Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | Belgian Circuit
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

L’Année 2017 au féminin (1re partie)

Troisième partie de notre compte rendu mois par mois : l’année au féminin, de janvier à mai.

Janvier

La saison féminine débute au « Premier » de Brisbane où Karoline Pliskova (n°3) s’impose en dominant Elina Svitolina (n°6) en demi et Alizé Cornet en finale. Cette dernière avait profité de l’abandon de Garbiñe Muguruza (n°4) le samedi. La nouvelle reine du tennis Angélique Kerber (n°1) est défaite par Svitolina en quart. Elle est ensuite battue d’entrée par la jeune Russe Daria Kasatkina à Sydney, un tournoi finalement remporté par Johanna Konta. La Britannique prend le dessus sur Kasatkina en quart, Eugénie Bouchard en demi et Agnieszka Radwanka (n°2) en finale. Dans le dernier carré, la Polonaise s’était débarrassée de la Tchèque Barbora Strycova.

Classée 125e mondiale et obligée de passer par les qualifications, Elise Mertens crée une grosse surprise en remportant son premier titre WTA à Hobart. L’histoire aurait pourtant pu tourner court. Inscrite en parallèle dans les qualifications de l’Open d’Australie, Elise pensait abandonner lors de son deuxième tour mais son adversaire, dans la même situation qu’elle, l’a devancée. La Limbourgeoise a donc poursuivi son parcours et battu Kiki Bertens (n°1) en quart et Monica Niculescu (n°3) en finale. Elle devient ainsi la huitième joueuse belge titrée sur le WTA tour.

Serena Williams (n°2) retrouve la première place mondiale qu’elle avait perdue depuis l’US Open 2016 en s’imposant lors du premier Grand-Chelem de la saison à Melbourne. Il s’agit de son 23e titre majeur ce qui la place seule en tête des titres en simple durant l’ère open devant Steffi Graf et à une marche du record de tous les temps, toujours détenu par Margaret Court. Durant la quinzaine, elle ne perd pas un seul set malgré deux premiers tours pièges contre Belinda Bencic et Lucie Safarova. Elle bat ensuite Nicole Gibbs, Barbora Strycova (n°16), Johanna Konta (n°9), la surprenante Mirjana Lucic-Baroni en demi et sa sœur Venus Williams (n°13) en finale.

Cette dernière dispute là sa première finale en Grand-Chelem depuis Wimbledon 2009, sa deuxième à Melbourne et sa seizième en tout. Sur son parcours, elle prend la mesure de Kateryna Kozlova, Stefanie Voegele, Ying-Ying Duan, Mona Barthel, Anastasia Pavluychenkova (n°24) et Coco Vandeweghe, la seule à lui prendre un set. Mais contre sa sœur, pour la huitième fois lors de leurs neuf dernières confrontations, elle doit s’avouer vaincue.

Une troisième américaine, plus inattendue encore, se glisse dans le dernier carré et c’est une première pour elle en Grand-Chelem. Coco Vandeweghe sort en effet entre autre Roberta Vinci (n°15) et surtout Angélique Kerber (n°1) et Garbiñe Muguruza pour atteindre ce stade. Mirjana Lucic-Baroni avait déjà atteint ce stade mais c’était à Wimbledon en… 1999. Presque une autre vie. A Melbourne, elle a retrouvé une deuxième jeunesse pour s’offrir les scalps d’Agnieszka Radwanka (n°3) et de Karolina Pliskova (n°5). La plus grosse surprise des premiers tours est néanmoins la défaite de Simona Halep (n°4) d’entrée contre Shelby Rogers.

Aucune Belge ne franchit le premier tour. Malgré un bon début de match, Yanina Wickmayer échoue contre Safarova. Kirsten Flipkens est battue d’entrée par Konta, future quart de finaliste. Enfin, Maryna Zanevska, repêchée des qualifications, ne peut rien faire contre Jennifer Brady.

Février

Le premier tournoi européen de l’année voit Kristina Mladenovic s’imposer à St Petersbourg et remporter son tout premier titre sur le circuit après une hécatombe des favorites. Tombeuse de Venus Williams (n°4) au deuxième tour, elle bat la jeune russe Natalia Vikhlyantseva en demi et Yulia Putintseva en finale. La Kazakhe s’était, quant à elle, défait de Svetlana Kuznetsova (n°3) et de Dominika Cibulkova (n°2).

