Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | Belgian Circuit
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

Grosse déception pour Malisse

Dans une journée très belge à Wimbledon, puisque six de nos représentants ont joué, les fortunes ont été plutôt diverses. Si Elseneer et Olivier Rochus ont étonné, Xavier Malisse a, à nouveau, beaucoup déçu.

On croyait le Courtraisien remis sur de bons rails après ses bons parcours à Roland-Garros et au Queen’s où il avait fallu, à chaque fois, un super Agassi pour le stopper. La déception n’en est que plus grande encore. Si sa saison a déjà connu plus de hauts que de bas, ce match du premier tour sur le court n° 7 est un abîme, malgré tout le respect qu’on doit à Cyril Saulnier, son adversaire. Ce Français de 27 ans n’a, en effet, jamais atteint le top 100 après 7 années de professionnalisme et n’avait, jusqu’ici, remporté qu’un seul match en Grand Chelem (contre Savolt à l’US Open 2000) alors qu’il participe pour la 11è fois à un « Major »! Certes, il avait surpris au Queen’s en battant Draper et Mirnyi avant de prendre un set à Henman mais, auparavant, il n’avait remporté qu’un seul match sur gazon de toute sa carrière et c’était… sur abandon.

On pouvait donc s’attendre à une victoire aisée du demi-finaliste de l’année dernière. Au lieu de cela, ce fut une prestation pitoyable où Xavier ne parvint jamais à trouver une solution face à son modeste adversaire. Au prochain classement, Xavier se retrouvera entre la 65è et la 70è place, perdant même probablement la première place nationale. Il est en tout cas sérieusement temps qu’il se trouve un nouvel entraîneur pour donner un coup de fouet à sa carrière.

Elseneer et Rochus créent l’exploit

Le résultat de Dick Norman est, lui aussi, assez décevant. Comme à Roland-Garros, le géant belge quitte ce tournoi avec un sentiment mitigé. La qualification pour le tableau final est, en effet, un excellent résultat. Il a d’ailleurs ainsi participé aux quatre derniers Grands-Chelems ce qui est une belle preuve de constance de la part d’un joueur qui a arrêté sa carrière pendant deux ans. Mais, comme à Paris, son adversaire semblait prenable (ici : le Japonais Takao Suzuki 303è mondial !) et la déception est à l’arrivée.

Mais la journée fut également riche en agréables surprises pour le tennis belge. Els Callens allait, en effet, vaincre Barbara Rittner à qui elle n’avait pas encore réussi à prendre le moindre set en trois rencontres. Spécialiste du jeu sur herbe (elle était en demi-finale à s’Hertogenbosch la semaine passée), l’Allemande n’a jamais trouvé la parade au jeu à plat de notre compatriote. Au deuxième tour, Els retrouvera Serena Williams pour un « remake » (on n’ose dire une revanche) de leur confrontation de l’an passé.

Gilles Elseneer allait, quant à lui, réaliser une première. Déjà tout heureux de s’être extirpé du tableau qualificatif, le Bruxellois a réussi à se qualifier pour le second tour. Et pas contre n’importe qui! Avec une victoire et deux finales (dont la deuxième il y a 10 jours) à Halle et un quart de finale à Wimbledon, Nicolas Kiefer est un véritable spécialiste de la surface verte. C’est donc bien un exploit réalisé par « Gillou », lui qui, à 25 ans, participe à son tout premier Grand Chelem, celui qui lui tient le plus à cœur. Au deuxième tour, il devra affronter le jeune espoir suédois Robin Soderling, lui aussi issu des qualifications et tombeur du finaliste de Roland-Garros Martin Verkerk en quatre sets.

Olivier Rochus a, pour sa part, réalisé la plus belle performance de la journée en sortant la tête de série n° 7, Guillermo Coria. Certes, l’Argentin est plutôt un spécialiste de la terre-battue mais l’exploit est tout de même de taille. Oli devient un peu coutumier du fait puisque pour la 3è fois (en quatre participations), il sort une des huit premières têtes de série de Wimbledon. Magnus Norman (3è, en 2000) et Marat Safin (2è en 2002) ont déjà été ses victimes. Il faut aussi rappeler que l'Auvelaisien avait, à chaque fois, perdu au tour suivant et que s’annonce, au deuxième tour, un match piège face au Français Dupuis (qui a gagné leur unique confrontation).

Justine se rassure

En soirée, Justine Hénin-Hardenne fit son entrée dans le tournoi. Incertaine après sa blessure à la main occasionnée à s’Hertogenbosch, l’Ardennaise s’est pleinement rassurée en remportant 7/5-6/1 son premier tour face à l’Ukrainienne Vakulenko. Dotée d’un service puissant, celle-ci inquiéta Justine jusqu’à 5/5 au premier set avant de s’effondrer complètement. Avant d’affronter au second tour Flavia Pennetta, une Italienne en pleine progression, notre compatriote aura 48 heures de repos ce qui devrait lui permettre d’être à nouveau à 100% de ses moyens.

Il n’y a, bien sûr, pas eu que des Belges sur le court hier mais les défaites de Coria, Kiefer et Malisse font partie des plus grosses surprises de la journée. Mantilla (22è mais pas vraiment à l’aise sur gazon) et Ferreira (28è, peut-être pas remis de sa terrible blessure à Paris) furent éliminés par le Canadien Niemeyer et le Slovaque Kucera. Le finaliste de Roland-Garros, Martin Verkerk (n° 21), prouva que son jeu n’est pas encore adapté à la surface en perdant contre le Suédois Soderling. En soirée, Yevgeni Kafeïnikov fut battu en cinq sets par le Néerlandais Raemon Sluiter.

Ferrero, Blake et Nalbandian franchirent le cap du premier tour sans soucis alors que Agassi et Henman devaient lâcher un set. Chez les dames, trois têtes de séries mineures (Shaughnessy, 19, contre Kapros, Stevensson, 26, contre Loit et Tanasugarn, 32, contre Morigami) se sont fait battre. Serena Williams n’a pas dû forcer son talent pour venir à bout de sa compatriote Craybas et rejoint Capriati, Dokic, Myskina, Daniilidou et Dementieva au deuxième tour.