Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | National
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

L’Année 2008 au masculin (2e partie)

Juillet

Après un début de saison laborieux, Roger Federer s’est repris lors de la saison sur terre-battue en remportant son premier titre et en atteignant la finale de trois des quatre principaux tournois du printemps. Mais il y a chaque fois été barré par Rafael Nadal et s’est même pris une belle claque à Roland-Garros. Il a donc soif de revanche sur sa surface de prédilection, le gazon. Les deux premiers mondiaux se retrouvent en finale pour ce qui entrera certainement dans tous les livres d’histoire comme un des plus grands matchs de tous les temps. Après deux sets remportés assez facilement par l’Espagnol face à un Federer trop inconstant, celui-ci serre le jeu. Il remporte les deux sets suivants au tie-break en sauvant deux balles de matchs dans le quatrième set. Malgré deux grosses interruptions dues à la pluie, le niveau ne baisse jamais et Federer, qui commence à montrer des signes de frustrations, fini par craquer à 7/7 au cinquième set. Nadal s’impose 9/7 à sa quatrième balle de match. Ce match est la plus longue finale du tournoi (près de cinq heures). Rafael Nadal devient l’Espagnol le plus titré en Grand-Chelem avec cinq trophées à son actif. Il est également le premier joueur depuis Borg en 1980 à faire le doublé Roland-Garros / Wimbledon. Federer, pour sa part, est plus dépité que jamais. Sa belle série de victoires consécutives sur gazon s’arrête à 64 et il ne remporte pas un 6e titre d’affilée à Wimbledon.
Rafael Nadal remporte encore un cinquième titre d’affilée (et quels titres !) à Toronto. Il n’est jamais vraiment inquiété dans un tournoi où Roger Federer, sans doute encore sous le coup de sa déception, est éliminé d’entrée par Gilles Simon. Novak Djokovic est battu en quart par Andy Murray. C’est Nicolas Kiefer qui crée la surprise en se hissant en finale au détriment de Davydenko, Blake et Simon.
Lors des derniers tournois européens sur terre-battue, le jeune Juan-Martin Del Potro, 19 ans,  remporte coup sur coup ses deux premiers titres sur le circuit à Stuttgart et Kitzbühel.

Août

Andy Murray bat une nouvelle fois Novak Djokovic mais cette fois en finale du Masters Series de Cincinnati. Il signe ainsi le plus beau titre de sa jeune carrière. Il profite bien d’une nouvelle contre-performance de Roger Federer, à nouveau battu (par Karlovic) lors de son entrée en lice. La belle série de Rafael Nadal (32 victoires et cinq titres dont deux Grands-Chelems et deux Masters Series) s’arrête en demi-finale où il tombe sur un Djokovic en grande forme. Cela n’empêche pas l’Espagnol de s’assurer la place de numéro un mondial qu’il atteint pour la première fois deux semaines plus tard.
Même assuré de cette place, le Majorquin est insatiable et remporte l’or à Pékin. Novak Djokovic est encore tout près de l’arrêter en demi-finale mais Fernando Gonzalez ne peut rien en finale. Le Chilien se console avec cette médaille d’argent, quatre ans après sa médaille de bronze à Athènes. Djokovic grimpe sur la troisième marche du podium en battant Blake. Roger Federer, battu en quart par l’Américain, se console en remportant l’or en double avec Stanislas Wawrinka.

Septembre

Humilié à Roland-Garros, battu à l’arraché sur son gazon de Wimbledon, dépossédé de sa couronne de numéro un mondial, Roger Federer n’a plus qu’une seule chance de sauver sa saison : l’US Open. Le Suisse est en passe de connaître sa première saison sans victoire en Grand-Chelem depuis 2002. A la peine pendant toute sa préparation et encore poussé au cinquième set par Andreev en huitième de finale, il s’impose tout de même avec brio en battant Novak Djokovic en demi et Andy Murray en finale. L’Ecossais crée la sensation du tournoi en dominant Rafael Nadal en demi-finale. Il bat également Wawrinka et Del Potro. La belle histoire du tournoi est écrite par Gilles Muller qui sort des qualifications et élimine Haas, Almagro et Davydenko en remontant un handicap de deux sets lors des deux premiers matchs. Il est battu avec les honneurs en quart de finale par le futur vainqueur.
Déjà auteur d’un excellent été, Juan-Martin Del Potro devient le nouveau héros de l’Argentine lors de la demi-finale de Coupe Davis face à la Russie. Après une rapide victoire de Nalbandian sur Andreev, Del Potro a écoeuré Davydenko, pourtant 4e mondial, pour amener le deuxième point à l’Argentine. Les Russes sont ensuite revenus à égalité grâce à un double gagné 8/6 au cinquième set et à une convaincante victoire de Davydenko sur Nalbandian. Mais ce sursaut n’aura servi à rien : Del Potro ne laisse que sept jeux à Andreev dans le dernier match. L’Espagne rejoint l’Argentine en finale grâce à une victoire relativement aisée sur les Etats-Unis.
La Belgique est reléguée dans le groupe 1 malgré une belle résistance contre la Suisse de Federer et Wawrinka. L’Autriche surprend la Grande-Bretagne sur son gazon de Wimbledon (malgré deux victoires en simple de Murray), Le Chili, la Croatie, les Pays-Bas, la Roumanie, la Serbie et Israël disputeront le Groupe Mondial en 2009.