Mladenovic ne peut pourtant pas empêcher la France, finaliste en 2016, de s’incliner au premier tour du Groupe Mondial de Fed Cup. Bien esseulée sans Caroline Garcia contre la Suisse, elle s’incline le dimanche en trois sets serrés contre Timea Bacsinszky, vainqueur de ses deux simples. C’est Belinda Bencic qui cèle la rencontre face à Pauline Parmentier. Les tenantes du titre tchèques s’imposent également 3/1 contre l’Espagne malgré la défaite de Barbora Strycova contre Garbiñe Muguruza dans le premier match. Karolina Pliskova remporte sans trembler ses deux simples. Les Etats-Unis dominent facilement une Allemagne sans Angélique Kerber alors que la Biélorussie crée la surprise en prenant la mesure des Pays-Bas sans compter de joueuse du Top 100 dans ses rangs. Aliaksandra Sasnovich remporte ses deux rencontres contre Michaela Krajicek et Kiki Bertens mais c’est Aryna Sabalenka qui conclut le match en deux sets contre Krajicek.

Dans le Groupe Mondial II, la Belgique crée la surprise en allant s’imposer en Roumanie 3/1. La victoire avait été rendue possible par le forfait en dernière minute de Simona Halep mais, même sans leur leader, les joueuses locales restaient favorites. Après la victoire facile de Kirsten Flipkens contre Monica Niculescu lors du premier match, Yanina Wickmayer a dû s’employer pour venir à bout de la remplaçante Sorana Cirstea en trois sets très serrés. Yanina est ensuite laissée au repos le dimanche par la nouvelle capitaine Dominique Monami qui lui préfère Elise Mertens. Celle-ci confirme que sa victoire à Hobart n’était en rien due au hasard et se montre très solide mentalement pour apporter le point de la victoire face à Irina-Camelia Begu.

A Doha, Karolina Pliskova (n°2) poursuit sur la lancée de son bon début de saison et s’impose face à Caroline Wozniacki en finale. La Tchèque ne perd qu’un seul set de la semaine, en demi-finale contre Dominika Cibulkova (n°3). Au même stade, Wozniacki s’était facilement défait de la championne olympique Monica Puig. Angélique Kerber (n°1) est à nouveau surprise d’entrée par Daria Kasatkina (comme à Sydney).

Le premier « Premier 5 » de la saison se déroule ensuite à Dubai. L’Ukrainienne Elina Svitolina y soulève son sixième trophée, le deuxième de sa saison. Mais elle n’avait encore jamais remporté un titre de ce niveau là. Elle se débarrasse successivement de Saisai Zheng, Christina McHale, Lauren Davis et surtout d’Angélique Kerber (n°1) qui atteint là sa première demi-finale de la saison. Caroline Wozniacki (n°10) atteint une deuxième finale consécutive après Doha mais doit s’incliner contre Svitolina. Elle n’avait pas dû affronter de tête de série jusque là puisqu’elle avait dominé Daria Kasatkina, Viktorija Golubic, Kateryna Bondarenko, Catherine Bellis et Anastasija Sevastova. Karolina Pliskova (n°2) s’incline dès son entrée en lice face à Kiki Mladenovic. Dominika Cibulkova (n°3) et Garbiñe Muguruza (n°5) connaissent le même sort contre Elena Makarova et Bondarenko. Bellis quant à elle se charge de sortir Agnieszka Radwanska (n°4) au troisième tour. La Polonaise avait battu au deuxième Elise Mertens, auteur d’un beau parcours puisqu’elle venait des qualifications.

