Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | Belgian Circuit
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

L’Année 2017 au féminin (2e partie)

Quatrième et dernière partie de notre compte rendu mois par mois : l’année au féminin, de juin à novembre.

Juillet

Dépossédée de son titre à Roland-Garros et renvoyée hors du Top 10, Garbiñe Muguruza (n°14) redresse tout de suite la tête et s’impose, à la surprise générale, à Wimbledon. Suivie exceptionnellement sur ce tournoi par Conchita Martinez, gagnante du tournoi en 1994, l’Espagnole franchit la première semaine sans souci contre Ekaterina Alexandrova, Yanina Wickmayer et Sorana Cirstea. En huitième, elle bat Angélique Kerber (n°1) qui sera la seule à lui prendre un set. Malgré cela, cette défaite prive définitivement l’Allemande de la première place mondiale. Muguruza domine ensuite l’étonnante Magdalena Rybarikova avant de prendre la mesure de Venus Williams (n°10) en finale.

L’Américaine, quintuple vainqueur de l’épreuve entre 2000 et 2008, retrouve le niveau de sa meilleure période lors de ce tournoi. Elle bat Elise Mertens au premier tour puis la Chinoise Qiang Wang, qui lui prend un set et la Japonaise Naomi Osaka. Venus prend ensuite le dessus sur la jeune Ana Konjuh (n°27) en huitième puis met un terme à la série de 11 matchs remportés en Grand-Chelem de Jelena Ostapenko (n°13). En demi, elle bat l’héroïne locale Johanna Konta (n°6) pour atteindre sa deuxième finale en Grand-Chelem de la saison après Melbourne. Elle n’avait plus réussi un tel doublé depuis 2003 et c’était déjà en Australie et à Londres.

Pour la troisième fois en un mois, Simona Halep (n°2) perd un match qui lui aurait offert la place de première mondiale. Cette fois, c’était en quart de finale face à Konta. Elle avait mis fin au tour précédent au retour de Victoria Azarenka qui était devenue maman pour la première fois début janvier. C’est finalement Karolina Pliskova (n°3) qui s’empare de la première place malgré sa défaite au deuxième tour contre Rybarikova. La Slovaque atteint ensuite sa première demi-finale en Grand-Chelem en battant, en quart, Coco Vandeweghe (n°24), tombeuse de Caroline Wozniacki (n°5) au tour précédent. Elina Svitolina (n°4) se hisse en huitième de finale mais y est battue par Ostapenko.

Les Belges ne sont pas gâtées par le tirage. Yanina Wickmayer s’incline donc au second tour contre la future gagnante après une victoire contre Kateryna Bondarenko. Kirsten Flipkens se défait de Misaki Doi puis sort la tête haute d’un duel très serré contre Kerber. C’est dès le premier tour qu’Elise Mertens doit affronter Venus Williams mais elle offre à l’Américaine une bien meilleure résistance qu’à Roland-Garros. Enfin, Alison Van Uytvanck et Maryna Zanevska sont également battue d’entrée face à des adversaires compliquées : respectivement Ekaterina Makarova et Heather Watson.

Août

La saison sur dur nord-américaine débute à Stanford où Madison Keys (n°3) renoue avec la victoire. Opérée au poignet durant l’intersaison, ses résultats depuis son retour en mars étaient plutôt mitigés. En Californie, elle domine pourtant Garbiñe Muguruza (n°1) et Coco Vandeweghe (n°6) pour remporter le troisième titre de sa carrière. Vandeweghe avait mis un terme au parcours de la jeune Catherine Bellis (n°8) en demi.

Au « Premier 5 » de Toronto, Elina Svitolina (n°5) remporte son cinquième titre de la saison. Elle réussit un parcours remarquable qui la voit battre successivement Daria Kasatkina, Venus Williams (n°9), Garbiñe Muguruza (n°4), Simona Halep (n°2) et enfin Caroline Wozniacki (n°5) en finale. Seule la récente gagnante de Wimbledon réussit à lui prendre un set. De son côté, Wozniacki domine Agnieszka Radwanska (n°10), la nouvelle n°1 mondiale Karolina Pliskova (n°1) et la revenante Sloane Stephens. Celle-ci était en effet absente depuis près d’un an suite à une blessure au pied gauche et pointait au 934e rang avant ce tournoi. Elle y domine entre autre Petra Kvitova (n°14) et Angélique Kerber (n°3). Kirsten Flipkens est la seule Belge dans le tableau. Elle profite de l’abandon d’Ana Konjuh puis cède en deux sets serrés contre Muguruza.

