Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | National
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours


Les favoris de Roland-Garros

 

Après les deux superbes finales de Monte-Carlo et de Rome, les n°1 et 2 mondiaux Roger Federer et Rafael Nadal se rencontreront-ils également lors du dernier match à Paris ? Ils sont en tout cas peu nombreux à posséder les armes pour battre ces deux-là. Le tableau féminin s’annonce plus ouvert avec six ou sept joueuses capables de soulever le trophée dont Kim et Justine.

Bien que n°2 sur les tablettes de l’ATP, Rafael Nadal est le favori logique à sa propre succession. Imbattable sur terre-battue depuis 53 rencontres, il a acquis, depuis un an, une maturité et une régularité qu’il n’avait pas encore lors de son premier succès. Vainqueur de Monte-Carlo et Rome mais aussi de Barcelone et Dubaï (sur dur et également face à Federer), il a été très impressionnant depuis le début de la saison sur terre. En 17 matchs sur cette surface, il n’a perdu que six sets… dont la moitié face au numéro un mondial.

Celui-ci, bien que battu, s’est donc montré tout à fait capable de bousculer l’Espagnol sur la surface ocre, surtout à Rome où il a obtenu deux balles de match. La brique pilée reste difficile à maîtriser pour lui mais ses progrès depuis un an y sont considérables. A tel point que seul Nadal semble en mesure de le battre aujourd’hui.

Nalbandian, le 3e homme

Le joueur qui paraît le mieux armé pour empêcher l’affrontement au sommet est David Nalbandian. Depuis sa victoire aux Masters, l’Argentin a franchi un cap psychologique : il sait maintenant ce que c’est de gagner un grand titre. Depuis lors, il a ajouté un trophée à son palmarès (Estoril) et a joué les demi-finales dans trois des plus gros tournois de ce début d’année : Melbourne, Miami et Rome (où il n’a cédé qu’au tie-break du dernier set contre Federer). Il se retrouve en outre dans la moitié de tableau du Suisse qui a toujours eu du mal à briser son jeu en cadence.

Derrière ces trois grands favoris, les spécialistes de la terre-battue tenteront de créer la surprise. Les meilleurs d’entre eux seront sans doute Tommy Robredo (vainqueur à Hambourg), Gaston Gaudio (le lauréat 2004 à Paris, Fernando Gonzalez (qui aura un premier tour très dur contre Marat Safin) ou Nikolay Davydenko (demi-finaliste l’an dernier). Mais il ne faudra certainement pas perdre de vue les nombreux Espagnols (Ferrer, Ferrero, Moya, Almagro, Verdasco) ou autres sud-américains (Acasuso, Chela, Horna, Massu) qui débuteront le tournoi avec de grandes ambitions.

Ce sera forcément moins le cas pour certaines stars du circuit plus à l’aise sur surfaces rapides. Ivan Ljubicic, James Blake, Radek Stepanek, Andy Roddick et Lleyton Hewitt seront certainement plus dans leur élément dans deux semaines, lorsque débutera la saison sur gazon. Les deux derniers, physiquement amoindris depuis plusieurs semaines, risquent même de déclarer forfait.

Justine, Nadia et les autres…

Comme chez les hommes, la lauréate 2005 est la mieux placée pour se succéder à elle-même. Mais contrairement à l’année dernière où elle était arrivée à Paris invaincue sur terre-battue, Justine Hénin-Hardenne n’a pas dominé ses adversaires ces derniers mois. Depuis le début de l’année, elle a remporté deux titres secondaires (Sydney et Dubaï) et a battu quasiment toutes les meilleures au moins une fois. Mais il lui a manqué un gros titre sur terre pour se mettre totalement en confiance.

A Berlin, elle est passée tout près du titre mais a dû laisser la victoire à Nadia Petrova qui sera, sans nul doute, sa principale adversaire à Paris. La nouvelle n°1 russe qui joue le meilleur tennis de sa carrière depuis le début de la saison est dans une position idéale puisqu’elle n’a pas perdu un seul match dans les trois tournois sur terre-battue qu’elle a disputé à Amelia Island, Charleston et donc Berlin. Elle compte tout de même une défaite sur cette surface, en Fed Cup face à… Justine. En pleine confiance, elle risque toutefois de manquer un peu d’expérience puisqu’elle n’a encore jamais joué de finale en Grand-Chelem.

La troisième meilleure joueuse de ces derniers mois est sans conteste Amélie Mauresmo. Au top en tout début d’année après ses victoires à Melbourne, Paris et Anvers, elle est un petit peu redescendue de son nuage depuis lors, notamment en raison d’un petit virus qui l’a contrainte au forfait à Rome. Mais la numéro un mondial a envie, à Roland-Garros peut-être plus qu’ailleurs, de montrer que son nouveau statut n’est pas usurpé.

Kim Clijsters est toujours une énigme sur terre-battue. Deux fois finaliste à Paris, elle continue à prétendre que cette surface ne sied pas à son jeu. Elle y a pourtant déjà obtenu de belles victoires comme à Rome en 2003 ou à Varsovie cette année où elle a battu Kuznetsova et Dementieva. Ces dernières sont d’ailleurs tout à fait capable de créer la surprise. Kuznetsova a démontré qu’elle était de retour en s’imposant à Miami alors que Dementieva joue toujours bien à Roland-Garros.

D’autres Russes pourraient réaliser un bon parcours. Maria Sharapova est toujours quatrième mondial mais ses frappes à plat manquent d’efficacité sur terre. Anastasia Myskina a perdu la confiance qui lui avait permis de remporter le tournoi en 2004. Dinara Safina, Maria Kirilenko et Anna Chakvetadze progressent de plus en plus vers les sommets. Les Américaines risquent par contre de ne pas beaucoup se montrer à Paris. En l’absence de Lindsey Davenport et Serena Williams, seule Venus Williams a une (petite) chance d’emmener la bannière étoilée en deuxième semaine.

Mais une bonne partie de l’attention sera portée sur le retour à Roland-Garros de Martina Hingis. Déjà 14e mondiale cinq mois seulement après son retour, la Suissesse a prouvé en remportant le tournoi de Rome, qu’elle pouvait encore s’imposer dans une grande épreuve. Un nouveau titre en Grand-Chelem est-il envisageable ?

Huit Belges

Outre Justine et Kim, six autres Belges seront en lice au premier tour. Kirsten Flipkens, repêchée comme lucky loser jouera son premier tableau final en Grand-Chelem… contre la Française Pichet qui l’a éliminée 8/6 au troisième set en qualification. Une adversaire tout à fait jouable donc.

Sur les cinq garçons engagés, Olivier Rochus est celui qui a hérité du tableau le plus favorable. Tête de série n°27, il a tout à fait les moyens de se retrouver en deuxième semaine. Kristof Vliegen, en grande forme ces dernières semaines, peut tout à fait franchir le premier tour mais sera ensuite opposé à quelques spécialistes de la terre-battue (Acasuso puis Robredo). Il aura pu avoir un meilleur tirage.

Dick Norman, sorti des qualifications, rencontrera un autre qualifié au premier tour. Pour sa cinquième participation, il cherchera surtout à se faire plaisir. Quant à Xavier Malisse et Christophe Rochus, ils seront tous les deux opposés à une tête de série, respectivement Massu (n°32) et Johansson (n°18). Franchir le premier tour serait déjà une bonne chose pour eux.