Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | National
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours


Les favoris pour Melbourne

 

Sur le tout nouveau revêtement des courts de Melbourne Park, Roger Federer et Justine Hénin seront à nouveau les grands favoris pour le titre. Mais l’opposition, venue notamment de Serbie, n’entend pas se laisser faire.

Légèrement affaibli par un virus, Roger Federer a renoncé à participer à l’exhibition de Kooyong, tournoi où il a pris l’habitude, chaque saison depuis 2004, de préparer l’Open d’Australie. Il débutera donc le premier Grand-Chelem de l’année sans avoir pu tester la nouvelle surface utilisée lors de la tournée aux antipodes (le Plexicushion, une surface légèrement plus rapide que le Rebound Ace). Le Suisse devra sans doute prendre en compte cette donnée lors de la première semaine. Comme il devra prendre en compte une condition physique probablement moins affutée que d’habitude ce qui est toujours embêtant sous le soleil de l’été australien.

Mais c’est la deuxième semaine de tournoi qui sera la plus périlleuse pour le n°1 mondial avec la perspective d’affronter Novak Djokovic et Rafael Nadal coup sur coup. Si le Majorquin a montré des signes de faiblesse en finale à Chennai (après avoir, il est vrai, disputé une demi-finale de quatre heures la veille), le Serbe pourrait être l’adversaire le plus dangereux de Federer. L’année 2007 avait été celle de la révélation pour ce joueur de 20 ans à peine, 2008 pourrait bien être celle de la consécration avec, pourquoi pas, un premier titre en Grand-Chelem.

Du côté des outsiders, on pointera Nikolay Davydenko, 4e mondial et toujours très dangereux en Grand-Chelem et Andy Roddick qui bénéficie d’un tableau assez dégagé jusqu’en quart de finale où il devrait affronter Nadal. David Ferrer, le surprenant finaliste des Masters et Fernando Gonzalez, finaliste à Melbourne il y a douze mois, auront à cœur de montrer qu’ils n’avaient pas réalisé là un exploit isolé. Andy Murray, 20 ans, s’est montré très impressionnant à Doha et il est temps pour lui de réaliser un premier grand coup dans une épreuve majeure. Il devra pour ça prendre la mesure en huitième d’un autre grand espoir : Richard Gasquet. Mikhail Youzhny, vainqueur à Chennai devra être tenu à l’œil de même que Lleyton Hewitt, toujours aussi bagarreur et qui aura l’avantage d’être bruyamment soutenu par le public australien.

Un avantage dont il aura sans doute besoin dès le premier tour qui le verra affronter, sans doute en "night session", Steve Darcis. Ce dernier n’est décidemment pas gâté par le tirage au sort en Grand-Chelem puisqu’il avait déjà affronté Tommy Haas (absent à Melbourne) d’entrée de jeu à l’US Open. Xavier Malisse n’aura pas la tâche facile non plus face à Dmitryi Tursunov (vainqueur à Sydney donc en forme) et pourrait défier Olivier Rochus (si celui-ci bat l’Américain Querrey). Kristof Vliegen a bénéficié d’un tirage plus clément avec le Français Patience.

Vers un septième titre d’affilée ?

Au contraire de Roger Federer, Justine Henin a bénéficié de la préparation idéale. Comme en 2004 et 2006 (années de ses deux finales à Melbourne), elle s’est imposée à Sydney ce qui est excellent pour la confiance. Le forfait de Lucie Safarova lui a permis de ne disputer que trois rencontres dont deux contre des joueuses du Top 5. C’est suffisant pour s’acclimater à la surface et aux conditions de jeu « down under » et pas trop pour entamer ses ressources physiques à l’entame d’une quinzaine qui s’annonce éprouvante. Tout comme Roger Federer, Justine démarre 2008 gonflée à bloc après une deuxième partie de saison tonitruante en 2007. Elle n’a plus été battue depuis six mois et a accumulé six titres (avec Sydney) et 28 victoires.

Toutefois, son succès n’est pas garanti. Elle pourrait même retrouver sa principale adversaire dès les quarts de finale puisque Maria Sharapova a été versée dans son quart de tableau. La Russe a été longtemps blessée en 2007 mais son retour au Masters a été tonitruant. Elle n’y a échoué qu’en finale contre Justine Henin après un match de près de trois heures et demie. En fait, elle est la seule à avoir vraiment fait trembler la n°1 mondiale ces quatre derniers mois. Sa compatriote Svetlana Kuznetsova, 2e mondiale, trouvera peut-être de la confiance dans son bon parcours à Sydney où elle a atteint la finale. Mais sa route vers le titre a une nouvelle fois, la 16e en 18 confrontation, été barrée par la Belge.

Comme Kuznetsova, Ana Ivanovic a également pris un set à Justine à Sydney, en demi-finale. Les progrès de la Serbe depuis 12 mois sont conséquents et il ne serait pas étonnant de la voir remporter un premier titre du Grand-Chelem en 2008. Sa compatriote Jelena Jankovic a également marqué la défunte saison de son empreinte mais des récents problèmes physiques l’empêcheront de se présenter à Melbourne dans la peau d’une prétendante au titre. D’autres auront leur carte à jouer dans ce tournoi sans pourtant pouvoir espérer s’y imposer. Parmi elles on peut citer Anna Chakvetadze, Daniela Hantuchova, Nicole Vaidisova, Tatiana Golovin ou Lindsay Davenport la revenante qui n’est pas tête de série et devra affronter Maria Sharapova dès le deuxième tour.

Enfin et comme d’habitude, les sœurs Williams se sont évertuées à brouiller les cartes en ne disputant que des exhibitions : la Hopman Cup pour Serena et le tournoi de Hong-Kong pour Venus. Elles s’y sont toutes les deux imposées mais ces tournois donnent rarement une idée du niveau réel des joueurs. Les deux américaines sont en tout cas réputées pour n’avoir pas besoin de beaucoup de préparation avant d’aborder une grande épreuve. C’était le cas par exemple de Serena il y a douze mois. Alors qu’elle semblait physiquement loin de son sommet, elle avait fini par soulever le trophée en humiliant Maria Sharapova en finale.