A Cincinnati, Garbiñe Muguruza (n°4) confirme sa bonne forme en remportant son deuxième gros tournoi en cinq semaines. Dans le Connecticut, elle prend difficilement la mesure de Madison Keys (n°16) et de Svetlana Kuznetsova (n°8) avant de dominer nettement plus facilement les deux premières mondiales Karolina Pliskova (n°1) et Simona Halep (n°2). La Roumaine échoue ainsi à un match de prendre la première place mondiale pour la quatrième fois depuis la finale de Roland-Garros. Elle passe même complètement à côté de cette finale où elle ne prend qu’un jeu. Elle avait pourtant assez facilement géré ses adversaires jusque là, notamment Johanna Konta (n°7) et Sloane Stephens. Cette dernière atteint sa deuxième grosse demi consécutive en battant Petra Kvitova (n°14) et Ekaterina Makarova, tombeuse d’Angélique Kerber (n°3). En quart, elle domine également Julia Goerges, bourreau d’Elina Svitolina (n°5) au tour précédent.

Le dernier « Premier » de la saison américaine voit le succès surprise de Daria Gavrilova à New Haven. L’Australienne domine Kirsten Flipkens en quart puis Agnieszka Radwanska (n°1) et Dominika Cibulkova (n°2). Cette dernière avait mis un terme au joli parcours d’Elise Mertens, sortie des qualifications et qui avait sorti Kiki Bertens et Daria Kasatkina.

Septembre

Sept joueuses ont l'occasion de terminer l'US Open dans la peau de la n°1 mondiale mais aucune n'atteint la finale. C'est une grosse surprise à l'arrivée puisque c'est Sloane Stephens qui s'impose et remporte, à 24 ans, son premier titre du Grand-Chelem. Onzième mondiale en 2013, année où elle a atteint notamment les demi-finales de l'Open d'Australie, Stephens n'avait pas joué entre les J.O. de Rio 2016 et Wimbledon cette année, en raison d'une sérieuse blessure. Seulement classée à la 83e place, elle domine d'abord Roberta Vinci (finaliste en 2015), Dominika Cibulkova (n°11) et Ashleigh Barty. La suite de son parcours est très compliqué et elle perd un set contre Julia Goerges (n°30), Anastasija Sevastova (n°16), seulement battue au tie-break final, et Venus Williams (n°9).

En finale, Stephens domine très largement Madison Keys (n°15) qui elle aussi a connu pas mal de pépins physiques depuis un an. Après s'être débarrassée d'Elise Mertens au premier tour, Keys domine successivement Tatjana Maria, Elena Vesnina (n°17) et Elina Svitolina (n°4), ces deux dernières en trois sets. En quart, elle prend plus facilement la mesure d'une autre revenante, l'Estonienne Kaia Kanepi. Enfin en demi, elle ne fait qu'une bouchée de Coco Vandeweghe (n°20) qui atteint là le dernier carré d'un Grand-Chelem pour la deuxième fois cette année après Melbourne.

Victorieuse d'Agnieszka Radwanska (n°10) et de Karolina Pliskova (n°1), Vandeweghe complète des demi-finales 100% américaines, une première depuis 1981. Cette défaite en quart de Pliskova, qui défendait les points d'une finale, offre la première place mondiale à Garbiñe Muguruza (n°3), pourtant battue en huitième par Petra Kvitova (n°3). Deux grosses surprises surviennent dès le premier tour. Simona Halep (n°2) a la malchance de tomber sur Maria Sharapova d'entrée et est battue par la Russe en trois sets. Cette dernière poursuivra son parcours jusqu'en huitième où elle s'inclinera contre Sevastova. Enfin, la tenante du titre Angélique Kerber (n°6) est surprise par la jeune Japonaise Naomi Osaka et quitte donc le Top 10.

