Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | Belgian Circuit
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

L’Année 2011 au masculin (2e partie)

Juillet

Novak Djokovic (n°2) ne subit pas trop longtemps le contrecoup de sa défaite en demi-finale de Roland-Garros. Un mois plus tard, il remporte le troisième titre du Grand-Chelem de sa carrière (et le deuxième cette année) à Wimbledon. Il grimpe par la même occasion à la première place de la hiérarchie mondiale en détrônant Rafael Nadal (n°1), son adversaire en finale. Tracassé toute la quinzaine par de petits soucis physiques, l’Espagnol cède un set à Juan Martin Del Potro (n°24), Mardy Fish (n°10) et Andy Murray (n°4). Djokovic, de son côté, est surtout inquiété en demi-finale par Jo-Wilfried Tsonga (n°12), étonnant vainqueur de Roger Federer (n°3) en quart. Il cède aussi un set à Marcos Baghdatis (n°32) au troisième tour et à Bernard Tomic en quart. Le jeune Australien est la révélation de l’épreuve. Il sort Nikolay Davydenko (n°29), Igor Andreev, Robin Soderling (n°5) et Xavier Malisse.
Xavier est le meilleur Belge du tableau. Il signe d’ailleurs son premier huitième de finale en Grand-Chelem depuis l’US Open 2005 ! Au passage, il prend la mesure de Florian Mayer (n°20) et de Jurgen Melzer (n°11). Olivier Rochus peine à remporter son premier match contre un qualifié. Lors du deuxième, il sort un excellent premier set face à Del Potro avant de sombrer dans les trois suivants. Ruben Bemelmans sort des qualifications pour la première fois de sa carrière.
La grosse surprise des quarts de finale de Coupe Davis vient d’Austin, au Texas. L’Espagne, pourtant privée de Rafael Nadal, déjoue le piège américain en grande partie grâce à David Ferrer. Le joueur de Valence bat Andy Roddick le premier jour avant d’offrir le point de la victoire face à Mardy Fish le dimanche. Pas mal pour un jour d’habitude peu à l’aise en salle. Feliciano Lopez avait apporté le premier point en prenant la mesure de Mardy Fish 8/6 au cinquième set. En demi-finale, l’Espagne retrouvera la France, facile vainqueur de l’Allemagne. La Serbie et l’Argentine remportent sans trembler leur quart de finale face à la Suède et le Kazakhstan.
Le circuit s’accorde un détour par la terre-battue européenne avec, entre autre, le tournoi ATP 500 d’Hambourg. C’est Gilles Simon (n°5) qui s’y impose au détriment de Nicolas Almagro (n°3). Les deux joueurs avaient respectivement battu Mikhail Youzhny (n°4) et Fernando Verdasco (n°8) en demi.

Août

Le tournoi de Washington voit la victoire du revenant Radek Stepanek face à Gaël Monfils (n°1) en finale. Le Tchèque met fin aux espoirs de l’Américain Donald Young en demi. Monfils, pour sa part, vient à bout de John Isner (n°11) au tie-break du dernier set.
Novak Djokovic ne rate pas sa première apparition en tant que n°1 mondial (il n’avait joué que le double en Coupe Davis). Il s’impose au Masters 1000 de Montréal en battant Mardy Fish (n°6) en trois sets en finale. Après avoir dominé Marin Cilic et Gaël Monfils (n°5), le Serbe profite de l’abandon de Jo-Wilfried Tsonga (n°13) en demi. Fish se glisse sans un tableau bien dégagé et bat Ernests Gulbis, Stanislas Wawrinka (n°14) et Janko Tipsarevic. Ce dernier atteignait là sa première demi-finale en Masters 1000. Plusieurs grosses surprises émaillent le tournoi. Rafael Nadal (n°2) est surpris d’entrée par le Croate Ivan Dodig au tie-break du dernier set. Andy Murray (n°4) est largement dominé au même tour par le Sud-Africain Kevin Anderson. Enfin, comme à Wimbledon, Roger Federer (n°3) est dominé par Tsonga.
Novak Djokovic (n°1) est à nouveau en finale à Cincinnati (sa sixième en Masters 1000 en 2011 !) mais il y est contraint à l’abandon à cause d’une épaule douloureuse. C’est donc Andy Murray (n°4) qui s’envole vers la victoire et son sixième titre à ce niveau. Vainqueur de Gaël Monfils (n°6) en quart, Djokovic est pourtant épargné lors de sa demi-finale, interrompue après un set suite à la blessure de Tomas Berdych (n°8). Dans le même temps, Murray se débarrasse de Gilles Simon (n°10) et de Mardy Fish (n°7). Ce dernier crée l’exploit de la semaine en sortant Rafael Nadal (n°2) en quart. Roger Federer (n°3) est battu par Berdych au même stade.

