Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | Belgian Circuit
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours


Les favoris pour Londres

 

Si Roland-Garros a offert quelques beaux combats, la victoire finale de Rafael Nadal n’a jamais vraiment été mise en question. Ce sera une autre paire de manches à Wimbledon où ses principaux adversaires possèdent les armes pour le contrer et où il a hérité d'un tableau particulièrement complexe. Chez les dames, par contre, le cavalier seul de Serena Williams devrait se poursuivre.

Vainqueur il y a deux ans, le n°1 mondial Novak Djokovic partira légèrement favori à Londres, malgré sa défaite en demi-finale l'an dernier. Le Serbe ne joue plus de tournoi de préparation, il est donc difficile de savoir où il en est, tant physiquement que mentalement après sa terrible désillusion de Paris (défaite 9/7 au 5e set en demi). Il aura toutefois à cœur de montrer qu’il est toujours le patron et n’en sera que plus dangereux. Qui plus est, il se retrouve dans une moitié de tableau nettement plus facile que ses principaux concurrents.

Absent de Roland-Garros et d’une bonne partie de la saison sur terre, Andy Murray s’est rassuré en s’imposant au Queen’s. C’est en atteignant la finale de Wimbledon l’an dernier, puis en s’imposant sur le même court lors des Jeux Olympiques deux mois plus tard, qu’il avait prouvé qu'il méritait sa place aux côtés de Federer, Nadal et Djokovic. Tête de série n°2 pour la première fois du tournoi que toute la Grande-Bretagne rêve de le voir remporter, il va devoir gérer un tableau compliqué même si les grosses difficultés ne devraient pas arriver avant les quarts de finale.

Rafael Nadal n’a pas, sur le gazon de Wimbledon, la même marge de sécurité et le même ascendant psychologique sur ses adversaires. Néanmoins, avec deux titres (en 2008 et 2010), trois finales perdues (2006, 2007 et 2011) et un succès au Queen’s en 2008, il possède le deuxième plus beau palmarès sur gazon parmi les joueurs actuels. Il a donc les armes pour s'imposer à nouveau mais il devra s'extirper du "tableau de la mort".

Le plus beau palmarès, c’est évidemment celui de Roger Federer. Tenant du titre et vainqueur de six autres trophées, il tentera de rester en contact avec Nadal dans le livre des records (l’Espagnol étant désormais le seul à s’être imposé huit fois dans le même tournoi du Grand-Chelem). Il tentera surtout de devenir le seul recordman des succès Londoniens, titre qu’il partage encore avec Pete Sampras et William Renshaw. Mais son moins bon début de saison (il n’est actuellement « que » 5e au classement Race) et son match catastrophique en quart de finale de Roland-Garros doivent inciter à la prudence en ce qui le concerne. Même s’il s’est imposé à Halle, il arrive à Londres un cran en-dessous des trois autres.

Tsonga en embuscade

Jo-Wilfried Tsonga est le joueur qui semble le plus apte à bousculer la hiérarchie et à s’imposer au nez et à la barbe des quatre meilleurs, du moins sur gazon. Lors des deux dernières éditions, il s’était hissé en demi-finale et il avait encore atteint ce stade lors du dernier Roland-Garros. Malheureusement pour lui, il n'a pas hérité d'un tableau très favorable. Pour aller au bout, il sera obligé de battre trois membres du "Fab Four". Ses épaules, pourtant larges, semblent encore un peu légères pour un tel exploit.

Les autres joueurs du Top 8 seront assurement moins dangereux. David Ferrer, actuel troisième à la « Race » (classement depuis le début de l’année), est quand-même moins bon sur herbe. Il a bien sûr les armes pour atteindre les quarts mais sans doute pas plus. Tomas Berdych, finaliste en 2010, est en perte de vitesse depuis le début du printemps. Juan-Martin Del Potro cumule une baisse de régime et certaines difficultés à maitriser le jeu sur herbe. Le hasard a voulu que ces trois joueurs soient versés dans le tableau de Djokovic ce qui devrait bien aider le Serbe.

D'autres joueurs pourraient toutefois inquiéter le n°1 mondial. Richard Gasquet a réalisé un bon Roland-Garros et est sans doute meilleur encore sur gazon. Tommy Haas, malgré son âge, n'a peut-être jamais été aussi fort qu'aujourd'hui. Quelques gros serveurs comme Milos Raonic, Sam Querrey ou Kevin Anderson seront également favorisés. Mais il ne faut pas sous-estimer l’avantage d’une bonne main sur herbe. Le très talentueux Grigor Dimitrov, vainqueur du tournoi junior en 2008, peut en témoigner. Son tableau lui permet de voir loin, très loin dès cette année. D'autres joueurs en forme ou habituellement assez fort sur herbe n'ont pas cette chance. Stanislas Wawrinka, Marin Cilic, Jerzy Janowicz ou John Isner sont tous dans le bas de tableau, celui de Murray, Nadal, Federer et Tsonga.