Comme à Wimbledon, Elise Mertens est battue d'entrée par la future finaliste, non sans lui offrir à nouveau une belle résistance. Kirsten Flipkens (contre Madison Brengle) et Yanina Wickmayer (face à Lesia Trurenko, n°28) franchissent un tour mais elles sont ensuite dominées respectivement par Vesnina et Kanepi. Enfin, Alison Van Uytvanck passe totalement à côté de son match du premier tour contre la Chinoise Saisai Zheng, une adversaire qui semblait pourtant à sa portée.

Elle ne mettra pas longtemps à s'en remettre. Septième tête de série du tournoi de Québec, disputé au lendemain du Grand-Chelem new-yorkais, Alison remporte son premier vrai titre WTA (elle avait déjà gagné un WTA125). Passée tout près de la défaite face à l'invitée locale Carol Zhao au premier tour, elle domine plus facilement Tatjana Maria (n°4) en demi puis vient à bout de Timea Babos (n°5) en finale. Après Elise Mertens à Hobart, Alison est donc la deuxième Belge à remporter un titre cette année. Il n'y avait plus eu plusieurs gagnantes du plat pays sur une année depuis 2010 (4 titres de Kim Clijsters, 2 de Justine Hénin et un de Yanina Wickmayer).

Le premier tournoi important de la mini saison asiatique se déroule à Tokyo, pour une épreuve de la catégorie « Premier ». C'est Caroline Wozniacki (n°3) qui s'y impose et remporte ainsi le 26e titre de sa carrière (mais le premier de l'année après six finales perdues !) La Danoise profite de l'abandon de Dominika Cibulkova (n°5) en quart puis bat Garbiñe Muguruza (n°1) et Anastasia Pavlyuchenkova. Cette dernière était venue à bout d'Angélique Kerber (n°7) en demi.

Octobre

La tournée asiatique se poursuit avec le « Premier 5 » de Wuhan où Caroline Garcia crée la surprise en s'imposant. Elle prend la mesure d'Angélique Kerber (n°12) en trois sets au premier tour puis se défait de Christina McHale, de Dominika Cibulkova (n°7) et d’Ekaterina Makarova. En demi-finale, elle domine l'étonnante Maria Sakkari, issue des qualifications et première joueuse grecque à ce niveau. En finale, Garcia passe tout de même très près de la défaite face à Ashleigh Barty, auteure d'un carton dans ce tableau. L'Australienne a, en effet, pris la mesure de Catherine Bellis puis de quatre têtes de série : Johanna Konta (n°5), Agnieszka Radwanska (n°9), Karolina Pliskova (n°3) et Jelena Ostapenko (n°8). Le tableau est d'ailleurs marqué par la défaite de 10 des 16 favorites dès leur entrée en jeu, notamment de Simona Halep (n°2), étrillée par Daria Kasatkina , ou de Caroline Wozniacki (n°4), surprise par Sakkari. Garbiñe Muguruza (n°1) atteint bien les quarts mais elle est battue en trois sets par Ostapenko. Elise Mertens est la seule Belge du tableau. Elle se sort d'un match piège contre Naomi Osaka mais est ensuite dominée par Elena Vesnina (n°16).

Déchainée, Caroline Garcia poursuit sur sa lancée et remporte le « Premier Mandatory » de Pékin, l'un des quatre plus gros tournois de la saison après les Grand-Chelems. Exemptée du premier tour grâce à sa victoire à Wuhan, elle bat Elise Mertens et Alizé Cornet puis s'en sort de juste contre Elina Svitolina (n°3). Elle enchaine ensuite pour les deux derniers matchs avec des victoires sur Petra Kvitova (n°12) et Simona Halep (n°2). Cette fois la Roumaine ne loupe pas le coche : sa victoire sur Jelena Ostapenko (n°9) en demi lui permet de devenir la première joueuse de son pays à s'emparer de la première place mondiale. Auparavant, elle avait pris la mesure d'Alison Riske, de Magdalena Rybarikova, de Maria Sharapova (en deux petits sets, dans une revanche de l'US Open) et de Daria Kasatkina. Garbiñe Muguruza (n°1) perdait son trône aussi en raison de son abandon dès le premier tour face à Barbora Strycova. Les Roumaines étaient à la fête lors de ce tournoi puisque Sorana Cirstea se hissait en quart après une belle victoire sur Karolina Pliskova (n°4) et que Monica Niculescu dominait Johanna Konta (n°6) d'entrée. Elise Mertens s'offrait aussi le scalp d'une tête de série au premier tour en la personne de Dominika Cibulkova (n°8) avant d'être stoppée par la tornade Garcia, non sans lui avoir offert une belle résistance.

