Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | National
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

L’Année 2010 au masculin (1re partie)

Janvier

Les ennuis de santé de Rafael Nadal ont permis à Roger Federer de se réapproprier la première place mondiale et de battre le record de titre du Grand-Chelem de Pete Sampras en 2009. L’Open d’Australie 2010 poursuit sur cette lancée avec un Nadal (n°2) contraint d’abandonner en quart de finale et un Federer (n°1) impérial tout au long de la quinzaine. Le Suisse est un peu inquiété lors du premier tour face à Igor Andreev qui passe tout près de mener deux sets à un. La suite de son parcours est nettement plus tranquille même s’il perd encore un set face à Nikolay Davydenko (n°6) en quart. Il domine ensuite Jo-Wilfried Tsonga (n°10) et Andy Murray (n°5) en trois manches.
L’Ecossais atteint sa deuxième finale en Grand-Chelem après un parcours très solide. Il prend la mesure de John Isner, bénéficie de l’abandon de Nadal puis met fin au parcours de Marin Cilic (n°14) en demi-finale. Mais comme lors de la finale de l’US Open 2008, il reçoit une leçon du maître Federer.
Cilic est la surprise du tournoi. Il bat successivement Stanislas Wawrinka, Juan Martin Del Potro (n°4) et Andy Roddick (n°7). Cette belle performance lui permet de faire son entrée dans le Top 10. Le Français Tsonga prend la mesure de Nicolas Almagro et surtout de Novak Djokovic (n°3), à chaque fois en cinq sets, avant d’exploser face à Federer en demi. Seule grosse tête de série absente des huitièmes de finale, Robin Soderling (n°8) est surpris au premier tour par l’Espagnol Marcel Granollers alors qu’il avait pourtant remporté les deux premiers sets. Les quatre Belges (Xavier Malisse, Kristof Vliegen, Olivier et Christophe Rochus) sont tous battus au premier tour.

Février

Robin Soderling (n°3) se reprend lors de la tournée européenne en salle en remportant le tournoi de Rotterdam. En finale, il bénéficie de l’abandon de Mikhail Youzhny (n°6) à 6/4-2/0. Les deux ont battu respectivement Nikolay Davydenko (n°2) et Novak Djokovic (n°1) en demi.
A Memphis, la victoire revient à Sam Querrey (n°8), vainqueur de son compatriote John Isner (n°6) au bout d’une finale très longue. Les deux amis se sont ensuite imposés en double. Querrey bat, en quart, le tenant du titre Andy Roddick (n°1).
Novak Djokovic (n°2) conserve son titre à Dubaï mais dans la douleur. Le Serbe remonte un handicap d’un set contre Viktor Troicki, Ivan Ljubicic et Marcos Baghdatis avant de perdre également le second set contre Youzhny (n°7) en finale. Djokovic  menait pourtant d’un set et un break avant que la pluie n’interrompe les débats et que Youzhny ne revienne dans la partie.
Le dernier « ATP 500 » du mois de février voit la victoire de David Ferrer (n°3) sur la terre-battue d’Acapulco. L’Espagnol bat son compatriote Juan-Carlos Ferrero (n°4) en trois sets en finale. Il était auparavant venu à bout de Fernando Gonzalez (n°2) en demi.

Mars

L’Argentine s’en sort au cinquième match de son premier tour de Coupe Davis en allant battre la Suède sur son terrain. Robin Soderling remporte ses deux simples mais il est bien trop isolé pour sauver son équipe. La Serbie crée une demi-surprise en disposant des Etats-Unis, privés d’Andy Roddick et sur terre-battue. La Belgique ne peut pas grand-chose face à la République Tchèque à Bree. L’Espagne, chez elle, domine la Suisse mais ce qui aurait dû être le choc du premier tour se dispute sans les deux premiers mondiaux. Les autres vainqueurs sont le Chili, la Croatie, la France et la Russie (respectivement contre Israël, l’Equateur, l’Inde et l’Allemagne).
Grosse surprise à Indian Wells où le vétéran Ivan Ljubicic (ancien 4e mondial) se rappelle au bon souvenir en gagnant son premier Masters 1000. Classé à la 26e place, il surprend Novak Djokovic (n°2), Rafael Nadal (n°3) et Andy Roddick (n°7) en finale. Ce dernier s’était défait de Robin Soderling (n°6), le tombeur d’Andy Murray (n°4) en demi. Roger Federer (n°1) perd dès le troisième tour au tie-break du dernier set contre Marcos Baghdatis.
Andy Roddick (n°6), décidemment très en forme, se console en remportant le Masters 1000 de Miami pour la deuxième fois après 2004. Il crée la surprise en demi-finale en prenant la mesure de Rafael Nadal (n°4) en trois sets. En finale, il domine la surprise du tournoi : Tomas Berdych (n°16). Le Tchèque s’est successivement débarrassé de Roger Federer (n°1), de Fernando Verdasco (n°10) et de Robin Soderling (n°5). Olivier Rochus réalise un petit exploit en venant à bout de Novak Djokovic (n°2) au deuxième tour. 