Mars

Le forfait de dernière minute à Indian Wells de Serena Williams (n°1) et l’hécatombe des têtes de série profitent à Elena Vesnina (n°14) qui y remporte le plus gros succès de sa carrière. Malgré ses 31 ans, La Russe n’avait en fait jamais atteint le moindre quart de finale dans une des quatre épreuves majeures du circuit après les Grand-Chelems. En début de tournoi, elle bat dans la douleur Shelby Rogers et Timea Babos (n°25) avant de dominer plus facilement Angélique Kerber (n°2) décidément en très petite forme. Elle est encore poussée aux trois sets par Venus Williams (n°12) en quart, bat Kristina Mladenovic (n°28) en demi puis l’emporte dans un nouveau match marathon face à sa compatriote Svetlana Kuznetsova (n°8). Cette dernière avait pris la mesure de Johanna Konta, de Roberta Vinci (n°26), en trois sets, de Caroline Garcia (n°21) et d’Anastasia Pavlyuchenkova (n°19). Mais c’est Karolina Pliskova (n°3) qui lui donne le plus de fil à retordre en demi puisqu’elle ne s’incline qu’en deux tie-breaks. Mladenovic avait pris le dessus sur Simona Halep (n°4) au troisième tour et Shuai Peng avait dominé Agnieszka Radwanska (n°6) au même stade. Yanina Wickmayer et Kirsten Flipkens ont franchi le premier tour avant de s’avouer vaincues respectivement face à Daria Gavrilova (n°24) et Garbiñe Muguruza (n°7).

Le tournoi de Miami accouche aussi d’une surprise avec la victoire de Johanna Konta (n°10). La Britannique se défait d’Aliaksandra Sasnovich, de Pauline Parmentier et de Laura Arruabarena en début de tournoi. En quart, elle passe tout près de la défaite contre Simona Halep (n°3) qui mène un set et un break. En demi, elle prend la mesure de Venus Williams (n°11) avant de battre Caroline Wozniacki (n°12) pour conquérir le titre. La Danoise, qui disputait donc sa troisième finale importante en moins de deux mois avait bénéficié de l’abandon de Garbiñe Muguruza (n°6) en huitième avant de battre Karolina Pliskova (n°2) en trois sets en demi. Elle avait plus facilement pris le meilleur sur Varvara Lepchenko, Sorana Cirstea et Lucie Safarova. La Tchèque avait sorti Dominika Cibulkova (n°4) en huitième alors qu’Angélique Kerber s’arrêtait en quart contre Venus Williams, tombeuse également de Svetlana Kuznetsova (n°7) au quatrième tour. Agnieszka Radwanska (n°5), décidemment loin de sa meilleure forme, est sèchement battue par Mirjana Lucic-Baroni au troisième tour. La meilleure belge est Kirsten Flipkens qui franchit deux tours contre Jennifer Brady et surtout Ana Konjuh (n°29) avant de courber l’échine contre Cibulkova. Yanina Wickmayer s’incline d’entrée contre Safarova.

Avril

Le tournoi de Charleston, dernier événement du circuit WTA organisé sur terre-battue américaine, voit s’affronter en finale deux jeunes joueuses. Et c’est Daria Kasatkina qui s’impose face à Jelena Ostapenko. La Russe ne bat qu’une seule tête de série sur son parcours, Irina-Camelia Begu (n°10). Elle bat Laura Siegemund, tombeuse de Venus Williams (n°3), en trois sets en demi. Ostapenko, de son côté, bat Caroline Wozniacki (n°5) et Mirjana Lucic-Baroni (n°11) en quart et en demi.

En demi-finale du Groupe Mondial de Fed Cup, la Biélorussie poursuit son étonnant parcours et domine la Suisse pour obtenir la première place en finale de son histoire. Comme au premier tour, c’est Aliaksandra Sasnovich qui est à la base de deux points en simple face à Viktorija Golubic et Timea Bacsinszky. Aryna Sabalenka offre le troisième et dernier point en battant Golubic. Belinda Bencic, souffrante du poignet, a été maintenue au repos en simple. L’autre demi-finale voit la victoire assez logique des Etats-Unis sur la République tchèque. Cette dernière, gagnante de cinq des six dernières éditions se présente avec son équipe B. Les jeunes Katerina Siniakova et Marketa Vondrousova réussissent néanmoins à remporter leur rencontre face à la deuxième américaine (respectivement Shelby Rogers et Lauren Davis). Mais Coco Vandeweghe s’impose facilement dans ses deux simples, ainsi qu’en double aux côtés de Bethanie Mattek-Sands face à Siniakova et Kristyna Pliskova (la sœur jumelle de Karolina).

