Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | National
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

L’Année 2004 au masculin (1re partie)

Janvier

Roger Federer commence l’année aussi bien qu’il avait terminé 2003. Vainqueur du Masters deux mois plus tôt, il s’adjuge son deuxième titre du Grand-Chelem à l’Open d’Australie et, par la même occasion, devient n° 1 mondial. Quasiment intouchable, le Suisse se balade dans un tableau pourtant fort relevé. Il bat successivement Hewitt, Nalbandian, Ferrero et Safin.
Le véritable héros du tournoi est d’ailleurs le finaliste. Il réalise un véritable marathon pour sortir Todd Martin, Andy Roddick et Andre Agassi en cinq sets. Il passe malheureusement à côté de sa finale, trop fatigué pour pouvoir rivaliser avec Federer. Après une année pourrie par les blessures et une chute à la 77e place mondiale, il prouve en tout cas qu’il faut encore compter sur lui.
Outre Safin, un autre joueur non tête de série atteint les quarts de finale. Il s’agit de Hicham Arazi qui bat Mark Philippoussis au grand désespoir du public australien.

Février

Ce public n’est d’ailleurs pas au bout de ses peines car, dès la semaine suivante, à Adélaïde, l’équipe australienne de Coupe Davis se fait surprendre par la Suède avec, entre autres, une double contre-performance de Philippousis qui perd en trois sets contre Enqvist puis Bjorkman.
Dans une autre rencontre surprenante, la Biélorussie élimine le grand frère russe. Max Mirnyi remporte ses deux simples mais c’est à Vladimir Voltschkov, pourtant blessé le premier jour, que revient l’honneur d’apporter à son pays sa toute première victoire dans le groupe mondial. L’Espagne, privée de Moya et Ferrero, s’en sort de justesse contre la Tchéquie grâce au jeune Rafael Nadal (18 ans) qui remporte le dernier match contre Stepanek alors que c’était sa première sélection.
Les Pays-Bas, la France, les USA et l’Argentine gagnent sans surprise alors que la Suisse s’en sort grâce à son leader Roger Federer qui remporte les trois points de son équipe.
Le numéro un mondial va quand-même perdre un premier match, à Rotterdam, contre Tim Henman. L’Anglais s’affiche comme la bête noire de Federer puisqu’en 7 rencontres entre les deux joueurs, il n’a perdu qu’une fois et c’était sur abandon. C’est Lleyton Hewitt qui remporte le tournoi contre Ferrero alors que le tournoi de Memphis voit la victoire surprise du jeune Suédois Joachim Johansson.

Mars

Federer se rattrape vite en s’imposant sous la chaleur de Dubaï. Carlos Moya choisit un endroit à peine moins idyllique, Acapulco, pour signer un retour gagnant.
Le numéro un mondial poursuit ensuite sa tournée des déserts en remportant le premier Masters Series de la saison à Indian Wells. A cette occasion, il prend une belle revanche sur Tim Henman en finale. Moya n’y est pas aussi brillant puisqu’il s’incline dès le deuxième tour face à la révélation du tournoi, le Géorgien Labadze, qui poursuit sa route jusqu’en demi-finale.
A Miami, Andy Roddick se reprend après un début de saison en demi-teinte. Il bat Moya et Spadea avant de bénéficier du forfait de Coria après le troisième set de la finale. Vince Spadea est l’invité surprise de ces demi-finales. Safin et Srichaphan sont ses principales victimes.

Avril

En Coupe Davis, Roger Federer continue à se montrer impérial en simple mais perd le double, ce qui précipite la défaite de son équipe contre la France. L’Argentine, privée de Coria et Nalbandian, aligne une équipe B sur la moquette très rapide de Minsk. Il n’en faut pas plus pour offrir une victoire facile aux Biélorusses Mirnyi et Voltschkov qui, pour leur première participation au groupe mondial, atteignent les demi-finales. Les Etats-Unis et l’Espagne se qualifient également sans trop de difficultés.
Pour sa part, la Belgique souffre plus que prévu face au Zimbabwe dans le groupe I mais obtient tout de même son ticket pour les play-offs. Wayne Black bat Olivier Rochus le premier jour avant de pousser Malisse au 5e set. La bonne nouvelle vient tout de même du double où Rochus et Vliegen battent Black/Ullyett, une des meilleures paires du monde.
Deux semaines plus tard, Guillermo Coria atteint une nouvelle finale de Masters Series, à Monte-Carlo. Mais cette fois, plus d’abandon. Il s’impose en trois petits sets contre Rainer Schüttler, qui réalise sa meilleure performance sur terre-battue en battant Kuerten, Hewitt, Henman et Moya. Marat Safin profite du forfait de dernière minute de Roddick pour se glisser en demi-finale.
A Barcelone, Kristof Vliegen sort des qualifications et poursuit son parcours jusqu’en demi-finale mais il est stoppé par Tommy Robredo, le futur vainqueur.

Mai

A Rome, la lutte acharnée entre Espagnols et Argentins pour dompter la terre-battue se poursuit. C’est Carlos Moya qui met tout le monde d’accord en s’imposant en trois petits sets contre Nalbandian. Mariano Zabaleta atteint les demi-finales après des victoires sur Massu et Henman.
A Hambourg, Roger Federer met, momentanément, un terme à la domination hispanophone en remportant la finale en quatre sets contre Coria. Ivan Ljubicic profite d’un tableau dégagé pour se glisser en demi.
A Roland-Garros, le n° 1 mondial est pourtant battu fort tôt face au revenant Gustavo Kuerten. L’explication hispano-argentine a lieu en quart de finale entre Carlos Moya et Guillermo Coria et c’est ce dernier qui dégoûte son adversaire en ramenant toutes les attaques. La suite est totalement en faveur de l’Argentine puisque trois de ses représentants se retrouvent en demi-finale (avec, ... surprise ! le serveur-volleyeur Tim Henman).
C’est finalement le plus inattendu des trois, Gaston Gaudio, 44e mondial, qui s’impose au terme d’une finale à rebondissement contre Guillermo Coria. Ce dernier mène d’abord deux manches à zéro (dont un 6/0 d’entrée) en baladant son adversaire avant de se crisper et de finir par s’incliner 8/6 au cinquième set non sans s’être octroyé deux balles de matchs. Gaudio en était à son troisième marathon de la quinzaine puisqu’il avait déjà cédé deux sets à Canas et Novak lors des deux premiers tours.
La satisfaction belge vient de Xavier Malisse, déjà finaliste à Sankt Polten la semaine précédente, qui atteint les huitièmes de finale après une très belle victoire sur Costa.