Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | National
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

L’Année 2006 au masculin (2e partie)

Juillet

Roger Federer se balade à Wimbledon où il atteint la finale sans perdre un set. Il bat d’ailleurs, au passage, le record de 41 victoires consécutives sur herbe détenu pas Bjorn Borg. En finale, c’est à la surprise générale son bourreau de la terre-battue, Rafael Nadal, qui se dresse de l’autre côté du filet. L’Espagnol, que beaucoup pensaient incapable de réussir un tel exploit sur herbe, fait mieux que se défendre mais s’incline toutefois en quatre manches. En demi, il domine Baghdatis qui confirme son parcours à Melbourne en battant Grosjean, Murray et Hewitt. Le dernier demi-finaliste est également inattendu puisqu’il s’agit de Jonas Bjorkman, 34 ans, qui atteint le dernier carré d’un grand chelem pour la deuxième fois de sa carrière, presque neuf ans après la première. Nalbandian, Blake, Roddick (finaliste des deux précédentes éditions) et Ljubicic sont tous battus dès le troisième tour.
Les spécialistes de la terre se retrouvent ensuite à Stuttgart et Kitzbühel où s’imposent respectivement Ferrer et Calleri.

Août

Federer poursuit son parcours en s’imposant à Toronto. Sa victoire n’est toutefois pas des plus aisée puisqu’il cède un set lors de ses quatre derniers matchs face à Tursunov, Malisse, Gonzalez et Gasquet. Le Français gagne sa deuxième place en finale d’un Masters Series grâce à des victoires sur Blake, Berdych (le surprenant tombeur de Nadal) et Murray.
Ce dernier réussit à Cincinnati, la semaine suivante, ce qui restera sans doute comme l’exploit de l’année : battre Federer dans un Masters Series avant le dimanche. Lors des sept derniers tournois de cette catégorie, le Suisse avait en effet atteint au moins la finale. Cette défaite du numéro un mondial fait le plaisir d’Andy Roddick qui s’impose face à Ferrero (vainqueur de Nadal) en finale. L’Américain, passé à côté de son début de saison célèbre de la plus belle des manières sa toute nouvelle collaboration avec Jimmy Connors, son nouveau coach.

Septembre

Ce coup d’arrêt permet au moins à Federer de se reposer avant l’US Open qu’il remporte, signant ainsi son deuxième « petit chelem », après celui de 2004. Seuls deux Américains parviennent à lui prendre un set : Blake en quart et Roddick en finale. Ce dernier prouve ainsi son retour en forme bien que son tableau se soit sérieusement dégagé après la surprenante défaite de Nadal face à Youzhny, demi-finaliste surprise (il bat aussi Ferrer et Robredo). Au troisième tour, Roddick est toutefois sérieusement inquiété par Verdasco qui le pousse au cinquième set.
Mais le tournoi fut surtout la dernière épreuve officielle d’Andre Agassi. L’Américain part avec les honneurs après avoir livré deux superbes batailles face à Pavel et Baghdatis. Au troisième tour, épuisé, il chute contre le qualifié allemand Benjamin Becker. 
L’Argentine se qualifie pour sa deuxième finale de Coupe Davis, vingt-cinq ans après la première, en prenant facilement la mesure de l’Australie sur terre-battue. La victoire d’Acasuso en cinq sets face à Hewitt le premier jour s’avère décisive. La Russie rejoint l’Argentine en finale grâce à une étonnante victoire sur les Etats-Unis. La tactique du capitaine Tarpischev, sélectionnant d’abord Youzhny puis Tursunov à la place du n°1 russe Davydenko, porte ses fruits. C’est d’ailleurs Tursunov qui apporte le point de la victoire à ses couleurs après un marathon face à Roddick remporté 17/15 au 5e set.
Lors des matchs de barrages, l’Autriche, l’Allemagne, la République Tchèque, la Roumaine, l’Espagne, la Suède et la Suisse obtiennent sans problème leurs tickets pour le groupe mondial 2007. La Belgique est le dernier qualifié grâce à une très belle victoire sur les terres de la Slovaquie, finaliste de la précédente édition.

Octobre

Roger Federer est à nouveau, et incontestablement, le meilleur joueur du mois puisqu’il s’impose dans trois épreuves : à Tokyo (face à Tim Henman), chez lui à Bâle, ainsi qu’au Masters Series de Madrid. Dans la capitale espagnole, il est inquiété au troisième tour par Soderling qui le force à disputer deux tie-breaks. Pour le reste, il s’impose assez facilement, notamment contre Nalbandian en demi-finale et Gonzalez en finale.
En quart de finale, il dispose de Robby Ginepri. Assez discret sur le circuit depuis un an, l’Américain avait précédemment sorti Lopez, Ancic et Robredo. La semaine aura été marquée par la défaite de Rafael Nadal face à Tomas Berdych en quart de finale. Devant un public déchaîné et très « limite », le Tchèque conserve son sang froid mais sort du court sous les huées.
Fernando Gonzalez est également en forme en cette fin de saison puisque, avant sa finale madrilène, il s’était hissé au même stade à Vienne où il s’était cette fois incliné face à Ivan Ljubicic.

Novembre

Comme l’année dernière, le Masters Series de Paris pâtit de sa mauvaise place dans le calendrier et voit les meilleurs mondiaux déclarer forfait l’un après l’autre. Seul joueur du Top 6 à répondre présent, Nikolay Davydenko se balade dans le tournoi à l’exception d’un set perdu, en demi, contre Robredo. En finale, il humilie Dominik Hrbaty, vainqueur en demi-finale de Tommy Haas, sur abandon, et du tenant du titre Tomas Berdych en quart.
Deux semaines plus tard, les huit meilleurs se retrouvent à Shanghai pour les Masters. Le duel tant attendu entre Federer et Nadal a lieu, une fois n’est pas coutume, en demi-finale. La faute de James Blake qui bat l’Espagnol (ainsi que Davydenko) en match de poule. Federer, vainqueur de ses trois matchs de groupe (non sans être passé à un point de la défaite face à Roddick) bat ensuite Nadal en deux sets serrés puis dispose, nettement plus facilement, de Blake en finale.

La finale de la Coupe Davis est remportée par la Russie dans le Stade Olympique où ils sont invaincus depuis onze ans. Pourtant, c’est David Nalbandian qui se montre le plus costaud en simple en écrasant Marat Safin en trois sets le premier jour avant de ne laisser qu’un set de plus à Davydenko le dimanche. Une fois de plus, le double revêt une importance capitale et c’est la paire Safin / Tursunov qui le domine de bout en bout face à Nalbandian / Calleri. Davydenko ayant dominé Chela lors du tout premier match, les deux équipes se retrouvent à égalité avant la dernière rencontre. Celle-ci est de toute beauté et c’est Safin qui la remporte face à Acasuso après quatre sets serrés.