Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | National
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours


Les favoris pour Wimbledon

 

La victoire de Roger Federer à Roland-Garros a complètement relancé le Suisse qui essayera, sur son gazon de Wimbledon, de dépasser le record de 14 titres du Grand-Chelem. Dans le tableau féminin, les sœurs Williams devraient se disputer le trophée.

On le disait en perte de vitesse depuis plusieurs mois déjà et il semblait effectivement loin de son meilleur niveau depuis le début de l’année. Il n’empêche, Roger Federer a réussi son pari fou de s’imposer à Roland-Garros et de devenir ainsi le sixième joueur de l’histoire du tennis à remporter les quatre épreuves majeures.

Cette victoire n’est pas un exploit en soi. Trois fois finaliste, il n’avait plus à prouver qu’il pouvait dompter la terre-battue et donc triompher à Paris. Mais elle a une énorme valeur symbolique. Elle lui permet de faire taire tout ceux qui le croyait en déclin et de remplir deux des plus grands objectifs qu’il s’était fixé : remporter tous les grands titres au moins une fois et égaler le record de 14 Grand-Chelems détenu par Pete Sampras.

C’est donc soulagé d’un énorme poids qu’il se rendra à Londres dans l’espoir d’y signer un sixième succès. Il aura à cœur de dépasser Sampras au nombre de titres du Grand-Chelem mais aussi, et surtout,  de laver l’affront que lui avait fait Rafael Nadal l’an dernier.

Sans le tenant 

Au bout d’une finale exceptionnelle, peut-être le plus beau match de tennis de tous les temps, l’Espagnol avait en effet brisé l’hégémonie du Suisse sur le gazon de Church Road. Celui-ci avait durement encaissé le choc et avait ensuite laissé le leadership du circuit à son rival. La situation, à la veille de ce Wimbledon paraît s’être inversée. Federer arrive gonflé à bloc alors que Nadal, qui a très mal pris sa première défaite à Roland-Garros, a décidé de déclarer forfait en raison d'une blessure au genou.

Plus encore que ce problème physique, c’est le coup de massue pris il y a près de trois semaines qui semble être la raison principale de ce forfait. Son attitude à la sortie du Court à Roland-Garros, lors de cette défaite si étonnante et les déclarations malheureuses qui ont suivies en disent long sur l’état d’esprit qui doit l’habiter aujourd’hui. Sa confiance en lui, qui semblait jusqu’ici inébranlable, s’est sans doute émoussée et on verra rapidement l’importance de celle-ci dans son jeu. Cela pourrait d'ailleurs avoir de grande répercussion sur le classement car Federer pourrait reprendre son trône en cas de victoire.

Le principal adversaire du Suisse pourrait être Andy Murray. L’Ecossais, soutenu par tout le public, sera certainement difficile à battre. Et son succès dimanche au Queen’s, la première victoire d’un britannique dans le tournoi depuis 1937, l’a certainement confirmé comme véritable prétendant au titre. Mais la pression qui va peser sur ses épaules et qui a souvent étouffer les représentant de sa majesté dans ce tournoi (à commencer par Tim Henman) sera énorme. Pas sûr qu’il pourra la gérer du haut de ses 22 ans.

L’autre Andy, Roddick, est toujours aussi dangereux sur herbe et rêve d’enfin accrocher un deuxième Grand-Chelem à son palmarès, le premier remonte à presque six ans ! Même sur cette surface, il semble un peu limité pour battre Federer. Mais si le n°2 mondial chute avant la finale, il faudra compter avec lui.

Difficile de dire où en est Novak Djokovic qui s’est montré très impressionnant durant la saison sur terre… avant d’être très décevant à Roland-Garros. Le gazon n’est, en plus, pas sa meilleure surface. C’est le cas également pour Juan-Martin Del Potro, en énorme progrès depuis 12 mois mais qui aura sans doute du mal à adapter son jeu à l’herbe.

Robin Soderling est passé du statut de relatif inconnu à celui de star en l’espace de deux semaines grâce à son parcours éblouissant à Roland-Garros. Il y a fait tomber plusieurs grosses têtes dont, surtout, celle de Rafael Nadal avant de ne céder qu’en finale contre Federer. Pourtant, ses références sur terres étaient plutôt modestes jusque là. Il possède par contre quelques références à Wimbledon puisqu’il a poussé au cinquième set Nadal en 2007 et Henman en 2006. C’est dire si Federer, qu'il devrait affronter en huitième de finale, devra se montrer vigilant.

