Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | National
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours


Les favoris pour New-York

 

Presque imbattable depuis trois mois, Rafael Nadal s’annonce comme le grand favori de l’US Open qui démarre lundi. Côté féminin, au contraire, le tournoi semble particulièrement ouvert.

Rafael Nadal n’est pas encore tout à fait à l’aise sur les courts de Flushing Meadows. Lors de ses trois dernières années, il en est reparti prématurément, subissant des échecs face à Blake, Youzhny ou Ferrer alors que personne ne parvenait à le battre à Roland-Garros et que seul Federer résistait encore sur le gazon de Wimbledon. Mais cette époque semble déjà lointaine au vu de l’écrasante domination sur le jeu dont il a fait preuve ces trois derniers mois.

Le Majorquin a remporté six de ses sept derniers tournois dont Roland-Garros, Wimbledon et les J.O. soit trois des six plus grosses épreuves de la saison. Il n’a également perdu que 8 matchs sur 78 cette saison. Dès lors, son passif à l’US Open penchera peu dans la balance au moment d’aborder le tournoi. Il ne serait d’ailleurs pas le premier à devenir  un maître incontesté des lieux après y avoir connu plusieurs désillusions. Ce fut le cas par exemple pour Ivan Lendl, Stefan Edberg ou Andre Agassi.

Son plus dangereux rival pourrait être Novak Djokovic. Celui-ci est d’ailleurs le seul à l’avoir battu (en demi-finale de Cincinnati) ces trois derniers mois. Il l’avait également fait tremblé en finale du Queen’s ou en demi-finale à Pékin. Finaliste de l’US Open il y a douze mois et vainqueur de son premier Grand-Chelem à Melbourne en début d’année, il a maintenant acquis l’expérience nécessaire pour aller au bout.

Roger, n°2

Depuis lundi dernier, Roger Federer n’est plus le roi de la planète tennis. Il a dû céder à Nadal cette première place sur laquelle il était assis depuis 237 semaines. La faute en revient à l’Espagnol bien entendu mais le Suisse a également nettement baissé de régime cette année. Souvent battu par Nadal et Djokovic, il a également perdu cinq fois déjà face à des joueurs classés en dehors du Top 10. Il peut donc tout à fait être surpris rapidement et il aura la lourde tâche d’affronter Djokovic en demi-finale avant de pouvoir croiser le fer avec Nadal. Mais il reste un joueur exceptionnel, capable du meilleur sur un tournoi et la possibilité d’un cinquième titre consécutif devrait le motiver.

En s’imposant à Cincinnati, Andy Murray s’est placé comme principal outsider pour le dernier Grand-Chelem de l’année. Toujours consistant dans les grands tournois, Nikolay Davydenko devra être tenu à l’œil. David Ferrer, n°4 mondial, pourrait faire pas mal de dégâts dans le tableau s’il ne subit pas trop la pression de ses nombreux points à défendre (il était en demi-finale en 2007). Le public américain misera essentiellement sur ses deux vedettes que son James Blake et Andy Roddick (vainqueur en 2003) mais espérera voir les seconds couteaux que sont Mardy Fish, Sam Querrey ou Robby Ginepri réaliser un exploit après la déroute collective de Wimbledon.

Parmi les autres joueurs, Fernando Gonzalez (médaillé d’argent à Pékin), Richard Gasquet, Fernando Verdasco ou Juan Martin Del Porto semblent les plus à même de créer la surprise.

Les Williams légèrement favorites

Après la nouvelle finale 100% Williams à Wimbledon (la septième en Grand-Chelem), les deux sœurs les plus célèbres du tennis seront les principales favorites de l’US Open. Certes, leurs résultats n’ont pas été vraiment brillants depuis. Blessées toutes les deux au genou gauche, elles ont dû renoncer à participer aux tournois de préparation (Serena prenant part à Stanford pour y abandonner en demi-finale). Elles ont ensuite participé aux Jeux Olympiques mais ont été battues en quart de finale.

Mais voilà, les deux américaines ont ceci de spécial qu’elles n’ont pas besoin d’exceller dans les petits tournois pour arriver à leur sommet lors des grands événements. En plus, l’US Open a un parfum particulier pour elles et le public bruyant et pas toujours respectueux les aidera à mettre la pression sur leurs adversaires lors des situations difficiles. Une certitude toutefois : elles ne s’affronteront pas en finale puisque le tirage au sort les a placées dans le même quart de tableau.

C’est surtout le manque d’opposition qui devrait favoriser la voie d’une Williams vers un succès. Depuis la retraite de Justine Hénin, personne n’a réussi à prendre les rênes du circuit féminin. Après sa victoire à Roland-Garros et son accession à la première place mondiale, Ana Ivanovic a montré beaucoup de difficulté à gérer son nouveau statut. De plus, une blessure à la main compromet jusqu’à sa participation au tournoi new-yorkais. Sa compatriote Jelena Jankovic a profité de son passage à vide pour se hisser, pour une semaine seulement au faîte de la hiérarchie. Mais ses propres résultats ne sont pas plus brillants. Quant à Maria Sharapova, elle accumule les ennuis physiques et a dû renoncer à sa participation au tournoi.

L’absence de cette dernière ne réduira pas pour autant les chances de voir une Russe s’imposer. La principale rivales des Williams sera peut-être Dinara Safina. Depuis sa victoire surprise à Berlin, la sœur de Marat Safin est de loin la joueuse la plus performante du circuit. Elle s’est également imposée à Los Angeles et à Montréal et a atteint les finales de Roland-Garros et des J.O. Celle qui l’a battue pour l’or de Pékin n’est autre que Jelena Dementieva qui sera également une prétendante à suivre de très près. Svetlana Kuznetsova, 3e mondiale et finaliste il y a douze mois, peut aussi s’imposer bien que ses derniers résultats soient moins probants. Enfin Vera Zvonareva, Anna Chakvetadze et Nadia Petrova sont également capable de créer l’une ou l’autre surprise. Quatre jeunes futures stars du circuit, la Polonaise Agnieska Radwanska, la Française Alize Cornet, la Slovaque Dominika Cibulkova et la Danoise Caroline Wozniacki joueront le rôle de trouble-fête.

Côté belge, il n’y aura que trois représentant dans le tableau. Les deux garçons, Steve Darcis et Olivier Rochus, ont hérités d’un premier tour à leur portée mais pourraient rencontrer un gros morceau au deuxième : respectivement James Blake et… Rafael Nadal. La participation de Steve est toutefois compromise par une blessure encourue au tournoi de New Haven cette semaine. Yanina Wickmayer, notre seule représentante féminine, sera opposée d’entrée à la Slovène Srebotnik, tête de série n°28. Un tirage difficile mais pas injouable.