Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | Belgian Circuit
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours


Les favoris pour New York

 

Il en a déjà fait tomber beaucoup mais il reste pourtant quelques records à battre pour Roger Federer. Il va, par exemple, tenter de devenir le premier joueur de l’ère Open à remporter un quatrième titre consécutif à Flushing Meadow. Côté féminin, Justine Hénin part légèrement favorite mais les deux Williams et les Serbes Jankovic et Ivanovic ne seront pas des proies faciles. D’autant que le tirage au sort a placé les cinq femmes dans la même moitié de tableau.

Vainqueur à Melbourne et Wimbledon et finaliste à Roland-Garros, Roger Federer vise un deuxième petit-Chelem consécutif (un troisième sur l’ensemble de sa carrière) et un douzième titre majeur pour se rapprocher encore un peu plus de Pete Sampras. La tâche est pourtant loin d’être aisée avec en particulier trois outsiders qui semblent se détacher : Nadal, Djokovic et Roddick.

L’Espagnol reste le principal adversaire du numéro un mondial. Après une nouvelle victoire à Paris, il l’a poussé dans ses derniers retranchements sur son gazon londonien, lui prouvant qu’il avait le potentiel d’un vainqueur de Wimbledon. Moins en vue durant l’été avec, entre autre, une légère blessure au bras à Cincinnati, il sera certainement encore dangereux à New York d’autant que le tirage au sort a été plutôt clément avec lui.

Pour atteindre la finale, Nadal devra sans doute en découdre avec Novak Djokovic en demi-finale. Le Serbe de 20 ans a explosé cette année pour passer de la 16e à la 3e place mondiale en moins de six mois avec, au passage, quatre titres (dont deux Masters Series) et des demi-finales à Roland-Garros et à Wimbledon. A Montréal le mois dernier, il a réalisé l’exploit de battre consécutivement Roddick, Nadal et Federer sur une surface très proche de celle utilisée à New York. De quoi le mettre sérieusement en confiance.

Roddick, justement, sera à nouveau difficile à battre. Sur cette surface, son service fera à nouveau des ravages et il pourra évidemment compter sur un public tout acquis à sa cause. Ce sera d’ailleurs le cas pour tous les Américains et notamment pour James Blake et Mardy Fish, tous deux finalistes à New Haven la semaine dernière et tout à fait capables d’atteindre la deuxième semaine.

En dehors des Américains et des trois premiers mondiaux, le nom de Davydenko se détache. Toujours beaucoup plus dangereux lors des Grands-Chelems que dans les épreuves secondaires, où il peut s’avérer plus lucratif de perdre au premier tour, le Russe avait atteint les demi-finales en 2006. Lleyton Hewitt, de retour à la 16e place, a retrouvé une partie de son tennis. Il pourrait être opposé à Djokovic dès les huitièmes. Berdych, Baghdatis, Gonzalez, Youzhny ou Gasquet tenteront de perturber l’ordre établit. 

Côté Belge, quatre garçons seront au rendez-vous mais avec des ambitions plutôt limitées. Olivier Rochus et Kristof Vliegen, en plein doute ces derniers mois, n’ont pas hérité d’un tirage au sort facile puisqu’ils affronteront respectivement Ginepri et Ljubicic. Ce n’est pas idéal pour retrouver la confiance. Xavier Malisse sera certainement plus heureux de ne voir « que » le Danois Pless de l’autre côté du filet. Mais après six mois d’absence, nul ne sait s’il tiendra cinq sets à son meilleur niveau. Enfin, Steve Darcis a réussi à s’extirper des qualifications mais sera opposé dès le premier tour au redoutable Tommy Haas. Pour le Liégeois, l’important était déjà de pouvoir participer pour la première fois à une épreuve du Grand-Chelem. Tout ce qui lui arrivera maintenant est du bonus.

Un tableau déséquilibré

Dans le tableau féminin, le tirage au sort a débouché sur un tableau à deux vitesses. Les cinq grandes favorites se retrouvant dans le haut du tableau qui promet d’être très chahuté. Justine Hénin, plus que jamais n°1 mondiale après sa victoire à Toronto, aura fort à faire pour faire oublier la déconvenue de Wimbledon. Outre un huitième de finale piège face à Golovin, elle pourrait retrouver Serena Williams en quart de finale, comme à Paris et à Londres.

L’Américaine n’a plus joué depuis cette défaite contre la Belge à Wimbledon mais on sait qu’elle n’a pas besoin de beaucoup de matches pour se préparer à un grand événement comme elle l’a encore prouvé à Melbourne en début d’année. La remarque est valable également pour Venus Williams qui s’est complètement relancée grâce à sa victoire à Londres. Elle pourrait rencontrer Justine ou sa sœur en demi-finale.

Il lui faudrait pour cela venir à bout des deux jeunes révélations de la saison : Ana Ivanovic et Jelena Jankovic. Au classement « Race », c'est-à-dire celui qui ne compte les points que depuis janvier, les deux Serbes sont classées respectivement troisième et deuxième, pas très loin de Hénin. La surface leur convient, tout comme l’ambiance new-yorkaise puisque les deux jeunes femmes ont déjà démontré qu’elles n’avaient pas froid aux yeux.

Le bas de tableau risque fort de ressembler à un championnat de Russie. Maria Sharapova, tenante du titre et toujours deuxième mondiale malgré un début de saison assez faible, en sera l’attraction principale mais ses compatriotes Svetlana Kuznetsova, Nadia Petrova et Anna Chakvetadze n’ont certainement pas l’intention de la laisser se balader. Parmi les autres joueuses capables de jouer les trouble-fêtes, il ne faudra pas perdre de vue Nicole Vaidisova, Daniela Hantuchova ou Shahar Peer.