Octobre

Sur sa lancée de sa finale à l’US Open, Andy Murray conquiert un deuxième titre Masters Series consécutif (après Cincinnati). Il prend même sa revanche de New York en demi-finale en battant Roger Federer en trois sets serrés. Il devient le premier joueur britannique à détenir deux titres Masters Series (Henman et Rusedski n’en ont remporté qu’un seul, à Paris, respectivement en 2003 et 1998). Il est aussi le premier joueur de son pays à glaner quatre trophées la même année puisqu’il s’était également imposé à Doha et à Marseille. En finale, il bat le Français Simon qui avait fait sensation toute la semaine en alignant les retournements de situation époustouflants. Il a en effet perdu le premier set de quatre de ses cinq matchs, en a conclu autant au tie-break du dernier set et a sauvé en tout six balles de match. Et le tout face à des joueurs de la trempe d’Andreev, Blake (n°11), Ginepri, Karlovic (n°14) et surtout Nadal (n°1). Il se place ainsi en bonne position pour la course au Masters.
Il se fera pourtant dépasser sur le fil par son compatriote Jo-Wilfried Tsonga. Finaliste surprise de l’Open d’Australie, le Français s’est ensuite fait nettement plus discret en raison d’une blessure au poignet. Il obtient tout de même son ticket pour Pékin grâce à un ultime exploit : une victoire lors du dernier Masters Series de l’année, à Paris. En finale, il prend la mesure en trois sets de David Nalbandian qui pouvait aussi espérer obtenir sa place au tournoi des Maîtres en cas de résultat contraire. Comme chaque année, ce tournoi se résume à une joute entre les candidats aux dernières places pour le Masters. Préférant rester frais pour l’ultime rendez-vous, Roger Federer déclare forfait avant son quart de finale. Réellement blessé au genou, Rafael Nadal doit abandonner au même stade face à Davydenko.
Plus tôt dans le mois, à Tokyo, Tomas Berdych a empêché Juan-Martin Del Potro de remporter un cinquième titre, deux mois après sa formidable série à Stuttgart, Kitzbühel, Los Angeles et Washington. L’Allemand Philipp Petzschner a également créé la sensation du mois en sortant des qualifications pour s’imposer à Vienne.

Novembre

Nadal forfait et Federer fatigué, Andy Murray fait office de favori pour le Masters. Le joueur en forme de cette fin de saison fait forte impression durant les matchs de poules en dominant Andy Roddick et Gilles Simon avant de terrasser le roi Roger dans un match de trois heures et à sa huitième balle de match. Fatigué par cet exploit, il est surpris le lendemain par Nikolay Davydenko en demi-finale. Novak Djokovic domine le Russe en finale pour s’adjuger le deuxième grand titre de sa saison (après l’Open d’Australie). Le Serbe domine Simon (vainqueur de Federer en poule) en demi-finales et prend également la mesure  de Del Potro durant les poules. Il perd tout de même un match dans ce tournoi, face à Tsonga, mais il était déjà assuré de sa place en demi-finale.
Avec le forfait de Nadal et la très bonne fin de saison de Del Potro et de Nalbandian, les Argentins sont archi-favoris pour la finale de la Coupe Davis qui, de plus, se déroule devant leur public (généralement très chaud). D’autant que le premier joueur espagnol, David Ferrer, est très loin de son meilleur niveau depuis de nombreux mois. Et de fait, le premier match tourne au calvaire pour Ferrer, écrasé en trois petits sets par Nalbandian. A la surprise générale, Feliciano Lopez remet les équipes à égalité en venant à bout en quatre sets d’un Del Potro un peu paralysé par l’enjeu. Le jeu de service-volée de l’Espagnol fait encore merveille dans le double. Aux côtés de Fernando Verdasco, il bat la paire Nalbandian / Calleri en quatre manches. Les Argentins se retrouvent ainsi au pied du mur, obligés de remporter les deux matchs de dimanche sans Del Potro qui, blessé, reste sur le banc. Jose Acasuso le remplace plutôt bien puisqu’il mène deux sets à un contre Verdasco avant que le Madrilène ne conclue en cinq sets. L’Espagne remporte ainsi son troisième trophée (les trois dernières années olympiques). L’Argentine, de son côté, perd sa troisième finale après 1981 et 2006. Pour la première fois, elle se déroulait sur leur terrain, une occasion qui ne se répétera sans doute pas de si tôt.