Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | Belgian Circuit
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

L’Année 2003 au féminin (4è partie)

Tournée nord-américaine

Après avoir remis les pendules à l’heure à Wimbledon, les sœurs Williams décidèrent de faire l’impasse sur la tournée nord-américaine pour récupérer de leurs blessures. Ce fut tout bénéfice pour Kim et Justine qui ont remporté tous les tournois auxquels elles ont participé.

A Stanford, tout d’abord, où la Limbourgeoise s’imposa pour la 2è fois en trois ans. En finale, Capriati la malmena pendant un set et demi avant de s’incliner 4/6-6/4-6/2.

A San Diego, les deux Belges allaient à nouveau s’affronter. Une rencontre d’un très haut niveau, probablement le plus beau match entre Kim et Justine, finalement gagné 3/6-6/3-6/2 par la Rochefortoise. Un incident vint toutefois gâcher la fête. En début de second set, Justine se fit soigner pour des ampoules au pied. Après le match, Kim lui reprocha d’avoir interrompu la partie pour lui faire perdre son rythme. C’était le premier coup de canif dans la bonne entente des deux joueuses.

Hénin absente à Los Angeles, Clijsters eut une voie royale pour remporter le sixième titre de sa saison. Un succès (face à Davenport 6/1-3/6-6/1) qui signifiait bien plus que les autres puisqu’il permettait à la fiancée de Lleyton Hewitt de détrôner Serena Williams et de devenir la première Belge n° 1 mondiale. Certes, les nombreux forfaits de l’Américaine l’avaient bien aidée dans sa tâche. Certes elle était la première à atteindre cette place sans avoir remporté de tournoi du Grand-Chelem. Mais sa régularité depuis le début de la saison (pas encore une défaite avant les demi-finales !) en faisait une n° 1 tout à fait méritante.

Vraisemblablement émoussée par ces émotions, Kim allait se faire surprendre dès son deuxième tour au Tier I de Toronto face à la jeune Russe (encore une !) Krasnoroutskaya. Celle-ci poursuivit son joli parcours jusqu’à la finale où elle ne put rien (6/0-6/1) face à une Justine Hénin-Hardenne en état de grâce. Ce tournoi se résuma d’ailleurs à une tournée russe pour la Rochefortoise qui dut battre Petrova, Bovina et Dementieva. Cette dernière, tombeuse de Myskina et Mauresmo lui donna bien du fil à retordre puisqu’elle ne s’inclina que 6/3-6/7-6/2.

La surprise du tournoi fut Paola Suarez qui réalisa un parcours parfait jusqu’en demi-finale en disposant de Kuznetsova, Pierce, Hantuchova et Zvonareva (dont c’était le quatrième quart de finale en Tier I !) avant de chuter 6/4-4/6-7/5 face à Krasnoroutskaya.

Dans le dernier tournoi de préparation, à New Haven, Jennifer Capriati allait réussir un retour gagnant après plusieurs forfaits en s’imposant grâce, il est vrai, aux abandons de Mauresmo en demi et de Davenport en finale.

US Open

Toujours pas remises de leurs blessures, les sœurs Williams renoncèrent également à participer à l’US Open. Davenport et Mauresmo diminuées, il n’y avait guère que Capriati qui pouvait tenter d’empêcher une nouvelle finale belgo-belge à l’US Open.

Cela se confirma puisque Kim Clijsters se qualifia pour l’ultime match sans rencontrer la moindre résistance alors que Justine Hénin-Hardenne dut batailler plus de trois heures pour venir à bout de l’Américaine. Menant 4/1 dans la première manche, la Belge subit un terrible coup de barre et se retrouva menée 6/4-5/3. La pression du public, tout entier derrière sa joueuse, était à la limite du supportable mais Justine tint bon et recolla au score pour empocher le deuxième set 7/5. Au bout du rouleau, la Rochefortoise fut très vite menée 4/1. Les crampes commencèrent à l’assaillir mais, toujours vexée des critiques émises un mois plus tôt par Kim Clijsters, elle ne fit pas appel au kiné.

Elle finit par renverser la situation et l’emporter sept points à quatre au tie-break. Capriati était passé à 11 reprises à deux points de la victoire. Il était passé une heure du matin et Justine avait encore une finale à jouer 15 heures plus tard.

A son grand soulagement (car il est clair qu’elle n’aurait pas tenu trois sets dans son état de fatigue), Kim joua la finale encore plus tendue qu’à Paris. Elle obtint bien une balle de première manche mais Justine s’imposa 7/5-6/1. Comme à Roland-Garros, le match n’avait pas tenu ses promesses.

Le lendemain, les propos du père de Kim et de quelques autres, relayés dans une grande partie de la presse belge, soupçonnant Justine d’avoir pris des produits dopant allaient un peu gâcher la fête et jeter de l’huile sur le feu entre les deux joueuses. Peu de temps après, elles allaient officiellement annoncer qu’elle ne participeraient pas à la phase finale de la Fed Cup.