’au tie-break du troisième set en huitième contre Yoshihito Nishioka et en quart contre Dominic Thiem (n°8) avant de battre plus facilement Pablo Carreno-Busta (n°21) en demi. A nouveau, Andy Murray (n°1) et Novak Djokovic (n°2) n’ont été que l’ombre des joueurs qu’ils étaient quelques mois plus tôt. Le Britannique est surpris dès sont entrée en lice par le qualifié canadien Vasek Pospisil. Le Serbe, triple tenant du titre et qui n’avait plus perdu en Californie avant les demis depuis 2010, atteint tout de même les huitièmes avant de subir la fougue de Kyrgios. Devant son public, Jack Sock se hisse pour la première fois de sa carrière en demi-finale d’un Masters 1000 en battant entre autre Grigor Dimitrov (n°12) et Kei Nishikori (n°4). David Goffin (n°11) était l’invité surprise des demi-finales un an plus tôt. Cette fois, il doit s’arrêter dès les huitièmes où il est surpris par Pablo Cuevas (n°27).

Pas rassasié, Roger Federer (n°4) soulève également le trophée à Miami, cette fois en dominant Rafael Nadal (n°5) en finale, toujours en deux sets. Le parcours du Suisse est toutefois nettement plus mouvementé qu’à Indian Wells. Il bat Roberto Bautista Agut (n°14) en deux tie-breaks en huitièmes, puis ne s’en sort qu’au jeu décisif du dernier set contre Tomas Berdych (n°10) en quart et contre Nick Kyrgios (n°12) en demi. Nadal n’avait connu qu’un seul moment de frayeur lorsqu’il a perdu le premier set 6/0 contre Philipp Kohlschreiber (n°26) au troisième tour. Il se débarrasse ensuite plus facilement de Nicolas Mahut, Jack Sock (n°13) et Fabio Fognini. Après le forfait des deux premiers mondiaux Andy Murray et Novak Djokovic, Stan Wawrinka (n°1) était le mieux classé du tableau mais il s’arrête en huitième contre Alexander Zverev (n°16). L’Allemand, vainqueur au tour précédent de John Isner (n°18) au tie-break du dernier set, cède ensuite en quart face à Nick Kyrgios dans un match très intéressant qui pourrait devenir un classique dans quelques années. Fognini a pu disputer sa deuxième demi-finale en Masters 1000 (après Monte-Carlo 2013) après avoir pris la mesure de Kei Nishikori (n°2) en quart. Milos Raonic (n°3) jette l’éponge avant son troisième tour contre Jared Donaldson. Tête de série n°8, David Goffin franchit deux tours mais subit la loi de Kyrgios en huitième.

Avril

David est de retour dans l’équipe belge de Coupe Davis pour le quart de finale et il assume pleinement son rôle de leader en remportant ses deux matchs de simple sans perdre un set contre Andreas Seppi et Paolo Lorenzi. Le vendredi, Steve Darcis avait parfaitement lancé la rencontre en s’imposant en quatre sets contre Lorenzi, propulsé leader de l’équipe italienne en l’absence de Fabio Fognini. Ruben Bemelmans et Joris De Loore ne maintiennent pas leur brevet d’invincibilité mais passent tout de même tout près d’une troisième victoire d’affilée en double. Andreas Seppi et Simone Bolelli émergent finalement 8/6 au tie-break du dernier set l’effort est vain puisque Goffin ruine définitivement les espoirs des visiteurs le lendemain.

C’est l’Australie, vainqueur des Etats-Unis à Brisbane, qui se dressera face à la Belgique en septembre. L’équipe de Lleyton Hewitt possède elle aussi un leader solide en la personne de Nick Kyrgios qui, à l’instar de Goffin, a remporté ses deux simples en trois sets contre John Isner et Sam Querrey. Lors du tout premier match, Jordan Thompson créée la surprise en battant Jack Sock en quatre sets. La France, facile vainqueur d’une Grande-Bretagne toujours orpheline d’Andy Murray, retrouve quant à elle la Serbie dans l’autre demi-finale. La bande de Novak Djokovic ne connait aucune difficulté pour se défaire de l’Espagne qui s’était déplacée à Belgrade sans Rafael Nadal ni plusieurs autres de ses cadres.

