Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | Belgian Circuit
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours


Les favoris pour Melbourne

 

Impérial en 2011 (du moins jusqu’à l’US Open), Novak Djokovic sera le favori à sa propre succession lors de l’Open d’Australie. Mais son avance sur les autres membres du « Fab Four » mondial n’est pas immense. Côté féminin, comme d’habitude, on s’attend à des surprises.

Vainqueur de l’épreuve en 2008 et donc en 2011, Novak Djokovic va endosser le maillot de favori pour l’édition 2012. Peu avant la Saint-Sylvestre, le Serbe a surclassé le tournoi exhibition d’Abu Dhabi où la plupart de ses rivaux étaient présents. Il n’a d’ailleurs laissé que trois petits jeux à Roger Federer en demi-finale. Certes, il ne faut pas trop se fier à ce genre d’épreuve pour estimer le niveau de jeu d’un joueur. Mais c’est au moins la preuve que les soucis physiques qui l’ont tracassé de septembre à novembre sont derrière lui.

Le Serbe n’a pas mis d’autres épreuves de préparation à son programme, contrairement à Roger Federer qui est resté dans le Golfe Persique pour disputer le tournoi de Doha. Après quelques bonnes prestations, une douleur au dos l’a contraint à déclarer forfait avant sa demi-finale. Le n°3 mondial ne s’inquiétait pas outre mesure pour cette blessure et affirmait être prêt pour Melbourne. Il espère y afficher la forme de l’automne dernier où il a remporté 17 matchs d’affilée.

Rafael Nadal a, quant à lui, paru bien fatigué durant l’automne. Ses premières prestations de 2012 (battu d’entrée à Abu Dhabi, en demi à Doha) n’ont pas dû le rassurer. L’Open d’Australie vient sans doute un peu tôt pour lui. Il risque de ne pas être près physiquement et on sait combien cet aspect est important dans son jeu. Il a toutefois déjà prouvé par le passé qu’il pouvait retrouver le rythme en cours de tournoi.

Finaliste il y a un an, Andy Murray a bien débuté la saison avec une victoire à Brisbane. Il s’est toutefois garder de disputer les mêmes épreuves que ses rivaux ce qui rend plus difficile la tâche d’évaluer son réel état de forme. Sans compter son incapacité chronique à s’imposer en Grand-Chelem où il a perdu les trois finales qu’il a disputées. Pour régler ce problème, l’Ecossais a tout récemment engagé Ivan Lendl comme coach. L’ancien n°1 mondial avait perdu ses quatre premières finales avant de réaliser la carrière qu’on lui connaît.

Le cinquième homme

Derrière ce quatuor, l’année 2011 a été le théâtre d’une bataille acharnée pour la cinquième place. Cette bataille se poursuivra cette saison et le vainqueur pourrait même venir faire jeu égal avec les quatre premiers. David Ferrer, actuel cinquième, finaliste à Abu Dhabi et vainqueur à Auckland, mène la danse pour l’instant. Sa victoire en Coupe Davis il y a un peu plus d’un mois lui a apporté une nouvelle dimension même si on l’imagine encore mal prétendre à un titre en Grand-Chelem.

Le sixième joueur à l’ATP, Jo-Wilfried Tsonga, sort d’une très bonne fin de saison 2011 et vient de s’imposer à Doha (certes sans rencontrer de grand joueur). Finaliste à Melbourne en 2008, il aime la surface et les conditions de jeu australiennes. S’il ne se blesse pas, il sera peut-être l’homme de la saison. La remarque peut aussi être appliquée pour sa victime en finale au Qatar, Gaël Monfils, qui avait battu Nadal en demi.

Tomas Berdych, n°7 mondial, est en forme également. Il a permis à son pays de remporter la Hopman Cup grâce à ses quatre victoires en quatre matchs de simple. Juan-Martin Del Potro n’est que 11e pour l’instant mais beaucoup voient en lui le cinquième homme de l’année. Il a toutefois été battu dès les quarts à Sydney.

