Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | Belgian Circuit
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

L’Année 2013 au féminin (2e partie)

Quatrième et dernière partie de notre compte rendu mois par mois : l’année au féminin, de juillet à octobre.

Juillet

Après un printemps exceptionnel lors duquel elle a remporté ses 31 matchs, Serena Williams (n°1) est la grandissime favorite pour la victoire à Wimbledon. Pourtant, elle est battue en huitième de finale par Sabine Lisicki (n°23). L’Allemande est la grande animatrice de la quinzaine. Pour la quatrième fois en cinq ans, elle élimine donc à Wimbledon celle qui avait remporté Roland-Garros quinze jours plus tôt. Cette année, elle prend aussi la mesure de Sam Stosur (n°14), Kaia Kanepi et Agnieszka Radwanska (n°4) en demi-finale. Paralysée par l’enjeu, elle passe complètement à côté de sa finale et permet donc à Marion Bartoli (n°15) de remporter le premier (et sans doute seul) tournoi majeur de sa carrière. La Française réussit l’exploit assez improbable de remporter un Grand-Chelem sans rencontrer de joueuse du Top 15 mondial, ce qui n’est plus arrivé depuis l’Open d’Australie des années 70, lorsque les meilleures mondiales ne faisaient pas le déplacement. Son adversaire la plus prestigieuse est Sloane Stephens (n°17) qu’elle domine en quart de finale. Maîtresse de ses nerfs tout au long du tournoi, elle parvient à se sortir d’un tournoi où toutes les favorites sont tombées précipitamment (au propre comme au figuré).

C’est en effet une chute lors de son premier match qui oblige Victoria Azarenka (n°2) à déclarer forfait avant son deuxième tour. Maria Sharapova (n°3) termine également sur une jambe son match du deuxième tour, perdu contre Michelle Larcher de Brito, après être lourdement tombée au premier set. Angélique Kerber (n°7) et Caroline Wozniacki (n°9), surprises au même stade par Kanepi et Petra Cetkovska, Sara Errani (n°5), battue d’entrée par la Portoricaine Monica Puig et Maria Kirilenko (n°10) sortie au premier tour par Laura Robson, sont les autres victimes de cette première semaine complètement dingue. Seule Radwanska donc, ainsi que Li Na (n°6), battue par la Polonaise en quart, ont fait honneur à leur rang de favorites.

C’est aussi le cas de Petra Kvitova (n°8) qui remplit son contrat en atteignant les quarts de finale. Mais elle y cède en trois manches face au tennis tout en variations de Kirsten Flipkens (n°20), demi-finaliste pour la première fois en Grand-Chelem. Avant Kvitova, la Belge ne rencontre pas de tête de série et atteint ce stade sans perdre de set. Une blessure au genou ne lui permet malheureusement pas de jouer sa demi-finale contre Bartoli à 100%. Yanina Wickmayer, de son côté, poursuit sa descente aux enfers et chute d’entrée contre la modeste Russe Manasieva.

A la fin du mois, la saison sur dur débute par le « Premier » de Stanford. C’est Dominika Cibulkova (n°3) qui s’y impose en battant Agnieszka Radwanska (n°1) en trois sets.

Août

La semaine suivante, à Carlsbad (également « Premier »), Cibulkova ne dépasse pas le premier tour et c’est, cette fois, Victoria Azarenka (n°1) qui est surprise en finale. L’Australienne Sam Stosur (n°5), sortie du Top 10 après un très mauvais début de saison, la domine en deux sets pour décrocher le quatrième titre de sa carrière, le premier depuis sa victoire à l’US Open deux ans plus tôt.

Serena Williams (n°1) renoue avec le succès lors du « Premier 5 » de Toronto. Toujours aussi efficace, l’Américaine ne laisse pas un set sur son parcours et n’est réellement inquiétée que par Agnieszka Radwanska (n°3) qui la pousse au tie-break lors du premier set de leur demi-finale. En finale, la n°1 mondiale est sans pitié pour Sorana Cirstea, surprenante finaliste, qui ne remporte que deux jeux. La Roumaine réalise un très beau parcours qui la voit dominer successivement Caroline Wozniacki (n°9), Jelena Jankovic (n°15), Petra Kvitova (n°6) et Li Na (n°4). Dominika Cibulkova est à nouveau en quart de finale après des victoires sur Angélique Kerber (n°8) et Roberta Vinci (n°10). Marion Bartoli (n°7) doit abandonner lors de son deuxième match alors que Maria Sharapova et Victoria Azarenka, toujours blessées, ont renoncé à disputer l’épreuve.

Cette dernière est pourtant de retour la semaine suivante à Cincinnati (« Premier 5 »). Tête de série n°2, elle s’impose et inflige à Serena Williams (n°1) l’une des quatre défaites de sa saison. La Biélorusse, qui bat même l’Américaine pour la deuxième fois de l’année après Doha, s’impose au tie-break du troisième set. En demi-finale, elle avait également eu besoin de trois manches pour venir à bout de Jelena Jankovic (n°14), tombeuse de Roberta Vinci (n°12) en quart. Maria Sharapova (n°3) est également présente dans l’Ohio mais elle est éliminée dès son entrée par Sloane Stephens. Dans le haut du tableau, Serena Williams bat Li Na (n°5) en deux sets serrés en demi-finales. La Chinoise bénéficie du forfait d’Agnieszka Radwanska (n°4) en quart. A ce stade, la n°1 mondiale domine facilement Simona Halep, tombeuse de Sam Stosur (n°11) et de Marion Bartoli (n°8). A la sortie de son match, la gagnante de Wimbledon annonce, à la stupéfaction générale, qu’elle met un terme à sa carrière.