Serena en solo

Archi-dominatrice sur le circuit depuis un an, et plus encore depuis la mi-mars (elle reste sur 31 succès consécutifs), Serena Williams ne devrait pas connaître la moindre difficulté à reconduire son titre. D’autant que le gazon est de loin sa meilleure surface, son service y est presque injouable pour la plupart de ses adversaires. Elle s’est en effet imposée 5 fois à Wimbledon et a également remporté les J.O. sur le même court l’an dernier avec une écrasante facilité (elle n’avait laissé que 11 jeux à quatre anciennes n°1 mondiales !) Mises à part deux défaites en 2011 (où elle revenait de blessure), elle n’a plus perdu un match sur cette surface depuis 2008.

La seule joueuse susceptible de l’arrêter sera Victoria Azarenka. Demi-finaliste des deux éditions précédentes, elle avait offert une belle performance face à Serena l’an dernier. Elle reste d’ailleurs la dernière à l’avoir battue (en finale à Doha). Mais elle ne lui avait pris que trois jeux en demi-finale des J.O. et, en tant que tête de série n°2, elle n’affrontera pas l’Américaine avant la finale. Or, on sait que Serena n’est jamais aussi forte que dans les grandes occasions.

Les autres joueuses sont condamnées à jouer de la figuration. Maria Sharapova a bien remporté le tournoi mais ça remonte déjà à 2004 et depuis, elle a plus d’une fois démontré ses difficultés à jouer sur cette surface. Agnieszka Radwanska (finaliste 2012) et Petra Kvitova (vainqueur 2011) y sont plus à l’aise mais leurs récents résultats sont assez faibles. Les références sur gazon de Sara Errani, de Na Li, ou de Caroline Wozniacki sont par contre inexistantes. Angélique Kerber ou Maria Kirilenko sont les membres du Top 10 les mieux armées sur cette surface mais elles doivent s'affronter en huitième et la gagnante jouera... Serena. D’autres joueuses moins bien classées mais plutôt douées sur gazon devraient tirer leur épingle du jeu. On pourrait ainsi retrouver en deuxième semaines des joueuses comme Robertra Vinci, Carla Suarez Navarro, Sabine Lisicki, Simona Halep, Tzvetana Pironkova, Heather Watson ou la jeune Donna Vekic.

Six Belges dans le grand tableau

A cette liste doivent aussi être ajoutées Kirsten Flipkens et Yanina Wickmayer. Malheueusement, une seule des deux peut atteindre les huitièmes puisqu'elle doivent se rencontrer au troisième tour. Et encore, il faudra pour ça que Yanina se défasse de Jelena Jankovic. Si les deux Belges s'affrontent, Yanina aura toutefois peut-être un petit avantage psychologique vu qu'elle a battu Kirsten il y a un mois à Rome. Et son parcours à Eastbourne lui aura peut-être ramené la confiance. Maleureusement, celle qui se sortira de ce tableau compliqué affrontera Victoria Azarenka. On ne peut pas dire que le tirage ai été favorable à nos joueuses.

Que dire alors de celui de nos joueurs ? Trois d'entre eux rencontrent des têtes de série dont deux devront affronter des favoris. Le nouveau papa Steve Darcis n'a quasiment aucune chance face à Rafael Nadal. David Goffin n'en aura guère plus face à Jo-Wilfried Tsonga même si le Français ne doit pas être ravi de rencontrer un tel relanceur dès le premier tour. Quant à Olivier Rochus, blessé lors des qualifications mais repêché, il aura bien du mal, s'il n'est pas à 100%, à battre Kevin Anderson. D'autant qu'il n'a jamais aimé affronter les gros serveurs sur herbe.

Reste Xavier Malisse. Son premier tour face à Fernando Verdasco n'est pas un match facile mais c'est tout de même jouable. Un peu comme celui qui pourrait l'opposer à Julien Benneteau au second tour. S'il sort de ces deux matchs pièges, il rencontrera lui aussi Jo-Wilfried Tsonga. Décidémment, le sort n'a pas gâté nos représentants cette année.