D’autres joueurs peuvent créer des surprises sans pour autant prétendre à la victoire finale. C’est le cas de Janko Tipsarevic et de Milos Raonic, respectivement finaliste et vainqueur à Chennai. Alexandr Dolgopolov, découvert il y a un an lorsqu’il avait atteint les quarts de finale à Melbourne, sera également très attendu. D’autant qu’il est en forme comme le prouve sa finale à Brisbane. Enfin le Japonais Kei Nishikori, auteur d’une remarquable fin de saison 2011, cherchera à réaliser un grand coup dans cet officieux « Grand-Chelem de l’Asie-Pacifique ».

Kvitova favorite

Deuxième mondiale après sa victoire au Masters, Petra Kvitova sera la favorite du tableau féminin. Tout comme Berdych, elle a terminé la Hopman Cup invaincue en simple et sa défaite en demi-finale à Sydney n’est pas trop grave. Elle aura l’avantage d’avoir déjà remporté un tournoi du Grand-Chelem puisqu’elle s’est imposée à Wimbledon il y a 8 mois. Elle pourrait atteindre la première place mondiale après Melbourne puisque 300 points seulement la sépare de Caroline Wozniacki, demi-finaliste il y a un an.

La Danoise a effectué une opération séduction en donnant beaucoup de sa personne durant les exhibitions hivernales (les vidéos sont facilement trouvables sur youtube) mais elle ne convainc toujours pas sur le terrain. Battue par Kvitova en Fed Cup, elle a disparu dès son deuxième tour à Sydney. Sa première place est plus que vacillante et seule une première victoire en Grand-Chelem fera taire les critiques. La remarque est la même pour Viktoria Azarenka, un an plus âgée que Wozniacki et qui cale toujours dans les grands tournois. La Biélorusse a pourtant tout pour s’imposer.Son titre à Sydney doit toutefois lui avoir ouvert l'appétit.

Les plus grandes adversaires de ce Top 3 devraient être Serena Williams et Kim Clijsters, du moins si leurs physiques le leur permettent. Lorsqu’elles sont en forme, elles dominent souvent leurs jeunes rivales, comme le prouve encore la victoire de Kim à Melbourne il y a un an. Mais les blessures se multiplient pour les anciennes n°1. A Brisbane, elles ont de nouveau toutes les deux été contraintes de jeter l’éponge. Bien qu’âgée seulement de 24 ans, Maria Sharapova est dans la même situation. De retour à son meilleur niveau début 2011, elle n’a joué que trois matchs depuis l’US Open en raison d’une blessure à la cheville.

Li Na, finaliste surprise il y a un an et finaliste à Sydney cette semaine pourrait venir mettre tout le monde d’accord. De même que Sam Stosur, vainqueur de son premier Grand Chelem lors du dernier US Open. Mais l’Australienne peine à briller devant son public ces dernières années. Agnieszka Radwanska, Vera Zvonareva, Marion Bartoli et beaucoup d’autres comptent au nombre des outsiders susceptibles de créer des surprises.

Le retour de Yanina

C’est d’ailleurs le cas de Yanina Wickmayer. Blessée durant les six derniers mois de 2011, l’Anversoise est redescendue à la 29e place mondiale. Mais elle semble débarrassée de ses ennuis de santé comme le prouve sa finale à Hobart. Elle aime l’Australie et sera notre meilleure chance de réussite après Kim. Son tableau est ouvert mais elle devra se faire violence pour prendre le meilleur sur Agnieszka Radwanska, l'une de ses bêtes noires, au troisième tour.

Nouveau numéro un Belge après sa finale à Auckland, Olivier Rochus a fait le plein de confiance en ce début d'année. S'il franchi le premier écueil, le qualifié Bjorn Phau, il aura la lourde tâche d'affronter Tomas Berdych. Match difficile en perspective et la fatigue accumulée en Nouvelle-Zélande pourrait peser lourd.

Xavier Malisse n'a pas réussi son début de saison. Il a heureusement hérité d'un des derniers entrant direct au premier tour. Mais c'est Andy Murray qui l'attend dès le deuxième. Blessé lors de son premier tournoi de la saison à Chennai, Steve Darcis arrive un peu dans l'inconnu à Melbourne. Pouvoir y pratiquer son meilleur tennis sans bobos serait déjà une réussite.