Le dernier tournoi de la saison régulière, à Moscou, voit la victoire de Julia Goerges (n°7). Elle bat deux jeunes joueuses locales en demi et en finale : Natalia Vikhlyantseva et Daria Kasatkina. Cette dernière s'était facilement débarrassée de la Roumaine Irina-Camelia Begu au tour précédent. Généralement utile pour décider des dernières places pour le Masters, ce tournoi ne sert pas de couperet cette saison. C'est le forfait en dernière minute de Johanna Konta qui offre à Caroline Garcia le dernier ticket pour Singapour.

Le Masters démontre la fatigue des favorites puisqu'une seule des quatre meilleures mondiales parvient à sortir des poules. La victoire finale revient à Caroline Wozniacki qui remporte un premier grand titre, sept ans après avoir atteint la première place mondiale. La Danoise a très facilement dominé Elina Svitolina (n°4) et Simona Halep (n°1) lors de ses deux premiers matchs de poule. Sa défaite 7/5 au dernier set contre Caroline Garcia ne lui permet toutefois pas de terminer en tête de son groupe. Mais elle bat tout de même Karolina Pliskova (n°3) en demi puis Venus Williams en finale. L'Américaine perd sa troisième finale importante de l'année. Battue lors de son premier match par Pliskova, elle met plus de trois heures à se défaire de Jelena Ostapenko puis bat plus facilement Garbiñe Muguruza (n°1). En demi, elle met fin au parcours de Caroline Garcia. L'incroyable série de victoires de la Française s'était arrêtée dès son premier match par une défaite assez sèche contre Halep. Mais des victoires « à l'arrache » contre Svitolina et Wozniacki lui ont permis de terminer en tête de son groupe. Pliskova avait terminé en tête du sien après de belles victoires contre Williams et Muguruza et malgré une défaite contre Ostapenko. Bien que dernière de son groupe, Simona Halep termine la saison au sommet du classement.

Novembre

Le « Masters bis » (officiellement WTA Elite Trophy) disputé à Zhuhai regroupe en principe toutes les joueuses classées entre la 9e et la 19e place plus une invitée. Cependant, la 9e Johanna Konta, la 11e Svetlana Kuznetsova et la 16e Madison Keys sont forfaits. La victoire revient à la 18e Julia Goerges qui confirme sa forme en cette fin de saison. Elle prend la mesure de Magdalena Rybarikova et de Kristina Mladenovic (n°1) dans sa poule puis domine Anastasija Sevastova en demi et Coco Vandeweghe (n°2) en finale. L'Américaine, victorieuse de Peng Shuai et d'Elena Vesnina dans sa poule, se débarrasse en demi d'une autre joueuse en forme : Ashleigh Barty.

La finale de la Fed Cup disputée en Biélorussie entre la surprenante équipe locale et les Américaines est beaucoup plus serrée qu'on ne pouvait s'y attendre. Pays le plus titré de la compétition avec 18 victoires (mais la dernière remontait à 2000), les Etats-Unis se présentaient avec deux joueuses du Top 15 mondial alors que leurs adversaires, Aryna Sabalenka et Aliaksandra Sasnovich, pointaient respectivement aux 78e et 87e places. Coco Vandeweghe tenait son rang en remportant ses deux simples en deux sets mais c'est Sloane Stephens qui flanchait dans les siens, d'abord face à Sabalenka, puis face à Sasnovich. Pourtant, la gagnante de l'US Open avait à chaque fois eu le match en main. Vandeweghe prenait alors ses responsabilités, en équipe avec Shelby Rogers, et prenait la mesure des deux joueuses biélorusses en deux sets. Celles-ci ont tout de même pu y croire au deuxième set où elles ont servi trois fois pour égaliser avant de s'incliner au tie-break. Avec six victoires en simple, deux en double et aucune défaite durant toute la campagne de Fed Cup 2017, Coco Vandeweghe a ramené le trophée à son pays quasiment toute seule.