Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | National
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

L’Année 2009 au masculin (2e partie)

Juillet

Galvanisé par son premier succès à Roland-Garros, le seul Grand-Chelem qui manquait à son palmarès, Roger Federer part largement favori à Wimbledon. D’abord parce qu’il n’y a perdu qu’un match lors des six dernières éditions mais aussi parce que Rafael Nadal, a priori le seul capable de faire jeu égal avec lui sur le fameux « Center Court », déclare forfait en raison des problèmes aux genoux qui l’ont perturbé ces deux derniers mois.
Le Suisse se qualifie en effet pour la finale sans trop souffrir et y affronte son vieux rival Andy Roddick. L’Américain semble avoir retrouvé les qualités qui ont fait de lui un double finaliste de l’épreuve en 2004 et 2005 (déjà face à Federer). Il sort deux grands matchs contre Lleyton Hewitt en quart puis contre Andy Murray, le chouchou du public, en demi. La finale n’atteint pas les sommets de qualités tennistiques de celle de 2008 mais est au moins aussi disputée. Les joueurs sont intransigeants sur leurs services et seuls trois breaks sont réalisés en 75 jeux. Federer prend pour la première fois le service de son adversaire lors du dernier jeu du cinquième set pour conclure 16/14. Le Suisse récupère la première place mondiale un peu moins d’un an après l’avoir cédée à Rafael Nadal.
Le Croate Ivo Karlovic atteint les quarts de finale et marque le tournoi par son service injouable (135 aces et seulement quatre balles de breaks, toutes sauvées, en quatre matchs). Lleyton Hewitt et Juan Carlos Ferrero signent un joli retour en se hissant également en quart.
En l’absence de Roddick, les Etats-Unis sont surpris par la Croatie lors du quart de finale de Coupe Davis. Marin Cilic, vainqueur de ses deux simples, est le héros de la rencontre. A Ostrava, les Tchèques viennent à bout de l’Argentine malgré deux victoires très impressionnantes de Juan Martin Del Potro. Les tenants du titre espagnols, sans Rafael Nadal, passent tout près de la défaite chez eux face à l’Allemagne (Philipp Kohlschreiber remporte ses deux simples). Enfin, Israël atteint les demi-finales pour la première fois de son histoire au détriment de la Russie.
Nikolay Davydenko, absent de ce quart de finale, s’impose deux semaines plus tard au tournoi 500 de Hambourg en battant Paul-Henri Mathieu en finale.

Août

Juan Martin Del Potro, de plus en plus impressionnant à chaque sortie, conserve son titre à Washington en battant Andy Roddick au tie-break du troisième set en finale.
La semaine suivante, il dispute encore la finale au Masters 1000 de Montréal mais s’incline en trois sets serrés contre Andy Murray. Auparavant, il bat Rafael Nadal en quart et à nouveau Roddick en demi.  Murray ne perd pas un set avant la finale et bat Jo-Wilfried Tsonga en demi. Celui-ci a réalisé un étonnant come-back en quart pour battre Roger Federer au tie-break d’un dernier set où il avait pourtant été mené cinq jeux à un. Les quarts de finale de ce tournoi entrent dans l’histoire puisque les huit meilleurs joueurs du monde s’y retrouvent : une première depuis la création du classement ATP.
A Cincinnati, Roger Federer remporte son premier titre depuis son retour au sommet de la hiérarchie et, surtout, depuis la naissance de ses jumelles. Le Suisse perd un set contre David Ferrer en huitième puis bat plus facilement Lleyton Hewitt, Andy Murray et Novak Djokovic (qui perd sa quatrième finale en Masters 1000 de la saison). En demi, le Serbe élimine facilement Rafael Nadal, pas encore revenu au meilleur de sa forme. Le Français Julien Benneteau se hisse en quart de finale après avoir été repêché des qualifications en raison du forfait de Del Potro.

