Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | National
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours


Les favoris pour Wimbledon

 

Même s’il a un peu (tout est relatif) moins bien joué depuis un an, Roger Federer reste favori de « son » Wimbledon. Nadal, Djokovic et Murray seront toutefois des prétendants plus que sérieux. Dans le tableau final, le retour des sœurs Williams devrait bouleverser la hiérarchie mondiale actuelle.

Cinq tournois du Grand-Chelem de suite sans titre pour Roger Federer, voilà qui n’est plus arrivé depuis son premier succès dans un « Major », il y a 8 ans. Le Suisse, c’est une évidence, ne domine plus le circuit. Il n’en est pas pour autant « fini » comme beaucoup le pense. Il reste rarement battu avant les demi-finales des tournois qu’il dispute et met régulièrement en difficulté les deux joueurs qui le précèdent au classement.

Son parcours à Roland-Garros où il a dominé Novak Djokovic et a fait quasiment jeu égal avec son meilleur ennemi Rafael Nadal lui a sûrement fait du bien mentalement. Sur gazon, une surface où il possède plus d’armes que ses deux rivaux, il sait qu’il partira avec un avantage. L’homme aux 16 Grands-Chelems dont six Wimbledon sera donc le favori de l’épreuve.

Mais Rafael Nadal aime cette position d’outsider et il a appris à dompter le gazon. Deux fois vainqueur et deux fois finaliste à Wimbledon, il n’y a plus été battu par un autre que Federer depuis 2005. Il est donc incontestablement le deuxième meilleur joueur sur cette surface de ces cinq dernières années. Ses résultats depuis le début de l’année, en dehors de la terre-battue, sont toutefois un rien moins bons qu’en 2010 (il faut dire qu’il avait placé la barre très haut). Ce ne serait donc pas si surprenant qu’il ne parvienne pas en finale.

Septante-cinq ans

Novak Djokovic a été incroyablement dominateur au début de la saison, alignant 44 matchs consécutifs et s’approchant à un cheveu de la première place mondiale. Il deviendra d’ailleurs n°1 le 4 juillet si Nadal ne confirme pas son titre. Le gazon n’a toutefois jamais été sa meilleure surface et il sera intéressant de voir comment il a digéré sa défaite contre Federer à Roland-Garros.

Andy Murray pourrait donc être le plus dangereux des adversaires pour Federer et Nadal. L’Ecossais, double vainqueur au Queen’s, sait comment jouer sur herbe. Lors des trois dernières éditions de Wimbledon, il a calé dès sa première rencontre face à un favori, comme écrasé par la pression imposée par le public et surtout par la presse locale. C’est que la dernière victoire Britannique (obtenue par Fred Perry) date d’il y a 75 ans. Mais Murray a mûri ces derniers mois. Il pourrait donc cette fois mieux gérer l’événement et aller au bout.

Un grand nombre de prétendant aux accessits se bousculeront à « Church Road » mais leurs chances de victoire finale sont très maigres. Robin Soderling, n°5 mondial, peut se montrer efficace sur gazon, tout comme Joe-Wilfried Tsonga, Jurgen Melzer, Stanislas Wawrinka, Milos Raonic ou Richard Gasquet. Ce sera par contre plus difficile pour le finaliste 2010, Tomas Berdych, en grande perte de vitesse depuis son exploit de l’an passé.

Quasiment invisibles à Paris, les Américains auront à cœur de prendre leur revanche. En particulier Andy Roddick, trois fois finaliste de l’épreuve, qui se sent comme chez lui à Wimbledon. Il y aura aussi l’implacable machine à aces John Isner, auteur d’un match marathon improbable de plus de 11h au premier tour l’an dernier face à Nicolas Mahut. Par un hasard des plus incroyables, les deux hommes se retrouvent au premier tour cette année.

Vers une finale de Williams ?

Après un an d’absence (où de quasi absence dans le cas de Venus), les sœurs Williams sont de retour sur le circuit et ça va changer pas mal de chose. A Eastbourne, même si elles n’ont pas atteint les demi-finales, elles ont déjà prouvé qu’elles n’étaient pas loin des meilleures. Et il est inutile de rappeler leur incroyable capacité à élever leur niveau de jeu dans les grandes épreuves. Parmi celles-ci, Wimbledon tient une place particulière pour elle. Elles se sont partagé neuf des onze dernières éditions et ont disputé quatre finales l’une contre l’autre (2002, 2003, 2008 et 2009). Vu la faiblesse actuelle du circuit féminin, elles n’auront aucune difficulté à rejouer les premiers rôles dès aujourd’hui.

Qui peut vraiment prétendre leur barrer la route en l’absence de Kim Clijsters ? Caroline Wozniacki, qui a prouvé une nouvelle fois à Paris qu’elle n’était pas prête, mentalement, pour les grands titres ? Vera Zvonareva, qui souffle le chaud et le froid depuis plusieurs mois ? Li Na, épatante vainqueur de Roland-Garros mais qui manque de références sur gazon ? Viktoria Azarenka, une nouvelle fois blessée à l’entame d’un tournoi majeur ? Maria Sharapova, lauréate en 2004 mais qui n’a plus atteint les quarts de finale depuis cinq ans ?

La surprise pourrait plutôt venir de plus loin. Le slice de Francesca Schiavone peut faire mal sur herbe, de même que le service de Sam Stosur. Marion Bartoli a atteint la finale en 2007 et est très en forme depuis le début de l’année. Quant à Petra Kvitova, elle a débuté sa formidable ascension vers le Top 10 en atteignant les demi-finales il y a un an. Les jeunes Allemandes Andrea Petkovic, Julia Goerges et Sabine Lisicki devront aussi être gardées à l’oeil.

Bon tirage belge

Côté Belges, le tirage n’a pas été trop défavorable. Olivier Rochus disputera son premier match face à un qualifié avant d’affronter Juan-Martin Del Potro qui n’a pas trop la main verte. Xavier Malisse affrontera l’Allemand Zverev puis sans doute son compatriote Mayer. Un tableau à sa portée. Enfin, Ruben Bemelmans s’est brillamment extirpé des qualifications pour la première fois de sa carrière en Grand-Chelem. En attendant qu’il soit, peut-être, imité par David Goffin.

Chez les filles, en l’absence de Kim Clijsters, c’est Yanina Wickmayer qui portera tous les espoirs de notre délégation. Tête de série n°19, elle pourrait rencontrer Svetlana Kuznetsova au troisième tour et, en cas de victoire, Petre Kvitova en huitième. On suivra également le parcours de Kirsten Flipkens, toujours à l’aise sur herbe. Elle a malheureusement un premier tour difficile à négocier face à Shuaï Peng.