Simona Halep poursuit sur sa lancée et remporte le « Premier » de New Haven. La Roumaine, gagnante déjà de son quatrième titre de la saison, domine largement Petra Kvitova (n°3) en finale.

Septembre

Sa défaite à Cincinnati n’empêche pas Serena Williams (n°1) de remporter à l’US Open, son deuxième titre du Grand-Chelem de la saison (le 17e de sa carrière, dont 5 à New-York). En finale, elle prend même sa revanche sur Victoria Azarenka (n°2) au bout de trois sets très disputés. L’Américaine s’était, jusque là, promenée tout au long de la quinzaine, humiliant Carla Suarez Navarro (n°18) d’un double 6/0 en quart avant de ne laisser que trois jeux de plus à Li Na (n°5) en demi. Inquiétée en début de tournoi par Alizé Cornet (n°26) et Ana Ivanovic (n°13), Azarenka domine plus facilement les revenantes Daniela Hantuchova et Flavia Pennetta en quart et en demi.

L’Italienne dispute d’ailleurs, à 31 ans, sa toute première demi-finale en Grand-Chelem. Elle avait auparavant atteint trois quarts, tous déjà à New-York. Sur son parcours, elle domine ses compatriotes Sara Errani (n°4) et Roberta Vinci (n°10, en quart) ainsi que Svetlana Kuznetsova (n°27) et Simona Halep (n°21). Agnieszka Radwanska (n°3) et Angélique Kerber (n°8) atteignent les huitièmes de finale mais y sont surprises par Ekaterina Makarova (n°24) et Suarez Navarro. Caroline Wozniacki (n°6) et Petra Kvitova (n°7) ont craqué un tour plus tôt respectivement contre la qualifiée Camila Giorgi et l’invitée Alison Riske.

Loin de la forme qu’elle affichait à Wimbledon, Kirsten Flipkens (n°12) est quant à elle éliminée d’entrée. Il faut dire que le tirage au sort lui avait proposé le match piège par excellence en l’opposant à Venus Williams. La sœur de Serena ne fait qu’une bouchée de notre compatriote. Yanina Wickmayer, opposée d’entrée à Maria Kirilenko (n°14) n’a pas plus voix au chapitre.

A la fin du mois, le circuit prend la route de l’Asie avec, notamment, le « Premier 5 » de Tokyo. Petra Kvitova (n°7) y remporte son second titre de la saison (après Dubaï) et le onzième de sa carrière. En finale, elle prend la mesure d’Angélique Kerber (n°5) en trois sets. Mais c’est en demi-finale que la Tchèque connait sa plus grosse frayeur puisqu’elle ne vient à bout de Venus Williams qu’au tie-break du dernier set. L’Américaine, décidemment revenue à un excellent niveau, élimine Victoria Azarenka (n°1), Simona Halep (n°13) et la jeune Canadienne Eugénie Bouchard (tombeuse de Jelenan Jankovic, n°6) pour atteindre ce stade. Agnieszka Radwanska (n°2) s’arrête en quart face à Kerber.

Octobre

A Pékin, dernier « Premier Mandatory » de la saison, Serena Williams (n°1) reste intraitable. Seule Maria Kirilenko, en huitième, parvient à la faire quelque peu douter. Mais l’Américaine remporte facilement sa demi-finale contre Agnieszka Radwanska (n°3) et sa finale face à Jelena Jankovic (n°8). Cette dernière se hisse en finale grâce à des victoires en quart contre Lucie Safarova et en demi contre Petra Kvitova (n°9). Celle-ci avait pris la mesure de Sara Errani (n°5) et de Li Na (n°4). Victoria Azarenka (n°2), en petite forme, est surprise d’entrée par la revenante Andrea Petkovic. Caroline Wozniacki (n°6) et Angélique Kerber (n°7) rejoignent bien les quarts de finale où elles sont logiquement dominées par Williams et Radwanska.

Le dernier « Premier » de la saison est disputé à Moscou et Simona Halep (n°5) confirme qu’elle est la révélation de la deuxième partie de saison en y remportant son cinquième titre en quatre mois. En finale, elle domine Sam Stosur (n°7) en deux sets.

Sans surprise, le Masters d’Istanbul tombe sous la coupe de Serena Williams (n°1). L’Américaine remporte là le sixième des neuf grands titres de la saison (deux Grand-Chelems, le Masters et trois « Premier Mandatory »). Pourtant, tout n'est pas simple pour elle dans la métropole turque. Après trois matchs de poules rondement menés contre Angélique Kerber, Agnieszka Radwanska (n°3) et Petra Kvitova, la n°1 mondiale a besoin de trois sets pour venir à bout de Jelena Jankovic en demi-finale et de Li Na (n°4) en finale. La Chinoise, qui termine en tête de son groupe après trois victoires contre Sara Errani, Jankovic (en trois sets) et Victoria Azarenka (n°2), avait mis fin au parcours de Kvitova en demi-finale. Azarenka, bien loin de son meilleur niveau, ne remporte (poussivement) qu’un match de poule contre Errani.

La finale de la Fed Cup n’est qu’une formalité. Le coach russe doit en effet faire face au forfait collectif de toutes les joueuses membres du Top 100 (qui sont en fait toutes parmi les trente premières). Les Italiennes, emmenées par Sara Errani et Roberta Vinci ne font donc qu’une bouchée des néophytes Alexandra Panova et Irina Khromacheva. Alysa Kleybanova, alignée le dimanche, était la seule Russe qui avait une expérience dans la compétition mais un grave problème de santé l’avait écartée des terrains ces trois dernières saisons. Pour Sara Errani, auteure d’une fin de saison assez catastrophique en simple, ce titre, qu’elle apporte à son pays grâce à deux victoires en deux sets, devrait lui permettre de retrouver le moral en vue de 2014.