La Belgique retrouve sa place dans le Groupe Mondial I dont elle était absente depuis 2012. C’est à nouveau Elise Mertens qui mène notre équipe à la victoire en Russie. Elle domine Anastasia Pavlyuchenkova le premier jour avant de prendre le dessus sur Elena Vesnina dimanche. Celle-ci avait pris la mesure d’Alison Van Uytvanck dans le premier match et Daria Kasatkina avait ramené les équipes à égalité contre Maryna Zanevska. Mais Elise, en double avec An-Sophie Mestach, apporte le troisième point face à la paire composée de Kasatkina et Vesnina. L’Allemagne, grâce à une Julia Goerges en grande forme, les Pays-Bas et la France sont les autres vainqueurs du week-end face respectivement à l’Ukraine, à la Slovaquie et à l’Espagne (sans Muguruza).

Absente de ce week-end de Fed Cup, Serena Williams était pourtant au centre de toutes les conversations. La n°1 mondiale avait en effet annoncé quelques jours plus tôt qu’elle était enceinte de vingt semaines. La naissance de son premier enfant, planifiée pour le mois de septembre, met de fait un terme à sa saison.

Laura Siegemund crée une énorme surprise en s’imposant devant son public de Stuttgart. Elle bat successivement Svetlana Kuznetsova (n°8), Karolina Pliskova (n°2) et Simona Halep (n°4) avant de s’imposer au tie-break du dernier set contre Kristina Mladenovic en finale. Cette dernière, tombeuse d’Angélique Kerber (n°1) au deuxième tour, avait mis fin en demi au retour de suspension de Maria Sharapova, titulaire d’une wild-card très controversée.

Mai

Le retour de la terre-battue sourit à Simona Halep (n°3), bien transparente depuis le début de la saison, qui conserve son titre à Madrid, troisième « Premier mandatory » de la saison. Elle domine d’abord facilement Kristyna Pliskova avant de s’en sortir de justesse face à Roberta Vinci, puis d’avoir encore besoin de trois sets pour se défaire de Samantha Stosur (n°16). En quart et en demi, elle n’est pas inquiétée par Coco Vandeweghe et Anastasija Sevastova. La finale est par contre très disputée et la Roumaine doit s’employer pour battre une Kristina Mladenovic (n°14) décidemment très en forme. Le parcours de la Française n’avait pas non plus été de tout repos. Elle a d’abord bénéficié de l’abandon d’Ana Konjuh avant de passer par le chas de l’aiguille contre Lauren Davis. Ses victoires face à sa compatriote Océane Dodin ou face à Sorana Cirstea ont été plus faciles mais elle est encore accrochée en demi par Svtlana Kuznesova (n°8). Angélique Kerber (n°1) se hisse en huitième mais elle doit abandonner face à Eugénie Bouchard, déjà vainqueur de Maria Sharapova au tour précédent. Au deuxième tour, Karolina Pliskova (n°2) est surprise par Sevastova et Dominika Cibulkova (n°4) subit le même sort face à la qualifiée Dodin. Johanna Konta (n°6), contre Laura Siegemund sur sa lancée, et Garbiñe Muguruza (n°5), face à Timea Bacsinszky, ne passent pas le premier tour.

Simona Halep (n°6) ne passe pas loin du doublé Madrid-Rome, performance réussie seulement par Serena Williams en 2013 et Dinara Safina en 2009. Le trophée de la gagnante du tournoi italien revient toutefois à Elina Svitolina (n°8), la révélation de ce début de saison puisqu’il s’agit déjà de son quatrième titre et que celui-ci lui permet de faire son entrée dans le Top 10. L’Ukrainienne domine successivement Alizé Cornet, Mona Barthel (la seule à lui prendre un set avant la finale), Karolina Pliskova (n°2) et Garbiñe Muguruza (n°3), sur abandon. En finale, elle vient donc à bout de Halep en trois manches. La Roumaine avait bénéficié d’un parcours assez dégagé (pas une Top 15). Elle a tout de même battu quelques joueuses en forme comme Laura Siegemund, Anastasia Pavlyuchenkova (n°12), Anett Kontaveit et Kiki Bertens (n°15). Angélique Kerber (n°1) est surprise d’entrée par Kontaveit, quart de finaliste pour la première fois dans une épreuve de ce niveau. Dominika Cibulkova (n°4) est également battue dès son premier tour par Ekaterina Makarova.

