Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | National
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours


Les favoris pour Flushing Meadows

 

Quasiment imbattable depuis quatre mois, Roger Federer partira grandissime favori pour un sixième titre consécutif à l’US Open. D‘autant que ses principaux rivaux ont soufflé le chaud et le froid ces dernières semaines. Malgré un été bien faiblard, les sœurs Williams seront à nouveau les joueuses à battre dans le tableau féminin. A moins que Kim…

Considéré comme sur le déclin par les observateurs il y a trois mois à peine, Roger Federer a totalement renversé la situation et affiche à nouveau sa meilleure forme. Deux titres du Grand-Chelem et deux "Masters 1000" remportés lors de ses cinq derniers tournois et le voilà remonté au sommet du classement avec une avance telle que pour l'en déloger, il faudrait le voir réaliser une énorme et très improbable contre-performance à New-York. C'est que l'homme aux 21 demi-finales consécutives en Grand-Chelem n'a pas pour habitude de rater les grands rendez-vous. Sa préparation a été excellente avec une défaite à l'arraché en quart de Montréal contre Tsonga (sa seule défaite depuis le 2 mai !) puis un titre à Cincinnati conclu avec la manière.

Si Federer a pu redevenir le n°1 mondial et remporter ses deux derniers Grands-Chelems c'est, aussi, en raison d'une grosse baisse de régime de Rafael Nadal. Blessé au genou, il a dû faire une croix sur Wimbledon et n'est revenu qu'à Montréal. Ses défaites en quart puis en demi-finale à Cincinnati prouvent qu'il n'est pas encore à son meilleur niveau et qu'il sera peut-être un peu "juste" pour aller au bout d'un Grand-Chelem.

Le principal rival du Suisse devrait donc être Andy Murray. L'Ecossais s'était annoncé comme un vainqueur de Grand-Chelem potentiel en disputant la finale à New-York il y a un an. Depuis, il a confirmé en se montrant très solide en "Masters 1000" (trois victoires, une finale et deux demi-finales) mais s'est montré plus fébrile en Grand-Chelem comme lors de la demi-finale de Wimbledon où il n'a pas supporté la pression du public. Il s'est emparé de la deuxième place après son succès à Montréal il y a deux semaines et est versé dans la même moitié de tableau que Nadal.

Trois outsiders

Le vainqueur de Murray à Londres n'était autre qu'Andy Roddick. L'Américain est ensuite passé à quelques points de remporter le titre face à Federer. Six ans après son unique titre en Grand-Chelem il semble donc à nouveau en mesure de soulever un trophée majeur. Finaliste il y a deux ans, Novak Djokovic a un peu marqué le pas depuis Roland-Garros. Son succès sur Nadal à Cincinnati (suivi par une finale) le replace tout de même comme vainqueur potentiel. Le joueur qui a le plus progressé depuis un an est sans conteste Juan-Martin Del Potro. L'Argentin est déjà passé tout près du titre à Roland-Garros (il fut battu par Federer en cinq sets en demi-finales) et a également réalisé un très bel été (vainqueur à Washington et finaliste à Cincinnati).

Parmi les joueurs capables d'empêcher ces six là de se retrouver en quart, citons le Russe Davydenko, les Français Tsonga et Monfils, le Suédois Robin Soderling, surprenant finaliste de Roland-Garros, le Chilien Gonzalez, l'Allemand Haas, l'Australien Hewitt et les Espagnols Verdasco et Ferrero. Ce dernier, finaliste face à Roddick il y a six ans, signe un étonnant retour depuis quelques mois.

Outre Roddick, le public suivra de près les résultats de trois autres Américains classés têtes de série : James Blake (n°21), Sam Querrey (n°22) et Mardy Fish (n°25). L'avantage de jouer "à la maison" pourrait leur permettre de réaliser quelques exploits également.

Les Williams, qui d'autre  ?

Depuis la retraite de Justine Hénin, les soeurs Williams ont remporté quatre des six Grands-Chelems (trois pour Serena, un pour Venus). Seul Roland-Garros se refuse à elles. Les Williams ont pris pour habitude de n'être performantes que pour certains grands événements. Hors Grand-Chelem, Serena n'a d'ailleurs disputé qu'une seule finale (perdue, à Miami) ces douze derniers mois. Dans ces conditions, le fait que leur préparation ait été catastrophique n'a aucune espèce d'importance. Elle seront, et de loin, les grandissimes favorites. Le tirage au sort à tout de même un peu ménagé le suspens puisqu'elles ne pourront de toute façon pas se rencontrer en finale.

Pour les accessits, il faudra une nouvelle fois compter sur les Russes. Dinara Safina est la n°1 mondiale depuis le printemps mais craque toujours dans les moments importants. Ce qui a fait les affaires de Svetlana Kuznetsova à Roland-Garros. La résidente espagnole a signé son deuxième succès en Grand-Chelem après un "non-match" en finale contre Safina. Ses dernières apparitions ont, par contre, été assez poussives. Elena Dementieva court toujours après son premier Grand-Chelem à bientôt 28 ans. Maria Sharapova retrouve petit à petit son meilleur classement après la blessure qui l'a éloignée du circuit durant huit mois. Enfin, Vera Zvonareva réalisait la meilleure saison de sa carrière quand une blessure, survenue début avril, a freiné sa progression.

En dehors des Russes, la joueuse la plus en forme est Jelena Jankovic. Sa victoire à Cincinnati (en battant Safina et Dementieva) l'a replacée parmi les principales outsiders. La Biélorusse Azarenka, la Danoise Wozniacki, l'Italienne Pennetta ou l'Australienne Stosur ont aussi suffisamment d'atouts pour jouer les trouble-fêtes. Ce n'est sans doute plus la cas d'Ana Ivanovic, en chute libre depuis son titre à Roland-Garros en 2008.

Clijsters... tenante du titre.

Et si la plus grande adversaire des soeurs Williams était... Kim Clijsters ? Le retour de la Belge est en tout cas pleinement réussi avec déjà deux victoires sur des Top 10 (Kuznetsova et Azarenka) en sept matchs disputés. L'US Open est un tournoi qui lui tient à coeur puisqu'il reste le seul Grand-Chelem inscrit à son palmarès (cela remonte déjà à 2005 !). Mieux, une blessure l'avait empêché de défendre son titre en 2006 et elle avait déjà pris sa retraite au moment de l'édition 2007. Elle reste donc invaincue depuis cinq ans. Le tirage au sort lui a donné Venus Williams comme adversaire en huitième de finale. On saura après ce match si Kim est véritablement revenue au top.

La meilleure chance belge outre Kim sera sans doute Yanina Wickmayer. Auteur d'une très bonne préparation, elle n'a pas été gâtée par le tirage au sort puisqu'elle devra affronter Razzano, tête de série n°16, dès le premier tour. Elle est néanmoins capable de passer cet obstacle et même de franchir un ou deux tours de plus. En manque de match, Kirsten Flipkens aura sans doute moins d'ambition et aura bien dû mal à se débarasser de Jelena Dokic, son adversaire au premier tour.

Dans le tableau masculin, la Belgique sera représentée par Steve Darcis et les frères Rochus. Tous trois ont hérité d'un premier tour à leur portée mais les mauvais résultats de cette année n'incitent pas à un optimisme démesuré.