Des joueurs comme les Espagnols Verdasco et Lopez ont prouvé récemment qu’ils pouvaient très bien se comporter sur herbe. D’autres comme David Nalbandian, James Blake, Lleyton Hewitt, Tommy Haas ou Mario Ancic y ont toujours connu le succès. Ils seront parmi les plus dangereux outsiders de cette édition 2009.

Les Williams, évidemment

Si les années 2000 auront été marquées par une énorme versatilité sur le circuit féminin, Wimbledon a, au contraire, été la propriété quasi exclusive de la famille Williams. Sur les neuf dernières éditions, cinq ont été remportées par Venus Williams et deux par sa petite sœur. Pire, trois de ces neuf finales ont été disputées entre les deux américaines.

C’est bien entendu Venus qui sera à nouveau la principale favorite. Son service de plomb, son envergure au filet et son agilité en défense en font une joueuse de gazon parfaite. En 12 participations, elle a remporté 56 matchs et n’en a perdu que sept dont la plupart face à des joueuses du top. Contrairement aux autres Grand-Chelem où elle a souvent été surprise dans les premiers tours, elle n’a manqué que deux quarts de finale depuis 1998.

Un peu moins vive dans ses déplacements, Serena est certainement un ton en dessous de sa sœur sur herbe. Ca ne l’a pas empêché de la battre à deux reprises, durant les finales 2002 et 2003. Sa puissance lui permet d’imposer le respect à la plupart des joueuses du circuit sur herbe.

L’armada russe sera cette fois emmenée par la nouvelle n°1, Dinara Safina. Celle-ci est presque toujours présente dans les derniers matchs des tournois auxquels elle a participé depuis un an mais elle cale toujours mentalement au moment de conclure comme ce fut le cas à Paris et à Melbourne. Bien installée au sommet de la hiérarchie, elle est toujours à la recherche d’un premier titre en Grand-Chelem. On imagine mal qu’elle y arrive sur gazon, la surface qui lui convient le moins.

La même remarque vaut pour sa compatriote Elena Dementieva, 4e mondiale. Svetlana Kuznetsova a déjà deux titres majeurs à son actif, dont le dernier Roland-Garros, et ne déteste pas jouer sur herbe. Elle pourrait donc créer quelques surprises. Mais c’est surtout sur Maria Sharapova que les supporters russes placeront leurs espoirs. Vainqueur du tournoi en 2004 mais retombée à la 59e place après presque un an d’inactivité, elle semble retrouver petit à petit son meilleur niveau.

Les deux anciennes n°1 mondiale serbes, Jelena Jankovic (6e) et Ana Ivanovic (13e) tenteront de retrouver une place plus digne de leur talent. Mais le gazon n’est pas non plus leur meilleure surface, surtout pour la première. Les françaises Amélie Mauresmo (gagnante en 2006) et Marion Bartoli (finaliste en 2007) aiment cette surface et pourraient le prouver à nouveau.

La surprise pourrait aussi venir d’une des grand espoirs du tennis féminin, surtout de Viktoria Azarenka, déjà quart de finaliste à Roland-Garros. Caroline Wozniacki, Dominika Cibulkova et Agnieska Radwanska seront aussi dangereuses.

Six belges dans le tableau

Parmi les six joueurs et joueuses belges engagés dans ce Wimbledon 2009, on attendra beaucoup de Yanina Wickmayer. Elle avait déjà prouvé l’an dernier qu’elle appréciait le gazon en parvenant en finale du tournoi de Birmingham, elle a franchi un cap supplémentaire cette saison en disputant une demi lors d'un ITF, un quart à Birmingham puis une finale à 's Hertogenbosch. Elle arrive donc à Wimbledon avec 10 matchs remportés sur herbe et le tableau assez favorable dans lequel elle a été versée incite à l'optimisme.

Sorti des qualifications, Xavier Malisse peut également nourrir quelques espoirs. Il sera opposé d'entrée à Rainer Schüttler, demi-finaliste l'an dernier mais bien irrégulier depuis. Kristof Vliegen et Steve Darcis ont obtenu un tirage plus délicat. Christophe Rochus jouera contre un adversaire qui a moins de références mais l'Auvelaisien ne cache pas son aversion envers le gazon. Kirsten Flipkens, au contraire, aime cette surface sur laquelle lle a connu l'une des heures de gloire de sa carrière (son titre chez les juniors il y a 6 ans déjà). Mais son tirage au sort s'annonce des plus délicats.