Septembre

Arrivé à l’US Open dans l’inconnu suite à cette blessure, Novak Djokovic maintient son emprise sur le circuit en y signant un petit chelem au forceps. Il est d’abord bousculé pendant deux sets en quart de finale par son compatriote Janko Tipsarevic (n°20) avant que celui-ci n’abandonne. Ensuite, il prend sa revanche de Roland-Garros en dominant Roger Federer après avoir sauvé deux balles de match (exactement comme en 2010). Il réserve son meilleur tennis en finale pour dominer Rafael Nadal (n°2) dans un match de très grande qualité. L’Espagnol, assez inconstant tout l’été, retrouve son meilleur niveau pour dominer successivement David Nalbandian,  Gilles Muller, Andy Roddick (n°22) et Andy Murray (n°4).
Les Américains retrouvent un petit peu le sourire en plaçant deux des leurs en quart de finale. Roddick domine David Ferrer (n°5) en huitième alors que John Isner (n°28) se défait de Gilles Simon (n°11). Un autre joueur local, Donald Young, se hisse en huitième après un marathon face à Stanislas Wawrinka (conclu au tie-break du dernier set).
Xavier Malisse, inexistant face à Marcel Granollers (n°31), et Olivier Rochus, vaincu en trois sets par le qualifié Jean-René Lisnard, déçoivent au premier tour. Steve Darcis franchit ce cap en remontant un handicap de deux manches face à  Dmitry Tursunov mais est ensuite dominé par Juan Ignacio Chela (n°24).
Disputées seulement quatre jours après la finale de l’US Open (reportée au lundi pour cause de pluie), les demi-finales de la Coupe Davis sont marquées par la fatigue de nombreux joueurs. Pas de Rafael Nadal qui humilie les Français Richard Gasquet et Joe-Wilfried Tsonga. A deux, ils ne remportent que 10 jeux en six sets. Le troisième point, qui propulse l’Espagne en finale pour la sixième fois en douze ans, est apporté par David Ferrer qui ne fait également qu’une bouchée de Gilles Simon. L’adversaire des ibères sera l’Argentine qui vient à bout de la Serbie en déplacement. Pas encore remis du déplacement, Novak Djokovic ne débute que le dimanche face à Juan Martin Del Potro. Il se blesse au bout d’un set et demi et doit jeter l’éponge quelques minutes plus tard, précipitant ainsi la défaite de son équipe, tenante du titre. Del Potro et David Nalbandian avait remporté leur deux simples le vendredi face à Janko Tipsarevic et Viktor Troicki, avant que le double serbe ne relance le suspense… en vain.
Malgré une très belle victoire de Steve Darcis face à Jurgen Melzer le premier jour, la Belgique sombre face à l’Autriche en match de barrage. Xavier Malisse est inexistant le premier jour et Olivier Rochus est également battu en trois sets par Melzer le dimanche. Le plus beau match du week-end a lieu aux antipodes où la Suisse vient à bout de l’Australie sur gazon. Battu par Bernard Tomic le vendredi, Stanislas Wawrinka se rattrape en venant à bout en cinq sets de Lleyton Hewitt lors du dernier match (conclu le lundi). La République Tchèque, la Russie, le Canada, la Croatie, l’Italie et le Japon retrouvent le Groupe Mondial. Le pays du soleil levant n’y avait plus goûté depuis 1985 !