Avec le retour de la saison sur terre-battue et l’absence de Roger Federer qui a décidé de faire l’impasse sur cette partie de l’année, Rafael Nadal (n°4) redevient l’ogre qu’il a été de si nombreux printemps. Il perd un set lors de son tout premier match à Monte-Carlo, face à Kyle Edmund, mais écœure ensuite tous ses adversaires pour remporter un dixième titre sur le rocher. En finale, il ne laisse que quatre jeu à son compatriote Albert Ramos-Vinolas (n°15). C’est ce dernier qui est la surprise du tournoi puisqu’il domine Andy Murray (n°1) en huitième, Marin Cilic (n°5) en quart et le favori local Lucas Pouille (n°11) en demi. Mais après ces trois victoires dans la douleur, il s’effondre en finale. Stan Wawrinka (n°3) est surpris en huitième par Pablo Cuevas (n°16). De son côté, Novak Djokovic (n°2) se hisse péniblement en quart de finale où il perd contre David Goffin (n°10). Le Belge, déjà vainqueur de Dominic Thiem (n°6) en huitième, se hisse donc pour la troisième fois en demi-finale d’un Masters 1000. Contre Nadal, il tient le choc pendant les six premiers jeux avant qu’une incroyable erreur d’arbitrage ne le fasse sortir du match.

Dans la foulée, le Majorquin remporte également un dixième titre au « ATP 500 » de Barcelone, cette fois sans perdre le moindre set. L’étonnant Horacio Zeballos est sa victime en demi puis s’est au tour de Dominic Thiem (n°4) de passer sous le bulldozer. L’Autrichien avait battu Andy Murray (n°1) en trois sets au tour précédent.

Mai

Toujours devant son public, Rafael Nadal (n°4) s’adjuge son deuxième Masters 1000 de la saison et son cinquième titre à Madrid. Très sérieusement bousculé par Fabio Fognini au premier tour, il connaît ensuite un parcours nettement plus calme. Il domine notamment largement Novak Djokovic (n°2) qui atteignait là sa première demi-finale de la saison dans un tournoi important en bénéficiant tout de même du forfait de Kei Nishikori (n°6) avant leur quart de finale. En finale, Nadal doit batailler plus pour venir à bout de Dominic Thiem (n°8). L’Autrichien tient bien le rythme en début de match et passe même tout près de remporter le premier set. Au tour précédant, il avait mis fin au parcours de l’Uruguayen Pablo Cuevas qui avait bénéficié d’un tableau dégagé pour se frayer un chemin jusqu’en demi sans rencontrer de tête de série. Il s’était défait de Benoit Paire, tombeur de Stan Wawrinka (n°3), et d’Alexander Zverev, bourreau de Marin Cilic (n°7) et Tomas Berdych (n°11). Le jeune Croate Borna Coric domine Andy Murray (n°1) en huitième avant de tomber contre Thiem. David Goffin (n°9) confirme son très bon tournoi de Monte-Carlo et se hisse en quart. Il bat Milos Raonic (n°5) en huitième et offre une très belle résistance à Nadal.

Dominic Thiem (n°8) confirme qu’il est l’un des meilleurs joueurs sur terre en prenant la mesure de Rafael Nadal (n°4) en quart de finale du Masters 1000 de Rome. L’Autrichien passe par contre complètement à côté de sa demi-finale contre Novak Djokovic (n°2) à qui il ne prend qu’un seul jeu. On pense alors le Serbe en route vers son premier titre de la saison mais c’est Alexander Zverev (n°16) qui s’impose en finale et soulève son premier grand trophée. L’Allemand avait pris la mesure de Milos Raonic (n°5) en quart, puis de l’étonnant John Isner en trois sets en demi. L’Américain avait pris la mesure du finaliste de Monte-Carlo Albert Ramos-Vinolas (n°14) au premier tour et surtout de Stan Wawrinka (n°3) et de Marin Cilic (n°6) en huitième et en quart. Andy Murray (n°1), le tenant du titre, ne parvient toujours pas à retrouver son niveau de 2016. Il est éliminé dès son entrée par Fabio Fognini. Juan Martin Del Potro dispute son premier quart de finale en Masters 1000 depuis 2013 après sa victoire sur Kei Nishikori (n°7) en huitième. Enfin David Goffin (n°9) remporte deux matchs dans la douleur avant d’être dominé par Cilic.

