Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | Belgian Circuit
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

L’Année 2010 au masculin (2e partie)

Juillet

Absent de Wimbledon en 2009 pour soigner ses genoux, Rafael Nadal (n°2) s’y impose pour la deuxième fois et réalise donc pour la deuxième fois le double Paris-Londres après 2008 (Federer l’avait réussi en 2009). L’Espagnol est pourtant malmené à plusieurs reprises, notamment en première semaine par Robin Haase puis par Philipp Petzschner qui, tous les deux, ont mené deux sets à un. En fin de tournoi, seul Soderling (n°6) lui prend encore une manche en quart.
En finale, Tomas Berdych (n°12) est trop stressé par l’enjeu pour lui offrir une réelle résistance. Le Tchèque confirme toutefois sont excellent Roland-Garros. Tombeur de Novak Djokovic (n°3 en demi), il se permet même, en quart de finale,  d’éliminer le maître des lieux, Roger Federer (n°1).
Andy Murray (n°4) est une nouvelle fois l’attraction du public. Plus solide que les dernières années en première semaine, il s’écroule néanmoins totalement en demi face à Nadal. Andy Roddick (n°6), le finaliste malheureux en 2009, est surpris en quart de finale par l’étonnant Taïwanais Yen-Hsun Lu.
Mais l’événement du tournoi a lieu dès le premier tour, sur un tout petit court. Le match entre le spécialiste du gazon Nicolas Mahut et le gros serveur John Isner va entrer dans l’histoire du tournoi et même du sport. Incapables de se départager, les deux joueurs repoussent les limites de l’imaginable et battent tous les records. C’est Isner qui a finalement le dernier mot au bout de plus de 11 heures de jeux réparties sur trois jours. Le score du dernier set : 70/68 (8h11 pour cette seule cinquième manche). Au total, 980 points ont été disputés dont 216 aces.
L’Argentine crée la surprise en quart de finale de la Coupe Davis en dominant la Russie, chez elle à Moscou. C’est David Nalbandian le grand artisan de cette victoire. De retour de blessure après trois mois d’absence, il remporte ses deux matchs face à Nikolay Davydenko et Mikhail Youzhny. La France profite de l’absence de Rafael Nadal pour disposer de l’Espagne 5/0. Le duel entre la Croatie et la Serbie tourne rapidement à l’avantage de ces derniers. Enfin, sans Tomas Berdych, ni Radek Stepanek, la République tchèque domine l’équipe chilienne, privée de Fernando Gonzalez.
Andrei Goloubev remporte son premier titre ATP au tournoi 500 de Hambourg. En finale, le Kazakhe non tête de série domine Jurgen Melzer (n°3).

Août

David Nalbandian confirme son retour au premier plan. Bénéficiaire d’une wild-card, il remporte à Washington le onzième titre de sa carrière. En finale, il prend la mesure d’un autre revenant, Marcos Baghdatis (n°8). Xavier Malisse atteint une belle demi-finale après un succès sur Tomas Berdych (n°1).
Andy Murray semble avoir bien digéré sa désillusion de Wimbledon. Tête de série n°4, il remporte le Masters 1000 de Toronto en dominant successivement Rafael Nadal (n°1) en demi et Roger Federer (n°3) en finale et à chaque fois en deux sets. Le Suisse avait pris sa revanche sur Tomas Berdych (n°7) en quart avant de battre Novak Djokovic (n°2) en demi. Les deux matchs ont été très longs et ont peut-être usé Federer avant la finale. David Nalbandian confirme sa forme en atteignant les quarts après un succès sur Robin Soderling (n°5).
En net déclin à Roland-Garros et Wimbledon, Roger Federer (n°3) s’impose à Cincinnati et soulève son 17e trophée « Masters 1000 » (anciennement Masters Series). En finale, il doit toutefois s’employer pour venir à bout du surprenant Mardy Fish. Ce dernier a successivement battu Fernando Verdasco (n°8), Richard Gasquet, Andy Murray (n°4) et Andy Roddick (n°9) pour atteindre sa deuxième finale dans l’Ohio (après 2003). Marcos Baghdatis crée la sensation de ce tournoi en prenant la mesure de Rafael Nadal (n°1) en quart.  Il avait déjà battu Tomas Berdych (n°7) au tour précédant.

Septembre

L’année 2010 est définitivement celle de Rafael Nadal. Déjà vainqueur de Roland-Garros et de Wimbledon, il réussit enfin à remporter l’US Open, le seul tournoi du Grand Chelem qui manquait à son palmarès. Et par la même occasion, il réalise un triplé que plus personne n’avait fait depuis le Grand-Chelem de Rod Laver en 1969. Comme depuis quatre mois, l’Espagnol ne fait pas dans le détail. Seul un Novak Djokovic (n°3) très motivé parvient à lui prendre un set en finale.
Ce dernier retrouve la finale de l’US Open, trois ans après sa première finale majeure. En demi-finale, il réalise un joli retournement de situation pour battre Roger Federer (n°2) non sans avoir sauvé une balle de match au cinquième set.
Mikhail Youzhny (n°12) se hisse en demi-finale comme en 2006. Il élimine notamment John Isner et Stanislas Wawrinka. Celui-ci avait pris la mesure d’Andy Murray (n°4), l’un des grands favoris, avant de se hisser en quart où il mène encore deux sets à un contre Youzhny. Tomas Berdych (n°7) est surpris d’entrée par Mikael Llodra.
La Serbie va disputer la première finale de Coupe Davis de son histoire. En demi, elle revient de loin face à la République tchèque qui a pourtant mené deux à un. L’absence, le premier jour, de Novak Djokovic n’a pas aidé Tomas Berdych qui s’est incliné en quatre sets face à Janko Tipsarevic. Ce dernier est d’ailleurs le grand héros de la rencontre puisque c’est lui qui apporte le point final face à Radek Stepanek. L’autre demi-finale tourne court. Malgré le retour de David Nalbandian, l’Argentine prend l’eau face à une équipe de France solide.
En barrage, la Belgique accroche son ticket pour le Groupe Mondial 2011 en allant battre l’Australie sur son propre terrain. Olivier Rochus gagne ses deux simples et bénéficie d’un petit coup de pouce avec le forfait de Lleyton Hewitt le dimanche. Mais c’est Steve Darcis, blessé le premier jour, qui empoche le cinquième match. L’Autriche, les Etats-Unis, l’Allemagne, la Suède, l’Inde, le Kazakhstan et la Roumanie obtiennent aussi leur place dans le Groupe Mondial.