Octobre

En octobre, deux tournois 500 se disputent simultanément en Asie à Tokyo et à Pékin. En Chine, la victoire revient à Tomas Berdych (n°3). Le Tchèque, en manque de résultats depuis plusieurs semaines, bat en demi-finale Jo-Wilfried Tsonga (n°1), un rival direct dans la course au Masters. En finale, il dispose de Marin Cilic, tombeur de son compatriote Ivan Ljubicic en demi.
Au Japon, Andy Murray (n°2) remonte un handicap d’un set pour battre Rafael Nadal (n°1) en finale. L’Ecossais restait sur trois défaites amères face à l’Espagnol lors des demi-finales des trois derniers Grand-Chelems. En demi, il domine facilement David Ferrer (n°3) alors que Nadal se débarrassait de Mardy Fish (n°4).
Andy Murray (n°2) confirme sa forme éclatante la semaine suivante en remportant l’avant dernier Masters 1000 de la saison à Shanghai. En finale, il prend une nouvelle fois la mesure en deux sets de David Ferrer (n°3). Auparavant, il battait Stanislas Wawrinka (n°13) et les deux révélations du tournoi : Matthew Ebden et Kei Nishikori. Le premier sort des qualifications et se hisse en quart de finale en battant notamment Gilles Simon (n°8). Le second terrasse Jo-Wilfried Tsonga (n°4) et Alexandr Dolgopolov (n°12) pour atteindre sa première demi-finale dans un tournoi de ce niveau. Ferrer, de son côté, bat Juan Carlos Ferrero, Andy Roddick (n°10) et Feliciano Lopez. La surprise de la semaine est la défaite de Rafael Nadal face à Florian Mayer (n°15) au troisième tour.

Novembre

Si Murray domine la tournée asiatique, c’est Federer (n°3) qui sort grand vainqueur de la fin de saison européenne. Il s’impose d’abord chez lui, à Bâle, en battant son compatriote Stanislas Wawrinka puis Kei Nishikori qui confirme sa forme ascendante. Le Japonais domine le n°1 mondial Novak Djokovic (n°1) en demi. La même semaine, Marcel Granollers crée la surprise en s’imposant à Valence. Il domine Juan-Martin Del Potro (n°6) en demi et Juan Monaco en finale. L’Argentin, battu au tie-break du dernier set, avait pris la mesure de David Ferrer (n°1) en demi.
Federer (n°3) poursuit sur sa lancée à Paris où il remporte son troisième tournoi de la saison, le premier en Masters 1000, et ce sans perdre un set. Il domine notamment Richard Gasquet (n°16), Tomas Berdych (n°5) et Jo-Wilfried Tsonga (n°6). Le Français bénéficie du forfait de Novak Djokovic (n°1) en quart et s’en sort de justesse face à John Isner en demi. L’Américain est venu à bout de David Ferrer (n°4) en quart. Andy Murray (n°2) subit la loi de Berdych au même stade alors que Mardy Fish (n°7) est contraint à l’abandon face à Monaco un tour plus tôt.
Cette fin de saison est vraiment marquée par la domination de Roger Federer qui s’impose au Masters pour la sixième fois (record absolu). Parfois inconstant, le Suisse réalise toutefois un match parfait en poule face à un Rafael Nadal affaibli. Il bat ensuite David Ferrer en demi avant de vaincre la détermination de Jo-Wilfried Tsonga en finale, comme à Paris. Ce dernier, également victorieux face à Nadal en poule, bat Tomas Berdych en demi-finale. Novak Djokovic, le n°1 mondial, termine la saison sur les rotules et subit la loi de David Ferrer et de son compatriote Janko Tipsarevic en poule. Andy Murray, diminué par une blessure, jette l’éponge après son premier match. Le Masters de double est remporté par la paire formée par Max Mirnyi et Daniel Nestor. Le Canadien devient le premier joueur à remporter quatre fois l’épreuve.

Décembre

Si Rafael Nadal est apparu amoindri en fin de saison, physiquement surtout, il reprend du poil de la bête pour la finale de Coupe Davis. Sa victoire en trois sets très secs face à Juan Monaco lors du premier match lance l’Espagne vers sa cinquième victoire en douze éditions (et la troisième en quatre ans). David Ferrer remporte ensuite le match clef de la rencontre. Après 4h46 d’une partie épique, riche en rebondissements, le n°5 mondial vient à bout de Juan Martin Del Potro.
Le samedi, le double espagnol démontre une nouvelle fois qu’il est le maillon faible de cette équipe. Face à David Nalbandian et Eduardo Schwank, Fernando Verdasco et Feliciano Lopez sont largement dominés comme ils l’avaient déjà été en demi-finale contre la France. C’est donc à Rafael Nadal que revient l’honneur d’apporter le point décisif face à Del Potro. Il a tout de même besoin de plus de quatre heures pour venir à bout du tenace argentin qui menait pourtant par un set et un break. Nadal est directement impliqué dans trois des cinq titres ibères. En 2008, il avait participé à la qualification mais était absent pour la finale… en Argentine.