Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | Belgian Circuit
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours


Les favoris pour Roland

 

Pour la première fois depuis huit ans, Roger Federer ne sera pas un des deux grands favoris au titre lors d’un Grand-Chelem. Son rôle est repris par Novak Djokovic, toujours invaincu cette année. Chez les filles, bien malin qui peut donner avec certitude le nom de la future lauréate.

Quarante ! C’est le nombre de victoires consécutives de Novak Djokovic depuis la finale de la Coupe Davis. Le Serbe a signé sept succès sur le circuit depuis janvier dont cinq des six plus gros titres : l’Open d’Australie, Indian Wells, Miami, Madrid et Rome. Le sixième, à Monte-Carlo, s’était disputé sans « Nole ». Ces statistiques impressionnantes montrent à quel point Djokovic domine le circuit mondial actuellement.

Déjà vainqueur deux fois en Australie, il sait comment gérer la pression de l’événement. Il pourrait toutefois craquer physiquement sur terre-battue, en cinq sets et après une telle série. On sait que la résistance physique n’a pas toujours été son point fort depuis ses débuts. Mais ses progrès dans ce domaine sont énormes comme il l’a bien montré en dominant le roi Nadal à Madrid et Rome.

Pour beaucoup, il était évident que l’Espagnol reprendrait le contrôle du circuit dès le retour sur terre. Et pourtant, le n°1 mondial a perdu quatre fois contre son dauphin en deux mois. Les chances sont grandes de le voir perdre son trône au terme de la quinzaine. Il est obligé d’atteindre au moins les demi-finales pour le garder et pourrait même redevenir n°2 en cas de victoire si le Serbe atteint la finale.

Mais le taureau de Manacor a certainement soif de revanche. Et il échangera sans regret sa première place contre un nouveau sacre dans son jardin parisien. D’autant que ce sixième titre lui permettrait de rejoindre Bjorn Borg au sommet du palmarès de l’épreuve. Vainqueur à Monte-Carlo et Barcelone et finaliste à Madrid et Rome, il n’est vraiment pas loin de son rival et le face-à-face à distance des deux joueurs pendant quinze jours s’annonce passionnant.

Murray en troisième homme ?

Repoussé à la troisième place l’été dernier pour la première fois depuis fin 2003, Roger Federer a semblé retrouver son meilleur niveau lors de la fin de saison avec un succès au Masters à la clef. Mais depuis le début de l’année, le Suisse a clairement marqué le pas. Battu seulement par Djokovic ou Nadal durant l’hiver, il a subi quelques défaites inquiétantes sur terre-battue. Sur cette surface qui lui pose toujours tant de problème, il a de grandes chances de voir s’arrêter sa série de 32 quarts de finale successifs en Grand-Chelems

Le principal adversaire de Nadal et Djokovic pourrait dès lors s’appeler Andy Murray. Après sa finale perdue à l’Open d’Australie, l’Ecossais est passé par une période sombre durant laquelle il a perdu trois fois de suite dès son premier tour, à Indian Wells et Miami notamment. A tel point que personne n’a remarqué son bon parcours sur terre à Monte-Carlo (où il a pris une manche à Nadal) et à Rome (où il a poussé Djokovic au tie-break du dernier set). Attention à lui donc.

En vrai spécialiste de la terre-battue, David Ferrer devra également être surveillé de près. Finaliste à Monte-Carlo et Barcelone, il a encore pris un set à Djokovic à Madrid. Mais paradoxalement, ses performances à Roland-Garros ont rarement été impressionnantes. Tout le contraire de Robin Soderling. Le finaliste des deux dernières éditions est en panne de résultats depuis deux mois mais il retrouve vite ses marques à la Porte d’Auteuil. Le retour de Juan-Martin Del Potro à Roland-Garros, deux ans après sa superbe demi-finale contre Federer sera également très intéressant. Il a aligné les performances de choix en ce début d’année, passant de la 259e à la 27e place en quatre mois. Mais il s’est blessé à Madrid et risque d’arriver en manque de préparation. S’il est remis, il sera un réel danger pour Djokovic qu’il doit rencontrer au 3e tour.