Septembre

Quelques jours avant son 21e anniversaire, Juan Martin Del Potro remporte son premier titre du Grand-Chelem à l’US Open. L’Argentin devient ainsi le deuxième Sud-Américain à s’imposer à New-York après Guillermo Vilas et, pour l’anecdote, le plus grand vainqueur de l'histoire du Grand-Chelem (il mesure 1m98). En finale, il met un terme à la série de Roger Federer qui restait sur cinq succès à Flushing Meadows (41 matchs gagnés consécutivement). La rencontre est d’abord dominée par le Suisse qui offre un tennis de rêve pendant un set et demi avant de s’endormir et de laisser Del Potro revenir dans la partie. Il tient encore deux manches avant de craquer physiquement au cinquième set face à un Argentin qui ne rate plus rien.
Le numéro un mondial a sans doute joué son meilleur match en demi-finale face à un Novak Djokovic pourtant au sommet de sa forme. Il a même réussi un coup d’anthologie pour se procurer la balle de match (voir vidéo). Del Potro, de son côté, écrase un Rafael Nadal toujours en délicatesse avec son physique. L’Espagnol reprend pourtant la deuxième place mondiale qu’il avait cédée à Andy Murray trois semaines plus tôt. Ce dernier est passé à côté de son huitième de finale contre Marin Cilic.
Les demi-finales de la Coupe Davis tournent court. L’Espagne s’impose dès le double face à Israël après les victoires très faciles de David Ferrer et Juan-Carlos Ferrero en simple. L’autre match qui voit la victoire des Tchèques en terres croates, est également conclu après le double mais les deux premiers simples sont nettement plus disputés. Surtout le premier entre Ivo Karlovic et Radek Stepanek. Le score est éloquent : 6/7-7/6-7/6-6/7-16/14. Le match a duré plus de six heures (c’est le plus long match en Coupe Davis depuis l’introduction du tie-break) et Karlovic y a servi 78 aces (autre record)… avant de perdre la rencontre.

Octobre

Le mois d’octobre est marqué par la nouvelle saison asiatique de trois semaines dont les points d’orgue sont deux tournois 500 et un nouveau Masters 1000 à Shanghai. A Pékin, lors du tournoi 500 le plus relevé de l’année (avec la présence de cinq joueurs du Top 10), c’est Novak Djokovic qui s’impose face à Marin Cilic. Le Croate crée la surprise en demi-finale en battant Rafael Nadal en deux petits sets. A Tokyo, dans un tournoi nettement plus faible, Jo-Wilfried Tsonga remporte le deuxième titre de sa saison au détriment de Mikhail Youzhny. Juan Martin Del Potro rate son retour à la compétition après son triomphe new-yorkais et perd d’entrée face au qualifié français Edouard Roger-Vasselin.
A Shanghai,  Nikolay Davydenko fait reparler de lui. Après une blessure qui avait ruiné son début de saison, il est revenu petit à petit et soulève son troisième trophée Masters 1000 dans ce tournoi en battant Djokovic au tie-break du dernier set en demi puis Nadal en finale. L’Espagnol bénéficie d’un gros coup de pouce avec l’abandon d’Ivan Ljubicic en quart puis celle de son compatriote Feliciano Lopez en demi. Celui-ci atteint sa première demi-finale de la saison et la première de sa carrière à ce niveau. Il n’avait pourtant plus remporté un match depuis le mois de juin.

Novembre

Novak Djokovic débute le mois en trombe en battant Roger Federer devant son public de Bâle. Il poursuit sa route la semaine suivante au Masters 1000 de Paris où, là aussi, il bat un joueur local, Gaël Monfils, en finale. Le Serbe semble s’envoler vers un succès facile lorsqu’il mène avec un set et un break d’avance mais, soutenu par le bruyant public parisien, Monfils revient dans la partie et ce n’est qu’au tie-break du dernier set que Djokovic s’en sort. Robin Soderling lui a également pris un set en quart de finale alors que Rafael Nadal a été largement battu par le Serbe en demi. Radek Stepanek, vainqueur de Juan Martin Del Potro sur abandon, complète le dernier carré.
Djokovic s’annonce comme le favori du Masters avec Andy Murray, vainqueur à Valence face à Mikhail Youzhny. Mais c’est Nikolay Davydenko qui crée la surprise en remportant le tournoi des Maîtres. Pourtant battu le premier jour par Djokovic et sorti des poules in extremis, le Russe bat Rafael Nadal en poule, Federer en demi-finale et Del Potro en finale. Il n’avait jusque là jamais battu le n°1 mondial en douze confrontations. Invité de dernière minute grâce au forfait d’Andy Roddick, Robin Soderling bat Djokovic et Nadal pour se qualifier en demi-finale où il n’est battu qu’au tie-break du troisième set par Del Potro. Ce Masters a été particulièrement disputé avec onze des quinze rencontres jouées en trois sets.

Décembre

Inexistant au Masters où il perd tous ses matchs en deux sets, Rafael Nadal se reprend pour mener l’Espagne à la victoire en Coupe Davis une semaine plus tard. Disputée à Barcelone, la rencontre se termine par un cinglant 5/0 pour l’équipe locale face à la République Tchèque. Nadal bat facilement Tomas Berdych le premier jour. Le match qui suit, entre David Ferrer et Radek Stepanek est le seul où les Tchèques prennent un set. Stepanek en prend même deux, les deux premiers, avant de voir Ferrer revenir et s’imposer 8/6 au dernier set. Le lendemain, Feliciano Lopez et Fernando Verdasco scellent la victoire en Battant Berdych et Stepanek en trois sets. Il s’agit de la quatrième victoire de l’Espagne en Coupe Davis après les succès de 2000, 2004 et 2008.