Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | National
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

Troisième finale 100% belge

Justine Hénin-Hardenne et Kim Clijsters se sont qualifiées pour leur troisième finale 100% belge en Grand-Chelem. En demi, elles ont disposé, sans vraiment convaincre, de la Colombienne Zuluaga et de la Suissesse Schnyder. Samedi, elle s'affronteront pour le titre et pour la place de n° 1 mondial.

L'opposition n'était, sur le papier, pas à la hauteur pour une demi-finale de Grand Chelem. Néanmoins, il fallait rester concentrée, ne pas laisser l'adversaire imposer son jeu et, surtout, éviter les blessures.

Sur ce dernier point, c'est Kim Clijsters qui retenait le plus l'attention. Blessée à la cheville avant le tournoi, touchée au dos la semaine passée et à nouveau embêtée par sa cheville hier, la Limbourgeoise ne savait pas, quelques heures avant sa demi-finale, si elle allait être capable de jouer.

Il ne fallut pas longtemps pour se rendre compte que Kim était en pleine possession de ses moyens physiques. Courant sur tout, frappant le plus fort possible pour abréger les échanges (il était impératif de ne pas rester trop longtemps sur le court pour bien récupérer avant la finale) et tentant même, à plusieurs reprises, son fameux grand-écart, la fiancée de Lleyton Hewitt mena très vite 6/2-3/1 et semblait sur le point de conclure rapidement.

Mais si Schnyder (22e tête de série) n'est "que" 26e mondiale, ce n'est certainement pas par manque de talent. En variant beaucoup les effets, elle allait endormir son adversaire. Kim se mit à faire de plus en plus de fautes, lâcha son service d'avance avant de se faire breaker à nouveau et de se retrouver menée 3/5.

Hénin concentrée

La Suissesse se crispa au moment de conclure le set, ce qui permit à la n° 2 mondiale de refaire surface, de revenir et de conclure ce set, et le match, au tie-break.

Justine, quant à elle, ne connut pas les mêmes problèmes. Concentrée du début à la fin sur sa tactique (au risque de perdre un peu de spontanéïté), elle ne laissa jamais Zuluaga (n° 32) s'installer dans la partie. Très stressée en début de rencontre, la Colombienne se détendit un peu par après mais ne put que très rarement faire admirer la qualité de son revers.

Les échanges furent longs et nombreux mais la Belge avait, la plupart du temps, le dernier mot et signa sa victoire d'un beau coup droit gagnant (6/2-6/2).

"J'ai très bien commencé le match et ça m'a beaucoup aidée, ça m'a donné beaucoup de confiance", analysa la n° 1 mondiale. "Je devais rester très concentrée et calme dans les moments tendus car Fabiola est une excellente joueuse", expliqua-t-elle.

Super Safin

En soirée, la première demi-finale masculine a donné lieu à un fabuleux combat entre le tenant du titre Andre Agassi (n° 4) et le revenant Russe Marat Safin. Ce dernier, impressionnant au service (33 aces et pas une double faute en plus de 3h30 de match !), remporta les deux premiers sets par la plus petite des marges (8/6 au tie-break).

On pensait voir le troisième set prendre le même chemin quand le Kid de Las Vegas fit le break à 6/5 pour revenir dans la course. Le Russe, visiblement éprouvé, balança la quatrième manche 6/1 avant de serrer le jeu à nouveau pour s'imposer 6/3 dans l'ultime set.

Mettant fin à une invincibilité de 26 matchs d'Agassi à Melbourne Park (sa dernière défaite remonte à 1999 !), Safin est le bourreau des Américains dans ce tournoi puisqu'il en a déjà battu 5. En finale, ce sera un Européen qui lui sera opposé, soit Ferrero, soit Federer. Nul doute que le Russe aura bien besoin de ses deux jours de repos car il vient d'aligner quatre matchs de plus de trois heures.

Pas mal pour un convalescent !