Juin

Le couac de Rafael Nadal (n°4) à Rome ne l’empêche pas de se balader pendant la quinzaine de Roland-Garros. Il remporte un dixième titre sur l’ocre parisien sans céder une manche. Son adversaire le plus accrocheur est Robin Haase, qui parvient à lui prendre huit jeux au deuxième tour. Mais Benoit Paire, Nikoloz Basilashvili, Roberto Bautista Agut (n°17), Pablo Carreno Busta (n°20), Dominic Thiem (n°6) et Stan Wawrinka (n°3) sont tous balayés en trois petits sets. Grâce à cette victoire, le Majorquin se retrouve seul à la deuxième place des titres du Grand-Chelem et laisse derrière lui Pete Sampras et ses 14 succès.

Vainqueur à la Porte d’Auteuil il y a deux ans, Wawrinka avait dû batailler ferme en demi face à un Andy Murray (n°1) retrouvé. Ce match a visiblement laissé des traces et le Suisse n’était pas en mesure de contrer Nadal en finale. Il avait pourtant rejoint le dernier carré lui aussi sans perdre un set contre le qualifié Jozef Kovalik puis Alexandr Dolgopolov, Fabio Fognini (n°28), Gael Monfils (n°15) et Marin Cilic (n°7).

Pour atteindre une deuxième demi-finale consécutive, Thiem avait écœuré le tenant du titre Novak Djokovic (n°2) en trois sets en quart de finale. Pour le reste, le tournoi a été très conforme à la logique. Le seul membre du Top 8 absent des quarts de finale était Milos Raonic (n°5). Et encore, le Canadien n’en est pas passé loin puisqu’il n’a cédé que 8/6 au cinquième set contre Carreno Busta en huitième. Malgré son titre à Rome qui le plaçait comme un des principaux outsiders, Alexander Zverev (n°9) craque dès le premier tour face à Fernando Verdasco. Le favori local Jo-Wilfried Tsonga (n°15) ne fait aussi qu’une courte apparition avant de rendre les armes contre Renzo Olivo.

David Goffin (n°10) fondait aussi beaucoup d’espoir sur ce tournoi mais après deux tours relativement tranquilles, il se blesse lors de son troisième tour contre Horacio Zeballos. En fin de glissade, il se prend les pieds dans la bâche du fond de court et est contraint à l’abandon. Il ne reprendra la compétition que 6 semaines plus tard. De retour de blessure lui aussi, Steve Darcis est vraiment trop court au premier tour contre Raonic. Un troisième Belge est présent dans ce tournoi : Arthur De Greef. Le Brabançon sort des qualifications et offre une jolie résistance à Richard Gasquet (n°24) pour son tout premier tableau final en Grand-Chelem.

Au lendemain du rendez-vous parisien, le circuit se met au vert pour le début de la saison sur gazon. Deux ATP 500 sont organisés durant cette mini-tournée qui mène vers Wimbledon. A Halle, la logique est respectée et Roger Federer (n°1) renoue avec le succès après sa longue pause. Il remporte son neuvième titre dans ce tournoi en dominant notamment le jeune Karen Khachanov en demi et Alexander Zverev (n°4) en finale. Ce dernier s’était défait de Richard Gasquet au tour précédent. A Londres, dans le prestigieux club du Queen’s, c’est Feliciano Lopez qui démontre à nouveau ses talents de joueur sur herbe. Tombeur de Stan Wawrinka (n°2) au premier tour, il bat difficilement Grigor Dimitrov (n°6) en demi et Marin Cilic (n°4) en finale. Le Croate avait mis fin au beau parcours de Gilles Muller la veille.