Octobre

En octobre, deux tournois 500 se disputent simultanément en Asie à Tokyo et à Pékin. Au Japon, la victoire revient à Rafael Nadal (n°1) qui ne rencontre pas la moindre tête de série sur la route de la finale. Il est toutefois fortement inquiété en demi-finales par le Serbe Viktor Troicki qui ne s’incline qu’au tie-break du dernier set. En finale, il dispose plus facilement de Gaël Monfils (n°5).
A Pékin, Novak Djokovic (n°1) connaît un parcours similaire puisqu’il ne rencontre pas de tête de série avant David Ferrer (n°8), qu’il bat en finale. Andy Murray (n°2) est surpris par Ivan Lubicic en quart de finale.
Le Britannique se reprend lors du Masters 1000 de Shanghai, confirmant ainsi qu’il joue beaucoup mieux dans cette catégorie de tournoi qu’en Grand-Chelem. Tête de série n°4, il s’impose en finale face à Roger Federer (n°3). Le Suisse avait pourtant réalisé un excellent tournoi, dominant en quart Robin Soderling (n°5) et prenant ensuite sa revanche de l’US Open face à Novak Djokovic (n°2). Juan Monaco profite bien d’un tableau dégagé pour se glisser en demi-finale où il ne peut rien contre Murray. Rafael Nadal (n°1) est surpris au troisième tour par Jurgen Melzer.

Novembre

Robin Soderling (n°4) remporte son premier Masters 1000 à Paris en dominant sans trembler le chouchou du public Gaël Monfils. La veille, journée des demi-finales, la salle de Bercy est le théâtre de deux matchs incroyables où le Suédois bat d’abord un étonnant Michaël Llodra en sauvant trois balles de matchs alors que Roger Federer (n°1) laisse passer cinq occasions de conclure et laisse la victoire à Monfils. Llodra crée la sensation du tournoi au troisième tour en battant Novak Djokovic (n°2). Monfils, quant à lui, vient à bout d’Andy Murray (n°3) en quart. Rafael Nadal, blessé, préfère se soigner en prévision du Masters.
C’est d’ailleurs une sage décision de l’Espagnol qui atteint sa première finale lors du « Championnat du Monde ATP ». Mais c’est à la bagarre que Nadal y parvient, remontant une situation difficile contre Andy Roddick le premier jour avant de s’imposer 7/6 au dernier set face à Andy Murray en demi. En finale, il doit céder face à un Roger Federer qui retrouve toute sa superbe lors de ce « tournoi des Maîtres ». Intouchable en poule ainsi qu’en demi-finale contre Novak Djokovic, Roger perd le deuxième set de la finale mais conclut tout de même 6/3-3/6-6/1. Il délivre, tout au long du match et même du tournoi, un tennis de rêve avec une multitude de points gagnants et de montées au filet tranchantes. En double, c’est la paire Nestor / Zimonjic qui remporte le tournoi face à Bhupathi / Mirnyi en finale. Les deux paires s’étaient déjà affrontées lors des matchs de poules avec le même vainqueur. Dick Norman a obtenu sa qualification pour le tournoi in extremis mais a eu la malchance de tomber dans le groupe des deux finalistes.

Décembre

La Serbie remporte la toute première Coupe Davis de son histoire après le cinquième match décisif contre la France. Les deux équipes se retrouvent dos à dos au terme de la première journée qui voit les victoires faciles des deux n°1. Gaël Monfils dispose facilement d’un Janko Tipsarevic fébrile alors que Novak Djokovic ne traîne pas face à Gilles Simon. Le double tourne d’abord à l’avantage des Serbes (Nenad Zimonjic et Viktor Troicki) qui empochent les deux premiers sets avant de laisser Mikael Llodra et Arnaud Clément revenir et s’imposer en cinq sets. Les Français sont alors à un point d’une exceptionnelle victoire à l’extérieur.
Le suspens tourne pourtant assez court le dimanche. Dans le premier match, Novak Djokovic étouffe complètement la puissance de Gaël Monfils. Comme prévu, les capitaines changent alors de deuxième joueur pour opposer deux des joueurs en forme de cette fin de saison. Llodra, qui a été décisif dans le parcours des Français jusque là, va pourtant s’effondrer et laisser la victoire à un impeccable Troicki. Après s’être mutuellement rasé la tête à même le court (pari qu’ils s’étaient fixés en cas de victoire), les joueurs Serbes ont pu célébrer longtemps cette victoire historique auprès de leur public particulièrement chaud.