Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | Belgian Circuit
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

L’Année 2003 au féminin (2è partie)

Har-Tru

Si le début d’année avait prouvé que nos deux championnes étaient les meilleures en l’absence des Williams, la saison sur terre allait démontrer que, même lorsque celles-ci sont présentes, Kim et Justine ne les craignent plus. Tout débuta aux Etat-Unis sur le Har-Tru (terre-battue bleue) avec la première défaite de la saison pour Serena Williams, battue en finale du Tier I de Charleston par Justine Hénin-Hardenne. Un peu trop sûre d’elle, la n° 1 mondiale allait pourtant être dominée dans tous les compartiments du jeu par la Belge. Avec de nombreux revers coupés et grâce à un jeu de jambe extraordinairement véloce, Justine avait enfin trouvé la méthode pour battre Serena, sur surfaces lentes en tout cas.

La révélation du tournoi fut la jeune américaine Ashley Harkleroad. Bénéficiaire d’une invitation, elle se glissa en demi-finale en battant au passage Bovina, Shaughnessy et Hantuchova.

Justine ne parvint pas à continuer sur sa lancée la semaine suivante et s’inclina en demi-finale à Amelia Island face à Dementieva.

Fed Cup

La Rochefortoise rejoignit alors l’équipe belge à Bree pour assurer sans difficulté la qualification pour les quarts de finale face à une formation autrichienne privée de ses meilleurs éléments. Le suspens fut également de courte durée dans la plupart des autres rencontres. Les Américaines et les Françaises s’imposèrent également 5/0 (contre la Colombie et la République Tchèque) alors que la jeune équipe russe ne céda qu’un match à la Croatie.

Les tenantes du titre Slovaques eurent plus de peine face aux allemandes (3/2) alors que l’Espagne, qui jouait pour la première fois depuis 16 ans sans Arantxa Sanchez, s’en sortit sur le même score face aux Australiennes. L’Italie et la Slovénie se qualifièrent également pour les quarts de finale.

L’Axe Berlin-Rome

Après la victoire d’Amélie Mauresmo à Varsovie (sur abandon de Venus Williams), les choses sérieuses commencèrent avec les Deux gros Tiers I sur terre-battue européenne : Berlin et Rome. Une nouvelle fois, nos deux plus fines raquettes allaient s’y montrer les plus fortes.

Dans la capitale allemande, les deux Belges se sont retrouvées en finale après un superbe parcours. En demi-finale, Justine battait Mauresmo alors que Kim prenait la mesure de Capriati. Pour la première fois depuis longtemps, la rencontre fut très disputée et c’est finalement Juju qui l’emporta 4/6-6/4-7/5 après avoir sauvé une balle de match à 5/4 dans le troisième set. Il s’en fallut d’ailleurs d’un cheveu puisque, sur cette balle, le passing de la Limbourgeoise allait tomber à quelques centimètres à peine de la ligne.

Pour la troisième fois en deux mois, Zvonareva atteignit les quarts de finale d’un Tier I.

Justine, fatiguée, renonça à se rendre à Rome où Serena, absente à Berlin, espérait bien une nouvelle fois mettre les choses aux points avec nos représentantes. C’est pourtant Mauresmo qui allait la surprendre en demi-finale. A nouveau, la n° 1 mondiale sembla à côté de ses pompes alors qu’elle servait pour le match à 6/1-5/4. Mauresmo, déjà vainqueur de Capriati en quart allait elle-même craquer physiquement en finale face à Kim Clijsters. La Française mena en effet un set et un break avant de se faire reprendre et dépasser par la fiancée de Lleyton Hewitt. Le dernier set fut même une formalité pour la Belge (6/0).

La qualifiée slovène Tina Pisnik, quart de finaliste, fut la surprise de ce tournoi mais fut battue par Aï Sugiyama, également inattendue à ce stade de la compétition sur la surface qui lui plaît le moins.

Kim et Justine en pleine forme, Serena impatiente de prendre sa revanche : tout était en place pour vivre un très grand tournoi à Paris.

Roland-Garros

Et en effet, les trois joueuses allaient se retrouver en demi-finale. Cette fois-ci, la quatrième qualifiée à ce stade ne fut pas Venus. L’aînée des Williams se fit surprendre en huitième par la révélation de ce printemps : Vera Zvonareva. Mais c’est sa compatriote Nadia Petrova qui en profita pour se hisser dans le dernier carré. Souvent gênée par des blessures, Petrova atteignait enfin le niveau auquel on l’attendait, assurant ainsi la fin de la série des finales entre sœurs Williams.

La Russe obtint même une balle de première manche face à Kim mais le filet allait aider la belge au bon moment. Petrova ne s’en remit pas et s’inclina 7/5-6/1. Clijsters se qualifiait pour sa deuxième finale à Roland-Garros.

La deuxième demi-finale fut nettement plus mouvementée, l’un des matchs les plus tendus de la saison assurément. Après un premier set superbe de Justine, remporté 6/2, l’Américaine allait montrer toute sa détermination mais aussi son agressivité, assez déplacée, pour égaliser à un set partout. Mécontent de ce comportement, le public prit fait et cause pour la Rochefortoise et commença à huer Serena après chaque nouvelle démonstration de hargne de l’Américaine, ainsi qu’après chacune de ses contestations d’arbitrage (même justifiées). Le match se fit de plus en plus houleux et Serena finit par craquer devant l’hostilité du public.

Justine remporta la dernière manche 7/5 et se qualifia pour sa première finale parisienne. L’Américaine lui serra à peine la main et courut se réfugier dans les vestiaires sous les sifflets du public. La Belgique, par cette finale 100% nationale, était sûre de voir la première victoire de l’une de ses compatriotes dans un tournoi du Grand-Chelem.

La finale fut loin d’être aussi intense. Autant lors de sa finale 2001, Kim avait joué avec insouciance et relâchement, autant elle fut tendue dans ce match, dès le tout début de la rencontre. A aucun moment elle ne parvint à se libérer et Justine l’emporta 6/0-6/4 en à peine plus d’une heure. Son rêve de gosse venait de se réaliser, ainsi qu’une promesse faite à sa mère.