Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | National
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours


Les favoris pour Melbourne

 

Le titre masculin de l’Open d’Australie se jouera très vraisemblablement entre quatre joueurs : Nadal, Federer, Djokovic et Murray. Chez les filles, les sœurs Williams sont à nouveau favorites.

Depuis plusieurs années Rafael Nadal (surtout à Roland-Garros) et Roger Federer (partout) se partagent les premières places lors des tournois du Grand-Chelems. Les places d’honneur, par contre, étaient réparties entre une bonne dizaine de joueurs. L’arrivée de Novak Djokovic et d’Andy Murray aux troisièmes et quatrièmes places a changé la donne. La différence entre ces quatre joueurs et le reste du circuit est telle que les chances de ne pas retrouver ce quatuor au stade des demi-finales paraissent très faibles. Une situation qui ressemble à la fin des années 80 où les Lendl, Wilander, Becker et Edberg forçaient la concurrence à faire de la figuration.

Numéro un mondial après une saison exceptionnelle qui l’a vu réaliser le doublé historique Roland-Garros – Wimbledon, Rafael Nadal est forcément pressenti comme favori de l’épreuve. Pourtant, il réussit rarement ses débuts de saison (2009 ne déroge pas à la règle puisqu’il a été surpris par Monfils à Doha) et se fait couramment surprendre à l’Open d’Australie. Si c’est encore le cas cette année, il faudra tenir à l’œil son vainqueur car les trois derniers à l’avoir battu à Melbourne ont poursuivi leur route jusqu’en finale.

Triple vainqueur de l’épreuve (2004, 2006 et 2007), Roger Federer est nettement plus à l’aise que l’Espagnol sur la surface dure utilisée en Australie (le Plexicushion). Néanmoins, son aura a pâli en 2008 en raison de l’avènement de Murray et Djokovic et de quelques défaites douloureuses comme lors de la terrible finale de Wimbledon. Il devra en tout cas confirmer que son titre à l’US Open était la marque d’un retour au sommet et pas son chant du Cygne.

Première pour Murray ?

Novak Djokovic devra défendre pour la première fois un titre du Grand-Chelem. La pression sera lourde mais le Serbe a déjà prouvé qu’il avait du répondant mentalement. Son premier gros succès, il y a douze mois, a été suivi par d’autres très bons résultats, comme une victoire au Masters, qui ont assis sa place dans le top mondial. Son début de saison n’a toutefois pas été brillant avec deux éliminations surprise à Brisbane (Gulbis) et à Sydney (Nieminen).

Le quatrième mousquetaire du circuit, et le plus récemment arrivé au sommet, est Andy Murray. Sa fin de saison 2008 a été tout bonnement exceptionnelle avec deux titres en Masters Series et la finale à l’US Open. Son début de saison l’est tout autant puisqu’il a remporté coup sur coup l’exhibition d’Abu Dhabi (en battant Federer et Nadal) puis en s’imposant à Doha) en battant à nouveau Federer. La principale question, le concernant, sera de savoir s’il ne succombera pas à la peur de gagner son premier Grand-Chelem.

Derrière, on l’a dit, c’est le désert. D’autant que les cinquième et sixième joueurs, Nikolay Davydenko et Jo-Wilfried Tsonga, sont blessés et très incertains. Pour le Français, finaliste surprise il y a un an, un forfait serait une petite catastrophe en termes de classement. Andy Roddick et David Nalbandian sont d’autres joueurs toujours difficiles à battre mais ils ne paraissent pas avoir les armes pour rivaliser avec les quatre premiers. Juan-Martin Del Potro, actuellement neuvième mondial est peut-être virtuellement le vrai cinquième meilleur joueur du circuit mais l’écart avec les quatre premier semble encore un tantinet trop grand pour lui permettre de viser la victoire.

Venus ou Serena ?

Le titre féminin semble, comme pour tous les tournois du Grand-Chelem depuis la retraite de Justine Hénin (hormis Roland-Garros), dévolu à une des sœurs Williams. Bien sûr, leur préparation n’a pas été excpetionnelle. Serena n’a joué qu’à Sydney et s’y est montré peu à son aise. Quant à Venus, elle n’a carrément pas joué du tout,son dernier match officiel étant toujours sa victoire au Masters de Doha en novembre dernier.

Mais on sait que les deux américaines n’ont pas besoin d’énormement de préparation pour remporter un Grand-Chelem. Les premiers tours leur servent souvent de mise en jambe parfois assez poussive avant de devenir irrésistible en fin de tournoi. On se souvient d’ailleurs du sacre de Serena à Melbourne il y a deux ans où elle avait plusieurs fois frôlé la défaite en première semaine avant d’infliger une petite humilitation à Sharapova en finale.

La principale joueuse en mesure d’empêcher un dix-septième Williams’ Slam est la n°1 mondiale, Jelena Jankovic. Elle aussi a fait l’impasse sur les tournois de préparation ce qui est plus surprenant pour une fille connue pour être une boulimique de tournois (22 en 2008). Peut-être préfère-t-elle caché à ses adversaires que sa préparation hivernale s’est révélée très fructueuse. 

Deux Russes peuvent également sortir leur épingle du jeu. Dinara Safina a montré lors des dix derniers mois d’énormes progrès mais a souvent calé en finale. Elena Dementieva a enfin remporté un grand titre au J.O. de Pékin et a surtout débuté l’année en trombe en remportant deux tournois (Auckland et Sydney). De plus, en Australie, elle a étrillé Serena Williams en demi-finale avant de prendre la mesure de Safina en finale.

Six Belges

Côté belge, on se réjouira de voir six joueurs nationaux prendre part au tournoi. Quatre seulement étaient inscrits dans le tableau final (Steve Darcis, Christophe Rochus, Kristof Vliegen et Yanina Wickmayer) mais Kirsten Flipkens a reçu un ticket de dernière minute suite aux forfaits de Sharapova et Shaughnessy. Si elle avait été contrainte de passer par le tableau des qualifications, elle prévoyait de ne même pas faire le voyage. Quant à Xavier Malisse, il a brillamment franchi le tableau qualificatif.

Là où il y a moins de raisons de pavoiser, c'est sur l'état de forme de nos compatriotes. Les deux semaines de préparation ont tout simplement été catastrophiques avec un seul match gagné (Kristof Vliegen à Doha) en six participations aux tableaux finals des épreuves ATP et WTA de ce début janvier. Bien que la plupart ont hérité d'un tirage au sort assez clément (sauf Christophe Rochus qui devra affronter... Rafael Nadal !), les joueurs belges ne débarquent pas à Melbourne en débordant d'optimisme.