Juin

Enorme surprise à Roland-Garros où le titre revient à la jeune Lettonne Jelena Ostapenko. Agée de 20 ans à peine, elle devient la première joueuse non tête de série à remporter le tournoi depuis Margaret Scriven en… 1933 ! Elle se qualifie en quart sans faire de vague dans un tableau dégagé et en dominant successivement Louisa Chirico, Monica Puig, Lesia Tsurenko et Samantha Stosur (n°23). En quart, elle surprend Caroline Wozniacki (n°11) avant de mettre fin au parcours de Timea Bacsinszky (n°30) en près de deux heures et demi. En finale, elle réussit un match presque parfait contre Simona Halep (n°3) en lâchant tous ses coups avec une réussite insolente.

Grande favorite du tournoi après son excellente saison sur terre, la Roumaine avait pourtant pris le premier set avant de lâcher prise petit à petit face aux coups de boutoir de son adversaire. Elle détenait pourtant une belle chance de grimper à la première place mondiale en cas de victoire mais elle finit par céder. Elle avait, il est vrai, perdu beaucoup d’influx notamment dans son quart de finale contre Elina Svitolina (n°5) qui menait 6/3-5/1 et n’a pas concrétisé une balle de match. Halep avait aussi privé Karolina Pliskova (n°2) de la première place mondiale en la battant en trois sets en demi. Jana Cepelova, Tatjana Maria, Daria Kasatkina (n°26) et Carla Suarez Navarro (n°21), ses autres adversaires, lui ont donné moins de fil à retordre.

Toujours à la recherche de son niveau, Angélique Kerber (n°1) est balayée d’entrée par Ekaterina Makarova et ne garde sa première place mondiale que d’un cheveu. Garbiñe Muguruza (n°4), la tenante du titre, est sortie en huitième par Kristina Mladenovic (n°13). Cette dernière est ensuite battue par Bacsinszky qui atteint sa deuxième demi-finale en trois ans en battant également Venus Williams (n°10). Dominika Cibulkova (n°6) est surprise au deuxième tour par la Tunisienne Ons Jabeur, repêchée des qualifications.

La meilleure belge est Elise Mertens qui atteint pour la première fois un troisième tour en Grand-Chelem en battant Daria Gavrilova (n°24) et Richel Hogenkamp. Elle est ensuite balayée par Venus Williams. Kirsten Flipkens domine Mandy Minella mais doit s’avouer vaincue face à Stosur au deuxième tour. Alison Van Uytvanck se défait de Naomi Osaka avant d’opposer une belle résistance à Agnieszka Radwanska (n°9). Yanina Wickmayer perd d’entrée mais avec les honneurs contre Daria Kasatkina (n°26).

La saison sur gazon comprend deux tournois « Premier » avant Wimbledon. A Birmingham, Petra Kvitova (n°7) réussit son retour après six mois d’absence suite à une blessure encourue lors d’une agression. Elle s’impose grâce à l’abandon de sa compatriote Lucie Safarova en demi, puis en battant Ashleigh Barty en finale. La jeune australienne avait créé la surprise au tour précédent en dominant Garbiñe Muguruza (n°6). A Eastbourne, Simona Halep (n°2) passe encore à un match de la première place mondiale mais s’incline en quart contre Caroline Wozniacki (n°6). La Danoise bat ensuite Heather Watson à l’arrache avant de céder en finale contre Karolina Pliskova (n°3). La Tchèque avait franchi les demi-finales sans jouer suite au forfait de Johanna Konta (n°5), tombeuse d’Angélique Kerber (n°1) en quart. La n°1 mondiale sait d’hors et déjà qu’elle va perdre sa première place mondiale au lendemain de Wimbledon, dont elle avait atteint la finale en 2016.