Avril

Le retour de la terre-battue permet à Rafael Nadal de retrouver des couleurs. Retombé à la quatrième place après un début de saison moyen, l’Espagnol remporte les deux plus gros tournois du mois d’avril.
A Monte-Carlo, il ne laisse que quatorze jeux à ses cinq adversaires. Si Juan-Carlos Ferrero et David Ferrer limitent la casse en quart et en demi, Fernando Verdasco (n°6) passe complètement à côté de sa finale qu’il perd 6/0-6/1. Verdasco avait pourtant sorti un grand match en demi pour dominer Novak Djokovic (n°1). Andy Murray (n°3) est laminé d’entrée par Philipp Kohlschreiber.
Pour autant, le moral de Verdasco ne semble pas particulièrement touché. Dès la semaine suivante, il s’impose aux forceps à Barcelone. Il s’en sort de justesse contre Jurgen Melzer au troisième tour, David Ferrer (n°8) en demi et Robin Soderling (n°2) en finale. Le jeune Néerlandais Thiemo De Bakker se glisse en demi-finale au détriment de Juan-Carlos Ferrero (n°7) et de Jo-Wilfried Tsonga (n°3).
Absent du tournoi catalan pour ménager son physique, Rafael Nadal (n°3) reprend sa marche victorieuse à Rome. Il est cette fois sérieusement inquiété en demi-finale par Ernests Gulbis qu’il bat 6/4 au troisième. C’est cette fois David Ferrer qui atteint la finale après un très beau parcours qui le voit battre Andy Murray (n°4), Jo-Wilfried Tsonga (n°7) et Fernando Verdasco (n°6). Contre Nadal, il est loin d’être ridicule (7/5-6/2). Gulbis, vainqueur de Roger Federer (n°1) au deuxième tour, est la surprise du tournoi.

Mai

Rafael Nadal confirme qu’il est le n°1 sur terre. A Madrid, devant son public, il remporte le seul Masters 1000 sur terre-battue qui manque à son palmarès. En finale, c’est Roger Federer (n°1) lui-même, le tenant du titre, qui doit s’avouer vaincu 6/4-7/6. Le Suisse doit batailler ferme aux deux précédents tours face à deux des joueurs en forme du moment, Ernests Gulbis et David Ferrer. Andy Murray (n°3) est arrêté en quart par Ferrer. Fernando Verdasco (n°6) et Robin Soderling (n°4) sont battus prématurément par Jurgen Melzer et Nicolas Almagro. Ce dernier poursuit sa route jusqu’en demi.
L’Argentine, emmenée par Juan Monaco, Horacio Zeballos et Eduardo Schwank remporte la World Team Cup au détriment des Etats-Unis. Ceux-ci parviennent en finale à la surprise générale car leur équipe est composée de joueurs peu expérimentés sur terre tels Samuel Querrey, John Isner ou Robby Ginepri. L’épreuve confirme son déclin et le manque d’intérêt que lui portent les meilleurs mondiaux. Pas un seul membre du Top 15 ne fait le déplacement à Dusseldorf.

Juin

Le tournoi de Roland-Garros sacre définitivement Rafael Nadal (n°2). Comme un signe, il écrase en finale Robin Soderling (n°5), son bourreau de 2009, qui reste le seul joueur à l’avoir battu à la porte d’Auteuil. L’Espagnol est intraitable durant tout le tournoi, ne lâchant pas un seul set à ses différents adversaires. Seul Nicolas Almagro l’inquiète le temps des deux premiers sets en quart de finale.
Soderling confirme son parcours exceptionnel de l’année dernière. Discret en première semaine, il écrase ensuite Marin Cilic (n°10) puis bat, à nouveau, le numéro 1 du tableau (cette fois Roger Federer). En demi, il se sort en cinq sets très serrés d’un match piège face à Tomas Berdych (n°15).
Le Tchèque prouve enfin en Grand Chelem les qualités qu’il démontre par moment dans les tournois moins importants. Avant sa formidable demi-finale, il réussit à dégoûter des adversaires aussi solides que John Isner, Andy Murray (n°4) et Mikhail Youzhny (n°11), tous battus en trois sets. Mais la grosse surprise des demi-finales est la présence à ce stade de Jurgen Melzer. L’Autrichien domine au troisième tour David Ferrer (n°9), l’un des hommes forts de la saison sur terre. Il surprend surtout en quart Novak Djokovic (n°3) alors que le Serbe avait remporté les deux premiers sets.
A nouveau les Belges ne sont pas à la fête. Olivier Rochus et Xavier Malisse passent un tour mais le premier est ensuite surpris par l’Allemand Reister, issu des qualifications, alors que le deuxième est contraint à l’abandon face à Ferrer.