Enfin, l’armada française n’a sans doute jamais été aussi dangereuse à l’entame de « son » Grand-Chelem avec cinq joueurs classés tête de série. Les espoirs du public reposeront surtout sur Gaël Monfils, récemment blessé mais toujours motivé à Paris, et Richard Gasquet, vainqueur de Federer à Rome. Pas sûr toutefois que ce soit suffisant pour venir à bout de Djokovic ou de Nadal.

Des surprises chez les filles

Le tableau féminin sera certainement plus ouvert et il se pourrait bien qu’il sacre une joueuse dont le palmarès en Grand-Chelem est encore vierge. Comme l’an dernier, les deux grands tournois de préparation à Roland-Garros ont échappé aux leaders du circuit. Blessée au début du printemps, Kim Clijsters n’a même pas pu y prendre part et arrivera sans repères à la Porte d’Auteuil.

Le manque de matchs de la Belge pourrait profiter à Caroline Wozniacki, n°1 mondiale, ou à Vera Zvonareva, finaliste à Wimbledon et à l’US Open en 2010. Mais ces deux joueuses, toujours à la recherche d’un premier titre en Grand-Chelem, n’ont pas été dominatrices en l’absence de leur principale rivale.

Il ne serait dès lors pas si étonnant de voir la surprenante vainqueur 2010, Francesca Schiavone, reconduire son titre. La Milanaise, alors 17e mondiale, a épaté tout le monde en soulevant le trophée il y a un an. Mais pour beaucoup, il s’agissait là d’un chant du cygne pour une joueuse de 30 ans. Or, elle a prouvé, notamment lors de son beau parcours australien, que sa place parmi dans le Top 5 actuel n’était pas usurpée.

Maria Sharapova arrivera également avec un moral au beau fixe. En délicatesse avec son tennis depuis de nombreux mois, elle s’est imposée à Rome en battant trois Top 10. Pourtant, la terre-battue n’est pas sa meilleure surface et elle a rarement brillé à Paris. Victorieuse à Miami et Marbella et finaliste à Madrid, Vika Azarenka pointe désormais à la quatrième place et pourrait bien décrocher ce premier titre en Grand-Chelem qu’on lui promet depuis ses débuts sur le circuit. Mais elle s’est blessée à Rome et pourrait ne pas être remise à temps.

Deux jeunes joueuses ont également percé lors de la tournée sur terre. Petra Kvitova, dèja en net progrès à la fin de l’année dernière, a fait son entrée dans le Top 10 à la faveur de sa victoire à Madrid (face à Azarenka). Quant à Julia Goerges, elle s’est imposée devant son public à Stuttgart en battant Wozniacki avant de battre une nouvelle fois la n°1 mondiale à Madrid. Ces deux-là seront à surveiller de très près.

Des Belges pas au top

Le tirage au sort a un peu épargné les Belges puisqu’aucun ne devra affronter de tête de série. Pour autant, les raisons de se réjouir ne sont pas légions. Chez les filles, Kim Clijsters, on l’a dit, sera à court de match. Yanina Wickmayer, notre autre meilleur espoir dans ce tournoi, s’est blessée à Bruxelles. Sa participation au tournoi risque d’être remise en cause. Quant à Kirsten Flipkens, elle vient de perdre quatre matchs d’affilée et son moral est au plus bas.

Chez les garçons, Xavier Malisse a réussi deux bons tournois à Madrid et Rome. S’il franchit le premier tour, il devrait rencontrer Fernando Verdasco, son bourreau en Coupe Davis. L’Espagnol est toutefois à la recherche de son niveau depuis le début de la saison sur terre et une surprise n’est pas impossible. Olivier Rochus a également un tableau à sa portée mais ses derniers résultats n’incitent pas à la confiance. Enfin, Steve Darcis a réussi à sortir des qualifications ce qui est déjà une première bonne nouvelle pour un joueur qui s’était blessé au plus mauvais moment de sa préparation. Il rencontrera au premier tour le Français Llodra, 22e tête de série.